SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Fading suns > Aides de jeu > Contrées des Mondes Connus > Planètes des Mondes Connus > Teyr-Sainte (version non officielle)
Contribuer

Fading suns

Teyr-Sainte (version non officielle)

jeudi 2 avril 2009, par Boss Smiley, Kerk

La Terre des années 5000 n’a que peu de choses à voir avec celle du XXIe siècle. Après des années de dégradation progressive de l’environnement sous la Première République et les guerres intestines de la Diaspora, la Seconde République décida d’investir d’énormes ressources pour transformer le berceau de l’humanité en chef-d’œuvre planétaire.

Ainsi, la planète fut « toilettée », de façon à rivaliser avec Byzantium Secundus, Ligueheim et Criticorum, ainsi qu’à afficher les mérites du Republican way of life. Les pèlerinages commencèrent alors vers le « Système Mère », les humains étant désireux de retrouver les racines de leur espèce et de leur civilisation, tandis que les xénomorphes vinrent visiter la planète natale de leur conquérants.

Mais étant un centre politique majeur de la vieille République, la Terre fut rudement touchée lors de la Chute. Aussitôt, l’Eglise Universelle du Soleil Céleste, l’une des factions-clé de la planète, réclama sa tutelle, en alléguant de la position de l’Eglise, gardienne de l’humanité. Ecrasant l’opposition grâce à des méthodes peu dignes des Saintes Ecritures, l’Eglise finit par prendre le contrôle de la Terre lors de la Dépossession (le siècle qui suivit la Chute) : la Terre devint enfin Teyr-Sainte.

Une fois le fait accompli, et avec une batterie d’autorisations du Sénat en main (personne ne put prouver si celles-ci étaient falsifiées ou non), l’Eglise entra légitimement en possession de Teyr-Sainte, s’arrogeant au passage le commerce du pèlerinage et la mythologie soigneusement forgée par la République.

Dans les siècles qui suivirent, la situation du joyau de la couronne républicaine vint à grandement changer : la plupart des palais et monuments républicains furent détruits lors du Cycle Iconoclaste des années 4100-4300, et seuls quelques uns purent être conservés en état jusqu’à ce jour. Les dernières icônes de l’autorité républicaine furent maintenues, symboles de l’hubris de cet âge païen, ou remodelées par l’Eglise renaissante (pensez à la Rome du Moyen-Age teyrien : toute une cité impériale à disposition du clergé chrétien).

Plusieurs zones d’habitations ayant été détruites ou étant tombées en désuétude, la vaste majorité de la population retourna vivre à la mode « pré-industrielle », selon l’idéal rural et pastoral des Pères de l’Eglise. La hiérarchie cléricale supervise ainsi ses ouailles depuis de vastes latifundia – une récompense en nature pour leurs bonnes œuvres.

Caractéristiques

Nom : Teyr-Sainte.
Dirigeant : le Patriarche en personne.
Cathédrale : Orthodoxe.
Agora : Auriges/guildes locales.
Garnison : 6.
Capitale : -
Sauts : 2.

Mondes adjacents : Pentateuque, Sutek, Artémis.

Tech : de 3 à 6 (selon les régions).
Pop. humaine : 4 milliards déclarés, 250 millions non-déclarés et 10 millions de pèlerins par an.
Pop. xénomorphe : 10 millions (des Obun principalement).

Ressources : bois, produits agricoles et piscicoles, commerce du pèlerinage.
Exportations : nourriture, produits culturels et religieux (habits et accessoires sacerdotaux, icônes, reliques, artefacts pré-républicains, etc.).

Paysage : à votre avis ?

Situation locale

Croulant sous les visiteurs, Teyr-Sainte semble se limiter à un gigantesque piège à pèlerins - heureusement, ceci est loin d’être le cas. Grâce à la tutelle de la République et de l’Église, la planète a retrouvé sa beauté et ses qualités d’antan - et malgré son importante population, elle parvient à exporter de grandes quantités de produits alimentaires aussi bien dans son propre système solaire qu’à travers l’Empire. Quant aux vastes étendues qui ne sont pas cultivées, celles-ci sont sillonnées par la faune teyrienne ou par des tribus primitives autorisées telles que les Sioux, les Touaregs ou les Hell’s Angels.

- Afrique : la majeure partie du continent a régressé jusqu’à une situation pré-industrielle, quasi tribale, suivant les enseignements de l’Église au sujet de "l’Homme à l’état naturel". Les efforts républicains de reforestation dans les régions équatoriales et de réintroduction d’espèces éteintes ont porté leurs fruits de façon surprenante - aujourd’hui, lions, éléphants et rhinocéros parcourent de nouveau les jungles et les savanes du Serengeti. Si l’Église est fortement implantée, elle n’en est pas moins divisée et les sectes hétérodoxes tirent leur épingle du jeu. Les conflits tournant autour de la religion et des accès aux points d’eau sont ainsi les principales raisons d’une guérilla incessante...

- Amérique du Nord : à présent dépourvue d’industries et recouverte de fermes, la côte est connaît la domination de l’Orthodoxie, tout comme l’Europe et l’Extrême-Orient, au détriment des autres autorités. Les étendues des Grandes Plaines et du Middle-West du continent accueillent cependant de nombreuses sectes divergentes (Xianistes Teyriens, Adventistes, Témoins de Jéhovah, etc.) qui vivent apparemment en paix l’une avec l’autre - certaines zones disposent même de conseils œcuméniques à leur tête.

- Amérique du Sud : celle-ci est largement sous contrôle hazat, le seul contrepouvoir face à la théocratie. Si l’Orthodoxie reste très présente sur les fiefs hazat, son pouvoir temporel est bien maigre, paradoxalement. L’Amérique du Sud reste l’une des zones technologiques les plus évoluées de Teyr-Sainte, et les prêcheurs n’ont de cesse de fulminer à l’encontre de la "Babylone Jumelle" : Rio et Buenos Aires.

- Asie centrale : cette vaste étendue désertique constitue étrangement un réservoir pour l’Orthodoxie, et bien des penseurs et meneurs de l’Église ont été issus du cœur de l’Asie, avant de lancer des réformes ultra-orthodoxes. Nul n’a de cesse de s’étonner que la hiérarchie de l’Église soit toujours prise au dépourvu par de telles démonstrations éclatantes de ferveur...

- Extrême-Orient : une région à la fois très dense et particulièrement pieuse - on y parle de la foi orthodoxe avec grand respect et les habitants ont depuis longtemps déjà pris à cœur le message du Prophète. Avec l’Europe, cette partie de Teyr-Sainte constitue le bastion de l’Orthodoxie.

- Asie du Sud-Est : une anomalie... En apparence, les habitants font preuve de piété et versent de généreuses donations à l’Orthodoxie (trop généreuses au goût de certains), mais une étude approfondie révéla que l’iconologie du cru était largement influencée par les religions antiques et leurs symboliques : le Prophète se voit ainsi attribuer une peau bleue, St Mantius des bras multiples, Ste Miya une peau noire et des dents pointues, etc. Un important débat a depuis lieu au Synode Inquisitorial, quant à savoir s’il s’agit là d’une influence antinomique ou de variantes tolérables.

- Océanie : probablement la zone la plus sujette au déviationnisme - ses habitants sont bien plus préoccupés par leurs bétails, leurs récoltes et l’alcool que par le salut de leurs âmes... L’Église a bien évidemment adopté une attitude réciproque à l’encontre de l’Océanie, bien que des pèlerinages réguliers y soient organisés (autour de sites sacrés tels que Ularu), ainsi que quelques Conseils Sacerdotaux dans les magnifiques cités préservées du continent australien.

- Europe : cette région largement peuplée est lourdement dominée par le Patriarche et sa Curie, divisée en provinces sur lesquelles règnent des "Princes Évêques" orthodoxes - pratiquement aucun écart n’est toléré vis-à-vis des doctrines officielles dans le domaine de la technologie, de l’iconologie, etc. Unique exception : l’Europe de l’Est (Scythie et alentours), où des religions et pratiques culturelles "anormales" sont monnaie courante. La Méditerranée et Rome par dessus tout, bien évidemment, forment le cœur de l’Église Universelle - la Cité Sainte est également l’une des dernières grandes villes conservées de la planète.

Système solaire

Le système solaire de Teyr-Sainte a été largement exploré et colonisé au cours de la Première République - mais si la population des colons est en chute libre depuis la Chute, des cités existent toujours sur la surface de certaines des huit autres planètes du système et de leurs satellites.

- L’orbite de Teyr-Sainte et la Lune : malgré les positions anti-technologie de l’Eglise, l’espace entourant Teyr-Sainte est densément peuplé de stations sidérales, de batteries de défense orbitales et de chantiers spatiaux. La gigantesque plate-forme "Oculus Dei" (l’œil de Dieu), qui flotte à l’un des points Lagrange situé entre Teyr-Sainte et la Lune, combine les fonctions d’unité de désinfection pour les pèlerins en transit et de base pour la Flotte Patriarcale, accueillant également l’un des nombreux palais du Patriarche.

Même si elle n’a jamais été terraformée, la Lune (qui conserve toujours son nom en dépit de la découverte de centaines d’autres lunes...) abrite des milliers d’habitants - les uns volontaires, les autres... un peu moins. En plus de servir de Havre Lunaire aux Xanthippe et d’archives au célèbre Muséum des Antiquités, la Lune renferme également le redoutable camp de travail de l’Église, "l’Opus Domini" (l’œuvre du Maître), où hérétiques, contrebandiers et immigrants illégaux rendent grâce au Patriarche en s’éreintant à longueur de journée...

- Mars : bien que colonisée dans les premières années de la Première République, la Planète Rouge ne sera jamais vraiment exploitée, conséquence de la découverte du réseau des Portails dans les années 2300. L’humanité disposant alors de mondes bien plus accueillants (et lucratifs), les premières colonies finirent abandonnées à leur sort, devant se débrouiller comme elles l’entendaient. La situation devait finalement changer avec la chute de la Première République et les premières insurrections sathraïstes, dans les années 2600. C’est alors que les Zaibatsu, subissant le contre-coup de la guerre, tombèrent sur Mars, déplaçant ses anciens tenanciers pour la transformer en cœur industriel du système solaire.

Alors que la Terre était proclamé "monde jardin" par la nouvelle République, destinée à être préservée, l’industrialisation de Mars fut poussée à plein régime pour satisfaire les demandes des consommateurs. Et tandis que le régime s’effondrait pour de bon, les investissements se concentrèrent sur le milieu de l’armement, dont la production était vendue au premier offrant - on prétend ainsi que les armes du Consortium Martien de Munitions contribuèrent largement à la Chute de la Seconde République...

Dans les siècles qui suivirent, Mars finit par déchanter : de monde civilisé, phare de l’industrie, auto-gouverné, elle déclina pour tomber entre les mains de l’Eglise et devenir une vaste manufacture sordide et mal organisée... Bien des pèlerins incapables de gagner Teyr-Sainte ont fini dans les usines martiennes, en espérant gagner assez pour pouvoir graisser les pattes adéquates, et enfin reprendre la route du sanctuaire - bien peu y sont parvenus en définitive... De plus, la pollution de Mars a atteint des sommets inimaginables, corrompant l’écosystème, voire le terraformage lui-même - phénomène que l’extinction du soleil ne fait qu’aggraver, alors que la température baisse.

- La Ceinture d’Astéroïdes : un havre de paix, entre le puritanisme religieux de Teyr-Sainte et l’enfer industriel de Mars, également nommée "Digne couronne de mondes ceignant Teyr-Sainte" d’après la prose colorée de Quintilus de Gaule, secrétaire du Patriarche du XLVIIe siècle. La Ceinture accueille une population étonnamment dense, troquant ses ressources minérales contre la nourriture de Teyr-Sainte et pour le compte des manufactures de Mars - population qui se console en se répétant que si la vie est dure, elle est en revanche exemptée des sermons incessants et des culs-terreux qui parsèment Teyr-Sainte...

Atmosphère

L’ambiance de Teyr-Sainte est la même que celle du Moyen Age européen : l’Église est omniprésente et règne ouvertement sur des continents entiers, autorité suprême en matière de moralité et de spiritualité. Toute personne qui souhaite tirer les ficelles doit obligatoirement se tailler une place dans la hiérarchie de cette dernière - du moins en Europe et en Extrême-Orient.

En dehors de ces terres de prédilection de l’Orthodoxie, la norme est beaucoup plus souple, et certaines régions commencent à se détourner du droit chemin (pensez aux Albigeois et aux Cathares) alors que d’autres vont jusqu’à se révolter (prenez l’exemple de l’Empire byzantin, de l’Allemagne des années 1520 ou de la Chine du XIXe siècle).

Comme au XXe siècle, l’Amérique du Sud demeure un refuge pour ceux qui cherchent à échapper à la vindicte des cardinaux et des Inquisiteurs, à la bigoterie religieuse et aux chasses aux sorcières. Mais n’oubliez pas que la zone reste contrôlée par les Hazat, agressifs et prompts à s’entredéchirer...



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.