SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Connaissance > Histoire > Moyen-Age > Glossaire médiéval
Contribuer

 Connaissance

Glossaire médiéval

quelques termes utiles

mardi 15 novembre 2005, par darkbaron

Adoubement : Cérémonie qui marque le passage à l’état de Chevalier, étroitement lié à la noblesse et de façon certaine après l’an mil.

Aide : Catégorie de services dus par le vassal à son seigneur soit militaires : Ost, chevauchée, garde du château, soit financiers : rançons, croisade.

Alleu : Terre ne relevant d’aucun seigneur, par opposition au fief. L’alleu du seigneur ne comporte ni hommages ni services nobles. De même, la tenure, alleu paysan n’entraîne ni redevances, ni services, ni droits dus au seigneur foncier.

Amessement : Cérémonie religieuse obligatoire durant laquelle un clerc purifie la jeune mère avant les relevailles.

Anneau de salut : Anneau scellé dans le mur extérieur d’une église, il suffisait de le saisir pour échapper à la justice séculière. (on les voit encore aujourd’hui sur les plus anciennes.)

Ban : Droit de commander, de contraindre, de bannir. Par extensions :ensemble de feudataires tenus envers le roi ou le seigneur au servicemilitaire.. Le roi "levait le ban", c’est à dire convoquait ses vassaux en armée pour faire la guerre.

Barbacane : Ouvrage situé en avant d’une porte de château dont il assure la défense ; ou meurtrière étroite pratiquée dans les murs d’une enceinte fortifiée.

Bassinet : Casque en usage au XIIIe et XIVe siècles, formé d’une visière mobile et souvent pointue percée de trous.

Beffroi : Tour de ville (donjon), dans laquelle on plaçait des gardes pour surveiller la campagne et une cloche pour sonner l’alarme.

Béhourt : Joute, tournoi.

Bliaud : Tunique de laine ou de soie, aux manches très courtes, et serrée à la taille par une ceinture.

Brigandine : Petite cotte de mailles ou armure légère en usage du XIIe au XVIe siècle. Corselet de plates rivées sur cuir ou sur tissu.

Broigne : Justaucorps de cuir, de toile ou de soie, bardé extérieurement de pièces de métal ou de cuir.

Condottiere : En usage à la fin du Moyen-Age (XVe siècle).Terme Italien désignant un chef de partisans ou de soldats mercenaires en Italie.

Echauguette : Partie de fortification. Guérite pour le guet placée généralement en encorbellement sur la muraille ou contre une tour.

Jacque : Vêtement de guerre protégeant les bras, le torse et finissant en jupe courte. Généralement en maille, il est porté par les gens des communes et les archers.
Le jacque est aussi un vêtement, une espèce de brigantine à jupe.

Jaseran : Cotte de maille.

Manicle : Gantelet, plus précisemment garde du gantelet.

Mentonnière : Pièce que l’on attachait, au milieu du XVe, devant la barbute et qui protégeait le nez et le bas du visage (plutôt rare)

Miséricorde : Dague à lame mince et à deux tranchants. A l’origine une épée très courte. Destinée à se glisser dans les défauts de l’armure.

Pansière : Partie de l’armure qui recouvre le ventre et la poitrine. Elle remplace le haubert de mailles qui est devenu une protection insuffisante. Fait d’une ou plusieurs plaques d’acier, elle est réunie à la dossière par des charnières ou des courroies.

Mangonneau : Sorte de catapulte fréquemment utilisée au XVe. Il portait à une extrémité de son levier une poche pour loger le projectile, et, à l’autre, un fort contrepoids.

Motte : Eminence de terre, naturelle ou artificielle, sur laquelle l’on édifiait originellement un habitat seigneurial fortifié ; premier stade de l’élaboration d’un château fort.

Ost : Terme désignant l’armée. le "service d’ost" était une des trois modalités du service militaire vassalique, avec la chevauchée et la garde. Il était généralement limité à 40 jours par an.

Quintaine : Mannequin monté sur un pivot et armé d’un bâton, qui, lorsqu’on le frappait maladroitement avec la lance, tournait et assenait un coups sur le dos de celui qui l’avait frappé.

Salade : Sorte de casque en usage du XVe au XVIIe siècle.

Sayon : Casaque de guerre en cuir, en laine (saie, gonelle) ou en maille de fer (cotte de mailles, haubert) portée sous l’armure.

Soleret : Chaussure armée de plates pendant le XVe siècle. Mais, dès le XVIIe, on posa sur la maille des bas de chausses des pièces de fer qui protégeaient le cou-de-pied. Ces appendices indépendant des grèves que l’on commençait à adopter vers 1270, s’attachaient par des courroies sous le pied. C’est l’origine des solerets, c’est à dire des chaussures de fer.

Spallière : Armure des épaules. Partie d’acier supplémentaire fixée sur l’épaule et débordant sur l’arrière bras, dans le butde renforcer la protection des épaules, zone fragile souvent touchée par les coups qui glissent sur le heaume.

Surcot : Vêtement étroit qui couvre soit une cotte de maille, soit un corselet d’acier. Apparaît au XIVe et remplace les cottes flottantes. Rembourré sur la poitrine et les épaules, il ne couvre que le haut du corps descendant peu au-dessous des hanches, il est sans bras. Comme cela, il ne gène pas les mouvements et protège du soleil les armures et les cliquetis généré par ces dernières.

Tabard : Manteau posé sur l’armure. généralement fait en étoffe grossière.

Targe : Du XIIe et XIIIe équivalent à l’écu. A partir du XIVe, le targe désigne les boucliers qui ont une base arrondie.

Trébuchet : Machine de jet de la famille des mangonneaux, employée pour abattre des murailles



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.