SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Fading suns > Aides de jeu > Factions et groupuscules > Sectes et ordres religieux > L’Ordre de Sainte Yara : protecteurs des Amalthéens
Contribuer

Fading suns

L’Ordre de Sainte Yara : protecteurs des Amalthéens

jeudi 29 avril 2010, par Colin Chapman, Kerk

Formant un ordre reconnu il y a peu par l’Église, les Samaritains de Sainte Yara sont dévoués à la protection des guérisseurs amalthéens errants. Adoptant l’attitude pacifiste de ceux dont ils ont la charge, les Samaritains se refusent à utiliser des armes, préférant se défendre à mains nues. Malgré cet idéal de modestie et d’humilité, il y a cependant peu de chances que l’ordre voie ses rangs grossir, n’ayant ni l’attrait ni le prestige politique de structures comme la Compagnie du Phénix.

Histoire

Les Guerres Impériales ont vu se multiplier conflits et pérégrinations en tous genres, baptisant des armées de guerriers dans des bains de sang. Au beau milieu de ce chaos, les Amalthéens finirent par apparaître comme des anges de compassion sur fond de carnages, apportant aide et secours aux blessés et aux malades, sans jamais se soucier de leur allégeance à telle ou telle faction. Une poignée de combattants, rassemblant des chevaliers nobles, des mercenaires et même des Frères d’armes, fut illuminée par les doux enseignements de ces humbles guérisseurs : dégoûtés par la guerre et la mort engendrée, ils renoncèrent à jamais à la violence, et jurèrent de protéger les prêtres médecins, beaucoup trop vulnérables. En permettant aux Amalthéens d’effectuer leur tâche sans heurts, ils offraient ainsi à leur manière leur aide aux victimes.

Peu à peu regroupés par Jacob, machine à tuer épuisée des Frères d’armes, les Samaritains finirent par approcher l’Archevêque Juliski, afin d’obtenir sa bénédiction. Juliski, bien que comprenant leur désir de vouloir à tout prix protéger ceux qui les avaient bien souvent eux-mêmes sauvés, consentit à cette demande mais à deux conditions : s’efforcer de protéger toute personne nécessiteuse, Amalthéen ou non, et ne recourir à la force qu’en dernier recours. Les Samaritains acceptèrent, et prirent le nom "d’ordre de Sainte Yara", en hommage à la grande guérisseuse et martyre, morte en servant de bouclier à Jacob et d’autres Frères d’armes blessés face aux forces barbares. Leur symbole : une larme de sang au dessus d’un calice.

Tandis que les Guerres Impériales atteignaient leur point culminant, les Samaritains présentèrent une requête afin d’obtenir une reconnaissance officielle des autorités du clergé. Après plusieurs années passées à défendre leur position et à apaiser les craintes de la Fraternité des Armes (qui redoutait que les rituels théurgiques de Jacob ne soient enseignés au sein de l’ordre), les Samaritains reçurent enfin l’accord de l’Église.

Credo

Les Samaritains sont prêts à accueillir tout guerrier prêt à renoncer à la violence, cherchant la rédemption, sans prêter attention à sa classe sociale ou à ses actes passés. Beaucoup étant des vétérans, un petit monastère/centre d’entraînement a fini par être construit sur Artémis, ouvert à toute personne de bonne volonté et montrant un potentiel.

Jacob, avec l’aide d’anciens Frères d’armes et mercenaires des Recruteurs, a travaillé rapidement afin de créer un nouvel art martial, axé sur les techniques les moins violentes, baptisé "Yarato" en hommage à Sainte Yara et soigneusement enseigné à chaque membre. Les candidats samaritains sont tout d’abord initiés en tant que novices au sein de la secte amalthéenne, où ils abjureront la violence et leurs erreurs passées, revêtant la modeste robe grise propre aux novices. Une fois initié et entraîné, le nouveau Samaritain commencera son nouveau travail, la plupart du temps assigné à l’escorte d’Amalthéens errants - et le plus souvent pour toute la durée de sa vie active.

Les liens entre les Samaritains et les Amalthéens qu’ils protègent sont souvent très forts, et chaque membre de l’ordre est prêt à se sacrifier, si nécessaire, pour accomplir son devoir. En retour, les Samaritains reçoivent des rudiments de savoirs de leurs protégés, apprenant quelques rites théurgiques ainsi que des techniques de soins.

Chaque membre de l’ordre est censé rompre tous ses liens passés et abandonner son patrimoine une fois admis, vivant dans un simple monastère où lui seront procurés nourriture, vêtements et abri. Cette nouvelle vie est assez peu agitée pour ces guerriers spirituels, leur permettant de prendre le temps de prier et méditer. Ils finiront par apprendre les Écritures, à lire et à écrire, à pratiquer leur art martial, tout en réalisant quelques tâches pour les Amalthéens si nécessaire.

Les Samaritains portent rarement d’armes, sauf un solide bâton de marche, et parfois un neutraliseur dissimulé s’ils se dirigent vers une région réputée dangereuse. De même, ils n’ont pas recours aux armures (sauf sur les zones de fronts, favorisant alors les boucliers énergétiques et les fines armures en polymères, pour ceux qui pourront mettre la main dessus). Chaque Samaritain devra endurer une purification et une pénitence s’il commet un acte de violence, même légitime - s’il s’agira d’une courte prière pour s’être défendu sans causer de blessure grave, il faudra une longue quête périlleuse pour absoudre une mort.

Un Samaritain de renom : Jacob, fondateur de l’ordre

Jacob est véritablement intimidant, armoire à glace d’âge mûr, couvert de cicatrices. Ancien Frère d’arme, il est un vétéran de cet ordre, après avoir commandé et survécu à bien des assauts. Au cours d’une féroce bataille des Guerres Impériales, face à des raiders vuldrok sur Byzantium Secundus, sa compagnie fut coupée du reste des troupes après une embûche - seuls quelques Frères purent s’en sortir, dont Jacob. Grièvement blessé, il s’attendait au pire alors que les barbares s’apprêtaient à achever les rares survivants.

Yara, une guérisseuse amalthéenne, s’interposa alors entre les barbares et les blessés - Jacob, horrifié, assista à sa mise à mort, taillée en pièces. De la suite, il ne lui resta que quelques brides de souvenirs, se réveillant dans un hôpital du front tenu par les Amalthéens. Entouré de blessés et de morts, Jacob fut à jamais écœuré par la guerre, et décida de raccrocher les armes, déterminé à forger une nouvelle voie. Il réussit plusieurs années après, les Samaritains étant la preuve de son engagement et de ses convictions personnelles.

Le Yarato

Les Samaritains qui décident de pratiquer le Yarato peuvent acheter les actions de défense, de parade et de blocage au niveau qui leur est inférieur. Les techniques de combat plus agressives sont réprouvées, et coûteront deux points de plus - mais il faudra encore trouver un maître qui acceptera de les enseigner.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.