SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Jeuderôlogie > Les génériques > Aides de jeu > Les indics’
Contribuer

 Jeuderôlogie

Les indics’

Le grain de sable dans l’engrenage

mercredi 15 janvier 2003, par l’Archiviste

Un furet dans la place

Bon, l’équipe est formée ? nous avons là le gangster chatouilleux de la
gâchette, le mafioso prêt à vendre ses amis pour quelques dollars de
plus, de char d’assaut sur patte qui attend patiemment qu’on lui dise
d’atomiser quelque chose ? il ne nous manque rien ? Ben si ?

Aussi bizarre que ça puisse paraître, les groupes de PJ ne comportent
que rarement un indicateur. Plus un oubli qu’un réel mépris, ce genre de
stéréotype est quelque fois inséré en tant que PnJ par le maître de jeu
lui-même, mais les joueurs n’aiment en général pas ces « fouille
merde » ? Peut-être trop habitués à se débrouiller seuls, les PJ oublient
souvent qu’une mission réussie est une mission où l’on ne vous a même
pas entendu rentrer et sûrement pas entendu sortir. Certes, un bon
netrunner (dans Cyberpunk) peut, par exemple, rechercher toutes les
informations vitales, mais à quel prix ? ! Par manque de pratique à ce
genre d’exercice, le travail ne sera souvent fait que partiellement et
toute l’histoire finira par une grosse baston (où le char d’assaut
pourra s’en donner à c ?ur joie) ou par une mission accomplie seulement
en partie. De même, les joueurs oublient souvent ce bon vieux « Huggy
les bons tuyaux » qui semble tout savoir avant tout le monde ?
Franchement, une petite dépense est toujours préférable à un gros trou
dans le buffet, non ?

Les indicateurs ne sont que rarement des rôles joués par les PJ car ils
s’imaginent que c’est un travail dangereux, peu lucratif et peu
intéressant à jouer (surtout à cause de l’image de traître qu’ils
traînent à leurs talons). Je vais essayer de changer cet état d’esprit
en présentant d’abord quelques stéréotypes (non exhaustifs) d’indic’,
puis en décrivant la place des indic’ dans les différentes organisations
susceptibles de les employer à plus ou moins long terme.

Jouer un indic’ selon le monde

1/ Dans les jeux med-fan

Dans ces jeux, les cités sont souvent peu développées ou très
développées mais peu nombreuses. Dès que commence à se développer une criminalité organisée, certaines personnes plus perspicaces et plus douées que les autres pour récupérer des renseignements sont poussées à tenter leur chance dans ce métier dangereux mais lucratif. Un indic’ peut être un voleur, membre ancien ou actuel d’une guilde ou d’une confrérie. Très souvent, les indic’ des ambiances médiévales sont les anciens criminels à la retraite qui, de part leur réseau d’information, récupèrent et vendent au plus offrant les infos les plus juteuses. Ces indic’ là sont parfaitement capables de récupérer les infos des plus anodines aux plus secrètes mais le prix s’en fera souvent sentir.

Mais rien n’empêche d’imaginer un indic’ d’un tout autre style ! Par exemple : un jeune homme, tout frais arrivé dans une guilde criminelle, se rend compte que les exactions des siens ne correspondent pas à ses convictions profondes. Néanmoins, il ne peut pas quitter ainsi son groupe, par peur des représailles. Peu influent, donc très peu surveillé, il décide donc de soulager son âme (et accessoirement garnir son porte-monnaie, parce que faut bien manger aussi) en vendant à prix modique les maigres informations qu’il peut obtenir. Mais au fur et à mesure des années, les infos qu’il pourra vendre seront de plus en plus importantes, de même que les risques qu’il va prendre. Ce type d’indic’ sert de parfaite victime pour attirer vos PJ dans un piège mortel puisqu’il est profondément attachant et court un risque immense de se foutre dans la merde.

2/ Dans les jeux Steampunk / Belle Epoque

Dans ce genre d’époque où la technologie absurde et fantastique côtoie
les superstitions de l’âge médiéval, les indic’ vivent leur plus belles
années. Dans les recoins sombres et enfumés des ruelles mal famées, les secrets s’échangent à prix d’or ? tout se vend, tout s’achète : plans de machines, secrets militaire, secrets industriels, vies humaines ? Avoir
son indic’ personnel est un atout mais aussi un inconvénient puisqu’à
ces époques où plus personne ne croit en rien, la fidélité est devenue
un luxe qu’aucun des habitants des bas quartiers ne peut s’offrir.
Cependant, les indic’ se constituent parfois en réseaux étendus et
influents qui travaillent autant pour les organisations criminelles que
pour la police ou l’armée ? Les indic’ de ces époques sont souvent des
gens minables, bas fonctionnaires, pauvre gratte-papier se tuant à la
tâche pour un patron ingrat et méprisant ? quoi de plus naturel
qu’utiliser ses ressources pour survivre ? Mais tels les rats, les
indic’ ne pensent qu’à leur survie. S’ils doivent vous vendre pour
continuer à manger leur soupe, ils le feront sans hésitation.

3/ Dans les jeux contemporains

A notre époque, l’argent a supplanté toutes les autres valeurs. Rien
n’est plus important que l’accumulation de richesse. Et beaucoup des
multinationales sont prêtes à commettre des horreurs sans nom pour
accumuler encore plus d’argent et de pouvoir ? Mais c’est quand l’âme
humaine a touché le fond et que certains négocient déjà le prix de leur
pelle pour pouvoir creuser encore plus bas que certaines personnes
retrouvent leur conscience. Les indic’ de l’époque contemporaine sont
souvent des gens perdus, paumés et complètement dépassés par les
événements. Mais ces gens, même paumés, savent qu’ils peuvent à leur
manière poser leur pierre sur l’édifice d’un monde meilleur en devenir.
Peu connaissent vraiment l’étendu et la portée de leur actes, mais les
rares qui en prennent conscience finissent généralement par se suicider,
désespérer et affolés par l’immensité des conséquences. Les indic’ de
cette période noire et corrompue sont très variés ? contrairement au
passés, ce ne sont plus des gens qui bossent pour leur profit et leur
pognon mais des gens qui pensent ainsi soulager leur conscience. Les
indic’ peuvent être de simples fonctionnaires de police à ministre
influent du gouvernement en place. Leur seul point commun est la volonté de changer quelque chose... Bien sûr, tout le monde n’est pas aussi bon et généreux. Un bon nombre bossent encore par peur (c’est le cas des indic’ qu’utilise la police en les faisant marcher avec la politique de la carotte et du bâton) ou par intérêt.

4/ Dans les jeux futuristes

Encore plus que dans les mondes contemporains, les mondes futuristes
sont pourris, rongés jusqu’à l’os par des puissances méprisant les êtres
humains. Il faut ici séparer trois types de monde futuristes et les
indic’ qui y correspondent ? Les plus courants sont les mondes cyberpunk.

Dans ces époques sombres, l’humanité a prouvé ses capacités de forage : elle était tombée au plus bas mais a continué de creuser de plus belle ! Les villes ne sont plus que des amas ravagés de métal et de béton. Mais une chose a survécu envers et contre tout : la revente d’information ! Les mégacorpo, malgré leur miracle de nouveautés et leur travail permanent pour améliorer cette dernière, laisse filer par négligence notre d’informations, pour la plupart inoffensives mais certaines bien plus délicates. Les indic’ dans ces mondes cyberpunk sont pour certains des rats se nourrissant de la chair pourrissantes de la société, pour d’autre des héros oeuvrant à la sauvegarde de leur espèce face aux développement des machines ? Fixer aidés par des Netrunner, Solo revendant le fruit de ses rapines pour acheter du matériel ou tout simplement Nomade cherchant à se venger d’une corpo trop cruelle envers son clan, il existe de multiples exemples de personnes sensibles de détenir et de transmettre une information utile ? Dans les mondes ravagés post-apocalyptiques, les indic’ ont changé de rôle ? les informations trop théoriques ne présentent plus d’intérêt : le seul but des survivants à l’apocalypse est de le rester le plus longtemps possible.

Quand on manque d’eau, de nourriture et de couvertures, à quoi peut
servir une information sur un programme de traitement de données de
dernière génération ? Les indic’ sont devenus les détenteurs des
informations vitales : c’est eux qui savent où l’on peut trouver des
sources d’eau non polluées et des réserves de nourriture impérissables.
Ils s’improvisent aussi pour la plupart trafiquants et revendeurs.
Auprès d’eux, on peut trouver les informations les plus importantes,
mais aussi et surtout les objets les plus vitaux ! Dans les mondes de
space-opera, les indic’ sont sensiblement identiques à ceux des mondes
cyberpunk, pour la simple raison que la société et les moeurs sont aussi
sensiblement les mêmes ? Les objectifs ont juste changé de taille puisque les informations passent maintenant de planète en planètes...

Une info, c’est bien... mais quand l’indic’ est miteux, c’est mieux !

C’est le principal problème d’être un indic’ : l’espérance de vie de
personnes possédant des info importantes a tendance à se raccourcir
assez vite. Beaucoup des individus travaillant dans ce milieu ont déjà
résolu le problème en vendant non pas leurs informations, mais leur
capacité à glaner celle-ci ? Et c’est ainsi que l’on peut trouver
plusieurs types d’organisations réunissant diverses talents, tous
tournés vers la récupération et la diffusion d’informations délicates.

PS : Il y a une grande différence entre les indic’ et les espions. Les
espions sont entraînés à faire ce qu’ils font. Employés par des
organisations gouvernamentales en grande majorité, les espions sont
payés pour rapporter des infos précises d’importance stratégique ou
indutrielle. Les indic’, eux, bossent en général en mettant leur peau en
jeu (aucune organisations ne viendra échanger leur vie ou la racheter).
Les indic’ sont plus nombreux mais n’iront que rarement prendre des
risques trop gros à leur goût.

La Mafia (monde contemporain, général)

Dans les mondes contemporains, la Mafia est la principale utilisatrice
de ces « talents ». Au fil des décennies, elle s’est constituée une
réserve non négligeable d’individus lui fournissant des informations, de
gré ou de force d’ailleurs. La Mafia utilise généralement comme
informateurs des quidam, des gens qui n’ont souvent rien à voir avec
elle, en les faisant chanter ou en menaçant leur famille ou leurs amis.
Si les individus se révèlent fidèles et efficaces, les menaces cessent
et les récompenses arrivent. Mais elle a aussi tout un réseau
d’informateurs professionnels, fouines et autres rats, qui passent leur
temps à glaner les informations ici et là, dans les coins louches ou les
restaurants huppés. Membres de la « famille » depuis un certain temps,
ces gens-là connaissent les risques de trahir la Mafia et sont donc les
fidèles les plus fiables de l’organisation. La Mafia est étendue partout
dans le monde, séparée en différente « famille », parfois alliées,
parfois ennemies. En fait, le terme de Mafia désigne plus une méthode de création d’organisation criminelle qu’une entité unique. Les centres
probables des Mafias sont à Rome, à Moscou, à Washington, à Tokyo, au
Caire et à Rio.

La Fange (monde steampunk, général)

Plus un ramassis de tous les réprouvés qu’une véritable organisation
criminelle, la Fange tient son nom de son lieu de résidence : les bas
quartiers et les égouts. Composées de criminels, de voleurs et de
mendiants professionnels, la Fange est implantée dans presque toutes les grandes villes, à l’exception de celles où la police a eut vent de son
existence et fait un travail permanent de surveillance. Les indic’ sont
parmi les mieux lotis de la Fange. En effet, pour être un indicateur
valable, il faut savoir récupérer les informations en dehors des
quartiers pauvres. Ils font souvent partie de classes pauvres mais ayant
un travail comme ouvrier ou servant. C’est d’ailleurs ainsi que les
« fouines », comme ils aiment s’appeler entre eux, récupèrent les
meilleures informations : quand une soubrette passe sur le matelas d’un
notable, elle fait profiter ses compagnons d’infortune des « confessions
sur l’oreiller ». En contrepartie, elle reçoit protection de la part de
la Fange et peut vivre en toute sécurité dans les quartiers les plus
dangereux. Il est d’ailleurs amusant de remarquer que les principaux
employeurs de la Fange sont ces mêmes notables qui payent des fortunes afin que des informations qui seraient sorties à la légère ne soient pas diffusées.

La Fédération des Convoyeurs Libres (monde futuristes, space-opera)

Fondée il y a près de 300 ans, la FCL est la façade officielle et
respectable d’un groupe monumental de contrebandiers en tout genre. Sous un discours mercantile ultra-libéral (« il faut faire en sorte que les
barrières douanières interplanétaires soient levées : il s’agit d’une
atteinte à la dignité de l’être vivant libre et pensant ! »), la FCL
transporte de planète en planète les biens les plus rares, les plus
recherchés, et parfois même les plus dangereux. Les marchandises ne sont pas les seules à se déplacer grâce à la FCL. Les dirigeants du groupe incitent leurs membres à glaner un maximum d’informations sur les personnalités des endroits qu’ils visitent puis de les revendre ou de
faire chanter l’individu concerné. Ces indic’ assurent ainsi la sécurité
de leur cargaison pas toujours légale. Certains même se sont spécialisés
dans le convoyage humain (ou assimilé). Ces contrebandiers encore plus
bas que la moyenne font leur marge en transportant des réfugiés d’une
planète à une autre. Ceux-là glanent en général un maximum
d’informations sur la planète d’origine des immigrants et, une fois
revenu, tentent de faire fructifier les infos ainsi récoltées.

Les Postiers (monde futuristes, post-apocalyptique)

Après le cataclysme qui a forcé l’humanité à faire les grandes villes et
à se réfugier dans les campagnes, les moyens de communications sont
devenus particulièrement rares et peu fiables. La technologie, faussée
par le manque de savoir et de connaissances des survivants, n’est plus
que rarement d’une quelconque utilité. C’est pour ça que sont apparus
les Postiers. Reprenant une vieille tradition d’avant le ravage, ces
hommes et femmes entraînent leur mémoire pour apprendre des messages par coeur et les retransmettre à l’autre bout du pays. Complètement incorruptibles, ces gens sont persuadés du caractère sacré de leur mission. Mais les informations qu’ils possèdent sont quelque fois très importantes ou très délicates. Certains Postiers, pour des raisons personnelles, sont poussés à enfreindre leur code et à revendre les informations qu’ils possèdent au plus offrant. Ces individus sont peu courant et sont souvent bannis de leur communauté s’ils sont pris, mais ce sont les meilleurs indicateurs du pays car la confiance des gens du commun envers les Postiers est proprement incroyable. Bien sûr, tenter de corrompre un Postier peut se révéler délicat et très dangereux... Mais ça peut rapporter gros !

Utopia (monde futuriste, cyberpunk)

Utopia est l’un des réseau d’indic’ les plus étranges qui soit.
Uniquement composés d’étudiants et de jeunes travailleurs, cette
organisation (en fait une association virtuelle loi 2008) a une moyenne
d’âge tournant aux alentours des 20-22 ans. Si la majorité des gens
vendant leurs informations sont des requins, des gens uniquement
intéressés par le profit ou la survie, ce n’est pas le cas d’Utopia. Les
rares organisations à faire appel à eux savent que ses membres sont tous foncièrement honnête et idéalistes. Ils sont même recrutés sur ce
principe. D’ailleurs, les organisations cherchant à aider Utopia ou à
utiliser ses services sont toutes des groupes cherchant à protéger
l’humanité de la pollution, des mégacorpo, des déshumanisations, et de
toute une liste d’autre « fléaux »... Employer Utopia, c’est prendre un
risque, un gros risque même puisque les corporations et les
gouvernements n’aiment pas, mais alors pas du tout, ce groupe. Mais en
même temps, on a rarement vu aussi honnête et aussi efficace. Grâce à
une foule de ressources, allant d’internet au simple « bouche à
oreille », les informations que récupère Utopia sont toutes fiables et
vérifiées. Il est aussi à noter que ce groupe ne se vend pas à n’importe
qui non plus ? à chaque fois qu’une demande est posée, Utopia fait des
recherche poussée sur ses éventuels employeurs et donne ensuite
seulement sa réponse.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.