SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Changelin : le songe > Aides de jeu > L’univers des fées > L’Histoire > L’Eclatement, l’Automne
Contribuer

Changelin : le songe

L’Eclatement, l’Automne

dimanche 18 juin 2006, par Mattboggan

Les vents froids de l’incroyance devinrent tempête. Une terrible vague de cette force née de l’incroyance s’abattit sur les royaumes féeriques. Les prophètes parmi les Kithain l’appelèrent la Nuit Sans Fin ou encore la Banalité. Ce raz-de-marée de Banalité anéantit de nombreuses fées, détruisant leur essence féerique en un instant. Ce fut l’Eclatement. Les sidhe, surtout, étaient particulièrement menacés. Leur fragile nature, plus pure que les autres fées (due, selon eux, à leur plus proche parenté avec les Tuatha), s’érodait sous les vents de la Banalité.

Confrontés à cette terrible menace, tous les Kithain durent faire face à deux choix : fuir la Terre pour rejoindre la douce Arcadia selon les ordres du Haut Roi des fées lui-même, ou désobéir et rester sur Terre. Mais pour pouvoir supporter la Banalité galopante, les fées devaient se réfugier dans des poches de Glamour, s’isolant du reste du monde, vivant entre le Songe et la Terre ; ou bien, un Kithain pouvait choisir de subir le rituel de la Voie Changelin - diluer son essence féerique dans celle d’un mortel, devant une créature hybride entre les deux, ni totalement humaine, ni totalement fée.

Les sidhe des deux Cours quittèrent en masse leurs cours terrestres pour fuir en Arcadia dont les portes et les chemins féeriques se fermaient les uns après les autres sous le coup de la Banalité. Paniqués face à la peur d’être emprisonnés dans un monde hostile, les sidhe, dans leur rivalité entre les Cours, s’affrontèrent dans une terrible bataille devant la Porte d’Argent, le dernier - et plus grand - chemin vers Arcadia. Au cours de cette bataille, la Porte d’Argent fut perdue, ainsi que l’Ile des Rêves sur laquelle elle se situait. Une fois les sidhe partis, le monde qu’ils laissèrent derrière eux était gris et terne. L’Automne était arrivé. De nombreux kith avaient totalement disparu de la surface de la Terre.

C’est dans ce monde que, à l’inverse, la plupart des roturiers décidèrent de rester, passant outre les ordres du Haut Roi et endossant l’identité d’humains. Mais cette nouvelle existence était difficile : les roturiers, devenus des changelins, étaient vulnérables aux Brumes créées par les Tuatha. Celles-ci avaient d’ailleurs été contaminées par la Banalité. De fait, les changelins, faisant semblant d’être des humains afin de pouvoir vivre dans un monde qui refusait leur existence, avaient grand peine à se souvenir qu’ils étaient autre chose que de simples humains. Pour cette raison, les Brumes devinrent les Brumes de l’Oubli. Plus un changelin était affecté par la Banalité du monde environnant, plus il avait de difficulté à se rappeler qu’il était une fée jusqu’à ce que son esprit féerique, son kith, ne disparaisse totalement sous le poids de la Banalité et ne connaisse la Déchéance. Son esprit féerique s’assoupissait alors et n’était relâché de son enveloppe mortelle qu’à la mort de son hôte, rejoignant le Songe, croyait-on, avant d’être réincarné sur Terre dans un nouveau corps.

Dans ce monde crépusculaire, les anciens rêves qui s’incarnaient s’évanouirent aux yeux des humains, ne devenant que des fragments de leur imagination collective qu’ils refusaient de voir. Ces chimères ne devinrent visibles que pour les changelins, qu’elles soient des animaux fantastiques, des châteaux merveilleux, de simples vêtements ou des armes. C’est à cheval entre les deux réalités, la réalité chimérique et la réalité banale, que les changelins vécurent.

Les siècles s’écoulèrent, mornes, terribles, et la Banalité augmenta sans cesse. Face aux affres de la pensée rationaliste des Lumières, à la misère mécanique de la Révolution industrielle, aux horreurs des deux guerres mondiales et au règne matérialiste de la société de consommation, les Kithain chuchotaient des histoires au coin du feu sur les temps futurs. Le spectre de l’Hiver, dont les prophètes disaient qu’il serait éternel et qu’il sonnerait la mort de toutes les fées face à l’extinction de tout Glamour sur Terre, hantait les changelins.

Les changelins, abandonnés par les sidhe, durent trouver de nouvelles formes d’organisation pour survivre dans ce monde matérialiste. Le système de cours et de fiefs tomba en désuétude pour laisser la place à de petits groupes errants, à la manière des gens du voyage ou des cirques ambulants. En effet, avec leurs corps souvent marqués par des signes de leur être féerique (comme des cornes pour un satyre ou même la peau bleue d’un troll), les changelins s’adaptaient mal à la vie sédentaire urbaine. Ils réinventèrent leurs traditions, et aujourd’hui encore la terminologie employée par les fées mélange les influences médiévales et celles de ce temps obscur.

De la même manière, dans un souci de survie et par lassitude, les changelins des deux Cours parvinrent à un accord qui mettait fin à la Guerre des Cours. Sans les sidhe, cette guerre perdait tout son sens. Le Traité fut le résultat d’une telle entente. Plus jamais les deux Cours ne se feraient la guerre pour le simple fait d’être différentes. Un changelin Unseelie pouvait à présent traverser le domaine d’un Kithain Seelie sans que ce dernier ne le provoque en duel pour cela.

Avec l’apparition de nouvelles idées - comme le socialisme, le communisme ou le capitalisme - les changelins apprirent à vivre dans un monde qui avait bien changé. Chaque changelin devint un défenseur du rêve et de l’imagination par sa simple existence. Mais le combat qu’ils menaient était perdu d’avance ; le monde progressait inexorablement vers l’Hiver...



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.