SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Château Falkenstein > Aides de jeu > Protagonistes > Personnages de “Qu’on Lui Coupe la Tête” > Alice Liddell
Contribuer

Château Falkenstein

Alice Liddell

samedi 14 mai 2005, par Cedric Chaillou

Histoire

Cadette d’une famille de trois enfants, votre père était le doyen du Collège de Christ Church, à Oxford. Vous passiez le temps libre entre vos leçons à jouer avec votre chat, et à rêver que vous étiez ailleurs. Vous étiez très proche d’un professeur de mathématiques du Collège, Charles Dodgson, qui vous emmenait souvent faire une promenade en barque avec vos deux sœurs, et en profitait pour vous conter de merveilleuses et absurdes histoires. Il était avec vous, ce fameux après-midi d’été, lorsqu’un Lapin blanc, clamant qu’il était en retard, passa en courant devant vous... Et il vous a accompagné pour ce premier voyage dans le Pays des Merveilles... Oui, vous êtes bien l’Alice du Pays des Merveilles, ce livre narre des aventures qui vous sont réellement arrivées.

Après en être revenu, vous ne rêviez que d’y retourner. Malgré les dangers et l’étrangeté du Royaume Faë, vous étiez attiré par ses mystères. Et vous saviez que Charles Dodgson, bien qu’adulte, ressentait la même chose que vous... Vous aviez douze ans lors de ce voyage, et c’est l’an suivant que votre père vous envoya dans un pensionnat de jeunes filles, comme il est d’usage pour les filles de bonne famille. C’est là-bas que vous avez rencontré Julia Drayton.

Julia, issue d’une riche famille londonienne, se passionnait pour la criminologie et les enquêtes policières, à tel point qu’elle introduisait dans votre dortoir des journaux scandaleux, relatant d’horribles crimes. Elle avait déjà été punie pour cela, mais cela ne l’empêchait pas de continuer... D’ailleurs, elle vous surprit plusieurs fois en découvrant le nom du coupable avant qu’il ne soit annoncé par la presse. Votre amitié débuta le jour où vous l’avez aidée à soustraire un de ses journaux aux regards d’une surveillante, et ne fit que se renforcer au fur et à mesure que vous appreniez à vous connaître. Julia était une des seules personnes qui croyait à vos aventures, et ce fut la première à être au courant de votre seconde excursion au Pays des Merveilles, l’année suivante.

Vous vous trouviez dans le salon de votre père lorsque, en regardant le miroir, vous avez eu l’impression que quelque chose se trouvait au-delà et, en touchant la surface du miroir, vous avez su que vous pourriez la traverser. Emportée par votre curiosité, vous êtes passée de l’autre côté, pour vous retrouver au Pays des Merveilles pour la seconde fois, dans une région un peu différente. Vous n’en avez parlé qu’à Charles Dodgson qui, comme il l’avait fait la première fois, écrivit un livre à ce sujet, après avoir lui aussi fait un voyage de l’autre côté, et à Julia. Vous saviez que la plupart des autres personnes refuseraient de vous croire...

Après le pensionnat, vous avez cultivé la compagnie des Faës, cherchant à en apprendre plus sur eux et sur leurs Royaumes. Vous vous êtes liée d’amitié avec plusieurs d’entre eux, en particulier un Pixie nommé Malvin. Ce dernier, après vous avoir rencontrée lors d’une soirée mondaine, s’est mis en tête de vous faire la cour ! Vous ne saviez trop comment réagir à cela... Ce n’était bien sûr pas inconvenant, juste... étrange, de voir une créature de dix centimètres de hauteur vous faire une déclaration. La taille n’est pas vraiment un obstacle, de toutes façons après tout, vous avez déjà eu cette taille vous aussi, dans le Pays de Merveilles. Tout bien considéré, vous appréciez Malvin, mais vous ne savez pas encore si vous l’aimez, d’autant plus depuis que Jonathan Bayle, un jeune médecin, vous fait lui aussi sa cour.

Vous avez rencontré Jonathan lors du bal d’ouverture de la Saison, il y a quelques mois. C’est un jeune homme brillant, séduisant certes, et qui vous plaît, mais malheureusement, il n’a pas l’air d’approuver réellement votre intérêt pour les Faës, et cela complique vos relations et envenime les siennes avec Malvin, ce qui vous chagrine.

L’affaire de la Tour de Londres

Vous en étiez à vous demander lequel de vos deux prétendants choisir, et vous aviez d’ailleurs décidé de prendre un peu de recul, en revenant passer quelque jour chez votre père. Et là, encore une fois, la magie est entrée dans votre vie : vous étiez dans le salon devant le même miroir qui vous avait fait plonger de l’autre côté, quand l’image s’est brouillée, en faisant apparaître une scène du Pays des Merveilles. Le plus extraordinaire, c’est que vous avez vu apparaître la Tour de Londres dans le lointain ! Vous vous êtes frottée les yeux, mais elle était toujours là. Puis le miroir vous a de nouveau renvoyé votre image.

Vous n’aviez pas suivi les nouvelles avec beaucoup d’attention, ces jours-ci, mais vous saviez quand même que la Tour de Londres avait mystérieusement disparu. Un savant fou l’avait en effet fait disparaître et il avait menacé d’en faire de même avec tous les monuments de la ville, puis avec la ville entière, si on ne lui offrait pas un cinquième des terres d’Angleterre... Cest Julia qui vous avait parlé de cette histoire, avant même que les journaux ne s’en emparent : elle est en effet devenue l’assistante d’un détective privé célèbre, un Français, M. Rocque. Tous deux étaient impliqués dans cette histoire, qui comprenait aussi des enlèvements.

Vous n’avez fait ni une, ni deux : vous avez contacté Julia immédiatement, par télégramme. Quand elle est arrivée, avec son détective, vous avez appris qu’ils enquêtaient sur la disparition d’un savant, le professeur Bowell, et qu’ils avaient été engagés par sa fille, qui s’était fait enlever à son tour. Ils avaient l’intuition que ces enlèvements étaient liés à la disparition de la Tour, qui advint quelques jours plus tard : en effet, le professeur était un spécialiste de l’optique, et les sources de Rocque lui avaient indiqué que la Tour n’avait pas vraiment disparu, mais qu’elle était simplement devenue invisible ! Rocque était persuadé qu’un certain Fowler, un scientifique ridiculisé pour ses théories loufoques par ses pairs, et en particulier par le professeur Bowell, avait voulu de se venger, et que c’était lui le responsable.

Un plan un peu fou a alors germé dans votre esprit : il était sans doute possible de pénétrer dans le Pays des Merveilles pour en apprendre plus sur toute cette histoire, peut-être même pour parvenir au repaire de Fowler. Vous en avez parlé à Julia et à M. Rocque qui ont accepté de tenter l’expérience, puisqu’ils n’avaient plus aucune piste. Au cas où, vous avez demandé à Jonathan et à Malvin de venir vous prêter main-forte. Bien sûr, l’idée a fait le désespoir de Jonathan, qui trouvait cette idée démente et vous enjoignait d’abandonner ces chimères, et de Malvin, qui craignait plutôt pour vous.

Vous avez donc franchi le miroir, lorsqu’il s’est de nouveau ouvert, et votre petit groupe est entré dans le Pays des Merveilles, cherchant une route vers le repaire du criminel. Vous êtes arrivés dans un champ de fleurs parlantes, qui vous ont indiqué approximativement le chemin de la Tour, tout en s’invectivant les unes les autres et se traitant mutuellement de « mauvaise herbe ». C’est en arrivant devant la Tour que vous avez rencontré le sourire du Chat du Cheshire, d’abord, puis le Chat tout entier. Une créature très étrange. Vous lui avez demandé s’il savait pourquoi la Tour était ici et comment la renvoyer à Londres. Il vous a répondu que non...

« ...Toutefois, si moi je voulais sortir de ce pays par un miroir pour surprendre un certain savant fou, dit le Chat du Cheshire en roulant des yeux, j’irais voir du côté des champs d’élevage de reflets. Justement, je connais un raccourci, si vous me promettez de n’en rien dire à la Reine... Vous savez comme elle adore couper les têtes... » Sur ce, il se frotta en ronronnant contre une pierre saillant de la Tour, et la porte de celle-ci s’ouvrit, donnant sur un salle dont on avait l’impression qu’elle n’était composée que de miroirs, de bulbes lumineux et de serpentins de verre parcouru par des mixtures étranges. Le Chat avait disparu...

Description

A 20 ans, vous avez conservé votre longue chevelure blonde et vos yeux bleus de votre enfance. De taille moyenne, vous vous efforcez, en jeune femme du monde, de toujours paraître élégante, sans toutefois pousser la coquetterie trop loin...

Ce que vous pensez de...

Julia Drayton :
C’est votre meilleure amie, et vous craignez que ses activités, peu recommandables pour quelqu’un de sa condition, ne portent atteinte à sa réputation. Bien sur, elle s’en moque, tout en respectant votre point de vue. Vous l’appelez Julia.

Guillaume Rocque :
Il a peut-être des allures de gentleman, mais il n’aurait jamais du entraîner Julia dans de telles aventures. Une jeune femme respectable comme elle ne peut se compromettre dans de pareilles occupations. Evidemment, on ne peut sans doute pas attendre d’un Français de comprendre ce genre de questions... Vous l’appelez Guillaume.

Jonathan Bayle :
Il est charmant, de bonne famille, et vous l’aimez bien, mais vous savez qu’il désapprouve votre intérêt pour les Faës, ce qui rend vos conversations parfois difficiles. Vous l’appelez Jonathan, ou « mon ami ».

Malvin :
Malgré ses dix centimètres de haut, ou peut-être à cause d’eux, vous l’aimez beaucoup, sans savoir s’il s’agit d’amour ou d’amitié. Bref, vous n’arrivez pas à choisir entre Jonathan et lui. Vous lui êtes également gré de ne jamais avoir tenté d’utiliser ses pouvoirs Faës pour vous faire tomber amoureuse de lui.

Archibald :
Le majordome des Bayle, qui a élevé Julia après la mort de ses parents. On voit qu’il éprouve une tendresse paternelle envers votre amie.

Talents

Agilité : Bon
Aisance sociale : Excellent
Attraction : Excellent
Charisme : Excellent
Courage : Bon
Discrétion : Faible
Finances : Bon
Instruction : Excellent
Perception : Bon
Physique : Bon



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.