SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Appel de Cthulhu > Scénarios > Scénarios pour Cthulhu 1990 > Un héros trop peu discret
Contribuer

Appel de Cthulhu

Un héros trop peu discret

jeudi 28 avril 2005, par Thierry Huguenot

Un scénario pour Delta Green sur fond de saison de Base-ball mouvementée.


Ce sénar, inspiré de « convergence » (page 180 du bouquin principal) pour ses Mi-GO et leurs greffes expérimentales de protomatière, s’adresse à des joueurs issus de deux
agences différentes et traditionnellement antipathiques l’une pour l’autre : Le FBI et la DEA. Evidement, la partie sera d’autant plus réussite si ces deux groupes de personnages ne se connaissent pas. Leurs degrés d’implication dans l’organisation Delta Green n’ont aucune importance.


L’histoire :



Depuis quelques années, un groupe de MI-GO c’est installé dans un réseau de cavernes, en plein coeur du parc naturel de l’Otana, En Oregon. Bien sûr, cela c’est fait avec la complicité du gouvernement américain, par l’intermédiaire de Majestic-12. Celui-ci a placé un agent chargé de la discrétion de l’affaire, qui travaille officiellement pour l’agence fédérale du National Park Service. Les MI-GO, comme à leurs habitudes, procèdent à des expériences scientifiques sur les humains mais aussi sur certains animaux. Une en cours, est l’expérimentation d’une substance nommée protomatiére. Polymorphe, cette matière est capable d’imiter n’importe quelle substance organique terrestre et même de l’améliorer. Bien que la protomatiére soit très efficace, son implantation est encore problématique, en raisons des éventuels rejets et des graves répercussions psychologiques généralement manifestés sur le sujet par des excès de violences. L’un de ces cobayes humains fut un nommé Steve Rodson, joueur de Base-ball en convalescence après une opération au genou. Evidement, ses résultats sportifs ne tardèrent pas à exploser, et il passa en quelques mois de l’anonymat complet à la gloire, pulvérisant le record historique de home run par saison en franchissant le seuil symbolique des 100. Au cours de son ascension, l’Amérique lui trouva même un surnom : il devint Rodson Rocket. Cependant, il n’échappa évidemment pas au besoin de violence provoqué par la protomatiére. Ayant pris peur de lui-même après avoir manqué de tuer sa petite amie, il entreprit de soigner son mal. En plus de consommer de fortes doses de calmant, il se défoula le plus possible à l’entraînement, doublant voir triplant le nombre d’heures déjà excessif, qu’un sportif de haut niveau y consacre. Ces efforts pour ne pas perdre le contrôle de lui-même et surtout risquer de blesser sa Paola dont il était amoureux fou, eurent également pour effets de justifier ses résultats sportifs. Mais malgré tout, son cas devint trop peu discret pour ne pas déranger certaines personnes.

Note :Le nom de l’équipe où évolue Rodson n’a pas grande importance. Cependant, il est toujours plus amusant de rapprocher l’intrigue avec la réalité. Aussi je vous conseille d’aller faire un tour sur le site de la Major Ligue de Base-ball américaine : où vous trouverez moult renseignements utiles pour décrire de façon réaliste le milieu du Base-ball américain (noms et localisation des équipes, noms et performances des joueurs, classements des équipes, stats...). Pour info, l’année 2002 à vu la victoire des Angels de Anaheim (American ligue) sur les Giants de San Francisco. Les records historiques de home run sont les suivants : 2001 B.Bonds : 73, 2000 S.Sosa : 50, 1999 Mcguire : 65, 1998 Mcguire : 70, 1997 K.Griffey : 56.
Ce sénar étant écrit comme se déroulant en 2002, les Giants de San Francisco seront ici choisis comme l’équipe impliquée dans l’affaire. Voici pour référence quelques-uns un de leurs véritables joueurs vedettes : Jason Christiansen, Livan Hernandez et Jeff Urban.

L’intro :

Le briefing du FBI :

Washington, jeudi 3 octobre 2002, le tueur en série de Virginie commence son massacre. Comme d’accoutumé, leur patron convoque les PJ dans son bureau, et après les formules de politesse engage la conversation par une bien étrange question : « dites-moi, agents X, suivez-vous le Base-ball ? » (jet de connaissance pour avoir entendu parler du phénomène Rodson Rocket). Puis, suite aux quelques phrases qui s’en suivent, leurs tends des billets pour le prochain match des Giants, datés à ce soir. Les agents devraient montrer encore plus d’incompréhension voir le sentiment de ne pas être pris au sérieux. A ceci, leur interlocuteur ouvre le tiroir de son bureau, y prends un journal et le jette devant lui. Sur la première page on peut y lire : « Rodson Rocket : joueur du siècle » Puis il enchaîne sur l’inefficacité flagrante des personnes censées contrôler que les joueurs ne soit pas trop dopé, du moins pas assez pour que cela ne se remarque, et le manque de réactivité de la DEA qui illustre une fois de plus son absence de professionnalisme. Comme il l’explique, cette affaire est réellement du ressort du FBI car bien plus qu’une prise flagrante de drogues, elle concerne la sécurité nationale. L’Amérique a régulièrement besoin de héros pour assurer sa stabilité politique, et le sport constitue le meilleur vivier grâce à des exploits constamment médiatisés. Ce système repose sur un accord tacite entre les instances sportives, les médias et le gouvernement. Mais ce type abuse, et malgré les efforts de la presse pour couvrir l’affaire, la population va certainement se poser des questions qui risque de remettre en cause la totalité de l’édifice. Aussi, faut-il immédiatement stopper cette folie. En termes clairs, se rendre dés ce soir à San Francisco et faire les prélèvements sanguins de Rodson à la fin du match afin d’avoir les moyens de pressions suffisants pour qu’il calme le jeu. Bien sûr, une totale discrétion est nécessaire.

Le briefing de la DEA :

Agence de Los Angeles, le discours est à peu prés identique, bien que prononcé sur un ton moins agressif. Le responsable des PJ s’excuse pour ce contrôle bien loin des préoccupations premières de la DEA qui est la lutte contre les trafics, mais ce gars là a vraiment dépassé les bornes. Le même type d’analyse est souhaité, avec cependant un intérêt supplémentaire sur la substance utilisée. On ne sait jamais, c’est peut être l’expérimentation d’un nouveau type de produit dopant, et donc une piste sur un véritable réseau.
A priori, les agents de la DEA n’ont pas besoins d’être aussi nombreux que ceux du FBI puisqu’ils s’y rendent moins pour mettre la pression, que pour l’analyse en elle-même. Un seul agent devrait suffire pour ce job, au MJ de voir en fonction du nombre de joueurs.

Le match :

Il à lieu en fin d’après-midi à San Francisco. Les adversaires du jour sont les Cardinals, de St Louis. Il s’agit d’un match sans enjeux puisque les Giants sont déjà qualifiés pour la finale opposant les champions de la National League (eux-mêmes) aux champions de l’American League (les Angels d’Anaheim). Pourtant, il attire tout de même les foules, venues voir le phénomène Rodson Rocket, ainsi que les sponsors dont une chanteuse médiatique vante les mérites en interprétant une partie de son répertoire avant le match (choisissez votre chanteuse pop préférée). Puis les joueurs entrent sur le terrain, et le match commence. Rodson ajoute 3 home run à son compteur, permettant à son équipe de marquer de nombreux points. Les spectateurs exultent. Les Giants gagne 15 à 6.
Une fois la partie terminée, les PJ se rendent dans les vestiaires des joueurs, qui fêtent joyeusement cette nouvelle victoire. Le premier choc va être la rencontre des deux groupes d’agents : FBI et DEA. L’un comme l’autre ignorant la présence de leurs confrères, une belle confusion est à prévoir. Surtout que ces deux agences ne s’apprécient guère (voir pages 263 et 264 du manuel pour plus de détails). Evidement chez les Giants, on est surpris par la présence de tant de représentants officiels. Certains joueurs manifestent leur mécontentement, usant de leur physique intimidant pour faire pression. Le directeur du club est appelé en renfort, mais que dire devant les insignes du gouvernement ? Lorsque les PJ s’apprêtent à effectuer la prise de sang, Rodson est atteint d’un malaise. Il semble nerveux, puis son corps tremble, pris de spasmes il s’agite dans tous les sens. Plusieurs joueurs tentent alors de le calmer en le maintenant à terre, mais personne n’arrive véritablement à le retenir, sa force est phénoménale. Puis ses muscles se gonflent jusqu’à devenir énormes, ses veines explosent, le sang gicle dans la pièce, la chair s’ouvre, puis finalement les organes semblent exploser de l’intérieur, après un dernier crachat de sang, Rodson meurt. (jet de SAN pour assister à cette mort horrible : 0/D3). Tout le monde est choqué. Quelques joueurs, sont à leurs tours pris de malaises, cette fois-ci plus naturels. Il ne reste plus qu’à embarquer le corps le plus discrètement possible pour les analyses.

L’enquête :

La base d’activité des PJ est désormais l’agence du FBI de San Francisco. En ce qui concerne les agents de la DEA, ils sont tout à fait libres de retourner à Los Angeles pour étudier leurs prélèvements. En fait le dégrée de coopération des agents dépends uniquement de la volonté des joueurs. Ayez tout de même en mémoire que sur le papier, la DEA est rattaché au FBI, bien qu’en pratique, la collaboration des services soit très rare. Ils se retrouveront quoi qu’il arrive, plus tard.

L’autopsie :

Très longue, puisque les médecins légistes ont dût mal à croire leur diagnostique. Le sujet aurait fait un rejet d’organes violent, entraînant sa mort. A première vue, il possède certains tissus musculaires très étranges, qui bien que proche de la normalité, possèdent des caractéristiques non humaines. L’analyse est en cours (voir plus bas). Le plus étonnant, est que le sujet ne semble pas avoir subit de greffe.

L’analyse :

Que ce soit dans les tissus ou dans le sang de Rodson, on découvre une substance étrange. Il faut au moins 2 jours (compter des journées de 16 heures de travail) d’analyses pour l’isoler et en reconstituer le schéma moléculaire.
Ce temps est à réguler en fonction d’un jet de Chimie (critique : 1 journée, échec : refaire un jet). Si les conditions de travail sont excellentes (plusieurs scientifiques sur l’affaire, par exemple) un bonus de 30% à la compétence est alloué.
Une fois reconstitué, il est possible de lancer des recherches dans des bases de données. Mais là, déception : certains composants de la molécule sont inconnus. Y compris chez la DEA, qui pourtant possède un catalogue impressionnant de substances de synthèses créées par des savants en herbes pour la conception de nouvelles drogues.
D’après les spécialistes, si cette fameuse substance n’est pas référencée, on peut en déduire : soit qu’elle est extrêmement rare sur notre planète et/ou particulièrement difficile à atteindre (issu d’un animal ne vivant qu’au fin fond d’abysses marins, par exemple), soit d’origine extraterrestre, cela arrive parfois lors de chute de météorites, ou bien un produit de synthèse crée par la main de l’homme. Plus de recherches sont nécessaires pour en déterminer l’origine.
A ce stade de l’enquête, les supérieurs des 2 groupes insistent pour vérifier si cette substance inconnue n’est pas le fruit expérimental d’un labo clandestin travaillant sur un nouveau type de produit dopant qui risque de se répandre. Tant que les PJ n’ont pas la preuve de son origine, la mission continue.
Si des prélèvements ont étés effectués sur d’autres joueurs de l’équipe, ils s’avèrent qu’ils sont tous dopés ! Mais avec des produits bien référencés et courants dans ce genre de sport.

La vie privée de Rodson :

Steve Rodson vivait dans un quartier résidentiel de San Francisco, chic mais sans plus. Attention, Sa petite villa est encore sous système de sécurité. A l’intérieur, à première vue rien de notable, du matériel électronique de haute qualité, quelques articles de presse à sa gloire encadrés dans le salon, de bonnes bouteilles de vins californiens à la cave : bref, la demeure standard d’un américain en pleine réussite professionnelle. Sa pharmacie est plus surprenante, une grosse quantité de calmants, mais rien d’illégal. Dans sa chambre, on trouve une photo de lui avec une fille typée mexicaine (Paola Martinez). En arrière plan, des montagnes dont une est bizarrement formée. Il faut fouiller ses E-mails (mot de passe de l’ordinateur : Paola) pour trouver la confirmation d’un séjour à Hawaii dans 3 semaines, grand luxe pour 2 personnes.
Une étude de ses relevés bancaires permettra une surprenante découverte : des dépenses dans une clinique pour femme. Si on s’y rend et que l’on demande avec autorité, on apprend que l’argent à été versé pour des analyses sur la compagne de M.Rodson, une certaine Paola Martinez. Les résultats sont positifs, cette jeune femme est enceinte de 2 mois.

Le club de base-ball :

Une visite au stade permets de voir les joueurs s’entraîner durement pour la finale. On peut également consulter le dossier médical de Rodson : Il a été blessé à l’épaule en fin de saison dernière, puis au genou il y a 10 mois. Il n’a donc quasiment pas joué pendant 9 mois durant lesquels il a été mis au repos. Bien sûr, on n’y mentionne jamais les produits dits de préparation physique et de récupération pris par le joueur. Mais le docteur, bien qu’il en parle difficilement (les analyses des prélèvements de l’équipe pourraient aider), admets qu’il en prenait, bien qu’ils ne soient en rien différents de ceux des autres joueurs.
L’entraîneur de l’équipe, Brad Rodick, est plus apte à parler de la carrière de Rodson. Il joue dans l’équipe depuis 4 ans. Avant il jouait pour les Pirates de Pittsburgh. Il reconnaît que ce joueur n’a jamais vraiment brillé avant ces 6 derniers mois. Il a d’ailleurs longtemps hésité à le faire jouer, mais en voyant l’ardeur avec laquelle il s’entraînait, il lui a donné sa chance au cours d’un match contre les Padres de San Diego : en 4 home run, il a renversé tout le match. Depuis il n’a cessé de lui faire confiance. Pour lui, ses résultats venaient d’un entraînement plus qu’intensif (« Ha si tous mes joueurs étaient professionnels comme il l’était »), et peut-être aussi de la prise de conscience durant sa longue convalescence que le base-ball était toute sa vie. En vérité Brad Rodick en sait bien plus qu’il ne le montre, mais il sera très difficile de le découvrir. Seul indice, un meurtre dans sa jeunesse sur un étudiant qui lui piquait la vedette dans l’équipe de football de l’école. Une provocation sera considérée comme circonstance atténuante. Il prendra tout de même 10 ans fermes.
Autre possibilité de rencontre, les joueurs de l’équipe. L’un d’eux viendra d’ailleurs à la rencontre des PJ et pourra même leur donner rendez-vous dans un bar de la ville. Il s’agit d’un pilier de l’équipe, Jason Christiansen, un joueur noir âgé d’une trentaine d’année. Il s’intéresse aux causes de la mort de Rodson. En fait, il s’inquiète que le médecin de l’équipe ne joue pas au savant fou avec les joueurs. Il désire aussi savoir s’ils ne vont pas faire un scandale avec les éventuels prélèvements faits sur les autres joueurs. Il était cependant bien un ami de Rodson. Il parlera sans réserve de leurs relations. Selon lui, c’était un chic type que la gloire n’a pas changé. Il n’est au courant d’aucune prise de produit, et pense que ses performances étaient mérités au vue de son entraînement intensif, presque trop à son goût. Il avouera plus difficilement qu’il se droguait (des calmants), il l’a vu faire lors d’une soirée entre joueur. Lorsqu’on lui parle de ses proches, il donnera sans hésiter le nom de Paola Martinez. Ils sortaient ensemble depuis 2 ans et sont restés fidèles malgré sa gloire. Un beau couple, ils étaient vraiment amoureux. Il peut également apprendre qu’elle est serveuse dans un restaurant, mais il ignore lequel. Ils devaient se fiancer à Hawaii une fois la saison de base-ball terminée.

Les proches :

Il n’est pas très difficile d’apprendre l’existence de Paola Martinez, la presse people s’étant emparé du sujet lorsque la renommée de Rodson s’est enflammé. On y apprend qu’elle travaille comme serveuse dans un restaurant Big Boy en banlieue de San Francisco, c’est d’ailleurs là qu’ils se sont rencontrés. S’ils s’y rendent, on informe les PJ qu’elle ne travaille plus ici. Le patron l’a viré car elle ne donne plus de nouvelles depuis quelques jours (en fait, depuis le soir de la mort de Steve). Une des serveuses l’a cependant remarquée quittant son travail sans prévenir personne et prendre sa voiture. Elle ne semblait vraiment pas bien.
Paola vit chez sa famille dans un quartier pauvre de San Francisco, à majorité mexicaine. Le genre où il ne fait pas bon traîner lorsqu’on ressemble à un agent du FBI. Un interrogatoire est possible mais ne révélera pas grand chose, hormis que Paola n’a pas donné signe de vie depuis longtemps ce fameux soir, et qu’elle vit dans un milieu très croyant. La famille n’est évidement pas au courant ni pour l’enfant, ni pour les fiançailles.
La famille de Rodson vit dans l’état de Washington, sur une île à 100 km de Seattle. On y accède uniquement par ferry. C’est une famille de fermier, comme la majorité des habitants de l’île, dont la principale ressource est un taureau reproducteur. Ils sont très atteints par la mort de leur fils unique et ne comprendront pas bien pourquoi des fédéraux viennent les voir. Par contre une fois lancées, ils parleront longtemps de leurs fils, de sa jeunesse, sa petite amie Paola (dont ils ont la même photo que dans la chambre de Steve à San Francisco). Les PJ voudront certainement faire des prises de sang, pour vérifier que l’anomalie des cellules de Rodson n’est pas congénitale. Ce n’est pas le cas.

L’indice décisif de la DEA :

Après quelques jours d’enquête, l’agent de la DEA reçoit un coup de téléphone. Il s’agit d’un collègue chimiste de Los Angeles qui a eut vent de la molécule étrange qu’il a découvert. Cela lui rappels des souvenirs d’une recherche dont il s’était occupé il y a quelques années, concernant une molécule dont le schéma semble correspondre. Il a perdu le dossier, papier à l’époque, mais crois se souvenir qu’il s’agissait d’un chien ayant mordu son maître. Le vétérinaire à fait l’analyse du chien pour vérifier qu’il n’était pas enragé, et a trouvé ce composant étrange. Par un réseau de chimiste, il lui est arrivé entre les mains, mais il a dut abandonner tout ça lorsqu’une charge importante de travail est advenue. Cet incident a eut lieu en Oregon, dans le parc naturel de l’Otana, s’il a bonne mémoire.

L’indice décisif du FBI :

Après quelques jours de recherche informatique, on trouve une référence au composant inconnu sur un forum Internet. Il s’agit d’un site du nom de the scientific adventure traitant de phénomènes et expériences encore libre d’interprétation au niveau scientifique. Sur ce forum donc, on traite de molécules inconnues, le schéma moléculaire est ici identique à celui relevé sur Rodson. On y explique qu’il s’agit d’une copie non complète d’un document placé sur le site Internet de l’université de Los Angeles. L’auteur, le professeur Watson, y précise qu’il l’a relevé sur des mammifères du parc de l’Otana, en Oregon. Certains messages répondent qu’il ne trouve pas ce document sur le site web de l’université. Effectivement, il ne s’y trouve pas. Un appel téléphonique permets d’apprendre que le réseau informatique à été piraté l’année dernière et que de nombreuses données ont été perdues. Quant au professeur Watson, il ne travaille plus ici mais est en mission en Alaska. Des recherches à son sujet révèle qu’il est mort il y a 3 mois dans un accident de voiture.
A ce stade du scénario les joueurs ont de sérieuses raisons de se rendre au parc de l’Otana, seul lieu sur terre où la substance est apparut. Leurs supérieurs voient d’un bon oeil ce voyage. Il est envisageable qu’un réseau de trafiquant fasse des expériences, bien à l’abri des regards dans ce parc naturel. Les relevées bancaires de Rodson indiquent d’ailleurs qu’il s’y est rendue il y a 8 mois environs, lors de sa convalescence. Les montagnes apparaissant en second plan sur la photo retrouvé chez lui, font évidement partis du décor typique du Parc.

Le parc d’Otana :

Situé au centre de l’état d’Oregon, considéré justement comme abritant les plus beaux parcs naturels des Etats Unis, l’Otana Park est tout proche du Five Montains Park. Ce dernier est un énorme complexe touristique où se côtoient de vastes domaines sportifs et de loisirs, des motels et restaurants pour tous budgets, quelques musées vivants, de nombreux chemins de randonnées et autres campings. Brefs, tout pour réussir des vacances familiales. En comparaison, l’Otana parc fait figure de réserve naturelle ringarde, mal aménagé, pas vraiment un lieu pour touriste américain digne de ce nom. Pourtant sa superficie est vaste : il faut plusieurs jours pour en faire le tour. Il est principalement recouvert de forêts, parfois très denses, mais on y trouve aussi une petite et jeune chaîne de montagne au Nord, dont certaines ont une forme singulière. Sur sa partie Sud, il est traversé par l’unique route goudronnée des environs, sur laquelle s’est développée la ville d’Otana City, à l’intérieur même du parc. Elle possède quelques échoppes, un syndicat d’initiative qui vends également des vêtements et accessoires de montagne, un bar et un hotel/bar/restaurant, nommé la rivière d’argent (en français). L’établissement est tenu par Claire, 35 ans, célibataire, qui à repris l’établissement familial à la retraite de ses parents. Son père est français et sa mère américaine, mais elle tient surtout de sa mère. Quelques habitations sont également éparses à l’écart de la ville, jamais éloignées de la route.

Les agents du National Park Service :

Un peu à l’écart de la ville, sur le chemin des principaux axes de randonnées, se tient le bureau du National Park Service de l’Otana. Il comporte 3 employés à plein temps :

John Mathews : 29 ans, athlétique, intelligent et plutôt beau gosse. C’est le chef de l’équipe. Il s’agit aussi d’un agent double placé là par Majestic 12. Sa mission est de garder secrètes les activités des extraterrestres cachés dans les cavernes. Très organisé, il peut rapidement entrer en contact avec MJ-12 qui se chargera ensuite de faire pression là où il faut pour débloquer le problème. Son attitude avec les PJ sera le plus amical possible, afin de se les mettre dans la poche. Il sera ensuite facile de se tenir informé de l’avancée de l’enquête et de fausser les pistes sans attirer de soupçon sur lui. Il se méfie de Matheson, trop imprévisible à son goût.

Willy Burt : 32 ans mais encore jeune de visage, obèse, d’intelligence limité mais serviable. La présence des Mi-GO est à peu prés la seule chose qu’il ignore ici. C’est une bonne source d’information sauf en présence de Matheson qu’il redoute, bien qu’il ne l’avouera jamais. C’est un peu la marionnette de tout le monde à Otana City, son extrême gentillesse le pousse à ne rien refuser. Autres faits notables, il possède le don étonnant d’avoir toujours quelques choses à manger entre les mains, et il est amoureux de l’hôtesse de l’office de tourisme.

Greg Matheson : 50 ans, athlétique et physiquement bien conservé, visage sévère, caractériel voir violent. Il a bravement servi au Vietnam où il n’a pas supporté de recevoir des ordres incompréhensibles des fédéraux, qui ont parfois tourné à la boucherie. Renvoyé au Pays pour indiscipline, il réussit tout de même à intégrer le National Park Service en raison de ses grandes aptitudes et quelques faits d’armes émérites. Cependant il déteste la plupart des autres agences gouvernementales et le montrera sans complexe bien qu’il ne révélera jamais la cause. Il en a fait part à Burt bien avant l’arrivé des PJ, qui sauf bourde ne risquera pas de trop parler aux PJ en sa présence. Mais contrairement aux apparence, il n’est pas le véritable ennemi des PJ, ignore tout des MI-GO ainsi que du double jeu de Mattews. Il sera tout de même très difficile de s’en faire un allié.

Les événements passés :

John Mathews est en place depuis 3 ans, remplaçant un brave homme à qui on a diagnostiqué une maladie grave lors d’un contrôle de routine, forçant ainsi l’arrêt de sa carrière. Depuis, ce dernier vit en Floride et dispose d’une retraite confortable. L’arrivé de Mathews a précédé de peu celle des MI-GO dans la région. Son acceptation dans l’équipe s’est fait sans problème. Les seules interventions pour MJ-12 qu’il a eut à effectuer pour l’instant, n’ont été que de la diplomatie, le non entretiens de quelques sentiers jugés dangereux, la mise en place discrète de couvre-feux certains soirs cruciaux, et quelques coups de téléphones. Le non-développement du parc au tourisme, par l’état d’Oregon, facilite sa tache. Bien que cela se voie peu, il est devenu l’homme le plus influent de la ville. Son intelligence contribue à sa discrétion.
Pendant ce temps les MI-GO travaillent discrètement à leurs petites expériences. Principalement sur des mammifères pour pouvoir garder leurs sujets sous observations le plus longtemps possible, bien qu’ils leurs arrivent aussi d’avoir des humains comme cobaye. Il y eurent de nombreux sujets ces dernières années mais ne sont présentés ici que ceux dont les PJ sont susceptibles de s’intéresser, principalement pour cause d’absence de preuves. Les voici par ordre chronologique :
Il y a 2 ans, le vieux Ben Patterson, retraité local vivant à l’écart d’Otana City, à vu revenir son chien Sky après une fugue de quelques jours. Rien d’inhabituel, mais lorsqu’il s’est approché du husky, celui-ci lui a mordu férocement la main. Ben l’a abattu sans hésiter, puis l’a apporté au vétérinaire du parc afin de faire vérifier s’il n’avait pas la rage. Négatif, ce qui intrigua le propriétaire, bien étonné par l’attitude soudaine de son chien, naturellement gentil. La suite à été dites aux PJ par le collègue de la DEA. Aujourd’hui peu de monde se souvient de cette affaire hormis les intéressés. Aucune archive n’a été conservé par le vétérinaire, le chien à été enterré dans les bois et Ben a gardé une belle cicatrice à la main droite.
Rodson est resté une semaine ici avec Paola, au mois de mars dernier. Il logeait au motel de la rivière d’argent, on peut en trouver la trace dans les registres tout comme dans le livre d’or. La patronne ne se souvient pas bien d’eux, ni grand monde en ville d’ailleurs : ils étaient plutôt du genre discret. Seul événement notable, un matin ou Steve allait faire son footing affreusement matinal (réveil à 5h00) dans le parc, il se fit enlever par des MI-GO et greffer des organes en protomatière. Satisfait de l’expérience, ils le la relâchèrent à la nuit tombée. Au cours de la matinée, Paola pris peur et alla au poste des rangers pour trouver des secours dans sa recherche. Malheureusement pour les PJ, la seule personne disponible ce jour là était Greg Matheson, qui est le seul en ville à vraiment être au courant de l’affaire. Ils retrouvèrent Steve au bas des montagnes dans la soirée. Il était incapable de se souvenir de ce qui s’était passé.
Le dernier cobaye en date est un Lynx. Plus que les autres il est soumis à de forts besoins de violence. Il a d’ailleurs fait peur à quelques touristes et habitants du coin. Sur place, on tente de minimiser l’affaire, avant tout pour ne pas effrayer les touristes et leur manne de dollars. Les employés du parc ne l’ont pas encore approché. On lui a même donné un surnom, Wolverine, du nom du héros de comics américain. Bien sûr, à moins d’avoir l’oreille fine, personne n’en fera allusion devant des étrangers.
Cela fait une semaine qu’un groupe de jeunes illuminés, traqueurs d’OVNI traînent dans le parc. Ce sont des membres de l’organisation SaucerWatch (Page 114), venus vérifier les dires de campeurs sauvages ayant vues un vas et viens d’étranges lumières un soir d’été. John Mathews pour ne pas éveiller les soupçons les a autoriser à rester le soir dans le parc, à condition de ne pas bouger de leur point d’observation, un monticule rocheux d’une trentaine de mètre. Il vérifie consciencieusement le respect de leur accord en s’accordant quelques visites surprises certains soirs.

Les événements à venir :

La première fois que les PJ se rendront au bureau du National Park Service, la scène suivante va se tenir dans ces grandes lignes : Les pieds sur son bureau, Burt est occupé à avaler des chips pendant que John et Greg discutent debout devant une carte de la région. Dés qu’ils montrent leurs insignes, John fait une remarque sur le ton de la plaisanterie à propos duquel de ses collègues fait pousser des plantes illégales dans le parc. Mais au fur et à mesure des questions, Greg va progressivement s’énerver jusqu’à taper du poing sur la table, affirmant que la loi fédérale, c’est à eux ici à la faire respecter et à personne d’autres. John préféra le congédier pour éviter que la conversation finisse mal. Il s’en ira en jetant un regard noir aux PJ. Si on pose la question de savoir si des animaux se montre agressif dans le parc ses derniers temps, Burt laissera maladroitement échapper le nom de Wolverine, ce qui finira d’énerver Greg s’il est encore présent. A propos d’événements anormaux, John citera les jeunes qui chassent les OVNI. Ensuite il se proposera de les emmener faire un tour du parc, dans son 4x4.
Le premier soir, John Mathews invite les PJ à dîner chez lui, par téléphone ou en rentrant de la ballade. Il vit dans une sorte de grand chalet moderne, à l’écart de la ville. Il prépare des hamburgers au barbecue pendant que sa femme sert à boire. L’ambiance est très chaleureuse. Tout ça sert bien sûr ses intérêts, comme expliqués dans sa description. C’est aussi une bonne occasion d’en apprendre plus sur lui, particulièrement via sa femme, charmante personne d’ailleurs.
Les PJ rendront sûrement une petite visite aux jeunes membres de Saucerwatch. Ils ne sortent que le soir, et dorment le jour dans un camping des environs. Ils ont à juste titre très peur d’agents du FBI, bien qu’ils tentent maladroitement de le dissimuler. Leurs matériels sont sophistiqués  : scanner d’amplitude thermique, détecteur d’ondes magnétiques, caméras pointés dans multiples directions, appareils photos à déclencheur lumineux automatique, et tout pleins d’autres trucs bizarres. Ils ne tricheront pas quant à la raison de leur présence. Et si on les interroge sur leurs résultats, l’un d’eux avouera finalement avoir vu une lumière jaune-verte très soudaine vers les montagnes. Malheureusement il n’y a pas de photos. Détails intéressant, ils possèdent une légère quantité de cannabis bien dissimulé dans leurs affaires. Si les PJ la découvrent, cela peut sévir plus tard pour faire pression...
Le lendemain de leur visite, les PJ sont réveillés par une ambulance. On apprend vite qu’un des jeunes est mort d’un accident : il est tombé du monticule et s’est ouvert le crâne. Les autres sont interrogés par Mathews, qui ne tardera cependant pas à les libérer et leurs fera comprendre qu’il ne veut plus les revoir ici. S’ils s’inquiètent de l’autopsie, les PJ apprennent qu’il y a eut un arrêt cardiaque, expliqué par la peur de la chute selon les médecins. Ses muscles sont également très crispés. Si on intercepte ses collègues avant leur retour, ils prétendent qu’ils dormaient tous lors de l’accident (mort vers 4:20), et n’avoir rien vu. Mattews sera très impliqué par cet interrogatoire et tiendra à être présent. Par contre si on a la bonne idée de regarder les clichés d’un appareil sur déclencheur lumineux, on voit nettement une lumière jaune-verte masqué derrière une montagne. Via un jet de TOC réussi, on peut également trouver des clichés sur un appareil photo tombé des mains du jeune homme pendant sa chute, à mi-hauteur du monticule. La même chose avec en coin à droite (donc en l’air) une large masse sombre indistincte mais très proche. Il s’agit du MI-GO qui a effrayé sa victime, celui-ci, déjà prédisposé, à fait un arrêt cardiaque avant de chuter dans le vide.
Etant donnée que les Pistes sont faibles, les PJ vont certainement se rendre vers ces fameuses montagnes, espérant trouver des activités humaines clandestines. Mathews va leurs donner des indications, fausses évidement, pour ne pas qu’ils s’y prennent mal. Il prétend que le chemin le plus direct est embourbé, bien trop difficile et dangereux. Il va donc leurs faire faire un grand détour, qui va s’avérer encore plus périlleux puisque la pluie ne cessera de tomber à partir du 2éme jour de marche. Il espère secrètement, non seulement les décourager mais aussi les envoyer sur le terrain de chasse de Wolverine. Faites leurs faire des jets de constitution chaques jours, et baissez le facteur multiplicateur en fonction de leurs échecs, de leurs encombrements et des jours qui passe. L’idée est de faire souffrir les PJ jusqu’à l’épuisement. Quand ils sont à bout, ou trop proche du sommet, Wolverine attaque. Pas de quartier, blessez gravement pour qu’idéalement ils doivent rentrer se faire soigner dans un hôpital des environs. Prenez les caractéristiques d’un Lynx, page 134 de Cthulhu 5éme, et doublez voir triplez les tous, si nécessaire.
A leur retour à Otana City, surprise, Paola est attablée au restaurant de la rivières d’argent. Un interrogatoire s’impose. Elle révélera tout sans insister, hormis qu’elle sait pertinemment que la disparition de Steve Rodson lors de leur premier séjour, corresponds aux débuts de ses changements physiques et psychologiques. Elle ne parlera pas non plus de sa décision de se rendre vers ces montagnes. La raison qu’elle invoquera pour sa présence ici, est le retour sur un des lieux où Steve et elle se sont senti le plus proche, pour mieux lutter contre la terrible peine qu’elle vit depuis une dizaine de jours. Ce n’est pas totalement faux ’ailleurs.
Ce n’est que le soir ou le lendemain, qu’on apprendra que Paola ne reviens pas de sa ballade dans le parc. Si on demande à l’office du tourisme, on apprend qu’elle y a acheté tout le matériel pour une excursion de plusieurs jours. Les PJ vont certainement vite comprendre où elle s’est rendu. Quelles que soient leurs idées, des recherches vont être mises en place, avec toutefois peu de moyens : des Jeeps au début, le temps de se rendre compte qu’il est trop tard pour la rattraper avant qu’elle ne rejoigne les forêts épaisses, puis un seul et unique hélicoptère. Paola va directement au sommet des montagnes, et ne s’embarrasse pas à faire des détours comme les PJ. Il est vrai que le chemin n’est pas si impraticable que ça. Elle atteindra le sommet en 2 ou 3 jours, et ne répondra jamais au PJ. Si on la harcèle, elle marchera de nuit et hors sentiers s’il le faut, pour être tranquille. Toutes ces recherches la pousse à devenir de plus en plus paranoïaques, il ne lui reste plus beaucoup de points de SAN. Au fur et à mesure que les PJ s’approche du sommet, Mathews lui aussi prends peur et contacte MJ-12 pour faire en sorte que les PJ soient rappelés. Cela doit intervenir à un moment crucial, juste avant de retrouver Paola. Idéalement, Paola entre en contact visuel entre deux roches, tandis que les PJ sont harcelés par leurs supérieurs pour abandonner la mission et rentrer le plus rapidement possible à Washington/Los Angeles où on a besoin d’eux pour une opération. Le National Park Service va prendre le relais. D’ailleurs l’hélicoptère sort de l’ombre de la nuit, menaçant, pour les récupérer. La tension doit être alors à son maximum, Mathews décents sur une nacelle pour les hisser à bords, fusils de sniper à la main (jet de TOC pour le distinguer), les suppliants presque de remonter. Paola cris, le son viens d’une caverne voisine. Que faire ? Désobéir et continuer la mission, ou rentrer à la maison et craquer si prés du but. A eux de voir. En cas de désobéissance flagrante, Mathews lancera un dernier avertissement, et s’il en est contraint, fera feu.
S’ils pénètrent dans la grotte, les PJ verront tout d’abords les traces du passage de Paola : empreintes de sueur en forme des mains sur les parois, sac à dos,...Puis une sorte de gelée gluante sur les murs. Bien plus profondément, cette gelée recouvre tous les contours de la grotte, le fonds en est recouvert à l’exemption d’une fente étroite, quelques vêtement de Paola jonche le sol. Si les PJ s’infiltrent à travers la fente visqueuse, ils découvrent ce spectacle terrifiant : dans une caverne entièrement composée de substance gluante, un être improbables (description du MI-GO) a intégralement ouvert en deux le corps de Paola et en retire des organes pour les remplacer par d’autres, sans formes apparentes, voir changeante. Dans une de ses pinces, il observe attentivement le début de Foetus humain, issu du corps de la jeune femme : Gros jets de San : D3/2D6.
La suite dépends beaucoup de la réussite ou l’échec des jets de SAN des PJ. Notons que si le Premier MI-GO tombe sous les balles, d’autres suivront, lentement mais sûrement. Le plus probable est une course poursuite vers la sortis de la grotte, rythmé par les bruits de pinces des MI-GO et la lumière jaune-verte du couloir qui s’illumine après leurs passages. Enfin sortis, Mathews les attends, placé sur sa nacelle, à mi-hauteur entre l’hélicoptère et le sol, fusil, cette fois non dissimulé, à la main. Laissez le doute s’installer, puis finalement, quand il est assuré que les PJ n’ont plus d’alternative que d’accepter un voeu de silence tacite, il les reprend. Après l’héliport, il les emmène vers une maison de repos très privé, pour une journée au calme avant leur départ définitif de l’Oregon.
Il les fait évidemment surveiller et se charge en personne de leurs faire rédiger et signer un rapport de mission.
Paola est morte lors d’une chute en escaladant la montagne, on cherche encore son corps.

Le final :

Gardez en mémoire que pendant que les PJ s’efforce de résoudre l’enquête, la saison de base-ball suis son cours. Au rythme d’un match tous les 4-5 ou jours, l’aventure devrait s’achever avant le quatrième match, au pire des cas, décalez les dates. Une finale du championnat de base-ball se fait en quatre matchs gagnants, sur sept au total. Les Giants se font toller dans les trois premiers, le quatrième est donc celui du dernier espoir.
Alors qu’ils se reposent avant de quitter la région, les PJ entendent une conversation entre deux individus. L’un prétends avoir vu Jason Christiansen, Livan Hernandez et Jeff Urban dans la région. Leur entraîneur, Brad Rodick était là aussi. Peut être un entraînement privé pour souder les stars de l’équipe avant le match décisif de ce soir ? La vérité est que Steve Rodson s’était confié à son entraîneur quelques semaine avant sa mort. Ce dernier ne sait pas grand chose à propos des Mi-Go mais à tout de même tenté sa chance. Il a emmené ses joueurs dans la région, les a drogués, et à fait le nécessaire pour se faire remarquer, attendant un miracle. Il est venu sous la forme de MI-GO qui ont profité de l’aubaine pour parfaire leurs expériences. Maintenant les 3 joueurs ont une quantité démesurée de protomatière dans leurs corps et si les PJ n’interviennent pas, le match va se terminer en massacre au moindre incident. D’autant qu’il est d’importance, le sénateur de l’état sera présent, le stade rempli et la retranscription télé suivie par des dizaines de millions de spectateurs.
Espérons que les PJ auront la conscience d’empêcher qu’il ait lieu (perte de 0/D3 de SAN si c’est le cas).

Epilogue :

Carnage ou pas les PJ rentre dans leurs agences respectives où on leurs donne immédiatement de nouvelles assignations. En ce qui concerne le FBI, on est sur le point d’arrêter le tireur fou, et toutes les aides sont les bienvenues. On ne leurs reparlera jamais de l’enquête, et toutes les traces informatiques qu’ils ont pu écrire à propos de la fameuse substance seront effacées. S’ils se tiennent tranquille, ils pourront reprendre leurs vie normale, mais MJ-12 veille désormais au moindre de leurs égarements.
Pour les gains de SAN, la récompense est de 1D3 par MI-GO tué, 1D8 s’il réussisse à détruire le complexe dans les cavernes (peu probable) et 1D6 s’ils évitent consciemment un massacre lors du dernier match.

Et Delta Green ?

L’organisation Delta Green n’est pas cité dans ce scénario, cependant dés lors qu’elle est avertit de l’enquête, elle peut intervenir pour pousser ses membres à désobéir à leurs supérieurs. Elle peut aussi devenir une source de conflit et de suspicion entre personnages membres et non membres. Aux MJ de doser en fonction de ses joueurs.
Ils seront évidement très satisfait de récupérer des prélèvements aliens ainsi que tous renseignements mettant en cause certains agents du gouvernement.

Musique, le chef vous conseille :

La musique doit idéalement suivre le rythme du scénario, ici un gigantesque crescendo paranoïaque. Voici un exemple, le dernier album est à retenir particulièrement.

L’enquête : Sleepers ; ou une musique calme, juste singulière par moments.
Le parc d’Otana : the Dark Half ; ou une musique inquiétante et stressante à certains moments clef (les ballades nocturnes, l’attaque du lynx..)
La trahison du gouvernement : Requiem for a Dream ; un bijou de stress et de fatalité. Parfait pour une mettre en scène la révélation progressive d’une horrible conspiration.


Auteur : Thierry Huguenot


Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.