SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Changelin : le songe > Aides de jeu > L’univers des fées > L’Histoire > La Séparation, l’Eté
Contribuer

Changelin : le songe

La Séparation, l’Eté

dimanche 18 juin 2006, par Mattboggan

Avec la défaite des Fomorians, une étincelle vitale avait quitté le monde. Les âges primordiaux s’étaient achevés, et les Tuatha, eux aussi, avaient embarqué sur leurs nefs lunaires pour chercher les Lointains Rivages. Avec leur départ, le monde avait avancé d’un âge, et le Printemps prit fin. Les hommes commencèrent à se détourner du Songe, peut-être par jalousie envers les dieux, peut-être par peur. Apprenant à se défendre des créatures des rêves, les humains forgèrent pour la première fois des armes en fer, incarnation matérielle de l’incroyance naissante et de la peur de la Séparation. Dès lors, le fer froid devint anathème pour les fées, détruisant à jamais leur essence immortelle et la précipitant dans le Néant.

Néanmoins, les enfants des Tuatha, les fées - ou Kithain - devinrent-elles les maîtres de la Terre, inspirant les humains, protégeant les poètes, les chefs et les fous parmi eux. Les Kithain puisaient leur énergie, le Glamour, dans les rêves des humains, qu’ils soient plaisants et lumineux ou terrifiants et cauchemardesques. Les Kithain étaient nombreux et multiples. Les trolls, les pooka, les boggans... il existait autant de races, ou kith, de fées que l’imagination humaine en inventait. Régnant sans partage sur le monde des rêves depuis la lointaine et fantastique Arcadia, les sidhe étaient les terribles Seigneurs du Songe à la beauté lumineuse comme leurs créateurs, les Tuatha dé Danaan. Organisés en deux cours rivales, la Cour Seelie de l’honneur et de la tradition régnait sur le printemps et l’été de chaque année tandis que la Cour Unseelie du chaos et de la nuit dominait la sombre moitié de l’année, pendant l’automne et l’hiver . Les deux Cours échangeaient le pouvoir lors des anciennes célébrations de Beltaine et de Samhain après de faux combats.

C’était le doux temps de l’Eté. C’était un temps de glorieuses épopées, de combats épiques où la mort n’était qu’un autre rêve pour les Kithain. Peu à peu, les hommes s’organisèrent et fondèrent de brillantes civilisations. L’une d’elle, la société féodale, influença profondément les royaumes féeriques qui se mirent à copier les humains, s’organisant en chevaliers, en rois et en princesses. Les sidhe encouragèrent ce mouvement, voyant là des temps favorables à leurs idéaux d’honneur et de chevalerie. Ils devinrent, naturellement, les nobles du Songe. Les roturiers, c’est-à-dire tous les autres kith, s’occupèrent d’autres tâches. Les boggans peuplaient les maisons des paysans, les aidant dans leurs tâches quotidiennes et les pooka continuaient de jouer des tours, insouciants du temps qui passe.

Mais bientôt, des vents froids porteurs de sombres changements venus de terres inconnues atteignirent les cours féeriques. L’Eté touchait à sa fin et l’Automne approchait. Les hommes, influencés par la croyance du Dieu Unique et voulant se protéger des monstres qui rôdaient dans la nuit, se réfugièrent dans l’incroyance et l’intolérance. L’Inquisition incarna le refus de toute autre croyance au surnaturel que celle des chrétiens. Nombreux furent les glorieux chevaliers-faé qui partirent en quête afin de trouver la réponse à l’énigme que représentait ces temps changeants - sans résultat.

Les Cours entrèrent alors en guerre, car elles n’étaient pas d’accord sur la manière dont les Kithain pouvaient inverser cette tendance. Les Unseelie voulaient apparaître aux mortels, les terroriser, les obliger à reconnaître le pouvoir terrible du Songe, tandis que les Seelie pensaient qu’il fallait se préparer et encourager les humains à rêver, afin d’amener des temps nouveaux plus clairs. La Guerre des Cours plongea les royaumes féeriques dans le chaos alors que les armées de trolls, de satyres et de fiers guerriers sidhe s’opposèrent sur les champs de bataille dans les plaines du Songe et sur Terre. Souvent, les humains malchanceux qui étaient les témoins de tels affrontements devenaient fous - s’ils en réchappaient. Cette guerre résonna aussi dans le monde humain, et ses échos furent les invasions barbares, la guerre de Cent Ans et... la Peste Noire. Alors qu’un tiers de la population humaine mourrait, emportée par la Mort Noire, la peur et la haine engendrées par une telle catastrophe, cela se répercuta sur les fées, accusées par l’Eglise d’avoir causé ces maux.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.