SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Livre des cinq anneaux > Aides de jeu > Personnages (PJ/PNJ) > Personnages des familles impériales
Contribuer

Livre des cinq anneaux

Concours de PNJ (Episode 4)

Personnages des familles impériales

lundi 25 mai 2009, par Cleygan, Le Dernier Ornithorynque

Avec les mots-clefs suivants :
- Hantei
- Oracle de la Terre
- Origami

Seppun Mitsunari

par Le dernier Ornithorynque

Seppun Mitsunari s’éveilla dans un sursaut.
Son premier réflexe fut de se blâmer. La cérémonie de son gempukku avait lieu demain ; peut être même aujourd’hui, vu l’heure, et il risquait de perdre une concentration qui lui serait précieuse, et ce en succombant à la peur et au désir.
Mais une fois ses remontrances effectuée, il parvint à saisir ce qu’il l’avait réveillé : un origami d’une trentaine de centimètres de long à la forme de dragon lui chatouillait le nez.

Eberlué par ce prodige il se redressa et admira le papier finement plié en train de voleter dans la pièce. Seule la lumière de la pleine lune, filtrant par la fenêtre de sa chambre, au premier étage de Kyuden Seppun, lui permettait de le suivre.

Soudain l’origami passa la fenêtre. Le jeune Seppun s’y précipita pour s’assurer qu’il ne rêvait pas.
L’origami n’était plus tout à fait le même. Son aspect était identique, mais il mesurait désormais plus de trente mètres de long. Il dansa allègrement dans la cour de Kyuden Seppun sous le regard médusé de Mitsunari, puis soudain s’arrêta. La tête du reptile s’approcha doucement de la fenêtre. Il semblait vouloir dire quelque chose d’important, de vital au jeune Seppun.

Le dragon de papier présenta son cou, comme une invitation à une chevauchée. Mitsunari hésita quelque peu. Finalement, au bout de quelques minutes, sa peur s’effaça et il enfourcha la bête de papier.
Celle-ci s’éleva aussitôt, survolant les hautes murailles de Kyuden Seppun en direction du sud. Les gardes ne semblèrent même pas remarquer leur présence. Peut être que tout cela faisait partie de l’épreuve ?

Le dragon était rapide. C’est avec une certaine appréhension qu’il remarqua que le dragon voulait se diriger dans le plus grand échec de sa famille : les vastes ruines d’Otosan Uchi s’étendaient sous ses pieds.
Ils descendirent de plus en plus, avant de poser pied dans la cour d’un vieux bâtiment aujourd’hui en ruine. Malgré son état de délabrement, il était clair pour Seppun Mitsunari que celui ci avait été et était peut être encore aujourd’hui, un lieu de prière. Si la première cité impériale était réputé souillée jusqu’à ses fondations, il se sentant étrangement calme et serein.
L’origami murmura : "Le temple des kamis".

Une des portes du cercle intérieur était ouverte. Il entra dans une petite pièce. le sol semblait fait de sable, les murs ainsi que le plafond également. Un jeune homme était assis au milieu de la pièce. Son apparence extérieure donnait à penser qu’il s’agissait d’un modeste ronin, mais Mitsunari sentit immédiatement de qui il s’agissait.

"Puis je vous inviter à prendre le thé ?" L’interrogea l’Oracle de la Terre en désignant deux tasses de porcelaine à moitiés remplies, reposant sur le sable.
Mitsunari n’arrivait plus à respirer. Il se vit saluer et s’assoir plus qu’il ne le fit consciemment.

"Je sais combien cette journée a une importance pour vous, mais peut-être me pardonnerez vous de vous voler un peu de votre temps pour vous raconter une histoire ?".
Mitsunari, au comble du désarroi, accepta la tasse qu’il lui tendait et ne put que murmurer un très léger "je vous donnerais ma vie si vous me le demandiez".
"C’est malheureusement peut être de cela qu’il s’agit."
Le thé apaisa le jeune Seppun dès qu’il eu touché ses lèvres. Il se sentait prêt à affronter l’épreuve.

"Les cieux sont depuis quelques temps en perpétuels changements. Ce qui était apparu et était resté tel quel pendant plus de mille ans a été bouleversé plusieurs fois au cours des dernières années.
Les dragons ont estimé qu’il était temps qu’une nouvelle ère de stabilité s’ouvre. Ere impossible tant que l’homme peut agir sur un monde qui ne lui appartient pas. Le dragon de Jade et le dragon d’Obsidienne sont partis affronter Dame Lune et Sire Soleil, avec le soutien de tous leurs semblables.
Leur victoire fut éclatante pour tous. Et de ces deux êtres il ne reste plus qu’un nouvel et parfait dirigeant des cieux : le dragon de cristal est né. Son ère s’ouvre à présent."

"Mais plus que la stabilité des cieux, il désire également que Ningen-Do redevienne le monde qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être. Le seul et unique souverain légitime doit retrouver son trône pour qu’enfin le chaos prenne fin. Hantei doit retrouver la place qui est la sienne.
Ceci, et je m’excuse de vous faire incomber une telle tâche, vous a été confié. Mis à part tout vos talents et toute votre âme, vous aurez également besoin de ceci pour y parvenir".

L’Oracle tendit alors sa main en direction de Mitsunari. Il déposa sur le sol un petit morceau de jade qui prenait la forme étonnante d’une larme.
Seppun Mitsunari savait que se saisir de ce cadeau impliquait d’accepter tout ce qu’on lui confiait. Surpris qu’on lui laisse le choix, il n’hésite pas un moment à prendre la larme de jade entre ses doigts.

Seppun Mitsunari se réveilla, frais et dispo à la lumière du léger rayon de soleil qui pénétrait dans sa chambre.
Il se sentait prêt à affronter n’importe quel épreuve. Ce rêve bien qu’étrange était peut-être un signe des fortunes.
Ce n’est que lorsqu’il déplia son poing qu’il compris l’immensité de sa tâche.


Daigotsu Kanpeki

par Cleygan

Un enfant, à moins que ce ne soit un jeune samouraï, se tenait devant lui. Il avait une mine calme et légèrement interrogative Dans son kimono d’or et d’émeraude, il paraissait frêle et chancelant. Peut-être n’était-ce pas ici celui qu’on croyait qui était le plus surpris de sa présence.

L’Oracle s’appuya de son coude sur son genou.
- Rares sont ceux qui arrivent ici, déclara-t-il sereinement.
- C’est ce qu’on dit.

A nouveau, Hiruma Osuno regarda l’enfant. Oui, il en était certain, c’était un enfant. Ses cheveux finement peignés et un teint de peau frais comme la brise du soir.
- Si peu nombreux soient-ils à être arrivés ici, aucun n’y est jamais parvenu indemne.
- Je ne puis vous infirmer. Dans votre légende je suis, dans votre vie je passe. De votre passé je suis absent.

Un Mon que l’on reconnaissait Chrysanthème, était tissé sur ses manches.
- Quel Devoir t’a conduit jusqu’ici, jeune Hantei ?
- Aucun. Il ne m’est pas un carcan. Il m’est un carrefour aux mille chemins.

Le silence s’imposa un instant.
- Comment puis-je te guider, alors, jeune Hantei ?
- Aucunement. En arrivant chez vous, j’ai trouvé ma réponse.

L’Oracle se montra intrigué par ce freluquet. Une once de victoire et de supériorité glissait dans ses yeux. Inquiétant.
- Me diras-tu en ce cas ce qui te mena en ma demeure ?

Le jeune samouraï se releva et resta droit devant son hôte. Il n’y avait dans son attitude nulle tentative d’offense, ni irrespect. Simplement un homme assuré sur le départ.
- D’où je viens, la parole est force. D’où je viens, l’acier scelle la parole. Sur le chemin, la parole est devenue futile. Sur le chemin, l’acier est devenu force. En arrivant, l’acier est devenu futile. En arrivant, la parole est redevenu force. Je voulais savoir ce qui permettait de s’affranchir de cela.

Le samouraï, bien qu’il ne portât pas son sabre d’évidente manière, tenu à l’arrière de son obi qu’il était, avait fait ce pèlerinage en tant qu’élève. Et comme tel, il ne savait pas encore répondre clairement à son maître.
Le jeune Hantei se détourna et se rendit jusqu’à l’entrée de la demeure d’Hiruma Osuno, accompagné de ce dernier. Leur entrevue se terminait et l’un allait partir tandis que l’autre resterait encore. Dehors, un formidable volatile, qui dépassait l’Oracle de plusieurs têtes, attendait avec patience. Le jeune Hantei caressa son bec immense à plusieurs reprises.

Soudain, l’oiseau se racornit et sembla se friper, se plier. Ce qui était il y a peu la majesté des airs se retrouva dans le ridicule du papier. Le samouraï continua.
- Sur le chemin, le papier fut force. Sur le départ, il est devenu futile.
- Seule la terre ne change pas, jeune Hantei.

Le samouraï tourna simplement la tête vers son hôte.
- On ne peut reforger l’acier de nos ancêtres. On ne peut revenir sur nos paroles. Mais on peut façonner à nouveau le monde.

Il sortit alors un autre oiseau de papier et le posa au sol. Petit à petit, l’oiseau se fit majesté et puissance. Le jeune Hantei monta sur le dos de l’animal et termina.
- J’ai appris que toute chose finit par voir son temps venir. L’immuabilité réside dans le changement. Même la terre peut trembler...

Il s’apprêtait à partir quand l’Oracle lui posa une dernière question :
- Attend, toi qui voyages avec la connaissance. Qui es-tu ?

L’oiseau étendit ses ailes sur plus de trois mètres et battit deux fois des ailes. Il était prêt à s’envoler.
- Je suis Hantei Kanpeki. Et j’apporte le changement.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.