SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Livre des cinq anneaux > Inspirations > Fictions officielles > Le retour du grand-maître
Contribuer

Livre des cinq anneaux

Ere des Quatre Vents (1155-1158)

Le retour du grand-maître

traduit par Katsugi

jeudi 16 mars 2006, par Rich Wulf

Un nouveau Naka apparaît à Rokugan.

Approchez, samuraï de Rokugan. Je m’apprète à vous conter une histoire qui date de la guerre des clans. Une histoire oubliée. Une histoire qui n’a pas de fin... pas encore. Mais peut-être pourrez-vous m’aider à lui en trouver une.
C’est l’histoire d’une bataille depuis longtemps oubliée. Ce n’était pas une lutte au sujet d’une route importante, ni une possession de grande valeur, ni même un lieu saint ou d’une quelconque importance. Ce n’était qu’affaire de survie, dans un petit village ignoré de la plupart des samuraï. La plupart des historiens ont oublié cette bataille, perdue parmi les évènements plus importants de la guerre des clans. La plupart, mais pas ceux du clan du Singe.
Ce village se nommait Nanashi Mura, le village anonyme. Peuplé et fondé par des ronin, ce village offrit avec joie son soutien à la croisade de Toturi le Noir. Pour cette simple raison, Yogo Junzo, lieutenant de Fu-Leng, le considéra comme une menace, et y envoya une armée de puissants oni pour massacrer les habitants de Nanashi. Nul n’en réchapperait.
Ou plutôt, nul n’en aurait réchappé sans l’intervention d’un homme nommé Morito Tokei.
Morito Tokei est lui-même une légende. Il avait été le premier disciple de Naka Kuro, le Grand Maître des Eléments, et bien que Kuro ait plus tard rejoint le clan du Phénix et y ait enseigné, on dit avec certitude que Tokei fut le seul de ses élèves à qui Kuro confia ses secrets les plus puissants.
Peu avant l’invasion de Nanashi, maître et élève se séparèrent. De façon soudaine et inattendue, Kuro renvoya Tokei. Il déclara qu’il ne lui apprendrait plus rien, et peu après, Kuro quitta les rangs de l’armée de Toturi, à la poursuite des buts mystérieux qu’il s’était fixé.
Tokei fut brisé, et sa confiance en lui détruite par le rejet de Kuro. Incertain du comportement à adopter au sujet de Tokei maintenant qu’il avait perdu l’esprit, Toturi lui ordonna de défendre Nanashi. Le Lion Noir espérait que cette mission lui donnerait le temps de réfléchir et de surmonter le rejet de Kuro. Mais Toturi ne se doutait pas que Nanashi deviendrait la cible des plus puissants serviteurs de Junzo.
Quand les oni marchèrent sur Nanashi, Tokei sut quel était son devoir. Son destin n’avait jamais été aussi clair. Alors que les autres ronin du village renforçaient leur défenses ou se préparaient à mourir aussi honorablement que possible, Tokei chevaucha jusqu’à la horde pour en défier le maître, seul et armé uniquement du savoir que Naka Kuro lui avait transmis.
Les oni rirent au nez de Tokei. "Cours, petit shugenja," aboyaient-ils alors que Tokei approchait. "Fais demi-tour et cache-toi dans la forêt pendant que c’est encore possible. Tu pourras peut-être survivre, et raconter aux autres ce que nous aurons fait de ton village."
Tokei frémit, et prononça deux mots.
"Plus jamais."
Dans un éclair de lumière plus brillant que le soleil, Morito Tokei, le général oni et un tiers de sa horde furent
consumés. Seul un cratère restait à l’endroit ou ceux-ci se tenaient. Les ronin de Nanashi se réunirent et vaincurent
le reste de la horde, démoralisée. Ce fut une brillante victoire.
Quand Toturi apprit le sacrifice de Tokei, il accueillit cette nouvelle avec une froide détermination. Pour le Lion Noir, Tokei était un ami de plus à venger, une nouvelle tragédie à l’époque troublée de la Guerre des Clans.
Quand Naka Kuro apprit le sacrifice de Tokei, il sourit simplement. "Quel sacrifice ?" demanda-t-il avec un sourire, "mon disciple a simplement entamé son plus grand voyage." Kuro n’évoqua plus jamais la mémoire de Morito Tokei.
Pourquoi vous raconter cette histoire aujourd’hui ? Quel intérêt peut avoir un évènement si ancien pour l’époque actuelle ? Bonne question. Toutes les histoires n’ont pas de sens, mais avec un peu de chance, j’en trouverai un.
Ce que les ronin de Nanashi racontent est vrai, ainsi que les archives du clan du Singe. L’homme nommé Morito Tokei n’est plus.
Mais Naka Tokei, Grand Maître des Cinq Eléments, se prépare à rejoindre Rokugan. Pendant plus de vingt ans, il a parcouru les royaumes des esprits, apprenant des mystères que même Naka Kuro n’avait jamais pu deviner.
Tout ce qu’il attend à présent, c’est que quelqu’un lui ouvre la porte.
Le Grand Maître pourrait revenir parmi nous de nombreuses manières, et des destins multiples l’attendent, suivant qui le découvrira en premier.
Cette histoire n’a pas de fin. Pas encore. Mais peut-être pourrez-vous m’aider à lui en trouver une.

Tokei frissonna, ses yeux s’habituant peu à peu à la lumière vacillante. Le pire était toujours l’incertitude ; il ne savait jamais vraiment où il se trouvait... parfois il doutait même qu’un homme nommé Morito Tokei eût jamais existé.
Depuis combien de temps ? Combien de temps depuis ce jour où il avait rencontré son destin à Nanashi ? Il avait été prêt à mourir... mais ça n’avait pas été le cas. S’il avait su alors ce qui allait arriver... comment savoir ce qu’il aurait fait ?
Durant son voyage, il avait contemplé des merveilles de beauté : les esprits-animaux gallopant dans les plaines de
Chikushudo. Les nobles ancêtres de Yomi. Les palais étincelants des Dragons élémentaires. Il avait également été marqué à vie par d’autres visions : les légions assoiffées de sang de Toshigoku, royaume du massacre. Les esprits affamés de Gaki-go. Les puits indescriptibles de Jigoku. Il souhaitait profondément oublier ces derniers, mais ces souvenirs faisaient désormais partie de lui.
Il était venu accompagné de tonnerre et de sang, et il n’était plus l’homme qui avait vécu à Nanashi. Il était désormais Naka Tokei, pour le meilleur et pour le pire, maintenant et à jamais.
Tel était le prix de la sagesse.
Le monde mortel était empli de souffrance, mais aussi de choses à faire. Il avait beau avoir appris, et ses pouvoirs avaient beau être aujourd’hui plus grands que ceux de son propre maître, Tokei doutait encore d’être prêt à affronter ce qui l’attendrait là-bas. Il savait n’être pas prêt... mais quelqu’un l’attendait, le désirait.
Son avis n’avait aucune importance. Kuro le lui avait appris. "Seul ce qui est nécessaire est digne de considération," avait toujours dit le vieil homme. "Tout le reste s’arrangera d’une manière ou d’une autre." Ce qui était nécessaire, à présent, était de revenir, et de transmettre ce qu’il avait appris.
Et il fallait le faire maintenant, par n’importe quel moyen.
Tokei étendit ses sens avec la maîtrise d’un véritable maître des éléments, cherchant son chemin à travers le royaume des rêves, à la recherche de l’âme d’un mortel prêt à le recevoir.
Il trouva quelquechose, et se concentra dessus. Ne sachant pas ce qu’il avait trouvé, ou ce qui l’avait trouvé, il traversa l’éther.
Avec un bruit sourd, Tokei chuta au sol, la tête la première. La vision floue et la douleur de son crâne lui
rappelèrent ce qu’être mortel signifiait vraiment. C’était là une chose qui ne lui avait guère manqué. Il s’assit en
grognant, et observa les alentours...
Tokei se trouvait dans un temple obscur, face à un petit autel. Dans les ombres, une silhouette était à genoux, priant et suppliant. Quand Tokei apparut, ses yeux s’élargirent de peur. Elle lança une main pour se saisir de son katana, glissé à l’arrière de son obi.
Tokei releva la tête, et leurs yeux se rencontrèrent pour la première fois. Une étincelle de reconnaissance passa entre eux, un lien karmique plus fort que la simple mémoire. Sa main s’éloigna de son sabre.
"Pardonnez mon entrée," dit Tokei, la voix rauque. "Je suis -"
"Je sais qui vous êtes," répondit la jeune samuraï-ko. "J’ai étudié les alliés de Toturi le Noir. L’histoire vous tient pour mort."
"L’histoire humaine contient un nombre de choses amusantes," dit Tokei. "Le sage ne croit que ce qu’il sait."
Son visage exprimait la confusion la plus totale. Elle ouvrit la bouche pour protester, mais le regard sinistre du maître la fit taire. Quelquechose était là. Quelquechose d’ancien. Quelquechose qui l’impressionnait et l’effrayait à la fois.
"Quel est votre nom ?" demanda Tokei, brisant le silence tendu.
"Je suis Miyako, fille du seigneur Toku, votre ancien camarade," dit-elle. "Vous vous trouvez dans son château, le Donjon Vigilant du Singe."
"En effet," sourit Tokei, avant de lui tendre la main. "Je suis votre obligé, Miyako-chan. Si vous l’acceptez, vous serez ma meilleure élève. C’est le moins que je puisse faire."
Comment aurait-elle pu refuser ?



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.