SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Fading suns > Aides de jeu > Contrées des Mondes Connus > Planètes des Mondes Connus > Le Front Symbiote : rappel historique
Contribuer

Fading suns

Le Front Symbiote : rappel historique

jeudi 2 avril 2009, par Benoît Felten, Kerk

En d’autres termes : comment Stigmata est-elle devenue le bourbier qui oppose humains et Symbiotes ?

Baylor ne pouvait plus retenir une minute de plus le repas de ce midi - il finit par tout lâcher, une masse chaude et humide, maculant les jambes de son sergent. "Bordel, la pucelle !" éructa le sous-officier, bien plus énervé par l’attitude du jeune serf que pour son treillis (déjà couvert de boue) "Ca fait déjà un bail qu’il est clamsé, pas besoin de poser un renard !".

La personne à laquelle il faisait référence était le lieutenant Garrick, Cinquième Légion, Compagnie Typhon. Porté disparu depuis déjà quelques jours, présumé capturé par des espions symbiotes. La section de Baylor était tombé sur son corps, dans les bois à l’est de Sylan. Le pauvre gars avait été ligoté à un arbre à l’aide de fibres végétales et son estomac avait implosé, libérant des espèces de larves blanchâtres. Quelques unes se tortillaient encore au pied de l’arbre, mais la plupart avait décampé ou rejoint leurs maîtres symbiotes. Le visage de Garrick était figé par une expression d’horreur.

"Bon Dieu, mais qu’est-ce qu’il lui est arrivé chef ? gémit Baylor, incapable de détacher ses yeux du soldat mort.
Arrête de psychoter ! lui répondit le sergent. Ils l’ont utilisé comme cocon pour faire naître quelque chose. J’ai déjà vu ce tour-là avant. Et reprends-toi la bleusaille, ou tu finiras pareil ! Il y a un sacré bordel ici - ces enfoirés de pustuleux s’amusent à chambouler l’Oeuvre du Pancréateur de tous les côtés. Tu t’y feras."

Baylor ferma les yeux et marmonna une litanie que son père avait pris pour habitude de lui lire, là-bas, dans leur paroisse de Rempart. Il retrouva un certain soulagement et se souvint de pourquoi il était ici - empêcher ce qui était arrivé à Garrick de se répandre à travers les Mondes Connus. A sa façon, il était un Croisé finit-il par se dire ; le Pancréateur veillerait sur lui. Même si pour ses seigneurs li halan il n’était qu’un serf, un fermier, le destin l’avait désigné pour la levée des troupes et pour finir ici. Il se jura de ne revenir qu’avec les honneurs et des décorations puis se redressa, balayant les filets de salive qui avaient coulé sur son menton.

Il se tourna vers le sergent pour lui faire signe, mais il vit le visage de ce dernier devenir livide, les yeux fixés sur la forêt. Baylor suivit le regard du vieux vétéran et vit la chose, une masse blanche et charnue, constituée de milliers de larves, se tordant et fonçant droit sur eux depuis les sous-bois ; d’une manière ou d’une autre, elle avait trouvé le moyen de muter et de se creuser une bouche qui ne cessait de s’ouvrir et de se refermer, à croire que la chose se pourléchait les babines... Entre deux déglutitions, on pouvait apercevoir des restes humains dans sa gueule, qui attendaient d’être lentement digérés par les sucs acides.

Baylor sentit un liquide tiédasse couler entre ses jambes, avant qu’il ne se mette à détaler, ignorant les hurlements de ses compagnons... (extrait du supplément VO Legions of the Empire)

Genèse

Au début du 50e siècle, les Mondes Connus allaient devoir faire face à une menace comme ils n’en avaient jamais connu jusqu’alors. Ce fut le début des Guerres Symbiotes, qui durent encore à ce jour.

Le premier acte des Guerres Symbiotes se déroula sur le système d’Absolution. En 4900, un immense vaisseau de type inconnu franchit le portail. Il ne ressemblait à aucun modèle répertorié et sa technologie semblait parfaitement incompréhensible. La petite flotte qui surveillait le Portail ne fit pas le poids et se vit rapidement mise hors d’état de nuire. Avant que des renforts ne puissent être mis en place, le vaisseau plongea dans l’atmosphère de la planète et, atterrissant près de la capitale - le plus grand centre de population et d’industrie sur Absolution - il déversa des hordes armées monstrueuses.

Les témoignages de cette première attaque parlèrent d’êtres proto-humains ou animaux changeant de forme à volonté, d’armes végétales qui éructaient la foudre, d’ennemis qui se régénéraient même après les pires blessures. Ce fut un massacre. En quelques heures, des milliers d’habitants furent tués, des bâtiments détruits puis les étranges légions repartirent par où elles étaient venues. Lorsque les renforts humains parvinrent sur les lieux, les ruines se couvrirent de végétation, comme si elles avaient été abandonnées à la végétation depuis des siècles...

Les nantis fuirent Absolution en masse, mais une grosse partie de la population ne crut pas à une réelle menace. Après tout, il n’y avait qu’un vaisseau et il était reparti, non ? Les nobles, néanmoins, furent plus inquiets... Pour eux, qui disait vaisseau disait technologie avancée et l’hypothèse qu’il fut seul ne tenait pas la route. Ils envoyèrent ainsi une requête au Régent (rappelons que depuis l’assassinat de Vladimir Ier en 4550, les Régents se succèdent tous les dix ans). Les éléments décrivant l’attaque furent pris très au sérieux et cette nouvelle race xénomorphe fut baptisée "Symbiotes". Malgré le peu de pouvoirs entre les mains de la Régence, la menace fut jugée importante et une force composée de vaisseaux des diverses Maisons nobles s’assembla pour aller protéger Absolution. Mais cela nécessita des mois entiers...

Malheureusement, ces quelques mois furent de trop, les Symbiotes en profitèrent pour revenir en masse. Grâce à de nombreux vaisseaux, ils purent rapidement prendre le contrôle spatial du système d’Absolution. Ils y restèrent quelques temps, semblant ne pas vouloir attaquer en masse comme la fois précédente, mais lorsqu’ils se décidèrent à atterrir, les forces armées au sol furent soudain assaillies dans le dos, par des Symbiotes déjà présents sur la planète et surgissant de nulle part. Pris en tenaille entre ces deux forces, les humains n’eurent aucune chance. Avant même que la force assemblée par le Régent ne parvînt à Absolution, les Mondes Connus savaient délibérément que ce système-frontière était perdu et il n’y eut aucun témoin pour leur décrire l’horreur de la chose...

L’humanité au bord du gouffre

Au même moment, Daïshan, un système voisin d’Absolution et bastion de la Maison Masseri, fut assaillie à son tour. Mais cette fois-ci, pas de force interplanétaire, pas de vaisseaux ennemis ! Les Symbiotes émergèrent des forêts de Daïshan sans que nul ne sache comment ils y étaient entrés. Il était inimaginable qu’un tel nombre de combattants aie pu être transporté en secret... La flotte du Régent fut finalement envoyée sur Daïshan (il était bien trop tard pour Absolution) tandis que les premiers réfugiés commençaient à affluer vers le système de Stigmata. Lorsque la flotte arriva, les témoignages de ceux qui purent s’échapper de la planète firent froid dans le dos des amiraux des différentes Maisons nobles : des végétaux vivants sortis des jungles de Daïshan, des arbres qui se déracinaient et attaquaient, des soldats masseri qui revenaient transformés et déchiquetaient leurs propres camarades... Une décision terrible fut alors prise : puisque l’ennemi semblait lié à la nature, il fallait frapper sans pitié, sans le moindre remord ou considération pour la planète !

Des premiers raids furent organisés pour défolier et brûler les forêts de Daïshan. Quelques jours plus tard, les assaillants se rendirent compte que les forêts avaient repoussé et qu’elles semblaient beaucoup plus résistantes. Le désespoir gagna les forces des Mondes Connus face à ce constat. Il fallait se décider... Malgré le fait que des centaines de milliers d’humains vivaient encore sur Daïshan, les forces du Régent en orbite décidèrent de bombarder la planète avec des ogives nucléaires et tout l’arsenal à leur disposition, réduisant la surface de Daïshan en un tas de cendres. Daïshan était dorénavant un monde mort.

Les forces du Régent firent retraite vers le système de Stigmata, décidées à protéger coûte que coûte le Portail puisque celui-ci restait le seul passage identifié pour le reste des Mondes Connus. Sur la planète, les populations civiles furent toutes ramenées en milieu urbain et les villes furent renforcées et fortifiées. De larges zones autour de ces cités-refuges subirent des déforestations pour minimiser les risques. Dans l’espace, la flotte qui gardait le Portail eut pour ordre d’abattre sans sommation tout vaisseau qui franchirait le Portail en provenance de Daïshan ou d’Absolution. Il s’était écoulé moins de deux ans depuis la première attaque des Symbiotes sur Absolution.

Stigmata, dernier rempart

Quelques mois seulement après la destruction de Daïshan, les premières unités Symbiotes franchirent le Portail de Stigmata. Elles subirent de lourdes pertes lors de ces premières vagues, mais elles changèrent rapidement de tactique. Des multitudes de petits vaisseaux émergèrent du Portail simultanément, leur objectif étant visiblement de franchir les défenses orbitales pour venir se poser sur la planète. Inévitablement, quelques-uns y parvinrent et les Symbiotes s’implantèrent sur la surface de Stigmata. Il se passa encore quelques mois... Les attaques de Symbiotes en orbite se firent de plus en plus irrégulières, tandis qu’à la surface de la planète, il ne semblait rien se passer...

Et puis, presque sans y prêter attention, on apprit qu’une ville ne répondait plus. Puis deux. Des survols confirmèrent la terrible nouvelle : elles étaient toutes deux tombées aux mains des Symbiotes. Mais contrairement à ce qui s’était passé sur Absolution ou sur Daïshan, les Symbiotes semblaient prendre leur temps, afin de mieux consolider le territoire acquis. Ce fut une longue guerre de tranchées qui s’instaura et aujourd’hui les humains n’en savent toujours pas beaucoup plus sur l’ennemi qu’ils ont en face d’eux. Les années passèrent. La force du Régent devint petit à petit la Garnison de Stigmata. Son commandement était assuré par des nobles importants des Maisons qui constituaient cette force, les Commandeurs étant nommés pour des périodes plus ou moins longues.

Les Commandeurs se succédèrent, mais le constat restait toujours le même : petit à petit, les Symbiotes gagnaient du terrain. La guerre s’enlisait, il parut inévitable qu’elle serait perdue. Raser Stigmata comme a été rasée Daïshan n’était pas une solution : cela ne ferait que déplacer le problème un monde plus loin. Certains proposèrent néanmoins de le faire et d’utiliser les codes secrets qui permettraient de sceller le Portail. Le problème, c’est qu’on ne maîtrisait pas assez bien la technologie des Portails pour savoir combien de temps il resterait fermé. La solution fut donc abandonnée... pour l’instant.

Le front s’enlise

La Garnison de Stigmata est extrêmement paranoïaque. Les rescapés des raids des Symbiotes sont systématiquement mis en quarantaine, de peur qu’ils ne se retournent contre les leurs ou, pire encore, qu’ils infectent le reste de la Garnison. Aucun soldat ayant été au contact avec les Symbiotes n’est autorisé à quitter le système. Parfois, des vaisseaux symbiotes isolés parviennent à franchir le Portail vers Istakhr, un monde al-malik - mais ils sont aussitôt détruits par les batteries de défense déployées autour du Portail. Tous les hommes qui ont combattu ou rencontré les Symbiotes sont immédiatement intégrés à la Garnison, sans aucun espoir d’en ressortir vivants...

Mais finalement, au bout de presque trois décennies de conflit larvé dont on sentait qu’il était perdu d’avance, les humains firent une percée spectaculaire lors d’une offensive pour tenter de reprendre des positions symbiotes. Alors que sur tous les fronts, la Garnison de Stigmata était repoussée, l’une des unités se tailla un chemin à travers les forces des Symbiotes sans la moindre difficulté (en tous cas en comparaison avec les autres fronts...) Le Haut-commandement diligenta aussitôt une enquête et l’on fit une découverte stupéfiante : deux combattants éminents de cette unité avaient tout le mérite de cette percée ! L’un était le Frère Berthold, un hérétique (d’une secte qui se nomme aujourd’hui l’Ordre Eskatonique) pratiquant certains rituels théurgiques alors inconnus ; l’autre se prénommait Damiana, une Aurige dont les interrogatoires décelèrent qu’elle disposait de divers pouvoirs psychiques. Il apparut clairement que les miracles du Pancréateur comme les pouvoirs de l’esprit étaient des armes très efficaces contre les Symbiotes !

Un moine hérétique et une psychomancienne, ce n’était pas pour plaire à l’Orthodoxie, mais les Commandeurs de la Garnison de Stigmata n’en eurent cure. Ils firent diffuser à travers les Mondes Connus des instructions de recrutement visant les psychomanciens et les religieux pratiquant la théurgie. Les Maisons Royales firent pression sur le Patriarche et ses cardinaux pour que l’Ordre Eskatonique soit accepté dans le giron officiel de l’Eglise. "Psychomanciens, théurges, engagez-vous sur Stigmata et tous vos crimes seront pardonnés !", tel est en substance le message qui fut transmis.

Une nouvelle formation militaire fut constituée, encadrée par Frère Berthold et Damiana. Elle prit pour nom "l’Ordre de la Lumière Manifeste" et elle contribua en quelques mois à reprendre le terrain perdu au cours des dix dernières années. Mais les théurges et les psychomanciens ne sont pas légions et la ligne de front s’étendant de nouveau, ils devinrent trop disséminés pour que la reconquête se poursuivît. Une nouvelle ligne de front stable s’établit ainsi vers 4950, les Symbiotes contrôlant à peu près 40% du territoire de Stigmata.

Les Guerres Impériales

Le conflit semblait en place pour longtemps et un certain effet de lassitude affecta les Maisons Royales. Le statu quo semblant acquis, elle tournèrent leur attention vers d’autres problèmes, en particulier celui qui les préoccupait depuis la mort de Vladimir Ier il y a quatre siècles : conquérir le trône impérial. En 4956, les premières manœuvres s’amorcèrent : Darius Erik Hawkwood tenta d’obtenir le soutien de l’Église et de la Ligue Marchande pour accéder au trône. Cela finit par déclencher une série de réactions diplomatiques hostiles puis, petit à petit, militaires - les Guerres impériales avaient commencé.

Les Maisons commencèrent à ressentir de plus en plus lourdement le poids des ressources consacrées à la Garnison de Stigmata, d’autant plus que la menace symbiote n’avait pas la même résonance pour tous : les mondes al-malik sont à quelques sauts de Stigmata tout au plus, alors que ceux des Hazat sont bien plus loin...

Alors que la tension montait entre les Maisons Royales, en 4972, la Baronne Carmétha Décados fut nommée par le Régent au poste de Commandeur de la Garnison. Comme tant d’autres avant, elle vint avec de nombreuses troupes soigneusement entraînées constituant le gros de l’effort de guerre. Mais l’attention de la Baronne était ailleurs... Le jeune Prince Alexius Hawkwood allait de succès diplomatique en succès militaire et peu à peu, il apparut comme un candidat potentiel au trône, le premier depuis bien longtemps. Seulement les Décados ne l’entendirent pas de cette oreille et firent tout leur possible pour semer la dissension et attirer la méfiance sur ce prétendant vantard. Finalement, en 4979, ce fut le tournant : la Maison al-Malik se rangea aux côtés d’Alexius et annonça qu’elle soutiendrait sa nomination au poste de Régent lors du vote de 4983.

Ce fut de trop pour les Décados. Depuis des années, ceux-ci lorgnaient sur le riche système de Criticorum, voisin de Cadavus. Du jour au lendemain, la Baronne Carmétha plia armes et bagages, emmenant toute la Garnison de Stigmata dans son sillage, lançant l’assaut sur le monde al-Malik.

Sur Stigmata, la situation devint catastrophique. Certes, le front restait stable et calme, les Symbiotes n’attaquaient plus en masse, mais les défenses qui subsistaient devinrent ridiculement sous-dimensionnées. La principale force armée était constituée par les moines de l’ordre des Frères d’armes, par les recrues de la Lumière Manifeste et par quelques milliers de courageux volontaires de tous les horizons qui se battaient depuis de longues années sur Stigmata. Les Frères d’armes tentèrent au mieux de concentrer les quelques poches de population sur des bases défendables, mais ils savaient pertinemment que si les Symbiotes se décidaient à lancer une offensive, ils ne feraient guère le poids...

Renversement de situation

Pendant près de deux ans, rien ne bougea. Les humains de Stigmata sentirent peser sur eux une terrible épée de Damoclès et tentèrent de s’y préparer comme ils le pouvaient, mais l’avenir était bien incertain. Finalement, en 4982, arriva ce qui devait arriver. Les Symbiotes lancèrent une offensive massive et parfaitement coordonnée. Il était évident pour les Frères d’armes qui commandaient les maigres forces encore en place que rien ne s’était fait au hasard : les Symbiotes savaient que la Garnison avait disparu et qu’aucune aide ne viendrait au secours des humains. Ainsi, ils prirent leur temps, économisant leurs troupes et leur énergie, consolidant le territoire conquis comme ils l’entendaient. Mais l’étau se resserrait de manière inéluctable. L’une après l’autre, les bases humaines furent abandonnées et les survivants se réfugièrent dans le périmètre de la station de Darmak, la principale base militaire établie sur les ruines de l’ancienne capitale.

Les forces symbiotes encerclèrent la station et l’heure du dernier baroud avait sonné pour les humains. Au centre du monastère des "Descendants de Zhal", le régiment des Frères d’armes stationné sur la planète, les recrues trop jeunes pour le combat prièrent nuit et jour pour que le Pancréateur entende leur complainte et leur vienne en aide. Mais les Symbiotes avançaient toujours et les troupes humaines furent décimées. Un dernier repli se fit à l’intérieur des remparts, mais les humains savaient qu’ils étaient perdus. Les Frères d’armes se préparèrent à "suicider" ceux qui ne voulaient pas mourir aux mains des Symbiotes ou, pire encore, être infectés et convertis, mais eux-mêmes savaient qu’il n’y a de mort qu’au combat : le Pancréateur n’accepte pas en Son sein l’âme de ceux qui se sont lâchement donné la mort.

Et puis une nuit, le miracle tant attendu survint. Le centre de commandement de Darmak reçut un message laconique mais tellement porteur d’espoir : "Flotte orbitale en approche. Donnez relèvements forces ennemies pour faciliter bombardement - Prince Alexius Hawkwood". Au petit matin, en effet, des vaisseaux de débarquement entrèrent dans l’atmosphère. Les Symbiotes furent pris par surprise et leur flotte de "vaisseaux vivants" fut détruite ou massivement endommagée au sol. Des bombardements massifs ravagèrent les armées symbiotes qui s’étaient découvertes sans la moindre protection, sûres de leur victoire. Les Symbiotes amorcèrent un repli et une partie importante de la flotte d’Alexius vint se poser autour de la station, dernier bastion des humains de Stigmata. Les vaisseaux hawkwood apportèrent des vivres, des unités médicales mais surtout des armes et la rage d’en découdre.

Dans les mois qui suivirent, Alexius prit le commandement des opérations avec le soutien des Frères d’armes. Il mena ses troupes de victoire en victoire, avec à ses côtés la magnifique Sœur d’armes Théafana al-Malik. Le front symbiote recula, car il semblait que les pertes subies lors du premier assaut d’Alexius aient été bien lourdes. Mais Alexius sut rester prudent. Il savait qu’il n’avait pas les ressources pour entièrement reprendre la planète et exterminer les Symbiotes. Nul ne savait même si cela était possible. Et, bien qu’il lui en coûta de l’admettre, Alexius avait d’autres objectifs en tête - briguer la Régence et sans doute le trône impérial.

Une fois le front stabilisé, Alexius affecta une partie importante de ses troupes pour se substituer à la Garnison désertée. Il reprit la route des étoiles mais laissa derrière lui un monde qui lui serait loyal jusqu’à la mort. Les plus valeureux combattants furent anoblis et Alexius leur octroya des terres - sur Stigmata certes, mais c’était bien plus qu’ils n’auraient jamais imaginé. Les Frères d’armes eurent le temps de se renforcer et De Moley envoya des troupes fraîches pour prendre la relève, d’autant plus que l’Ordre avait décidé de se jeter dans la bataille pour le trône impérial derrière Alexius. Théafana al-Malik et le Maître des Descendants de Zhal lui-même suivirent Alexius lors de son départ.

À l’Ouest, plus rien de nouveau...

Sur Stigmata, la situation a peu évolué depuis. Bien sûr, il y a des accrochages réguliers avec les Symbiotes et assez d’histoires horribles pour effrayer tous les enfants des Mondes Connus pendant des mois, mais aucune offensive massive. Alexius est désormais Empereur et il a dû faire face à d’autres dangers ainsi qu’à des invasions barbares. Au moins, depuis ces évènements, la Garnison de Stigmata n’a plus jamais eu à se plaindre de manquer de moyens. Certes les soldats n’ont pas les ressources pour remettre durablement en cause le statu quo, mais les Symbiotes n’ont plus jamais réussi à prendre significativement du terrain. Sont-ils trop affaiblis ? Hésitent-ils ? Voudraient-ils faire la paix ? Ou attendent-ils simplement quelque évènement pour lancer une dernière et ultime offensive ? Seul le temps pourra le dire, ou peut-être un prophète à l’esprit dérangé...



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.