SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Jeuderôlogie > Les génériques > Aides de jeu > Tu seras une star mon fils
Contribuer

 Jeuderôlogie

Tu seras une star mon fils

jeudi 15 janvier 2004, par ElvenHunter

Idées pour jouer un PJ "célèbre" ou pour introduire des PNJs dont on parle dans les journaux ou dans les romans.

Je veux être un héros

Pour donner un peu de couleur à un personnage, il peut être intéressant de s’inspirer d’une personne connue. Alors pourquoi ne pas pousser l’idée encore plus loin en jouant totalement une personne réelle ?

Il est plus simple de le faire dans certains jeux. Par exemple, dans ceux se déroulant dans un passé plus ou moins réel comme l’Appel de Cthulhu ou Château Falkenstein, il ne sera pas choquant de croiser Hercule Poirot, Jules Verne ou d’autres. D’autres comme les Légendes des Sept Mers ou Vampire, the Dark Age peuvent aussi voir des personnes de l’Histoire utilisées sans plus d’inconvénient.

L’avantage dans ce cas est que le joueur aura un background qui pourra être assez complet et assez détaillé. On connaît beaucoup de choses sur le personnage réel ou imaginaire et l’interprétation peut être facilitée. De plus, pour un joueur débutant, il peut être intéressant d’avoir une idée précise du personnage. Cela lui permet d’entrer plus facilement dans le rôle et de se concentrer sur d’autres choses pendant la partie.

Pour les jeux contemporains, Vampire, la Mascarade voit déjà Villon bien en place en Prince de Paris et INS/MV peut être plein de clins d’oeil à des éléments de la vie politique ou de la télévision. Et pour mon expérience personnelle, j’ai déjà joué Lady Diana (une Nosferatu) ou Lee Harvey Oswald (un Brujah) sans que cela ne gêne beaucoup de monde autour de la table. Tout comme pour les jeux placés dans le passé, les intérêts sont divers mais se concentrent avant tout sur l’interprétation.

Par contre, attention à ne pas tomber dans un excès. Que le personnage ait une manière de voir la vie et de réagir déjà définie par ses actes véridiques ou par l’imagination d’un autre ne doit pas pour autant dire que le joueur doit être prisonnier d’un carcan. Bien au contraire, la figure célèbre doit servir de point de départ uniquement. L’interprétation doit permettre au personnage d’évoluer librement. Et surtout, il ne faut pas que les joueurs tombent dans une copie extrême, énervante pour les autres acteurs autour de la table. Le personnage doit être libre !

Enfin, n’oubliez pas quand un joueur arrive la bouche en cœur avec un personnage inspiré d’une personnalité déjà connue que « l’histoire est écrite par les vainqueurs » et que si l’interprétation n’est pas juste, ça n’est pas forcément un problème. L’essentiel avant tout est le plaisir du jeu.

Sa tête me dit quelque chose…

Le Meneur de Jeu peut aussi vouloir intégrer des personnages connus dans ses parties et il aurait tort de s’en priver. En effet, pourquoi ne pas mettre John Wayne dans une partie de Deadlands ou Spok dans Star Wars (hein ? J’abuse, là ? Bon, OK, un peu j’avoue). L’essentiel n’est-il pas que tout le monde prenne du plaisir ?

Je reste persuadé que des enquêteurs de l’AdC seront d’autant plus motivés de trouver des adorateurs d’un Ancien si cela permet de soigner Elephant Man de son handicap. Mettre une menace connue peut aussi servir à faire monter la pression. Ainsi, je me souviens d’une partie de Star Wars pendant laquelle nous explorions un vaisseau où des Aliens s’étaient développés. L’impression de malaise s’est peu à peu créée au fur et à mesure que nous découvrions de nouveaux indices prouvant leur présence et le tout s’est fini dans une fuite sans fin. Et l’affiche avait bien raison, personne ne nous a entendu crier.

Mettre une personne célèbre dans un scénario peut relancer son intérêt et créer une atmosphère toute particulière, mais ne croyez pas que c’est la seule chose qui compte. En effet, un scénario ennuyeux le restera, même si Britney Spears débarque en plein milieu (comment ça, ce n’est pas un bon exemple non plus ? Pfff… Mais qu’est-ce qu’il vous faut alors ?). Non, la présence d’une personnalité est juste un petit bonus qui devra permettre aux joueurs d’avoir l’impression que le MJ prend bien soin d’eux.

Dans un univers où l’humour prédomine (genre INS/MV, Paranoïa ou Zombie) user et abuser de clins d’œil de ce genre peut être bienvenu. Après tout, l’ambiance du jeu se prête parfaitement à la caricature.

Attention quand même à ne pas construire tout un scénario autour de cette personne. S’il s’agit du personnage d’un film connu et que le scénario est un plagiat de ce dernier, vous pouvez être persuadé qu’un joueur vous le fera très vite remarquer et que la partie sera gâchée. Non, vraiment, je vais me répéter, mais il faut que le PNJ inspiré d’une personne connue soit un bonus.

Enfin, il faut faire attention et ne pas tomber dans l’excès. Hitler ne fera pas un « bon » gros méchant. Nous sommes dans un jeu avant tout et utiliser un être comme lui dedans ne peut faire que banaliser le mal qu’il a fait. Et n’oubliez pas ce que disait Desproges à propos de l’humour : « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. » Il en est de même pour notre loisir. Point trop n’en faut, sinon cela risque de devenir TRES malsain.

Bonnes parties à toutes et à tous et étonnez vos joueurs en faisant intervenir des PNJs en total décalage par rapport à l’idée que l’on peut avoir d’eux.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.