SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Livre des cinq anneaux > Aides de jeu > L’empire d’émeraude > La religion à Rokugan
Contribuer

Livre des cinq anneaux

La religion à Rokugan

La théologie polythéiste pour les nuls

jeudi 24 septembre 2009, par Nadir

Cet article vous présentera un condensé d’idées sur la théologie de Rokugan, tout en développant l’implication sociale de cette dernière.

Les choses sacrées et pourquoi elles le sont :

Dame Soleil et Sire Lune , les êtres suprêmes :
Il s’agit des être situés au sommet de l’ordre céleste rokugani et qui sont responsables de l’existence du monde. Au fil des éditions, les tenant du poste évoluent. Ainsi, on commence avec Dame Soleil et Sire Lune, puis on passe à Sire Soleil et Dame Lune et actuellement, on a le Dragon de Jade et celui d’Obsidienne.

Les Fortunes : Elles se divisent en deux groupes :

- les Fortunes, au sens strict du terme, au nombre de 7, qui sont les plus anciennes et de facto les plus puissantes. Par exemple Benten ou Jurojin.

- Les Fortunes mineures ou mikokamis , vaste catégorie qui englobe aussi bien des humains divinisés par l’Empereur que la Fortune des récoltes. Ils vivent à Tengoku, le Royaume des Cieux.

Les Fortunes sont généralement préférées aux Kamis par les moines et paysans.

Les dieux de la Mort ou Shi-Tien Yen-Wang : récemment, Moto Chagatai, Khan de la Licorne a passé un accord avec les dieux de la Mort, levant ainsi la malédiction qui pesait sur la famille Moto en échange de la vénération de ses dieux. Ils ne sont vénérés que par les Moto ou peu s’en faut, le reste de Rokugan jugerait cela blasphématoire.

Dans l’Ordre Céleste, ils se situent à peu près au niveau des Fortunes Majeures. Actuellement, il gère avec Ryoshun et Emma-O, Fortune de la Mort, le Meido. Ils n’osent pas s’en prendre à Rokugan suite à un accord leur ayant permis de gérer le Meido.

Les Dragons : Ils sont nombreux, bien que les plus connus et les plus puissants soient les dragons élémentaires (1 par élément). On trouve également des dragons mineurs, tels que le Dragon Céleste qui soutient les Cieux, le Dragon du Tonnerre, esprit et patron des héros du Royaume des Mortels, celui de Jade essence de la pureté et de la vertu et son opposé, le dragon d’Obsidienne, incarnant le vice et le déshonneur. De plus, récemment est apparu le Dragon de l’Ombre, mais l’Empire ignore encore en grande partie son existence.

Les Oracles : Leur importance est la même que celles des dragons, chacun d’eux représentant également un élément, plus le Tonnerre, l’Obsidienne et le Jade. On trouve toutefois un Sombre Oracle par élément majeur, qui est le pendant maléfique de l’Oracle de cet élément. Ils ont une connaissance immense et de grands pouvoirs, ce qui leur interdit de trop interférer parmi les mortels pour ne pas perturber l’Ordre Céleste.

Les kamis « originels » ou dieux : Ce sont les 10 enfants de Dame Lune et Sire Soleil. Sept fondèrent les Clans, le huitième devint l’Empereur et le dernier est le Dieu du Mal, car il tomba près de Jigoku est fut corrompu par la Souillure. Enfin, depuis peu, le 10ème, Ryoshun qui mourut dans le ventre de Sire Soleil, est le gardien du Meido, le Royaume de l’Attente, où vont nombres de morts. Cela pousse donc les rokuganis à le prier.

La chute de Tengoku, le Royaume des Cieux, rendit les 9 kamis mortels, mais ne leur ôta rien de leur puissance. Socialement, ils sont toutefois subordonnés à l’Empereur, bien que celui-ci ne soit pratiquement jamais opposé aux décrets des Kamis, bien qu’il en ait le pouvoir.

Les kamis élémentaires : subordonnés des dragons, ils habitent le monde entier et symbolisent les éléments, les shugenjas savent leur parler, mais ils ne doivent jamais oubliés qu’ils ne sont pas des êtres inférieurs, bien qu’ils constituent l’Univers. Maltraiter la nature, c’est s’attirer la colère des kamis et donc risquer sa vie.

Les esprits : il s’agit des êtres venus des autres des autres Royaumes Spirituels, mais également des Ancêtres, Fantômes, Changeformes, Gaki et échappés de Jigoku. C’est donc une catégorie plutôt hétéroclite qui reste toutefois influente.

Les kansen : ce sont les pendant maléfiques des kamis élémentaires, pouvant parfois contrôler des humains, on ne les trouve, heureusement, normalement que dans l’Outremonde, où ils corrompent les shugenjas assez fou pour user de magie.

Le tao de Shinsei : traité de philosophie écrit par Shinsei, l’humain qui permit de vaincre Fu-Leng pour la première fois. Ce texte est devenu rapidement sacré de ce fait.

Les médiateurs :

L’Empereur : il est le médiateur par excellence, puisque son règne est approuvé par Sire Soleil et donc par tout le panthéon.

Les shugenjas : Si l’Empereur a le statut de pontife, les shugenjas sont le clergé, répartis sur toute la surface de l’Empire a aider les hommes à vivre en harmonie avec les kamis.

Les moines : ce sont les disciples de divers courants philosophiques, tirant leur source du Tao. Ils se rapprochent de la communion parfaite avec l’Univers via divers pratiques, tirant généralement sur l’ascétisme pur (vœu de silence, de chasteté, etc.) et étudient les textes sacrés.

NB : la partie suivante portant sur les rites ne fera pas la différence entre ce que font les shugenjas et les autres samouraïs, puisque ce qui relève strictement du clergé me semble évident et que généralement, la différence ne se fera pas, les deux castes participant au rite. La fréquence est purement indicative, mais me semble la plus « logique ». Enfin, ici, kami est à prendre au sens kami élémentaire.

Les rites quotidiens :

Méditation : il s’agit d’un rituel a portée plus philosophique, permettant au samouraï de retrouver une grande clarté d’esprit et donc être plus disposé à communier avec l’Univers, c’est la raison pour laquelle ce rituel est généralement pratiqué quotidiennement.

Bénédictions : Ceci est un des rôles les plus importants du shugenja, puisque de par son rôle de médiateur, il peut demander aux kamis d’accorder leur bénédiction à quelqu’un mais plus généralement à une des possessions de la personne, par exemple, bénir un champ afin que la récolte soit bonne. C’est un immense privilège, même pour un samouraï. Il est intéressant de noter qu’une bénédiction est par défaut « de fertilité », bénir quelqu’un ou quelque chose, c’est donc lui assurer une descendance nombreuse avant toute chose.

Sorts : Là encore, c’est l’intercesseur, soit le shugenja, qui intervient en demandant aux kamis d’utiliser leurs puissances afin de lui venir en aide. Autant dire qu’un shugenja qui les méprise est un shugenja mort…


Vénération :
l’un des piliers de la religion de Rokugan. On rend hommage aux êtres surnaturels et aux ancêtres, les remerciant pour leurs bienfaits. Pour cela, on se rend à l’autel qui leur est dédié et on y fait une offrande, généralement de l’encens tout en remerciant, généralement à voix basse, mais rien n’oblige à dire ses remerciements ou à les murmurer. Ce rituel est quotidien, car les ancêtres sont ce qui compte le plus pour quiconque.

Notons que ce rituel sert également à maintenir le contact avec les Ancêtres, évitant ainsi leur courroux. Évidemment, si l’ancêtre a souillé l’honneur familial et ne s’est pas racheté, il ne sera pas vénéré, ce qui pourrait provoquer son ire.

Les rites hebdomadaires :

Prières : il s’agit ici de demander, que l’on soit médiateur « agrée » ou non, à un être surnaturel son soutien. Par exemple, un samouraï du clan du Crabe, avant une bataille importante, demandera à son Kami fondateur et aux Fortunes de son clan de lui accorder Force et Courage. La prière est ici sous forme hebdomadaire, car on y recourt régulièrement, de façon ordinaire, sans que cela soit quotidien.

Les rites particuliers :

Purification : lorsqu’un samouraï est souillé, notamment par le contact du sang, chose absolument impure, il doit demander à un Shugenja de le laver de cette souillure, sinon il est considéré comme un véritable paria par ses pairs.

Les faits évoqués ci après concernent les coutumes communes aux divers clans. Pour les aspects propres à chacun, je vous invite à consulter le supplément 3ème l’Empire d’Emeraude, pages 44 à 55 de la VF.

Naissance : Une naissance est toujours un grand événement, en règle générale, des coutumes superstitieuses portent les familles à faire ou éviter de faire diverses choses et un Shugenja bénit l’enfant.

Gempukku : On peut comparer cette étape de la vie d’un Samouraï au baptême tel qu’il était vécu par les premiers chrétiens : une renaissance. La vie d’un samouraï commence à partir de ce moment là, c’est donc un moment symboliquement très fort.

Enterrement : Tous les corps que le Clan possède sont incinérés, afin d’éviter qu’un Adepte du Sang les réanime pour se constituer une armée. Les coutumes funéraires varient d’un Clan à l’autre, certains vivant plutôt bien la Mort, d’autres la dramatisant plus. Il y a toujours un repas après les funérailles. Le nombre de personnes présentent aux funérailles dépendent de la gloire du défunt.


Fête de mariage :
Il y autant de traditions concernant le mariage que de clans, ou peu s’en faut. La seule chose qui reste probablement commune à tous est la purification et la bénédiction d’un Shugenja, qui bénit l’union au nom de Jurojin, Fortune de la Longévité et parfois de Benten, l’Amour Romantique, ou de Fukurokujin, Fortune de la Sagesse.

La cohabitation du Tao (Kamis) et des Fortunes :

Avant que les Kamis ne tombent du Royaume des Cieux, les humains avaient déjà un système de croyance. Ils croyaient aux Fortunes. Ce groupe se divise comme dit plus haut en Fortunes majeures et Fortunes mineures. Les Fortunes majeures n’interviennent pratiquement pas directement dans le monde des Mortels, mais elles sont tout de même révérées, car elles sont au sommet du panthéon fortuniste. Les autres Fortunes sont elles révérés pour un aspect particulier. Ainsi, on voue un culte à la Fortune des champs, afin que la récolte soit bonne. On craint plus les Fortunes mineures, puisqu’elles peuvent plus facilement intervenir à Rokugan.

Puis vinrent les Kamis et rapidement le Tao de Shinsei. Le Tao permit aux shugenjas d’abandonner la magie du sang au profit de la magie élémentaire des kamis. Toutefois, cela apportait un autre changement : la mise en place de l’Ordre Céleste, qui ne reconnaissait pas
les Fortunes. Ce culte se base sur le respect du aux kamis qui composent les cinq éléments.

Hantei Genji, Fils du Kami Hantei, pour éviter un conflit entre la religion traditionnelle et la nouvelle, décréta la fusion des deux. Ainsi on inclut les Fortunes dans le schéma de l’Ordre Céleste, à niveau égal avec les Dragons. Ainsi, les paysans remercient pour leur récolte les Kamis de la Terre mais également la Fortune des Champs et celle des Récoltes.

L’Ordre Céleste :

Cet ordre est composé de deux niveaux :

- Un niveau que l’on peut qualifier de supérieur ou de purement spirituel.
- Un niveau inférieur ou humain.


Le niveau supérieur :
il est composé d’entités spirituelles. Dame Lune et Sire Soleil sont au sommet, puis viennent à rangs égaux les Dragons Majeurs et les Fortunes Majeures. En dessous des Dragons Majeurs, on trouve les Oracles et les Dragons, au même rang. Enfin, tout en bas de l’échelle dragonique se trouve les kamis élémentaires (mikokamis) et leurs équivalent spirituels, les ryu. Du côté fortuniste, les Fortunes Majeures dominent et les Fortunes mineures sont au niveau des mikokamis et des ryus.

Le niveau inférieur : il est composé des différentes castes sociales rokuganis. Au sommet, on trouve l’Empereur, leader politique et religieux de l’Empire.

En dessous, on trouve les Kuge, les samouraïs supérieurs, tels que les samouraïs secondant l’Empereur (Champion d’Emeraude, Voix de l’Empereur, etc.) les Champions de Clan ou encore les daimyos de familles majeures.

Puis viennent les buke, les samouraïs de rang plus faible, qui comporte aussi bien les ji-samouraïs que les karos des daimyos.

Le clergé, qui n’inclut pas les shugenjas, qui sont techniquement des buke, est composé des seuls moines.

Les Heimins sont les paysans, et autres individus de basse extraction.

Tout en bas de l’échelle sociale se trouve les Hinin, soit les individus de basse extraction qui effectue les corvées qui souillent le corps, tels que les bourreaux, les tanneurs, les fossoyeurs, etc.

Sont exclus les ronins, qui n’ayant pas de maître n’obéissent pas à l’Ordre et les Gaijins, qui sont exclus car ils ne croient pas aux dieux rokuganis.

Ce qu’il faut retenir de cet ordre c’est que chaque échelon doit obéissance au supérieur.

Les particularités de cette théologie pour des Gaijins et donc des PJ :

Pouvoir politique et pouvoir religieux : On pourrait croire enfoncer une porte ouverte, mais il vaut mieux le rappeler : Rokugan n’est pas une démocratie moderne. Sur le plan politico-religieux, cela implique deux choses :

1) Le pouvoir religieux et le pouvoir politique ne sont PAS dissociés. Aussi le blasphème est-il puni sur le plan civil au même titre que la trahison, le meurtre et autres joyeusetés.

2) La liberté de croyance n’existe pas. Soit vous croyez en l’Ordre Céleste, soit vous n’y croyez pas. Dans le cas de figure où vous n’y croyez pas, vous n’existez pas aux yeux de la population rokugani, du moins au sens juridique du terme. Ainsi votre mort n’aura généralement aucune conséquence pour votre meurtrier, il se pourrait même qu’on le félicite.


Place de la religion dans la vie quotidienne :

Contrairement à notre société, la religion est présente à chaque étape de la vie d’un samouraï. Certes nous avons le baptême, le mariage, l’enterrement, mais ces cérémonies n’ont plus la même force que par le passé et donc pas la même force qu’à Rokugan. De plus, un bon samouraï honore ses ancêtres chaque jour. La religion est donc très présente au quotidien, dans toutes les classes sociales, des paysans remerciant la Fortune de leur bêche aux samouraïs remerciant celle de leur sabre.


Polythéisme :
et oui, L5R est un jeu destiné majoritairement à des Occidentaux et donc à des monothéistes. Aussi, il n’est pas inutile de rappeler aux PJs que la religion rokugani fonctionne un peu comme la religion romaine antique. Bien sûr, les jdr étant majoritairement polythéistes, cela ne pose pas de gros problèmes.


Encadrement arrondi
Les commentaires sur cet article

2010-04-05 23:32:26 - Gap

A lire également "La voie des kami" de Darkloïc, essentiel pour toute personne qui souhaiterait jouer un shugenja : http://www.sden.org/livre-des-cinq-anneaux/aides-de-jeu-2171/Aides-de-Jeu,1196/La-voie-des-kami

Encadrement arrondi
Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.