Site de l'elfe noir (Sden) - site communautaire de jeux de rôle

Site communautaire de jeux de rôle

Soirées Mondaines, l'art de bien recevoir

Rubrique Château Falkenstein / Castle Falkenstein

Modérateurs : Pitche, Auberon

Soirées Mondaines, l'art de bien recevoir

Message par Auberon » Ven 29 Août 2003, 09:52

bonjour tous,

Depius plusieurs jours je m'intérroge. J'aimerais faire jouer à mes joueurs un scénario se déroulant exclusivement au cours d'une seule soirée mondaine. Le scénario serait ouvert...
Et j'en suis venu à une interrogation (n'ayant pas mes bouquins sous les yeux) : il se passe quoi au juste dans ces soirées.

Comment se déroule une soirée mondaine typique. On imagine bien qu'à minuit s'ouvre un bal... Mais avant ? A-t-on droit à un repas assis et pompeux (je ne pense pas, j'imagine plus facilement des toast mais peut-être que ma représentation est faussée) ...

Bref que fait un hôte pour que ses invités ne s'ennuient pas. Prévoit-il des animations précises (autres que le fameux bal de minuit). ou compte-t-il sur ses invités (et dans ce cas il invite certains invités précis dont il est sur qu'ils animeront la soirée)

En fait j'aimerais ci possible une liste de petits évènements ponctuant une soirée, l'idéal étant de la retranscrire de façon très dynamique et ouverte.

Acessoirement des idées de petits incidents d'étiquette venant pimenter un peu tout ça.
J'en ai quelques uns en tête :
- la provocation en duel, un classique du genre
- la femme trompée qui renverse son verre "par inadvertance" sur la demi mondaine avec laquelle son mari la trompe.

Bref j'ai envie de casser un peu la structure rigide des scénario de Falkenstein dy type, grand méchant préparant son péril insidieux que les héros doivent stopper. J'ai envie de m'essayer à des intrigues et j'aierais donc savoir au moins quel est le déroulement type d'une soirée...

Il n'est pas exclu que ceci donne lieu à une aide de jeu sur le SDEN par la suite ;)
It's like Arnold Schwarzenegger riding on a golden stallion, shirtless, across a snowy plain, throwing chainsaws at zombies, with everything on fire. It's too epic for words. ...
Auberon
Ninja blond
 
Message(s) : 2503
Inscription : Lun 30 Avr 2001, 02:00
Localisation : Dans ton C...aen

Message par wizard » Ven 29 Août 2003, 22:26

Je ne sais pas si ça t'aidera mais j'ai trouvé ceci : http://perso.wanadoo.fr/auvasedesoisson ... re_c_1.htm
Ce sont des règles de savoir vivre et des façons de se comporter à table actuelle mais un certain nombre font suffisemment vieille France pour que ça puisse fonctionner dans un repas type Falkenstein.

Je sais que ça ne correspond pas exactement à ta requête mais je continue de chercher pour le reste. (je ne joue pas à Falkenstein mais j'ai aussi besoin d'info sur les fonctionnement des soirées mondaines de cette époque).
Contraint par ses joueurs à être le Luc Besson du JdR.

- Bayushi F'Ramir : Que demande le peuple ?
- Nevenka : Des putes roumaines et un compte en banque en Suisse ?
Avatar de l’utilisateur
wizard
Judge Thread
 
Message(s) : 6205
Inscription : Lun 25 Mars 2002, 02:00
Localisation : Lille

Message par Nemo » Dim 14 Sep 2003, 21:42

Souvent lors de ces dîners l'hôte invite quelques "personnages" auteurs à succés, polémistes brillants, bref de beaux esprits qui anime la soirée et peuvent aussi donner des indices où bien amorcer un scenar ( intrigue politique, scandale financier à la Dumas etc) et puis les hommes finissent au boudoir fumant un cigare et conversant.

Plutôt que le diner tu peux aussi mettre en scenes un de ces fameux salons litteraires qui faisait fureur au XIXeme : Il en a eu plusieurs :

Le salon de la pricesse Mathilde (soeur de Napoleon III et amante du baron Nieuwerkerke dir du musée imperial)

Le salon litteraire de madame Aubernon qui avait comme surnom la "precieuse radicale", belle femme intelligente qui recevait dans son hotel particulier (square messine) la crème de la litterature : renan, Dumas fils, abel hernant, hervieu, forain) et qui coupait la parole d'un intervenant un peu long à l'aide d'une clochette.


Nemo
Nemo
 
Message(s) : 26
Inscription : Sam 26 Oct 2002, 16:54

Message par Auberon » Lun 10 Nov 2003, 22:00

J'ai trouvé ça sinon mais faut encore que j'en épluche le contenu...

http://gallica.bnf.fr/scripts/Consultat ... &O=N062085

http://gallica.bnf.fr/scripts/Consultat ... &O=N103233
It's like Arnold Schwarzenegger riding on a golden stallion, shirtless, across a snowy plain, throwing chainsaws at zombies, with everything on fire. It's too epic for words. ...
Auberon
Ninja blond
 
Message(s) : 2503
Inscription : Lun 30 Avr 2001, 02:00
Localisation : Dans ton C...aen

Message par Radecave le Scribouillard » Ven 05 Déc 2003, 15:27

Très souvent les soirées mondaines étaient pimentées de jeux pour divertir les invités (et éventuellement tes joueurs).
Les bals masqués sont fréquents et peuvent faire naître bien des malentendus. On croit reconnaître une certiane personne et c'en est une autre. Une jeune princesse bien sous tout rapport peut en profiter pour aguicher un personnages qui ne risque pas de la reconnaître, un adversaire pour en profiter pour régler son compte à un personnage ou le ridiculiser sans se faire reconnaître.
Ajoute à cela des jeux comme colin-maillard, le spectacle d'un illusionniste (qui tourne mal ou qui sert à un adversaire pour un enlévement), les risques d'empoisonnement et les billets doux ou les lettres anonymes et tu auras une soirée réussie...
Radecave le Scribouillard
 
Message(s) : 554
Inscription : Mer 03 Déc 2003, 16:13
Localisation : Caen

Message par Pitche » Ven 05 Déc 2003, 22:53

faudrait peut-être aller fouiner chez nos amis "GNomes", joueurs de GN (de "live"), il y a peut-être des soirées enquêtes à l'époque Victorienne ?

si tu veux en savoir plus sur le GN, par exemple il y a un forum ici
ou tu peux tjs contacter la fédération belge du jeu de rôle grandeur nature : http://www.larp.be
Avatar de l’utilisateur
Pitche
P'tit sorcier
 
Message(s) : 2039
Inscription : Sam 12 Mai 2001, 02:00
Localisation : Belgique (Bruxelles)

Matière à réflexion

Message par Auberon » Dim 07 Déc 2003, 00:41

Hello tous, je reviens avec quelques extraits du journal intime d’un diplomate russe en mission à Paris dans les années 1840. Certes c’est 30 ans plus tôt que l’époque de Falkenstein, mais il y a de la matière à exploiter. J’y ai fait quelques commentaires. Evidemment je n’ai gardé que les extraits les plus intéressants à mes yeux.

Pour l’instant ce que j’en retire c’est que les soirées sont très décousues. Contrairement au règles du théâtre classique, il n’y avait pas vraiment d’unité de lieu :roll: , ce qui rend difficile la description d’une soirée typique : entre les salons, l’opéra, les concerts, le théâtre, le bal (pas forcément à minuit d’ailleurs), un éventuel repas, une soirée costumé… pfiou il y a de quoi s’y perdre. Je me rends compte. Je n’ai pas encore réfléchi à un emploi du temps typique, mais une soirée mondaine typique n’est pas à proprement parler descriptible si je me fie à mes premières impressions. C’est d’une complexité ahurissante.



Un bal à Paris :


On a dansé dans deux salles, au son de deux orchestres, les étrangers y étaient en immense majorité et leur masse compacte écrasait l’élément indigène.


Le narrateur revient sur chacune (enfin une bonne dizaine au moins) des toilettes de ces dames et nous donne son sentiment sur chacune d’elles.


Rien de plus différent que la physionomie d’un bal à Saint Petersbourg et à Paris. Tandis que chez nous (en Russie), la hiérarchie pénètre tout, ici (en France) l’anarchie à tout envahi. Chez nous, cinq ou six femmes, placées par la faveur, la mode ou la beauté au pinacle de la société, règnent en maîtres, en despotes, et brillant d’un éclat mérité ou emprunté, jettent le reste dans l’ombre ou la nullité. Ici, rien de semblable, et une lionne qui se trouverait entourée d’admirateurs dans un salon, se trouvera isolée dans un autre où elle trouvera à peine un ou deux de ses amis. Il en est de même des lions qui rayonnent dans un cercle et vont s’éteindre souvent dans la même soirée dans un autre. J’ai fait danser les demoiselles Apponyi, Cowley et de Serra-Capriola, les jolies petits comtesses Pallaviccini et de Lubersac et deux ou trois de nos dames, qui ne sont en général ni les moins jolies ni les moins élégantes



Commentaire :

La première chose qui apparaît dans le comportement du narrateur, qui est rappelons le Russe, c’est cet esprit perpétuel de compétition. Il ramène sans cesse les choses à une comparaison avec son pays. Il n’est d’ailleurs pas improbable qu’il fasse danser les dames de son pays afin de leur éviter le déshonneur d’être à court de cavalier, et par là même de sauver la face Russe (nul n’irait ainsi suggérer que les dames russes n’ont pas de succès). Mais ceci n’est qu’extrapolation de ma part. Toutefois cela me paraîtrait légitime pour un diplomate de faire briller son pays.


Réception chez les Rothschild


Je rentre de chez Rothschild qui a régale la Société élégante de Paris d’un concert magnifique […]. Les salons quoiqu’un peu bas, sont à la fois d’un luxe oriental et d’une élégance exquise. La société, deux cent personnes au plus, ce qui est fort sobre pour Paris (le baron est un exclusif), occupait quatre salons, dont le salon de musique faisait le centre. Les dames seules y étaient assises, les hommes debout, dans les portes ou dans les pièces voisines. Il va sans dire que le concert a été admirable.



Je suis tout d’abord surpris par le nombre de convives : 200 !!! Et encore, le baron est un exculsif nous dit-on. Je n’ose imaginer ce que doit donner une réception non exclusive : 500 convives ? 800 ?
Ensuite il commente le concert ainsi que les toilettes de ces dames, comme à son habitude. Il ne tarit pas d’éloges sur le concert mais est impitoyable ou excessivement élogieux sur les toilettes (bref il n’y a pas de demi-mesure).


« Faites comme moi, dis-je au duc de Galliera, écoutez d’un côté et regardez de l’autre. »

Il parait que les duchesses d’Albuféra et d’Istrie acceptèrent toutes deux la dédicace de ce propos qui ne s’adressait, en réalité qu’à la seconde et eurent la complaisance extrême de se placer de manière à se laisser admirer : manège charmant qu’elles ont exécuté avec une grâce et une aisance qui accusent une longue habitude

Charmant métier que d’être jolie, dis-je à mon voisin
La duchesse d’Istrie me tourna le dos.
« Voyez donc monsieur le duc, de mieux en mieux. »
« Et la Duchesse reprit sa première position. » En un mot, la soirée a été réellement charmante.



Réception chez l’ambassadeur de Naples.

De nouveau concert assorti d’une critique impitoyable de la chanteuse (trop vieille) de l’écriture, du nombre trop important de convives, de la chaleur des lieux etc…


Dîner chez le Roi

Le narrateur nous décrit le protocole et nous explique ensuite le jeu des conversations à table : deviner la nationalité de ses voisins :


Le hasard m’a fait asseoir entre Mr Gréville, second secrétaire de l’ambassade d’Angleterre, et le colonel aide de camp du Roi, duc de la Rochefoucauld-d’Estissac. Ne nous connaissant pas, il a fallu nous deviner mutuellement, ce qui n’a pas été long pour l’anglais qui s’est trahi par son accent […] Quand à moi je me suis amusé à intriguer mes voisins le plus longtemps possible.

« Tenez, d’abord il nous a parlé cavalerie et chevaux de remonte, il pourrait donc être Prussien, puis il a parlé bonne chère, ce qui pourrait le faire prendre pour un Internonce s’il en avait l’âge et le costume ; or il a glissé comme une anguille quand nous avons voulu tâter de la politique et ce qu’il a dit, il l’a dit dans le langage et l’accent de nos marquis les plus merveilleux ; réunissez tout cela et vous aurez un Russe ou je ne m’y connais pas. »



L’on aperçoit ici toute l’importance de l’Aisance Sociale. Bien que ludique à n’en pas douter, ce n’est pas un jeu anodin. Il est très probable que le Duc de la Rochefoucauld ait eu à souffrir socialement s’il s’était trompé. Soit ce dernier a effectivement deviné qui était notre Russe ce qui dénote une Aisance Sociale remarquable, soit il le savait avant et a joué le jeu, ce qui correspond plus à fort niveau en Relations. Peu importe, en tout cas la question ne se pose pas directement. Il faut deviner à qui on a affaire et face à d’excellents diplomates capables de maîtriser plusieurs langues sans le moindre accent cela est rendu extrêmement difficile.

Les discussions tournent souvent autour de la politique et notamment des situations intérieures des pays des convives. Cependant le cadre s’y prête

« Mais pourquoi donc persécutez vous ces pauvres catholiques ? »
« Monsieur le duc, lui repondis-je, la bouche pleine de truffes, et de l’air le plus innocent, de quelle religion étaient Carême et Brillat Savarin ? »


Je ne sais pas à quoi il faut allusion, mais c’est apparemment une plaisanterie un peu fade qui vise à faire comprendre à son interlocuteur que le sujet n’est pas heureux. Il noie le poisson en quelque sorte, sans pour autant humilier son interlocuteur, lequel ne lui en tient pas rancune.
Après il s’entretient avec les membres de la famille royale

Puis à 20 heures il rejoint semble-t-il un opéra
A 23 heures, il se rend chez une de ses amies, pour du théâtre. Puis à minuit il se rend chez une duchesse pour une soirée.


La Société Française


Y a-t-il une société française ? Et si elle existe, où est-elle ? A proprement parler, il n’y en a pas : toute Société a besoin d’un centre. ; ici ce centre n’existe pas ; il n’y a donc que des coteries sans liens entres elles ; ce sont autant de membres épars d’un corps mutilé par les révolutions. Chacune de ces coteries a une couleur, une nuance qui lui est propre, chacune d’elles est un feuillet déchiré du grand livre de l’histoire nationale, une page du passé, ou le programme de quelque idée nouvelle, de quelque révolution à opérer dans l’avenir. Les ambassades, celle d’Autriche surtout, sont un terrain neutre où les jours de grande réception, ces coteries se rencontrent



Dans un salon diplomatique :

La maîtresse de maison à l’obligation de venir dire un mot au moins à chacun. Ce qui suppose une organisation sans faille ! Certaines dames semblent n'avoir été invitées là que pour agrémenter la pièce. Je ne dis pas que ce sont des potiches mais c'est clairement le rôle qu'on veut les voir remplir (et que souvent elles remplissent). En tout cas c'est ce que l'on peut conclure des écrits de notre diplomate.

Les salons sont bien évidemment thématiques. Sauf certains qui sont "neutres" c'est à dire que l'on y parle de tout. Dans ce genre de salons les convives se réunissent en thèmes en général thématiques : le cercle litteraire à tel endroit, le cercle diplomatique à tel autre, le cercle scientifique, le cercle politique etc... Quelques personnes vont d'un cercle à l'autre mais en général on reste sur son cercle d'appartenance. Notre diplomate par exemple a une fonction a remplir et peu de temps hélas a consacrer au arts par exemple. Il est amusant également de constater l'intérêt d'une nation a dominer les salons les plus en vues. Les diplomates notamment s'en donnent à coeur joie et les rivalités sont fortes. Ainsi dans le récit de notre diplomate, a propos d'un salon très recommandé, il nous décrit comment certains considèrent la suprématie des russes dans ce salon, là où d'autres ne jurent que par la finesse britannique alors qu'en fait aucune des deux nations ne domine vraiment le salon en question. Finalement ce qui fait la réputation d'un salon c'est surtout la personnalité de la maîtresse de maison. D'elle dépend tout. Les meilleures hôtesses sont les plus courtisées et les critères qui reviennent le plus souvent sont : l'amabilité, la culture, la douceur la gentillesse. C'est à dire que l'hotesse doit être capable d'apporter vraiment quelque chose au salon sans entraver les personnalités de ces invités. Elle ne doit pas avoir trop de personnalité (sauf peut-être dans les salons artistiques) mais saura se faire respecter par son charme et sa douceur naturelle. Les hôtesses sont, contrairement à la plupart des leurs invités féminines très rarement des potiches. Bien au contraire.



Une soirée musicale s’accompagne d’un programme sur lequel on annonce les œuvres jouées, les interprètes et les compositeurs. Pour une grande soirée musicale, on trouve pas moins de 14 interprétations répartis en deux parties de 7 interprétations chacune (désolé je ne connais pas les termes techniques)

Le narrateur est un vrai coureur de jupons : il pouvait fréquenter jusqu’à 6 dames de noble famille en une seule soirée ! (ou alors c’est un sacré vantard)


Bal costumé de la Reine d’Angleterre :


Les costumes appartenaient à l’époque de Louis XV, et la poudre était de rigueur pour tous. Tout le monde en effet en avait mis sauf Lord Aberdeen. Ceci paraissant peu orthodoxe, voire même peu courtois à la Reine, elle s’approcha de son ministre des Affaires Etrangères et d’un ton légèrement piqué, dit-on, lui demande l’explication d’une fantaisie aussi juvénile.
Si quelqu’un ici est en règle, répondit Lord Aberdeen. C’est assurément moi, et la preuve c’est que l’habit et la perruque que je porte appartenaient l’un et l’autre à mon grand père, Lord Aberdeen, qui seul avait obtenu de sa majesté Georges II le précieux privilège de ne point porter de poudre, et pour peu que Votre Majesté désire avoir les preuves de ce que j’avance, demain, en plein conseil, j’aurai l’honneur de lui soumettre l’acte original signé de la main de son illustre aïeul




Bon faut encore que je continue à lire tout ça mais je préfère m’arrêter pour aujourd’hui…
It's like Arnold Schwarzenegger riding on a golden stallion, shirtless, across a snowy plain, throwing chainsaws at zombies, with everything on fire. It's too epic for words. ...
Auberon
Ninja blond
 
Message(s) : 2503
Inscription : Lun 30 Avr 2001, 02:00
Localisation : Dans ton C...aen

La Recheche du Temps Perdu

Message par Radecave le Scribouillard » Dim 07 Déc 2003, 13:45

Jette un coup d'oeil, si tu as le temps, à l'oeuvre de Marcel Proust. Il parle beaucoup de la fin du XIXe siècle à laquelle il a vécu et des différentes soirées.
Paradoxalement, les gens les plus humbles sont les plus nobles (les reines ont des airs de gentilles vieilles grand-mères qui demandent des nouvelles de tout le monde, mais sans s'attarder à écouter les réponses !), les plus prétentieux sont les plus fraîchement arrivés.
Les gens les plus nobles se font appeler par leur titre le moins important. Si l'on est roi de quelque chose, prince d'autre chose et vicomte d'ailleurs, on aime se faire appeler M. le Vicomte (sans nom après parce que tout le monde vous connaît !)
On appelle Charles d'Orléans "Chacha" et l'impératrice "Sisi".
L'influences des uns et des autres croît et décroît avec le temps (on peut être célèbre à une époque, ignoré à une autre).
Certains ne viennent à une soirée que pour "corner" ("Je vais corner chez la Princesse de M*** et je vous rejoins"), c.-à-d. simplement faire une corne à un carton d'invitation, juste dire qu'on est venu en somme. Il y a tellement de monde et souvent plusieurs invitations le même soir et l'on va à toutes pour ne mécontenter personne.
Certains invitent même le même soir à la même heure par pure jalousie.
En général, les gens ont un soir par semaine où ils invitent régulièrment : on parle des mercredis de la Duchesse de P***.
En somme, ce n'est pas loin de films qui décrivent une tout autre époque comme l'excellent "Ridicule" à voir (tu n'as qu'à changer les costumes !).
Radecave le Scribouillard
 
Message(s) : 554
Inscription : Mer 03 Déc 2003, 16:13
Localisation : Caen

Message par Nemo » Lun 08 Déc 2003, 19:00

Si vous voulez plus de details suer les salons litteraires allez voir ici

http://www.aei.ca/~anbou/parnom.html

Nemo
Nemo
 
Message(s) : 26
Inscription : Sam 26 Oct 2002, 16:54

Message par Pitche » Dim 17 Juin 2007, 22:50

je me suis permis de reprendre quelques unes de vos références et textes pour compiler une aide de jeu dispo online sous peu dans la rub' CF du SDEN.
Président du SDEN -- 2016/2017
Avatar de l’utilisateur
Pitche
P'tit sorcier
 
Message(s) : 2039
Inscription : Sam 12 Mai 2001, 02:00
Localisation : Belgique (Bruxelles)

Message par Auberon » Lun 18 Juin 2007, 00:45

Bien volontiers. C'était fait pour et je déplore de ne jamais avoir pu faire une vraie aide de jeu sur le sujet.
It's like Arnold Schwarzenegger riding on a golden stallion, shirtless, across a snowy plain, throwing chainsaws at zombies, with everything on fire. It's too epic for words. ...
Auberon
Ninja blond
 
Message(s) : 2503
Inscription : Lun 30 Avr 2001, 02:00
Localisation : Dans ton C...aen

Message par Pitche » Lun 18 Juin 2007, 19:22

Auberon a écrit :Bien volontiers. C'était fait pour et je déplore de ne jamais avoir pu faire une vraie aide de jeu sur le sujet.
merci, c'est assez modeste, ce sera publié ~ début juillet '07.
Président du SDEN -- 2016/2017
Avatar de l’utilisateur
Pitche
P'tit sorcier
 
Message(s) : 2039
Inscription : Sam 12 Mai 2001, 02:00
Localisation : Belgique (Bruxelles)

Message par Pitche » Lun 13 Août 2007, 20:22

Soirée mondaine

Et l’art de bien recevoir ! Vous trouverez une résumé précis et pratique à ce sujet pour égayer vos prochaines parties avec quelques intrigues de salons et de cour.

http://www.sden.org/Soirees-Mondaines-l ... -bien.html

Une modeste synthèse ;)
Président du SDEN -- 2016/2017
Avatar de l’utilisateur
Pitche
P'tit sorcier
 
Message(s) : 2039
Inscription : Sam 12 Mai 2001, 02:00
Localisation : Belgique (Bruxelles)


Retour vers Château Falkenstein

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2010 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.