SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Ars magica > Aides de Jeu > Magies de l’Orient > Ars Arabica > Histoire de la magie au Moyen-Orient
Contribuer

Ars magica

Histoire de la magie au Moyen-Orient

vendredi 10 septembre 1999, par Arnaud Lannéval, JyP

comment les mages ont évolués suite à la venue du Prophète


D’après Ars Arabica, une aide de jeu de Gene Alloway & Steve Castanien.

Au début du VIIème siècle, un magicien païen (ou
un sahir) de la péninsule Arabique appelé Qays Ibn Nushbah prédisait la naissance d’un grand
Prophète et d’une nouvelle religion qui changerait le monde. Peu après, Mahomet était né

et les sahirs et Djinns éparpillés dans la péninsule suivaient sa vie avec un grand intérêt.
Quelques-uns, comme Ibn Nushbah, aidèrent la jeune cause du Prophète, tandis que d’autres cherchaient
à entraver sa croissance. Comme l’Islam gagnait la maîtrise complète de la terre et des peuples
d’Arabie, les sahirs et les Djinns sentirent un changement des anciennes coutumes. La vie du désert céda
la place à la connaissance, la conquête et l’exploration du monde au-delà des mers et des déserts
limitrophes.

La magie d’Ibn Nushbah était née parmi des tribus errantes du désert et des montagnes païennes
de la péninsule Arabique, influencée lourdement par les Djinns, les Babylonien, les Egyptiens, et
les traditions juives, romaines et grecques. Ces influences combinées produisirent une forme de magie ou
"sihr", très différente de celle pratiquée par l’Ordre d’Hermès, quoique
de même puissance dans sa propre voie. Les tribus comptaient sur le ciel pour la navigation, la divination
et la pluie bienfaisante, et des individus apparurent qui avait le don de contrôler ces influences des étoiles
sur la Terre et ses habitants. Ces premiers kahana (ou devins) évoluèrent graduellement en compréhension
et en habileté sur cette magie, connue par les lointains commerçants grecs comme la magie de l’Astra,
signifiant "des étoiles". Ces magi étaient aussi les premiers humains à traiter
avec les Djinns, une race surnaturelle similaire aux Faeries, habitant l’Arabie et le Proche-Orient.

La magie Astrale des tribus évolua encore lorsque les magi gagnèrent accès aux études
et travaux magiques des Grecs et des Persans durant les conquêtes de l’Islam des VIIème,
VIIIème et IXème siècles.
L’ouvrage traduit par les sahirs qui eût le plus d’influence sur la magie Astrale fût sans doute l’Almageste
de Ptolémée, qui fournît des théories sur la prédiction des phénomènes
astraux, et son compagnon, le Tetrabiblos, qui discute des effets mystiques de ces phénomènes sur
la terre. Ces ouvrages purent servir aux sahirs pour créer une théorie formelle de la magie Arabe,
comme Bonisagus l’avait fait pour l’Ordre d’Hermès en Occident. Ptolémée choisît d’utiliser
seulement le pouvoir des deux plus fortes des sept planètes dans l’influence des étoiles. Il fût
incapable d’unifier les Sahirs en un ordre formel, mais sa théorie fut accepté généralement
et aide à entretenir une association lâche entre les sahirs. Le pouvoir de la magie Astrale croît
toujours, vu que les observatoires dans les terres Islamiques balaient les cieux et fournissent également
des lieux saufs pour que les sahirs s’assemblent et étudient leur Art.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.