SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Ji-herp > Scénarios > L’Ange et la Bête
Contribuer

Ji-herp

L’Ange et la Bête

Premier volet

mercredi 15 octobre 2003, par l’Archiviste

Une ancienne histoire lie le puissant Satan à l’Archange défunte des Bêtes, Maëlle, soeur de Michel. De même, une antique querelle oppose Lycan à Skhant concernant le meurtre du dieu mineur Pan, protecteur des proies. Quand les rivalités divines prennent forme sur terre, que des passions surnaturelles ébranlent des empires, quand les dieux cessent d’être distants et détachés... C’est l’introduction à une longue saga...

Message de Frenard Aiguebrune, shérif de Rivages, à la prévôté de Tamok, la veille du siège.

Que votre seigneurie soit informée qu’à cette heure, force troupes ont pris pied en sol Tamokien à mille seulement de la noble cité. Par monts et par vaux, ce ne sont que balistes, catapultes et trébuchets que porte à bout de bras une marée humaine.
Si nul ne les retarde, il est à craindre qu’ils ne fondent sur vos remparts demain à l’aube… leur seigneur seul sait ce qu’alors il adviendra si la présente missive ne vous parvient pas en heure.


Acte 1. Au mauvais moment, au mauvais endroit.

Flânerie en Tamokois

Le promontoire de Tamok, en Calicie, possède l’histoire lourde et chargée de tous les forts
côtiers que ravagent tour à tour raids pirates, désastres naturels et querelles frontalières.
Edifiée 2850 ans auparavant sur le site d’un antique culte animiste, la ville fortifiée fut bientôt
le point de passage de routes commerciales secondaires et un point de départ visité par les
flottilles de pêcheurs en quête de xerphima, crustacé à la chair tendre et savoureuse.

Aujourd’hui peuplée de 1100 âmes, la petite citadelle a vu son développement s’accélérer
depuis le rattachement au comté de Bogar, il y a 1573 ans, qui marqua la fin d’une période de
vaches maigres et d’une série de 4 sièges successifs au cours desquels l’intégralité de la
population fut plus d’une fois être décimée.
Les commerces locaux sont majoritairement dominés par le négoce du poisson, du lin et de la
bière d’algues. On notera une fois l’an la foire de Tamok, festivité populaire au cours de
laquelle sont organisés des tournois de lutte sur barque et sont distribués gratuitement les
surstocks éventés de bière d’algue de l’année précédente.

Outre la Tour aux Anges, vestige de la citadelle primitive et actuelle demeure du Bailli de
Tamok, on remarquera l’Autel de Ravek, dieu de la pêche et des marins, et l’Autel des Anges
Déchus , un monument érigé par défi à la puissante Tersainte dont les troupes ont plus d’une
fois ravagé les rivages.

La Tour aux Anges : Ancienne citadelle construite à l’époque de la Grande Invasion, il ne
subsiste aujourd’hui plus du site primitif de Tamok qu’un ensemble de bâtiments en pierres
de taille grossière appelé par les autochtones « La Tour des Anges ». La pièce maîtresse
de cet ensemble architectural archaïque est un petit donjon trapu dans lequel sont installés
les locaux administratifs, les culs-de-basse-fosse et les appartements privés d’Antonius
Toron. Les médisants racontent qu’un ancien réseau de souterrains, toujours valides,
serviraient de porte d’accès aux amants de la femme du gouverneur.

Vent du matin…

Peu importe que les personnages aient eu une bonne raison de se trouver là… peu importe
même s’il se connaissent. Peut-être l’errance les a-t-elle menés, seuls ou en groupe, au sein de
la cité portuaire. Peut-être ne sont-ils que de passage, en route vers quelque destin obscur, ou
peut-être ont-ils décidé, poussés par leur bourse légère et leur ventre creux, de tenter quelque
emploi en un lieu industrieux. Toujours est-il qu’ils se retrouveront ce matin là, hagards
comme un petit millier d’autres, réveillés aux premières lueurs par le tocsin. Peut-être auront-ils
la présence d’esprit d’attraper leurs maigres affaires et de se rassembler auprès des crieurs
qui, déjà, font leur office… de toute façon, il est trop tard. Profitant des marées favorables, des
éléments du 6ème corps expéditionnaire des armées de Tersainte ont pris pied à un petit mille
au sud de Tamok et entrepris d’encercler la ville tandis qu’à l’horizon, les catapultes
incendiaires des galères blanches menaçent déjà les habitations du bord de mer.

Essayant tant bien que mal de rétablir un semblant d’ordre, les hommes de la prévôté de
Tamok ont tôt fait de rassembler hommes et femmes en âge de se battre et, dans l’heure, des
unités de défense de la ville sont constituées. Inutile de préciser que refuser susciterait la
réprobation populaire et la fureur du prévôt, ce qui est en général mauvais pour la santé en
temps de guerre. Les PJs désignés volontaires,
par la grâce du MJ, se retrouveront affectés au
même corps de garde chargé des remparts
maritimes. Voilà l’occasion de faire la
connaissance, entre deux volées de flèches,
d’Yzwan, un maraudeur fidèle aux Pas de
Brume.

Yzwan
Maraudeur au service de la Bête
Enragée, Yzwan était de passage dans
Tamok afin de soigner une sale estafilade
obtenue dans une échauffourée quand le
siège commença. De tempérament
volontiers jovial et enjoué, il se manifeste
autant par ses bons mots que par ses
pitreries acrobatiques. Véritable
lycanthrope, il tue sans plaisir, mais sans
remords.

Cas de conscience et autres futilités…

Et si les PJs refusent ?
- dans le meilleur des cas, ils passeront 50% du scénario en prison… faudra leur faire
des lancers de dés pour savoir qui a droit au croûton sec du jour.
- dans le pire, ils goûteront à l’une des petites subtilités locales (lancez 1D4) : 1/Ils servent de projectiles dans les catapultes de défense de la ville. 2/Ils expérimentent les joies des colères populaires (combat à 1 contre 500… bonne chance !) 3/Ils sont inscrits au menu des chiens de combat de la ville (préparation du menu sur-le-champ !) 4/Ils sont ligotés, nus, sur les remparts extérieurs de la ville. Belle cible.

Et si l’un des PJs vient de Tersainte ?
- la boucler et penser à imiter un accent étranger risque d’être très fortement conseillé.
Sans quoi, voir à « Et si les PJs refusent ».

Acte 2. Dépêchez-vous de rentrer, on aimerait bien sortir.

Petite guerre entre amis.

Vous vous en doutez bien, cette excursion maritime n’a jamais rien eu d’impulsif. En général,
Tersainte met un certain temps à préparer ses opérations militaires… avec les résultats
dévastateurs que l’on sait. Alors, que viennent donc faire les Blanches Voiles du 6ème corps
expéditionnaire sur les rivages de Calicie ?
Comme de bien entendu, il y a du surnaturel là-dessous.
Lorsque Satan reçut la terrible malédiction qui l’éloigna du regard divin et le rendit accessible
aux sentiments, il souffrit avant tout de sa déchéance politique et ne conçut pas un seul instant
le fardeau que le Créateur avait placé dans son Âme immortelle. Ce ne fut que des éons plus
tard, lorsqu’il s’éprit de la douce Maëlle, que lui revinrent les paroles fatales. Las, il était trop
tard, et il ne put que s’abandonner, heureux pour la première fois de son existence, aux bras
de la somptueuse archange. Mais c’était compter sans la fureur de Michel, Archange à l’Epée
et frère de la Belle.

Dévoré par la colère, il traqua le couple sur tous les plans d’existence et réussit, après une
chasse titanesque, à récupérer Maëlle au nez et à la barbe de Satan. La chasse s’inversa alors,
la proie devenant prédateur sous l’effet d’une colère que transcendait la jalousie. Ivre de rage,
Satan les surprit alors qu’ils trouvaient refuge au sein du refuge montagneux de l’Ystraine.
Aveuglé par sa douleur, il terrassa Maëlle et se retourna vers Michel pour lui donner une idée
de ce pouvait être un Châtiment divin.
Le choc colossal vitrifia la région toute entière, qui fut connue plus tard sous le nom de la
Frange. Satan doublement blessé par la perte de son amour et le glaive de feu de l’Archange,
retourna en Is tandis que Michel, laissé inconscient, fut traîné au Paradis par les Séraphins
affectés à sa garde. Ses ailes arrachées ne furent jamais retrouvées.
Et Maëlle, dans tout ça ? Son corps palpitant fut ramené par Satan dans la Cité Noire où il
essaya de la réanimer… en vain. Son essence, déjà, l’avait quittée et avait imprégné le sol
calciné du champ de bataille, irradiant de douceur une terre que la haine avait noirci.

Lorsque, des siècles plus tard, l’arpenteur lycanthrope Nagdar Am Naëd, membre de la
Compagnie des Pas de Brume, rapporta de la Frange son OEil d’Emeraude, personne ne fit le
rapprochement avec les légendes qui hantaient son lieu d’origine. Pour tous, ce n’était là
qu’une gemme aux dimensions exceptionnelles, certes, mais dont la valeur restait
exclusivement financière.

C’est ici qu’intervient un troisième et dernier dieu, ou plutôt son frère. Lycan, en effet, n’a
jamais oublié la promesse faite à Faune de le sortir de la torpeur où l’avait laissé son
affrontement contre Skhant. Aussi, lorsque Nagdar Am Naëd rapporta à la Maison des Pas de
Brume de Tamok le joyau et que celui-ci fut identifié comme une source de pouvoir
gigantesque, Lycan décida de confier à ses meilleurs chamans la discrète mission d’en
extraire l’essence afin de la faire ingérer à Faune.
Mais la venue à Tamok des anciens de la Compagnie n’échappa pas aux éléments de l’Ordre
Fidèle infiltrés sur les Rivages. Tersainte décida alors de récupérer l’objet tant convoité et,
sous couvert de représailles à la suite d’une querelle frontalière montée de toutes pièces,
dépêcha ses meilleurs éléments d’assaut : le 6ème corps expéditionnaire et, bien entendu,
l’Ordre fidèle.

L’échec n’est pas un jeu

Comme à leur habitude, les dieux vont s’affronter par tierces personnes interposées. Satan,
aussi discret qu’à l’habitude, s’appuiera sur ses millénaires Mnemosys, Michel fera reposer la
force de sa colère sur l’Ordre Fidèle tandis que, ne se doutant encore de rien, Lycan attendra
patiemment les résultats de la Compagnie des Pas de Brume.

Les protagonistes en quelques mots

Mnemosys : Quelques éons après le combat qui l’opposa à Michel, Satan réalisa que tout
espoir de ressusciter Maëlle n’était peut-être pas définitivement perdu. En parfaite élue du
Seigneur, celle-ci devait en effet disposer d’une telle force vitale que
quelque chose devait être resté imprégné sur le champ de bataille. Il
envoya donc ses anges collecter tout indice permettant de retrouver
une trace de la Belle. Las, Nagdar Am Naëd était passé par là et avait
accompli son office involontaire. Il ne restait plus à l’Archange de
Lumière qu’à entreprendre une vaste campagne d’investigation,
hasardeuse et presque désespérée. Ce fut l’origine de la Mnemosys.

Compagnie d’immortels liés par un Serment de Sang et dirigé par
trois Anges des Ténèbres, la Mnemosys envoya pendant des
centaines d’années ses sbires errer de par le monde. Sous couvert
d’activités caritatives, religieuses ou scientifiques, les agents de
Satan infiltrèrent les principaux centres d’activités économiques ou
culturelles humains. Ils créèrent des cultes locaux, s’assurant le soutien
d’une foule aussi fanatique qu’inconsciente de l’étendue du réseau.
Mnemosys forma des assassins, des espions, des diplomates… Satan fit preuve d’une divine
patience.

L’Ordre Fidèle : Baisser les bras n’est pas dans les habitudes de Michel. Archange
flamboyant et guerrier humilié. Encore convalescent, il jura sur ses ailes amputées de faire
renaître sa soeur à la vie éternelle et inspira à Pyron de la Hanse, un obscur cardinal, un rêve
prophétique. Galvanisé par la vision céleste, ce dernier consacra sa vie à l’instauration d’un
ordre templier des plus orthodoxes. Ainsi naquit, il y a quelques siècles, l’Ordre Fidèle dont la
vocation de pureté guerrière fut entièrement tournée vers la recherche du mystérieux Graal
d’Emeraude
.

La Compagnie des Pas de Brume : faction pacifique et discrète de la Guilde de la Bête
Enragée, la Compagnie des Pas de Brume en regroupe les vétérans les plus versés dans les
arts chamaniques. Le plus souvent érudits, lettrés et lassés par d’incessants combats, ils font
plus l’effet de ces vieux loups, maîtres de meute et garants de la tradition du pack. Installés à
Tamok dans la Maison des Pas de Brume, halte locale de la Guilde, ils ont pour mission de
déceler la nature étrange et fascinante de l’oeil d’émeraude.

Pendant ce temps-là, à Tamok

La première partie du scénario reste relativement ouverte, l’essentiel étant que les PJs sentent
l’enfermement et la résignation des Tamokois, ainsi que l’extrême violence des combats.
Antonius Toron, gouverneur de la ville, n’est peut-être pas un stratège hors pair mais, en bon
gestionnaire, il a su placer les meilleurs hommes aux bons endroits et, contrairement aux
espérances des Blanches Voiles, le rocher tient bon. Tamok n’est peut-être pas de taille à
repousser l’envahisseur, mais tenir pied à pied reste possible pendant encore quelques jours.

Chronologie :

Premier jour :
- vers 6h du matin : les Blanches Voiles ferment la baie proche de Tamok et
interdisent le départ de tout navire, fut-il pêcheur. Sur terre, les unités à pied du 6ème
corps expéditionnaire creusent des tranchées à 400m des remparts et commencent
immédiatement à couper des arbres pour construire béliers et tours d’assaut. Les
crieurs publics font leur office et les milices populaires forment leurs unités.
- 12h : les premières catapultes de siège déversent de la grenaille en fusion sur le
rocher. Les défenses de la ville installent les scorpions sur les remparts et amorcent
les premiers tirs.
- Vers 15h : leurrée par l’apparent sous-nombre des effectifs terrestres, une
compagnie des gardes populaires des remparts tente une sortie. Sous les regards
horrifiés et impuissants, ils sont aussitôt mis en pièces par les combattants à pied de
l’Ordre Fidèle.
- Vers 19h : les galères de débarquement des Blanches Voiles foncent en direction de
la falaise de Tamok, s’y arriment et entreprennent de poser des échelles d’invasion
le long de la paroi à pic. La tentative échouera définitivement tard dans la nuit, après
d’intenses combats. Durant toute la nuit qui suivra, les catapultes à fusion des
Blanches Voiles donneront le feu.

Deuxième jour :
- A l’aube : des signes d’activité suspects éveillent les soupçons de défenseurs de la
muraille terrestre. L’Ordre fait a commencé à faire intervenir les sapeurs tandis que
sont construits d’immenses cerfs-volants de siège.
- En fin de matinée, deux cerfs-volants de 40m d’envergure s’envolent au-dessus de
Tamok. Ils sont chacun porteurs d’un passager chargé de déclencher le largage de
180kg de pierres.
- Dans l’après-midi, les grognements plaintifs de cochons qu’on égorge se font
entendre. Durant toute la soirée, les hommes de Tersainte en extrairont la couenne et
la mélangeront à du salpêtre.
- A la nuit tombée, les plus anciens de la Compagnie des Pas de Brume monteront sur
les remparts et y déclameront les appels aux bêtes. Au moment même où une sortie
sera organisée par l’armée régulière de Tamok, des hardes entières de sangliers
sortiront des forêts avoisinantes pour fondre sur les assiégeants. La tentative de
brise-siège tournera court lorsque l’Ordre Fidèle fera charger ses chevaliers, appuyé
par les tirs de soutien des catapultes des Blanches Voiles.

Troisième jour :
- Très tôt le matin, les martèlements des sapeurs cessent et les hommes de Tersainte
prennent tous une position de couvert. Dans les minutes qui suivent, les sapeurs font
s’enflammer la graisse de porc et de salpêtre. Le mélange détonnant explose, faisant
s’effondrer les remparts, l’antique citadelle, la maison des Pas de Brume et quelques
dizaines de commerces malchanceux. Puis… c’est le carnage.

Acte 3. Finalement, on préférait la peste

Tuez-les tous…

Quels qu’aient été les événements auxquels auront participé les PJs, rien ne les aura
véritablement préparés à cela. En contraste total avec les habitudes martiales de l’armée
régulière de Tersainte, l’Ordre Fidèle se rue immédiatement dans la brèche, moissonnant les
défenseurs hagards comme le paysan les chaumes. Marteaux et fléaux pleuvent de toute part,
ne laissant pas un instant de répit à des assiégés désormais sans espoir. Aux côtés des PJs,
Yzwan n’en mène plus large. La cage thoracique défoncée par un fragment de la muraille, il
appelle à lui les PJs les plus proches et leur tend une bourse de cuir. Son contenu, leur dit-il,
doit impérativement parvenir à Bogar et y être remis en mains propres à Jhatïr Am Naëd. Ils
doivent immédiatement filer par le souterrain caché dans les sous-sol de la Maison des Pas
de Brume. C’est de la plus haute importance, ils seront grassement rémunérés et… et il n’en
dira pas plus. Dans une séquence purement hollywoodienne, il rend l’âme tandis que
surgissent les premières lignes de l’Ordre. Nul n’est besoin d’être militaire pour s’apercevoir
qu’une résistance serait illusoire et suicidaire. Il faut fuir !

Voie sans issue

La première mauvaise nouvelle, c’est qu’il va falloir se frayer un chemin relativement discret
parmi les troupes antagonistes, les premières étant décidées à nettoyer totalement les lieux, les
secondes n’étant pas du tout d’accord pour les laisser faire. La seconde, c’est qu’une grande
partie de la Maison des Pas de Brume n’a pas résisté à l’explosion des remparts et s’est
effondrée sur elle-même.
La troisième, c’est qu’à
moins d’être transparents,
les PJs vont avoir de
fortes chances d’attirer
l’attention des
belligérants.

Armand de Saint-Just
Il n’a pas toujours été affecté au
commandement du 6ème Corps Expéditionnaire de Tersainte.
Originaire d’une petite baronnie des marches nord d’Alkion, il
débuta sa carrière comme lieutenant dans un avant-poste
stratégique du massif de Nock. Piètre stratège, mais excellent
tacticien, il fut vite remarqué par les pontes de l’Ordre Fidèle
qui firent appel à lui en qualité de commandant de compagnie.
Respecté pour sa bravoure et son dévouement, il gravit
progressivement les échelons hiérarchiques et fut admis, à 41
ans, à la tête de l’une des plus puissantes formations navales de
la chrétienté.
Fidèle au Pape et à sa foi, Saint-Just brille par son exemplarité
et son sens de l’honneur autant que par sa valeur martiale.

Le souterrain, par
miracle, aura été
relativement bien protégé
par des fondations solides,
et l’emprunter ne sera pas
trop problématique. Ce
qui le sera, c’est qu’après une petite promenade de 400m dans le noir le plus complet, le
groupe atterrira dans une grotte encastrée dans la falaise, face à la mer. Là, sur la petite plage
de rochers, les attendra une barque de bois suffisamment large pour tous les supporter, et une
paire d’avirons.

Qu’ils soient totalement inconscients ou qu’ils préfèrent attendre la nuit pour s’éclipser en
douce, rien n’y fera : l’armada des Blanches Voiles ne laissera pas un seul esquif passer ses
mailles et l’ordre leur sera bientôt donné de se rendre. Face à des scorpions de siège, des
arbalètes et des arcs longs même les plus téméraires abandonnent en général toute velléité
d’exploit et ils seront bientôt amenés sur l’Angélique pour y être présentés au capitaine d’escadre Saint-Just. Ils seront interrogés dans toutes les règles de l’art au sujet d’un « joyau
vert aux reflets brumeux », puis déshabillés et mis aux fers.

La petite bête qui monte, qui monte…

Les PJs pourront gamberger toute la journée sans que rien de bien neuf ne se présente. Au fil
de la journée, ils se verront rejoints par Etias, un barde demi-elfe fugitif et plutôt désemparé,
et par Antonius Toron le gouverneur. Ce dernier a subi un interrogatoire des plus poussés et,
sans une assistance immédiate, il décèdera enchaîné à la cale.

A la nuit tombée, le calme est revenu sur la côte. Tamok en feu inscrit un nouveau siège dans
sa tumultueuse histoire tandis que les Blanches Voiles profitent d’une pleine lune pour
organiser un mouillage cohérent. Les heures se succèdent et les PJs commencent à somnoler
lorsque des bruits étranges se font entendre contre la coque, comme si quelqu’un y frottait une
dizaine de lames acérées.
Dans l’eau, silencieux et furtifs, une dizaine de lycanthropes ont entrepris de gravir
d’escalader l’Angélique et, après quelques minutes d’ascension discrète, y mettent pied dans
une atmosphère de panique générale. Dans l’instant qui suit, des lycanthropes pénètrent dans
la cale et libèrent des captifs, espérant obtenir là de précieux auxiliaires en combat. Il faut
faire vite, car déjà les frégates les plus proches répondent aux signaux de détresse de
l’Angélique en envoyant des barques pleines de soldats.
Il apparaîtra vite à tout humain doté de bon sens (même à un Koltian d’ailleurs) que le rapport
de force va vite tourner à l’avantage de Tersainte, déjà favorisée par un
entraînement sans faille et une excellente cohésion. Tandis qu’ils se démènent dans la mêlée
chaotique qui ensanglante les ponts supérieurs de l’Angélique, les PJs pourraient être tentés d’échapper au carnage avant qu’un combattant d’un des deux bords ne décide de
s’intéresser à eux. Le cas échéant, si personne n’en prend l’initiative, c’est Etias qui indiquera,
flottant attaché au navire amiral, l’une des barques envoyées par les navires adjacents. Elle
est vide et contient deux avirons… de quoi donner aux PJs des envies d’escapade.

Epilogue

Surpris par cette résistance inattendue et concentrés uniquement sur la défense du fleuron de
leur flotte, les hommes de Tersainte ne remarqueront pas un frêle esquif glissant dans les eaux
noires, à l’ombre de la falaise de Tamok. Après une petite heure d’échauffourées brutales, le
dernier lycanthrope rendra l’âme après avoir renvoyé au Paradis son comptant d’âmes
guerrières.
Il ne restera alors aux PJs survivants qu’à faire le choix que le Destin leur impose. Ils peuvent
soit associer leur nom à l’histoire de l’oeil d’émeraude, soit s’en désolidariser… mais dans les
deux cas, ils ont désormais inscrit leurs noms dans la longue histoire qui unit désormais
l’Ange à la Bête.

P.-S.

Ecrit en collaboration avec le Prophète.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.