SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Donjons & dragons > Aides de jeu > Villes et autres lieux > Gwaldor
Contribuer

Donjons & dragons

Gwaldor

Villes et Plans

vendredi 22 septembre 2006, par Azelun D’Aexarn

Gwaldor

Il se pourrait que l’origine de la ville soit un temple abandonné. La construction aurait un mélange d’architecture naine et elfique, chose particulièrement improbable à l’époque.
Les chroniqueurs parlent de cette époque ancestrale où nains et elfes vivaient en harmonie. Aujourd’hui, ce sont plutôt des hommes qui occupent les vestiges dont il ne reste presque rien, si ce n’est des catacombes où des restes d’humanoïdes furent retrouvés. Les galeries servirent à édifier un système d’égouts et d’évacuation sur plusieurs niveaux. Des couloirs furent mis à jour mais on s’empressa de les reboucher n’ayant aucune envie de découvrir de mauvaises surprises comme ce fut le cas à Österbourg. Les colons voulurent principalement construire une place forte, une sorte de point de chute pour tous les villages environnants. Cela se révéla très utile lors des raids goblinoides à tel point que de place forte, on passa à cité fortifiée.
La ville aujourd’hui fait principalement office de protection et de point de départ pour tous les villages et fiefs alentours. Les ressources se basent sur le mercenariat et le commerce. L’activité d’aventuriers aide aussi car les territoires à l’ouest restent mal contrôlés et remplis encore de vestiges passés.
Economiquement modeste, la ville ne croule pas sous les décorations et rien ne vient rehausser les quelques parties ostentatoires du quartier bourgeois plus que la normale. L’aspect de la ville est assez spartiate, un octogone entoure les bords du tertre sur lequel elle a été bâtie, avec à chacun de ses côtés une tour.
En son centre, un donjon est repérable de très loin. Sinon au pied des murailles, c’est un amas de tentes, de cabanes, de quelques constructions en pierre qui font que l’on aurait du mal à voir les fondations. En fait il en est ainsi depuis les derniers raids goblinoïdes et particulièrement le tout dernier qui a vu les troupes rester dans les murs de la ville suffisamment longtemps pour y laisser une marque conséquente. Seules les murailles ont tenu et quelques bâtisses.
Le salut de la ville vient d’un curieux phénomène. Des profondeurs de la ville, sont apparus des guerriers nains et elfes combattant côte à côte. Leurs armures étincelantes au caractère ancien les faisaient remarquer au sein de la mêlée. Pas de spectres ou de fantômes mais des grands anciens. Ils disparurent aussi rapidement qu’ils apparurent. On raconte qu’ils seraient venus d’une crypte perdue dans les sous-sols de Gwaldor, un ancien cimetière nain.
Depuis, les haines raciales ont curieusement disparu dans la cité. L’Auberge de la Fraternité sur la place des Halles en est la preuve, puisqu’elle est tenue par un elfe et un nain... mais dans les grandes lignes, cette entente s’arrête lorsque l’on passe le porche de la cité.

Un bourgmestre est élu par un conseil représentatif des activités de la ville. Une caste de petite noblesse garde tout de même les rênes de la cité, mais la bourgeoisie a son mot aussi à dire. La guilde de marchands qui gère la principale économie de la ville pourrait aussi être la maîtresse de Gwaldor mais elle n’agit qu’indirectement. Moralité, malgré ce semblant de démocratie, Agmar Lojejlovic est bourgmestre depuis trente ans et personne n’est venu s’opposer à lui depuis de nombreuse années. Il s’appuie sur la petite noblesse des alentours avec laquelle il entretient des rapports privilégiés en fermant les yeux sur leur autonomie et en leur garantissant des avantages économiques, et sur le sénéchal de la cité, Oswald Guerg, garant de l’ordre et de la sécurité par la force si besoin est. Ce dernier est le chef d’une ancienne compagnie de mercenaires devenue sédentaire dans la ville. Il est à la tête d’une cinquantaine d’hommes aguerris.

Les pôles de la ville se constituent principalement de la place des Halles où arrivent tous les marchands et voyageurs, dans un immense fouillis de tentes dressées, d’étals de toutes sortes, de cabanes improvisées, de charrettes... L’Auberge de la Fraternité attire les voyageurs souhaitant le gîte et le couvert, elle donne sur la place des Halles, tous les quartiers environnants appartiennent aux artisans, commerçants et boutiquiers modestes.
L’Hôtel des Monnaies, siège de la guilde des marchands, accueille tous ceux qui veulent écouler leur marchandise. C’est aussi un lieu de change qui fait office de banque. Au nord, le quartier bourgeois possède les plus grandes et belles bâtisses de la ville. Le donjon accueille le conseil et tout le système administratif, des quartiers militaires, des geôles et les quartiers du bourgmestre.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.