SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Fading suns > Aides de jeu > L’univers de Fading Suns > Les ennemis de l’Empire > Les convents psychiques : au ban de l’humanité
Contribuer

Fading suns

Les convents psychiques : au ban de l’humanité

mercredi 25 mars 2009, par Kerk

Le mystère des pouvoirs psychiques reste entier, malgré les études poussées de la Seconde République, notamment du célèbre l’Institut Phavien : doit-on y voir un signe de damnation, d’évolution ou simplement un potentiel trop longtemps caché ? Si l’Église Universelle penche fermement pour la première solution, seuls les convents psychiques sont prêts à admettre les deux autres - ce qui leur vaut bien entendu la peur des paysans et la colère du clergé. Quant à la noblesse et aux guildes, la réaction est plus mitigée - suivant leurs intérêts du moment.

Trois grands convents sont parvenus à fédérer suffisamment de psychomanciens pour représenter une menace ou un espoir (selon les points de vue) :

- Le Favyana : héritier de l’Institut Phavien (dont il tire son nom) et de ses découvertes, le Favyana se consacre à l’étude rationnelle des pouvoirs psychiques (oubliant hélas la part occupée par les Pulsions), afin d’apporter des solutions aux psychomanciens sur cet aspect de leur personnalité et de les concilier avec les autres citoyens des Mondes Connus. Une mission d’autant plus difficile que l’Église et les divers services de renseignement humains se méfient de ce convent, échaudés par l’agressivité de la Voie invisible. Mais l’arrivée d’un nouvel Empereur sur le trône s’annonce comme un regain d’espoir : si le Favyana parvient à approcher Alexius, peut-être pourra t-on alors fixer une bonne fois pour toutes le problème des facultés psychiques - avant que la Voie invisible ne fasse condamner tous les psychomanciens par ses actions terroristes.

- La Voie invisible : à la fois le plus ancien et le plus redouté de tous les convents, prétendument issu des rangs d’une police secrète de l’une des Maisons nobles, la Voie invisible possède une structure quasi-militaire et un encadrement implacable. Son credo ? Les psychomanciens sont des êtres supérieurs aux autres de par leurs facultés et, bien naturellement, il est de leur devoir de régner sur les faibles, que ceux-ci soient d’accord ou non... Ce convent est célèbre pour ses actes de violence gratuite (bien qu’il serve également de bouc-émissaire aux nobles et à l’Église pour dissimuler certaines bavures) et son but ultime serait de renverser l’Empereur en place - rien de moins ! Mais le Favyana lui fait encore obstacle : tôt ou tard, l’un des deux convents devra finir par disparaître, écrasé par l’autre.

- Les Derviches : ces guerriers d’élite, soigneusement formés par les Hazat pour servir au cours des Guerres impériales, sont capables de relâcher sur leurs adversaires une incroyable énergie psychique alimentée par les passions et les émotions, balayant des sections entières d’un revers du bras... Si les guerriers psychiques ne sont en aucun cas inédits au sein des Mondes Connus, seuls les Hazat eurent jusque-là l’idée de les regrouper et de les entraîner au sein d’un corps militaire spécifique et quasi-mystique. Les Symbiotes et les soldats du Califat kurgan en font aujourd’hui la douloureuse expérience, même si l’Église rechigne à admettre l’existence officialisée de telles unités d’élite...



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.