SDEN - Site de jeu de role
Accueil > C.O.P.S. > Scénarios > Une guerre des paroisses
Contribuer

C.O.P.S.

Une guerre des paroisses

mercredi 15 octobre 2003, par ElvenHunter

Scénario pour COPS tournant autour du monde des églises.

Dans ce scénario, les COPS seront au prise avec l’assassinat de représentants religieux de différents cultes. Le tout commence à sentir mauvais et il serait bon qu’une solution soit assez rapidement trouvée.

Introduction

Des prêtres de toutes les confessions que l’on peut trouver en ville ont été assassinés les uns après les autres, depuis environ un mois. L’affaire a fini par aboutir chez les C.O.P.S et ce sont les personnages qui se retrouvent être mis sur l’affaire. En effet, les autorités sont dépassées, ne sachant pas s’il s’agit d’une guerre sainte qui se prépare ou non.

La vérité est que l’Eglise de la Très Sainte Parousie (voir page 243 du livre de base) est en train de monter en puissance et qu’elle élimine tous ceux qui pourraient vouloir se dresser contre elle. Ils souhaitent commencer à purifier la ville, en attendant l’arrivée du Sauveur qu’ils recherchent. Ils ont d’ailleurs prévu de finir leurs « joyeuses festivités » en éliminant Jorge Mendellò, un chanteur athée et qui le revendique, lors de son concert prévu au Staples Arena.

L’enquête

Les faits
- Les meurtres : ils sont pour le moment au nombre de quatre. Un bonze, assassiné d’un coup de couteau, un rabbin étranglé à l’aide d’une corde, deux pasteurs respectivement empoisonné et abattu par balle. Tous les assassinats sont brutaux et en aucun cas, on ne peut penser à un accident. Sur place, il a été constaté que les tueurs n’étaient pas des familiers des victimes chez lesquelles ils sont toujours entré par effraction (serrures forcées, vitres brisées...) Une empreinte digitale a été trouvée et on attend encore le résultat de l’enquête à ce sujet (l’empreinte se trouvait sur la boîte de nourriture servie au premier pasteur). Excepté ceci, aucun indice n’a été laissé sur place. Le seul point commun qui peut être trouvé entre toutes les victimes est qu’elles travaillaient au sein des hôpitaux présents dans Downtown LA. C’est d’ailleurs par ce biais qu’elles ont attiré l’attention des fidèles de Simoes, partis à la recherche du nouveau messie.

- Ce que les témoins ont vu : Ils ont tous été interrogés par le LAPD et ne voient d’ailleurs pas pourquoi ils devraient répéter leur histoire à de nouveaux policiers. « Les rapports sont bien faits pour ça, non ? » Pour le bonze, il n’y en a pas. Pour le rabbin, il s’agit de ses enfants qui disent avoir vu de grandes ombres terrifiantes et portant des masques affreux. Ils n’ont qu’entendu leur père pousser un râle et ont vu les ombres s’élancer et disparaître derrière la porte explosée de leur maison. La femme du premier pasteur déclare que c’était une femme noire aux cheveux décolorés qui leur avait apporté la nourriture qu’ils avaient commandé. Ils ont commandé un plat de SecureFood chacun, auprès de leur restaurant habituel. Seule la personne qui est venue les livrer était différente de d’habitude, mais ils ne se sont pas méfiés. Enfin, les témoins du second pasteur sont ses paroissiens. Il était en plein sermon quand un homme a pénétré dans sa paroisse et a ouvert le feu. Il s’agit d’un chicano masqué d’après les témoins. Il a eu le temps de fuir avant que quiconque ne réagisse. Un témoin a pu relever qu’il portait une veste noire dernier cri de chez Benetton, un import direct d’Italie.

De fausses pistes
- Les hôpitaux : chaque religieux était très apprécié par le personnel des hôpitaux. Ils étaient présents pour supporter moralement les personnes en phase terminale, aussi bien que pour conseiller les nouveaux parents afin que leurs enfants ne quittent pas le sentier lumineux de la foi. Personne, au sein des hôpitaux, ne leur connaissait d’ennemis. Ils avaient eu à faire à des laïcs et à des membres d’une église bizarre, mais rien de bien particulier.

- Les croyants : les enquêteurs n’auront que des bons échos de la part des croyants qui suivaient les religieux. D’ailleurs, ils sont tous effondrés et n’apporteront pas d’information particulière, si ce n’est que les « prêtres » étaient tous bons et à l’écoute de chacun.

Un début de solution

- Machina Clothes : les personnages devraient finir par tomber sur cette boutique s’ils recherchent le magasin qui aurait pu fournir la veste Benetton au tueur chicano. Il existe trois ou quatre boutiques à la dernière mode italienne dans Downtown et il se peut qu’ils mettent un peu de temps avant de trouver celle-ci, qui vient tout juste d’ouvrir. Le patron de la boutique n’a vendu que trois vestes comme celle de la description que les COPS pourront faire : une à un habitué dont il refusera de donner le nom (mauvais pour les affaires, surtout qu’il s’agit du caïd qu’un gang qui le rackette), une autre à une personne qui a payé par carte de crédit (les COPS pourront donc connaître l’identité de l’acheteur, mauvaise piste) et à un groupe de trois ou quatre personnes qui ont acheté plusieurs vêtements et ont payé cash.

- Les vêtements : ils ont acheté beaucoup de vêtements, ce qui semble étonnant quand on voit la manière dont ils étaient vêtus quand ils ont pénétré dans le magasin. Ils sont passés d’un style très classique à un autre totalement fashion. Ce qui a le plus étonné le vendeur, c’est qu’ils ont payé cash et qu’ils semblaient être plus préoccupés par l’impression que les vêtements donnaient que par ce qu’ils étaient eux même. « Comme si ils voulaient se mêler à un groupe différent du leur » dira même l’assistant du gérant. Ce dernier a d’ailleurs noté que tous ces clients portaient une croix en bois autour du cou. Un portrait robot pourra être dressé rapidement, bien qu’il ne soit pas très précis. Si l’interrogatoire est effectué de manière subtile, les personnages pourront apprendre que les suspects ont murmuré quelque chose au sujet de Staples Arena. A noter aussi que la boutique se livre à de la contrebande de produits de contrefaçon et que le gérant répondra le plus vite possible pour empêcher les COPS de jeter trop de coups d’œil à son magasin. Cela pourrait sembler louche aux personnages...

- Les groupes chrétiens : si les personnages sont parvenus à dresser un portrait robot des personnes recherchées, ils pourront les comparer avec ceux présents dans les dossiers des COPS. Cela leur prendra du temps avant d’aboutir à une solution, sauf s’ils pensent à restreindre la recherche aux groupes ayant un rapport avec les groupes religieux de la ville. Le résultat sera la fiche d’un anglo blond aux yeux bleus avec un sourire de surfeur. Il a été fiché pour avoir participé à des manifestations contre l’avortement qui ont dégénéré. Son adresse, dans South Park, est indiquée. Il ne reste plus aux COPS qu’à s’y rendre.

- Chez Bryan : l’anglos blond du fichier de police se nomme Bryan. Si les COPS font une descente chez lui, ils tomberont sur un petit studio de 20m² rempli de livres bibliques. Sur un bureau surchargé, une chemise en carton contenant des photos et des coupures de presse sur Jorge Mendellò et ses déclarations contre les croyants. Mais ce dossier est perdu au milieu d’autres, sur différentes personnalités qui affichent très souvent leur homosexualité (ou leur bisexualité) ou qui affirment appartenir à des groupes satanistes. Le seul signe distinctif de celui sur Jorge est une coupure de presse annonçant son concert au Staples Arena... que Bryan a surligné en jaune.

Le Staples Arena

- Le concert : si les COPS arrivent au stade en uniforme, ils attireront immanquablement l’attention. Il vaut mieux qu’ils se fassent passer pour des fans « basiques » de Jorge Mendellò, bien que cela puisse sembler gênant pour le droit de port d’arme. Dans tous les cas, les responsables de la sécurité prendront assez mal cette présence de « super flics » dans l’enceinte qu’ils ont à surveiller (et qui sait, si les PJs se sont déjà mis certains services de police « concurrents » à dos lors d’autres missions, peut être que ces derniers pousseront la sécurité à mettre des bâtons dans les roues des personnages).
En tout état de cause, le concert commence bien. Le public participe pleinement à la fête et Jorge fait son show sans retenue. Il ne se fait pas provoquant, chante ses tubes les plus softs et bouge sur scène comme il ne l’a jamais fait. Les deux premiers éléments peuvent sembler étranges aux personnages. En effet, s’ils se sont renseignés sur le chanteur, ils devraient avoir appris qu’il ponctue normalement chaque chanson par une déclaration fracassante. En réalité, Jorge a reçu un message de la part de l’Eglise de la Très Sainte Parousie et il a peur. Lors de l’entracte, le message se transformera en action physique réelle. En effet, Jorge sera attendu par Carla, la femme vue par les témoins, qui lui montrera que ses camarades ne plaisantaient pas dans leurs déclarations. Si les PJs y pensent, ils pourront attendre eux aussi Jorge dans ses loges. Dans ce cas, Carla jouera le rôle d’une groupie hystérique qui rêvait de rencontrer son idole... sauf qu’elle joue son rôle très mal.

Revenu sur scène, Jorge commencera beaucoup plus fort. Son premier morceau : « Jesus Christ was a satanist » provoque une vague de déhanchements fous. A la fin de la chanson, Jorge révèlera qu’il « subit actuellement des pressions de la part de l’Eg... » Détonations. Jorge tombe, la gorge ouverte par des plombs. La panique est à son comble. Les tireurs peuvent se dissimuler au milieu de la cohue que leur acte a provoqué. Ils abandonnent, tout naturellement, leurs armes (qu’ils avaient pu faire entrer grâce à une complicité d’un membre du personnel).

- L’enquête post assassinat : Grâce aux enregistrements vidéos, Bryan et Carla seront identifiés tout comme un autre membre du groupe. Carla a d’ailleurs été vue tourner autour de la loge de Jorge. Le message de menace n’est pas signé, mais il pourra être retrouvé dans la loge du chanteur. Les COPS pourront aussi faire « craquer » le membre du personnel qui a permis aux armes d’entrer s’ils mènent bien leur interrogatoire et qu’ils parviennent à retracer l’emploi du temps, dans le stade, des tireurs (grâce aux caméras de surveillance). Grâce aux portraits et aux témoignages, les personnages devraient pouvoir remonter jusqu’à Bryan. Naturellement, les quatre membres de l’équipe d’assassinat disparaîtront dans la nature, cachés par leur Eglise. Bien que des avis de recherches soient lancés, les personnages seront démis de l’affaire (ils ont pu trouver les responsables et accumuler des preuves de leur culpabilité... mieux vaut qu’ils s’occupent à autre chose de plus intéressant que de courir derrière n’importe qui. Un flic de base peut très bien le faire). En effet, l’Eglise de la Très Sainte Parousie a des appuis à la mairie et paie suffisamment pour ne pas être trop embêtée.

Il se peut très bien que les personnages croisent Bryan dans un bar, lors d’une prochaine enquête... comment réagiront-ils alors ?



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.