SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Livre des cinq anneaux > Inspirations > Fictions officielles > Une bonne petite épouse
Contribuer

Livre des cinq anneaux

Guerre des clans (1123-1128)

Une bonne petite épouse

traduit par Asahina Akiyo

jeudi 16 mars 2006, par Ree Soesbee

Hida Yakamo décide de trouver un mari à sa soeur, Hida O-Ushi. Elle ne semble pas prête à devenir "une bonne petite épouse".

"Mariage ?" Le cri explosa tel un marteau à travers un désastre de poteries brisées, et une servante en pleurs se blottit en boule près de la porte en balsa détruite. Un autre bol sakisuki transperça le fin papier de riz, et un garde
dans le couloir se baissa pour éviter la faïence volante. Quelques minutes plus tard, une Hida O-Ushi hargneuse passa devant eux deux en nouant
son casque fermement sur ses cheveux noir de jais. Alors qu’elle passait devant le samouraï qui s’était rapidement incliné, elle tempêta, "Si mon frère m’envoie chercher, je serais en Outremonde,
en train de nettoyer cette racaille".
Les Crabes ne bougèrent pas jusqu’à ce
quelle soit loin dans le corridor, ses bottes ferrées sonnant sur l’acajou dur comme le martèlement d’une forge. Lorsqu’elle fut hors
de vue, les samouraïs levèrent les yeux du sol et regardèrent dans sa direction. "Aujourd’hui", murmura quelqu’un, "je me sens presque désolé pour les gobelins".

Sur les hauts parapets du Mur de Kaiu, Hida Yakamo se
tenait dans le vent fouettant, il contemplait la terre déchirée qui était son domaine. Chaque branche qui lutte, chaque arbre corrompu, et chaque rivière noircie, il les connaissait tous, il les combattait tous.
Ses yeux bruns et froids descendirent sur la silhouette
solitaire marchant vers les grandes portes, une silhouette en armure de bataille. Derrière Yakamo, un samouraï Grue scruta au-delà des larges épaules du Champion Crabe et remarqua le samouraï.
"Votre soeur, enfin, Yakamo-sama ?" demanda Daidoji Uji, souriant. La seule
réponse de Yakamo fut un signe de tête.
Comme elle s’approchait du mur, O-Ushi rencontra une
patrouille d’éclaireurs Hiruma sur le départ, légèrement
armés et armurés. Leur voix sonnantes résonnèrent
sur les hautes pierres du mur, et Yakamo pu entendre leurs acclamations
et leurs plaisanteries tandis que sa soeur agitait une énorme tête
d’Oni en guise de salutations. "Ma soeur, " grogna Yakamo, "qui était
en train de ’chasser’ en Outremonde depuis presque six jours..."
Uji rit, un son profond, clair, qui contenait peu de
gaieté. "Ne soyez pas en colère, mon ami. Avec les nouvelles
que vous lui avez apprises, vous avez de la chance qu’elle ai choisi de
rentrer !"
"Elle doit remplir son devoir envers notre Clan !" Yakamo
empoigna le mur de ses mains. "Même si elle n’est pas d’accord avec
moi, elle doit obéir à mon ordre."
"Je suis sûr qu’elle le fera, Yakamo-sama" La voix d’Uji perdit toute trace d’humour tandis qu’il s’appuyait sur le parapet
du mur. Au sol, O-Ushi racontait l’histoire de son triomphe avec de grands
gestes et de puissants balancements de son marteau. Les éclaireurs
se rassemblaient vite autour d’elle, leurs voix étouffées
par les hurlements de la soeur de Yakamo. "Je suis sûr que n’importe
quel homme serai heureux d’épouser votre soeur. Elle a appris toutes
les manières courtoises," Le marteau couvert de sang d’O-Ushi se
leva vers le ciel, "Et elle est compétente dans tous les... ah...", avec
un cri joyeux, le marteau s’abattit contre la terre noircie, et les Hiruma
explosèrent en acclamations de fierté et de bataille "...arts
féminins."
Un peu de granit réduit en poudre s’échappa
de la main crispée de Yakamo, et les doigts de jade brillèrent
dans le soleil de midi. "Appelle ma soeur ici. Dis-lui que je souhaite discuter
avec elle de mariage." Derrière eux, un serviteur s’inclina rapidement,
se leva de seiza pour dévaler les escaliers de pierre vers la cour.
O-Ushi se pavana en montant les escaliers vers son frère
et le daimyo des Daidoji, bien qu’elle ai laissé la tête de
l’Oni en bas. Son armure était maculée et sale, la plaque
de l’épaule avait besoin de réparation et un panneau de son
casque était même manquant, mais son sourire était
lumineux et cruel. "Bonjour, Uji-sama, Yakamo-sama" dit-elle gaiement en
croisant les bras avec désinvolture après un bref salut. "Vous avez besoin de moi ?"
Yakamo hocha la tête et Uji retourna le salut.
"J’avais besoin de toi, O-Ushi, il y a six jours." Son sarcasme sembla
complètement avoir manqué O-Ushi tandis qu’elle souriait
largement à son frère.
"Je suis désolée, Yakamo-sama. On ne m’avait
pas dit que vous désiriez me voir revenir d’Outremonde. Et ma
proie était très turbulente..."
Yakamo leva sa main pour obtenir le silence, et O-Ushi
arrêta ses excuses avec un sourire. "Suffit. Tu dois te marier, ma
soeur. Je l’ordonne. Maintenant, nous devons décider qui sera ton mari."
"J’espère que vous choisirez un mari résistant,
mon Seigneur." La voix d’O-Ushi s’efforçait de rester polie, et
sa main se serra sur le manche de son marteau. "Ou il se pourrait qu’il
ne survive pas à la nuit de noces." Uji et Yakamo la dévisagèrent
ouvertement alors que son sourire s’élargissait, soudainement Yakamo
projeta son poing de jade sur la pierre du mur, ouvrant une large fissure
dans le granit.
"O-Ushi !" se déchaîna Yakamo. "Je ne tolérai
pas de désobéissance !"
"Je ne t’ai pas désobéi, mon frère",
grogna-t-elle. "Je suis d’accord pour me marier, n’est ce pas ?"
"Tu seras l’épouse de cet homme ! Tu tiendras
sa maison, garderas ses finances, et divertiras ses invités !" Les
veines de Yakamo saillirent à force de crier, mais O-Ushi resta
de marbre. "Ton devoir est d’être une bonne épouse !"
"Une bonne petite épouse.", cracha O-Ushi. "S’il
doit y avoir un mariage, pourquoi est ce que tu ne ramènes pas une
bonne petite épouse, et me laisses être un guerrier !"
Avant que l’altercation commence à dégénérer,
Uji s’interposa entre les Crabes haineux. "Yakamo-sama ! O-Ushi !" Uji attendit un moment, regardant la colère s’éteindre dans leurs
yeux. "Ton frère ne cédera pas, O-Ushi-san, et ce n’est pas ton rôle de remettre en question sa décision. Essayons au moins de choisir ton mari. Il y en a beaucoup dans l’Empire qui rechercheront ta main... As-tu une préférence ?" Sa seule réponse fut un regard noir, tandis que les yeux de Uji fixaient les siens avec défi.
"Je-Ne-Choi-si-rais-Pas." dit O-Ushi à travers
ses dents. Elle allait en dire plus, mais Yakamo l’interrompit :
"Très bien. Si elle ne veux pas choisir, envoyons
la nouvelle aux Clans. Un combat pour l’honneur de ma soeur."
"Et le vainqueur m’aura ?" Le visage d’O-Ushi rougit.
"Alors, je suis le riz sur la table du champion ?" Elle leva la main et
sa voix se transforma en hurlement. "Une jument poulinière !?"
Le rugissement de Yakamo éclata "Tu es un Crabe
qui a un devoir !" Dans le lourd silence qui suivit, O-Ushi inclina la tête furieuse et obéissante.
"Très bien, mon frère, fais ton concours.
J’épouserai le vainqueur."
O-Ushi cracha, "Mais par devoir, rien de plus." Elle
s’inclina brièvement, pivota et dévala les escaliers, loin
du mur.
Yakamo fixa sa silhouette pendant quelques minutes, son
visage troublé et résolu. Finalement le Champion Crabe se tourna vers son ami, "Tu t’en occupes Uji-san. Je sais que vous autres de la Grue avez plus l’habitude de... ce genre de chose."
"Comme vous le souhaitez, Yakamo-sama. Je serais honoré d’être votre nakodo." Il s’inclina, prononça les phrases traditionnelles
qui le faisaient accepter formellement la position d’intermédiaire
d’un mariage noble. "Le tournoi se tiendra dans trois semaines, sur les
terres du château Hida. J’inviterai des membres de toutes les maisons
nobles de Rokugan."
"Trois semaines, Daidoji-san." Yakamo se tourna et marcha
le long des parapets du Mur de Kaiu, en fixant les sombres étendues de l’Outremonde.
"Oui, Yakamo-sama." Uji s’inclina à nouveau, et
quand il se redressa ses yeux étaient étroits et rusés.
"Quand nous nous rencontrerons de nouveau, Seigneur des Crabes, ce sera
pour me féliciter de ma victoire... et m’offrir la main de votre soeur !"

Le jour se leva froid et gris, une pluie légère
tombait du ciel tandis que les samouraïs se regroupaient dans les
plaines entourant le château Hida. Parmi eux, les bannières
du Lion, de la Licorne, et de la Grue battaient dans la brise molle. Même
les couleurs vives des clans mineurs assemblés parmi eux ne pouvaient
pas réchauffer ce jour, et les courtiers se blottissaient sous les
avant-toits les allées couvertes en bois du palais.
Yakamo traversa le champ à grands pas avec ses
gardes personnels, s’inclinant formellement devant les Champions assemblés.
Doji Kuwanan pour les Grues, Shinjo Yokatsu pour les Licornes... même
Hitomi. Le sombre Champion Dragon se tenait d’un côté de la
cour, accompagnée uniquement d’un homme à la peau noircie
de tatouages. "Elle me donne la chair de poule", murmura rageusement un
des gardes alors qu’elle retournait à moitié avec dérision
le salut formel de Yakamo de l’autre côté du champ.
"Suffit, Tampako-san", aboya calmement Yakamo. "Ce temps
est fini." Néanmoins, les yeux du Crabe se plissèrent et
ses lèvres grimacèrent dans un grognement silencieux tandis
qu’il se détournait de sa vielle ennemie. Un par un, les autres
dignitaires s’approchèrent de Yakamo, leurs sourires et leurs saluts
retournaient son estomac et ses mains le démangeaient de prendre
un tetsubo. Finalement, une fois que les cérémonies furent
terminées, le Hérault des Crabes s’avança dans le
champ mouillé par la pluie.
"Nobles et honorables seigneurs," dit le Yasuki, s’inclinant
vers le champ, "nous, les Crabes vous remercions de participer à cette joyeuse célébration. Nous sommes heureux d’être
vos hôtes, et nous nous honorons de partager ce festival avec les
autres grands Clans de Rokugan. Il y a bien des années, le Clan
du Crabe a accueilli une rencontre semblable..." La voix du Yasuki continua
en un bourdonnement, et Yakamo commença à parcourir
du regard l’assemblée en cherchant sa soeur. Incapable de la trouver,
il fronça les sourcils et s’agita inconfortablement sur son siège.
Enfin, le discours s’arrêta et des applaudissements polis s’élevèrent
de l’audience. Yakamo se leva et éleva sa Main de Jade au-dessus
de sa tête.
"Aujourd’hui, un de vous va gagner un prix supérieur
aux autres prix. Un de vous, qui vous tenez ici, obtiendra une place dans
le coeur de mon Clan." La voix de Yakamo gronda avec le défi du tonnerre.
"Seulement le plus fort."
"Je me battrai pour cet honneur, Yakamo-sama !" Le cri
venait du rang des Lions, et un jeune bushi sorti de la foule. Un autre
cri, d’un samouraï Mante, tout en vert. Un troisième, puis
un quatrième, puis le champ fut rempli d’acclamations.
"Moi, pour la Licorne !"
"Moi, pour le Renard !"
"Je me battrai pour les nobles Kaiu !"
"Et je me battrai pour la Grue." La voix venait de Uji,
et son masque mempo noir cachait le danger dans ses yeux. D’un mouvement rapide, il leva le tetsubo que le Crabe avait donné à chacun des participants, et salua.
Alors que les shugenjas terminaient le cercle autour
des participants, une autre voix s’éleva de l’extrémité du champ. "Et moi," la voix fit tressaillir les participants, "je me battrai... pour
moi-même". O-Ushi en armure complète descendait à grands pas l’allée venant du palais des Crabes en levant le marteau moqueusement
au-dessus de sa tête. Les shugenjas regardèrent en direction
de l’interruption, et il y eu des murmures et des chuchotements venant
du champ. O-Ushi fixa Yakamo avec défi. "Il n’y a pas de raison
que je ne puisse pas gagner ma propre main. J’exige une place dans l’arène."
Le petit conseiller Yasuki resta bouche bée quand elle enjamba
l’anneau, en nouant son mempo à son masque.
"Tu as dit que tout le monde pouvait participer à
ce combat, mon frère," nota O-Ushi. "Ca n’est pas vrai ?"
Piégé, Yakamo fixa le Yasuki gérant
le tournoi, et fit un seul signe de tête, vivement. En voyant ça,
le petit homme en robes grises s’avança et éleva sa main
au-dessus du cercle. Quand elle retomba, le chaos régna sur le champ
de bataille. Les tetsubos s’élevaient et retombaient en coups puissants,
et les hurlements des féroces guerriers résonnaient 
dans le grand cercle de craie. Bientôt, le sol se transforma en boue
sous les bottes ferrées, et les chirurgiens traînèrent
plus loin les hommes inconscients et les blessés. Au centre du cercle,
O-Ushi se tenait dans une solide posture, balançant son marteau
dans de grandes attaques qui brisaient les os.
Sur le côté, trois Lions formaient une phalange alors qu’ils étaient chargés par quelques bushi des clans mineurs. Leurs tetsubo volaient sauvagement, écrasant en même temps les os et l’armure, et des cris chargés de chi déchiraient l’air. D’un côté un samouraï Licorne plongea agilement en dessous du coup de son grand adversaire, et abattit son propre tetsubo dans l’estomac du Kaiu. Le chaos régna d’un côté du cercle quand l’homme tatoué éleva un des Lions au-dessus de sa tête et lança le bushi protestant au-delà du cercle. Un sourire sauvage passa au travers la concentration du Dragon et un hurlement de bataille s’éleva de sa poitrine. Il bondit vers le samouraï Grue, cherchant une prise sur l’armure de Uji, mais le Daidoji se projeta en arrière, écrasant l’homme tatoué sous leurs poids combinés. Avant que le Dragon put retrouver son
souffle, le samouraï Grue l’avait assommé d’un revers impitoyable
de son poing ganté.
Deux des Lions avaient été éliminés
par le prétendant de la Mante, et étaient allongés
de tout leur long dans la boue, à ses pieds. Il se tourna, et fit
face au coup rapide du samouraï Licorne. En reculant et en agitant
la tête pour clarifier ses pensées, le samouraï Mante se prépara à la charge du guerrier Licorne seulement
pour se trouver déstabilisé par derrière par un Scorpion
chargeant. Mais avant qu’ils purent se remettre sur pied, les deux furent
écrasé sous le poids d’un samouraï Hida inconscient,
sa masse énorme les clouait au sol, les transformant en proie facile
pour le dernier Lion.
O-Ushi se tenait, confiante et souriant avidement, au
centre du chaos, son grand marteau sifflant quand elle le balança
au-dessus de sa tête et l’écrasa dans les côtes de son
adversaire. Tandis qu’il tombait, inconscient, à ses pieds, elle
regarda dans le masque d’acier du guerrier Grue.
Coup pour coup, de force égale, les deux guerriers
paraient et balançaient leurs armes, recherchant une ouverture dans
la défense de leur adversaire. Alors que les quelques derniers guerriers
luttaient pour garder leur équilibre dans la boue épaisse,
O-Ushi et Uji luttaient dans un duel titanesque de force et de volonté.
Avec un grand bruit sourd, le tetsubo de Uji frappa le marteau de O-Ushi,
projetant les deux armes en dehors des limites du cercle de craie. Les
deux adversaires se fixèrent pendant un moment, puis Uji se baissa
pour récupérer une des armes abandonnées.
Ne voulant pas lui laisser l’avantage, O-Ushi chargea.
Ses pieds glissèrent dans la boue humide, la projetant contre le
samouraï Grue. Avec un craquement sonore, leurs têtes se rencontrèrent
et les deux samouraïs tombèrent au sol en titubant.
Au-dessus d’eux, se tenait le jeune guerrier Licorne,
son armure violette et or salie par la boue et la pluie, un tetsubo pendant
précairement dans sa main fine. Aucun autre guerrier ne restait
dans le cercle du tournoi, et aucun autre ne se tenait près à
accepter l’honneur quand Yakamo bondit de son siège.
"Shugenja !" hurla Yakamo, en désignant O-Ushi
inconsciente. "Vite ! Avant qu’elle ne se réveille !"
Le Kuni se précipita dans le cercle, attrapa le
gantelet de la samouraï-ko et en retira sa main meurtrie. D’un mouvement
rapide, il attira la main du guerrier Licorne et les maintint ensemble,
en murmurant les rites anciens du mariage. D’autres convergèrent
vers la scène, leur mains s’agitant dans un motif ressemblant à
un sort, tandis que le premier projetait de l’eau sur le sol comme bénédiction.
Le temps que O-Ushi s’éveille, tout était
terminé. Le shugenja Kuni recula comme si ses yeux papillonnant
étaient des serpents prêts à mordre, mais le samouraï
Licorne s’agenouilla à son côté. "Allez-vous bien,
Ushi-chan ?" murmura-t-il en écartant une mèche de cheveux
couverte de sueur et de boue de ses yeux.
"Qui êtes-vous ?" rugit O-Ushi, et ses yeux larmoyants
se fixèrent sur le visage inconscient d’Uji, à moitié
enfoncé dans le sol.
"Je suis Shinjo Yasamura, ma douce dame. Nous sommes
mariés." O-Ushi regarda les rubans rouges qui encerclaient ses poignets
comme les cordes d’un prisonnier. Elle essaya de se remettre sur pied,
de récupérer son marteau perdu, mais la boue collante et
sa propre désorientation la firent à nouveau retomber sur
le sol. Le sourire hésitant de Yasamura brilla à travers
la pluie régulière.
La main de Yakamo se tendit vers celle de O-Ushi, et
en la soulevant, les deux hommes la remirent sur ses pieds incertains.
"Mariés..." elle jeta un regard mauvais à
Yakamo. D’une main voletante, elle désigna le jeune homme mince
à son côté. "Comment as-tu pu me marier à ce..."
"Voici le père de ton mari, Shinjo Yokatsu." Yakamo
menaça O-Ushi du regard, "Le Champion du Clan de la Licorne."
"Un plaisir de vous rencontrer, O-Ushiko." Yokatsu s’avança,
ses jambes tortues faisant osciller son corps tandis qu’il marchait. "Félicitations pour votre mariage. Mon fils est un bon guerrier, fait pour rester à vos côtés sur le mur. Bien sûr, j’en avais d’abord parlé avec votre frère", il sourit à Yakamo, "et nous avons décidé
que Yasamura pourrait prendre votre nom, en geste de bonne volonté
entre nos familles." Le sourire de Yokatsu était sincère,
et il regardait son fils avec fierté.
Tandis que les deux Champions commençaient à
négocier la dot, O-Ushi se tourna pour fixer le jeune homme souriant
à son bras. "Alors, tu pensais te trouver une esclave aujourd’hui,
Licorne ?" Sa voix était basse et venimeuse et Yasamura recula,
pour se retrouver stoppé par la corde qui les reliait.
"Non... non, pas du tout, Ushi-chan." Ses yeux étaient
largement ouverts et surpris.
"Dans ce cas, pourquoi es-tu venu te battre pour moi ? Etait-ce parce que tu pensais
ramener la dot à ton clan ?", grogna O-Ushi.
"Hum, non." Yasamura souriait, et ses yeux bruns limpides rencontrèrent sa haine avec gentillesse. "En fait, nous étions juste en train de traverser ces terres. Je ne savais même pas qu’il
y avait qu’il y avait un tournoi avant d’être ici." Le regard de O-Ushi se teinta de confusion en même temps que l’ironie s’en effaçait.
"Tu ne savais pas ?"
"Pas du tout. Mon père ne m’avait pas dit que
nous allions être mariés. Ca a dû lui sortir de l’esprit..." Yasamura soupira, et O-Ushi se demanda combien d’autres choses tendaient à sortir de l’esprit du Champion de la Licorne quand son plus jeune
fils était impliqué.
"Alors, dis-moi, mon cher nouvel amour." Yasamura s’inclina avec la grâce d’un courtier. "Quel est le prix du tournoi ? Je suis un peu déconcerté à propos de toute l’affaire..."
O-Ushi le regardait, la bouche grande ouverte, quand
Yakamo et Yokatsu revinrent. L’assemblée des clans commençait à se réunir autour du jeune couple, leur offrant leurs félicitations
et de nombreux cadeaux de mariage.
"Alors, ma soeur, que penses-tu de Hida Yasamura ?" Yakamo souriait victorieusement en lisant la confusion sur le visage de sa soeur.
O-Ushi le fixa, puis s’inclina et recula, retourna vers
le palais des Crabes avec le reste de la cour. Quand elle tira d’un coup sec sur les rubans aux couleurs vives qui la liaient au samouraï Licorne,
il trébucha et la suivi rapidement. O-Ushi regarda par-dessus son épaule vers son frère et murmura, "Je pense qu’il sera une bonne petite épouse".



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.