SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Livre des cinq anneaux > Inspirations > Les écrits de nos visiteurs > Premières armes
Contribuer

Livre des cinq anneaux

Premières armes

jeudi 11 septembre 2008, par Fils de Lugh

La version complète de la nouvelle introductive au scénario L5R du numéro 4 de Jdr-mag, paru il y a quelques jours

Asami

Elle se fend, les bokkens se croisent et leur bruit résonne
dans tout le dojo. Face à elle, l’homme est calme, serein, en
parfaite harmonie avec son arme et évite ses coups sans
aucune difficulté. Dehors, il fait nuit. Voilà plus de deux
heures qu’Asami ferraille avec le senseï. Ses bras et ses joues
portent les marques cuisantes des leçons de son maître. Et
elle n’a toujours pas réussi à le toucher !

La colère commence à la gagner. N’est-elle pas la meilleure
élève du Dojo, la Championne de Topaze ? Un dernier choc
et son sabre de bois vole dans la salle ; l’arme de son
adversaire se pose sur sa gorge.
- Tu es morte. Une fois de plus…
L’homme la regarde intensément, sur son visage, aucune
trace de transpiration.
- Tu as beaucoup à apprendre ma fille. Tu te laisses
encore trop gagner par la colère. N’oublie jamais
la devise de notre école. Un coup suffit, mais pour
qu’il soit parfait, il faut que tu restes en harmonie
avec ton arme.
- Laissez-moi une autre chance père ! Je…
- Non ! Je dois repartir pour Zakyo Toshi. Si je t’ai
rappelée de la cour impériale, c’est parce que je
vais avoir besoin de toi.
- Pour quelle raison père ?
- Tu le sauras sur place. Tu viens de passer ton
Gempukku, tu es Championne de Topaze et tu as su
te montrer digne de la cour. Il est temps de grandir.
Le soir, Asami est dans son bain. Après avoir longuement
médité sur sa défaite, elle repense aux paroles de son père et
à ce fameux championnat. Lors de celui-ci, elle n’a jamais
douté sauf en finale. Quand le katana de Matsu Satomi a
tranché son kimono, elle a vu la défaite. Heureusement, elle
ne fut pas blessée. Et malgré les protestations de Satomi, on
lui décerna la victoire. Asami sourit en y repensant. Les
familles Matsu et Kakita sont destinées à se disputer quelles
que soient les époques.

Le soir même, elle écrit une longue lettre à Matsu Satomi, il
est temps pour elles de régler leurs comptes. Et quelle
meilleure occasion qu’au cours d’un tournoi. Asami défendra
l’honneur de son père tandis que sa rivale sera dans le camp
d’en face.

Le lendemain, elle quitte le Dojo en repensant aux paroles
de sa grand-mère : « L’honneur ne résulte pas d’une action
isolée mais de la vie dans laquelle elle s’inscrit ».
Il est temps pour elle de respecter la devise de son clan et de
gagner la confiance de son père.

Setsuo

Dans le bol de terre cuite, la préparation a presque atteint la
bonne température. Plus qu’un ingrédient à ajouter et le
philtre sera prêt. Setsuo a hâte d’en voir les effets lorsqu’il le
donnera à la jeune femme. Celle-ci est amoureuse d’un de ses
condisciples et la mixture devrait l’aider à le conquérir. Bien
sûr, elle ne lui en a pas parlé mais Setsuo est friand de ce
genre de rumeurs et se fait un devoir de les étayer.
Il se calme, se morigénant pour son impatience. La dernière
fois, elle lui a coûté cher. Il se détourne de la paillasse et
contemple son atelier. Dépouillé de tout apparat, la pièce est
à son image. Depuis un an qu’il en a la charge, elle a bien
changé. Setsuo a fait voeux de pauvreté et son habitat est à
l’avenant.

Reprenant ses esprits, il retourne à sa potion. Alors qu’il
s’apprête à ajouter la dernière pincée, des coups sourds
résonnent à la porte, le faisant sursauter. La mixture se met
à fumer et des grumeaux se forment. C’est raté ! Encore !
Bien décidé à tancer le gêneur, Setsuo se précipite vers la
porte, l’ouvre à la volée et...

...S’incline devant son senseï. Celui-ci parle.
- La paix soit sur toi, Setsuo. Suis-moi !
L’homme est âgé, vêtu comme un mendiant, mais il émane de
lui une telle sagesse que le jeune Shugenja obéit. Le maître
semble nerveux mais essaie de le dissimuler à son élève.
Mais Setsuo sait voir ces choses. Cette fois, c’est le bas du
kimono qui a trahi le vieux senseï. Les plis indiquent qu’il a
couru. Parfois Setsuo se demande s’il n’a pas hérité du sang
d’Agasha Kitsuki.

Tandis qu’ils arpentent les couloirs du temple Agasha, les
pensées de Setsuo s’embrouillent, l’obscurité l’inquiète et il
espère que son maître n’a pas été informé de ses dernières
frasques. Celui-ci reprend la parole.
- J’ai une mission pour toi.
- Tout ce que vous voulez Senseï !
- Ne soit pas si léger avec ce genre de serment ! c’est
n’est pas une chose facile.
- Je ne vous décevrai pas.
- Parole vide de sens, contente-toi d’agir ! Tu vas te
rendre à Zakyo Toshi où tu te mettras au service de
Mirumoto Nobu. Il a réclamé l’aide du clan et c’est
toi que nous avons choisi.

Le maître cesse alors de parler, Setsuo n’a plus rien à dire.
Cette mission va l’éloigner des dernières victimes de ses
cancans. Le lendemain, il part vers le sud.

Kaneda

Rassemblée sur la place du village, la foule attend le
jugement qui va mettre un terme à cette sordide affaire. Les
deux fermiers se disputent la possession de ce cerisier depuis
plus d’un an et nul n’a été capable de dire lequel a raison. Le
conflit s’est envenimé au point qu’il fut nécessaire de faire
appel à un samouraï pour trancher.

Tous les regards se tournent vers le jeune homme assis sur
l’estrade. Depuis deux jours, il a patiemment examiné les
faits, entendu les témoignages et interrogé les belligérants.
Très jeune, il possède pourtant la sagesse inhérente à tous les
bushi du clan et aujourd’hui, il va rendre son verdict.
Kaneda observe les paysans, il sent leur attente et leur
confiance à son égard. A leur contact, il a appris à se
montrer patient et attentif. Il se remémore les paroles de son
maître : « La compassion est la vertu la plus difficile du
Bushido. Mais c’est aussi la plus noble. Un samouraï doit
toujours avoir conscience de ceux qui lui sont inférieurs. Il
doit se montrer digne de sa position sociale en les protégeant
et en les guidant ». Et maintenant, Kaneda hésite. Saura-t-il
se montrer juste ? Comme toujours, il réfléchit longuement
avant de rendre sa décision.

Tout à coup, son regard se pose sur la fille du chef du village.
Il est troublé par sa beauté et son humour piquant. Sans
compter que la donzelle ne semble pas indifférente ! Et là,
elle l’observe et lui sourit avant de pénétrer dans l’auberge
où il dort. Le sang de Kaneda ne fait qu’un tour et tout
devient évident.
- Le cerisier ne saurait être la propriété d’un seul.
N’est-il pas un symbole de prospérité pour tous ?
Celui qui veut se l’arroger déshonore tous les
autres. Que ce cerisier appartienne à tout le
village.

Se tournant vers les deux plaignants.
- Et vous qui avez osé trahir vos frères. C’est à vous
que je confie la charge de son entretien.
Lorsqu’il se lève, les villageois s’inclinent devant sa forte
carrure. D’un pas décidé, il se dirige vers l’auberge et monte
dans sa chambre. Hélas, au lieu de la magnifique jeune
femme, c’est un messager en armure légère qui l’attend. Sans
un mot, l’homme lui tend une lettre scellée avant de sortir.
Kaneda reconnait le mon de son maître, sa prochaine
destination.

Deux heures plus tard, le temps de faire ses adieux à la fille
du chef, Kaneda part en direction du sud et de Zakyo Toshi.
Il doit participer à un tournoi et aider le senseï qui lui
semblera le plus digne. Une mission difficile mais la simple
évocation de la Cité des Plaisirs a suffit à le convaincre.

Xian Beï

Tout autour d’elle s’étend la vaste plaine du clan du Lion.
Par certains côtés, elle lui rappelle sa terre natale. Heureux
de pouvoir enfin galoper librement, son destrier avale les
immenses étendues sans aucun effort.
D’un coup, Xian Beï l’arrête et se retourne pour voir où sont
ses compagnons de voyage. En grimaçant, elle constate que
les magistrats sont trois minuscules points loin derrière.
Kenshin-sama ne va pas apprécier d’avoir une nouvelle fois
été semé et va sûrement lui infliger une réprimande.
Elle soupire, hausse les épaules et saute de cheval. De toute
manière, ce qui est fait ne peut être changé, autant préparer
le campement. Et pendant qu’elle débarrasse sa monture des
sacoches de voyage, elle repense aux circonstances qui l’ont
menée ici.

Voilà six mois, elle a fait part de son voeu de devenir
magistrat de clan. Hélas, elle ne s’est pas confiée à la bonne
personne. Elle pensait pouvoir faire confiance à ce diplomate
Ide, après tout elle avait été son Yojimbo, mais celui-ci l’a
trompée en profitant de sa crédulité pour régler une vieille
faveur. Une fois de plus, Xian Beï a fait confiance à la
mauvaise personne.

C’est ainsi que la jeune Vierge de Bataille s’est retrouvée
Yoriki du Magistrat d’Emeraude Tsuruchi Ryo, un homme
calme et pondéré, mais guère au fait des arcanes du droit
rokugani. De plus, Ryo est accompagné de deux autres
magistrats nettement moins faciles à vivre. Bien sûr, ce sont
d’excellents mentors, mais que ce soient les caprices de
Kakita Kenshin ou les remarques ironiques de Soshi Noboru,
il est difficile de garder son calme. Heureusement, Xian Beï
est d’une nature paisible.

Aujourd’hui, leur groupe est en route pour Zakyo Toshi, la
Cité des Plaisirs, située non loin de la grande et mystérieuse
forêt de Shinomen Mori. Ses compagnons doivent y arbitrer
un tournoi auquel Xian Beï compte participer afin de leur
montrer ce dont elle est capable.

Voilà deux semaines, elle a reçu une lettre de Shiba Kaneda,
avec qui elle a passé son Gempukku. Le jeune Bushi lui a
annoncé qu’il se rendait lui aussi à Zakyo Toshi. Même si
elle subodore que les intentions du jeune homme à son égard
ne sont pas toutes nobles, elle l’apprécie beaucoup et se fait
déjà un plaisir de le revoir.

Tout à coup, la voix de Kenshin la sort de sa rêverie.
- Eh bien ! petite fille, vas-tu te réveiller ? Merci
d’avoir préparé le campement, mais tu vas avoir
l’occasion de nous prouver ta valeur.
- De quelle manière Kenshin-sama ?
- En partant maintenant pour Zakyo Toshi et en
t’inscrivant au tournoi. Là bas, tu vas observer.
Bien sûr, nous ne nous connaitrons pas, mais nous
avons besoin de quelqu’un à l’intérieur.
Xian Beï sourit quand elle remonte en selle. Les affaires
reprennent !

Satomi

La bataille fait rage. A la tête de son unité, Satomi exulte.
Ces brigands pensaient-ils pouvoir piller impunément les
villages du Lion ?

Face à elle, le rônin se fend dans l’espoir de lui porter un
coup à l’abdomen. D’une volte, Satomi esquive avant de lui
lacérer le visage. Il s’effondre dans une gerbe de sang. Déjà,
la jeune femme rassemble ses hommes pour un nouvel assaut.
Elle a repéré une brèche dans l’organisation adverse. Elle
empoigne son arme et se jette dans la mêlée. Bishamon guide
son bras et les rônins commencent déjà à se débander.
Un peu plus tard, au camp du Lion, les soldats se
congratulent. On va pouvoir inscrire une nouvelle victoire
dans le Grand Hall des Ancêtres. Satomi marche au milieu
des cris de joie. Elle n’est pas satisfaite. Bien sûr, c’est une
victoire, mais il ne s’agissait que de brigands sans honneur
ni talent. Elle est impatiente de se confronter aux forces d’un
clan majeur afin d’affirmer une fois de plus la supériorité de
son clan.

Arrivée à sa tente, elle s’apprête à faire un brin de toilette
quand elle entend un raclement de gorge derrière elle. Se
retournant vivement, elle est face à son Chui qui lui sourit.
- Magnifique manoeuvre, Satomi. Le général est fier
de toi.
- Je n’ai fait qu’accomplir mon devoir, Toma-sama.
Et ce n’était que des rônins.
- Certes, des hommes sans honneur qui ont reçu une
juste punition. Mais ton courage fut exceptionnel.
N’es-tu pas capable de savourer une victoire et des
louanges ?
- Pas encore.
- Tu y penses toujours...

Sursautant en entendant ces mots, Satomi pose le regard sur
la lettre au pied de son lit. Celle-ci porte le mon du clan de la
grue et a été ouverte. Satomi se souvient.
Elles sont face à face. Le soleil couchant éclaire la cour de
l’Académie Kakita. « En position » crie l’arbitre. Satomi
pose la main sur le saya de son arme, Asami l’imite. Les deux
jeunes femmes sont les dernières rescapées du tournoi. La
victoire va se jouer entre elles. Un geste et Satomi frappe,
plus vite que sa rivale. Elle crie, elle le sait, elle a gagné.
La manche du Kimono d’Asami tombe, tranchée. Satomi
exulte tant qu’elle ne sent pas le mince filet de sang couler de
sa joue droite. Asami sourit également, l’arbitre s’approche.
- Kakita Asami est déclarée vainqueur.
Applaudissons le nouveau Champion de Topaze.

Satomi ouvre la bouche mais aucun mot n’en sort. C’est
injuste, elle a été la plus rapide. Le clan de la Grue la spolie
encore. Fixant intensément Asami, elle remarque la fine
coupure sur le bras de sa rivale, et jure les dents serrées :
« un jour, je te vaincrai »
Et aujourd’hui, il y a cette lettre. On l’invite à Zakyo Toshi.
Et bien pourquoi pas. Se tournant vers son lieutenant, elle
arbore un sourire carnassier.
- Des comptes vont se régler. Et cette fois, je saurai
apprécier les louanges.

Dasan

Le paysage désolé de l’Outremonde s’étend à perte de vue.
Partout se dessinent des formes cauchemardesques. Dasan
frissonne sous son maquillage noir. Dans sa bouche, le goût
métallique et huileux de l’air du pays de Fu Leng lui assèche
la gorge. Derrière lui, il entend ses compagnons qui montent
le camp. Ils ne sont pas loin de la Muraille mais dans ces
contrées hostiles, il faut se montrer prudent.

Dasan sort une gourde de sa poche et avale une longue
lampée de Saké. Depuis quelques temps, c’est la seule chose
qui le calme. Cette dépendance lui jouera des tours mais
c’est le seul moyen de ne pas penser à elle. Empoignant son
tetsubo, il chasse ces pensées négatives et se concentre sur sa
garde. Il est éclaireur et il doit veiller sur ses compagnons.
Tandis que les heures passent et que sa vision s’habitue peu à
peu à l’obscurité ambiante, il repense à Asami. Depuis qu’il
a fait sa connaissance lors de leur Gempukku commun, il ne
parvient pas à la chasser de ses pensées. Hélas, timide et
grossier, il n’a fait que se ridiculiser devant elle. Récemment,
il a appris qu’elle allait rejoindre son père à Zakyo Toshi et
compte bien en profiter pour la revoir.

Mais au sein du clan du crabe, le devoir et le courage
priment sur tout le reste. « Je ne faillirai point » telle est la
devise des hommes de Hida. Et dans cette mission essentielle,
Dasan ne veut pas trahir ses frères. Son groupe doit explorer
une région dangereuse et il ignore s’il reviendra vivant.
Repensant aux doux yeux de son aimée, il reprend une gorgée
de saké et adresse une prière silencieuse aux Fortunes. Quel
dommage que sa demande de voyage à Zakyo Toshi soit
arrivée trop tard.

Soudain, ses pensées sont troublées, quelque chose approche.
Se levant, il siffle pour prévenir ses compagnons et enrage.
Une attaque ! Si tôt ! Espérant qu’il ne s’agisse que de
gobelins, il se met en position.
En contrebas, il distingue le bruit caractéristique des armes
que l’on sort. Puis il se détend, les « intrus » sont en fait deux
autres éclaireurs Hiruma. Le plus âgé se dirige vers le chef
de patrouille.
- J’ai reçu des ordres, il y a du changement dans la
mission. Dasan !
Il quitte son poste et se dirige vers le groupe.
- Tu repars avec moi, ta demande a été acceptée. Le
clan du Crabe va montrer aux chiffes molles de la
Grue ce dont il est capable.
- Je peux ? demande Dasan en se retournant vers le
colosse Hida qui dirige la patrouille.
- Bien sûr mon gars ! Et montre-leur !
- Bonne chance. Qu’Osano-Wo veille sur vous !
Et Dasan, commence à courir vers le nord et la Muraille,
heureux de sentir le sol sous ses pas, il sait que chaque mètre
le rapproche d’Asami. Et il ne remarque plus les visages
rigolards, les rires gras et les blagues salaces de ses frères
d’arme. Un Crabe amoureux d’une Grue, on n’a jamais vu
ça !

Minuko

Un éclair et le samouraï du clan du Lion s’effondre. Son
adversaire rengaine son arme. Il n’a fallu qu’un coup à la
jeune duelliste du clan de la Grue pour décapiter le
champion de Minuko.
Dissimulée derrière son masque de soie qui cache la partie
supérieure de son visage, celle-ci n’a même pas bronché à la
mort de son champion. Dame Kaori félicite la jeune femme
qui a si bien défendu son honneur et se dirige d’un pas
décidé vers Minuko.
Malgré ses cinquante ans, la courtisane Doji irradie de
puissance. Epouse et veuve d’un membre influent des familles
impériales, elle est la lumière illuminant ce Palais d’Hiver.
Kaori est à l’origine ou à la conclusion de toutes les affaires
qui agitent la cour depuis deux mois et personne n’a encore
réussi à la faire descendre de son piédestal.
Minuko observe attentivement le reste des courtisans. Sur
leurs lèvres et malgré la distance, elle lit les remarques
acerbes à son égard ; sur leurs visages, elle devine la joie et
le contentement devant son humiliation future. Et elle sourit.
Comme ils sont stupides ! Ils ignorent tous la véritable nature
de la loyauté. Le fils du Daïmyo de Kenson Gaka ne pourra
aider son père lors de la future attaque du Scorpion. Cet
imbécile était bien comme tous les Lions, fier et l’honneur
chevillé au corps. Comme il fut facile de le manipuler !
Et alors que Dame Kaori se dresse devant elle, Soshi Minuko
pense à sa prochaine mission. Zakyo Toshi ! Quel nom
évocateur ! Et séduire un maître d’arme ! Quel beau défi !
Reprenant ses esprits, elle se tient prête à encaisser l’attaque.
- Belle et audacieuse tentative, ma chère. Mais avant
de jouer dans la cour des grands, encore faut-il en
avoir la stature.

La voix mélodieuse de Kaori résonne dans la salle. Minuko
tressaille et perd un instant son sourire. Se reprenant, elle
fixe Kaori de son regard le plus candide et son beau visage
s’illumine quand elle parle.
- Vous avez tout à fait raison, Kaori-sama. Merci
pour cette leçon. Mais dites-moi ? Qui vous dit que
mon véritable but était de m’opposer à vous ?

Elle a prononcé ces derniers mots de manière à ce que seule
la courtisane puisse les entendre. Puis elle s’incline et se
dirige vers la sortie. Passant prêt de la jeune duelliste, elle se
penche vers elle et lui glisse suffisamment fort pour que tous
l’entendent :
- Magnifique coup, Asami-sama. Une nouvelle fois,
le clan de la Grue a prouvé sa domination sur l’art
du duel. Nul doute que cette victoire aura un
certain retentissement.
Sans laisser le temps à Asami de répondre, elle reprend, son
regard fixé sur Dame Kaori :
- Me ferez-vous l’honneur d’être mon Yojimbo pour
un prochain voyage, Asami-sama ?
Asami ne peut qu’accepter. Dame Kaori sourit d’un air
satisfait. Mais bouillonne. Finalement, peut être que cette
petite péronnelle de Shugenja en a la stature…

L’Auberge (Rencontre)

Quand Asami pénètre dans l’établissement, elle est transie de
froid. Voilà plus d’une semaine qu’elle a quitté ses terres
pour Zakyo Toshi et il lui tarde de retrouver son père.
Dehors, la pluie tombe et l’auberge semble confortable et
bien chauffée. Située à une demi-journée de cheval de Zakyo
Toshi, c’est le dernier relais avant la ville.
Dans un coin, un Shugenja est en train de dîner frugalement.
Il porte un kimono vert usé par le voyage et marqué du mon
du Dragon. Asami lui adresse un signe de tête auquel il
répond par un sourire.

Les autres occupants sont des heimins hormis deux
samouraïs installés à la même table et engagés dans une
discussion intense. Le premier est un jeune homme portant
une armure de couleur orange et dont les cheveux mouillés
indiquent qu’il est arrivé voilà peu de temps. Son Naginata
appuyé contre le mur renforce cette impression. Il a l’air
littéralement envouté par son interlocutrice.
Celle-ci est une jeune femme de petite taille au visage bien
dessiné et aux longs cheveux noirs. Elle porte un superbe
kimono de couleur violette et arbore le mon du clan de la
Licorne. Voilà qui explique la présence d’un destrier de
guerre dans les écuries.

Une fois son observation faite, Asami entre dans la salle en
ôtant son manteau de paille. Tous peuvent désormais admirer
le somptueux kimono de couleur bleu qu’elle porte en
dessous. Enlevant son chapeau, elle libère de longs cheveux
teints en blanc et révèle un visage juvénile. Se retournant,
elle fait signe à quelqu’un derrière elle puis s’écarte.
Minuko entre à son tour dans la pièce. Malgré les
intempéries, le visage de la Shugenja est impassible. Ses
traits fins apparaissent sous le fin voile de son masque. De
son regard acéré, elle jauge chacun des occupants des lieux.
Dès son entrée, les conversations ont cessé. Le Bushi du
Phénix en particulier ne fait plus du tout attention à sa
compagne et rive ses yeux sur Minuko qui se dirige vers une
table et s’installe avec grâce.
Intérieurement, elle jubile en contemplant Asami. Depuis
qu’elle a rencontré la jeune femme et lui a demandé d’être
son Yojimbo pour ce voyage, elle dispose d’un moyen
efficace pour se rapprocher de Kakita Oda.

Rapidement, la chaleur du feu réchauffe l’ambiance. Kaneda
regarde toujours les deux jeunes femmes. Celles-ci viennent
de commander un repas frugal et la dame du Scorpion a
demandé au tenancier de lui préparer un bain. Le Bushi a
rarement vu de femmes aussi belles que les trois présentes
dans la salle. Il se lève et se dirige d’un pas décidé vers la
table où sont installées les deux dernières arrivantes.
- Konbawa, samouraï-ko, je me nomme Shiba
Kaneda. Permettez-moi de vous souhaiter un bon
appétit. Puis-je me joindre à vous ?
Avec un sourire, Minuko lui répond.
- Avec joie. Et si votre compagne veut nous
accompagner, qu’elle vienne. Cela égayera notre
soirée et ce morne voyage.

Asami sourit car elle a compris la légère pique que Minuko
vient de lancer au Phénix. En négligeant son interlocutrice,
ce dernier a commis une légère entorse à l’étiquette. Xian Beï
se lève alors et les rejoint. Elle se méfie du Scorpion mais la
compagnie d’autres samouraïs peut l’aider dans sa mission.
Rapidement, les langues se délient et les quatre jeunes gens
échangent des paroles courtoises.
Setsuo, le Shugenja du Dragon, admire l’habileté oratoire de
Minuko. Celle-ci oriente la discussion avec tact et courtoisie
sans jamais rien révéler sur sa personne. Au contraire, elle
pousse les trois autres à en dire beaucoup plus que ce qu’ils
auraient voulu.

Soudain, la porte s’ouvre à nouveau et deux personnes font
leur entrée. Le premier est un jeune homme au visage
anguleux et aux traits alourdis par une barbe de trois jours.
Tout dans sa démarche et son habillement souligne son
habitude de la vie au grand air. Il porte dans le dos un lourd
tetsubo aux pointes d’acier.

Son compagnon est une jeune femme aux longs cheveux
teints en blonds et au visage sévère. Elle porte une armure
légère sable et or ainsi qu’un daisho ouvragé. Le mon de la
famille Matsu orne son plastron. Setsuo remarque tout de
suite le regard qu’elle jette à Asami, il sourit et se réinstalle
sur son siège. Voilà qui promet !

En remarquant Asami, Satomi et Dasan ont des réactions
opposées. Si l’éclaireur rougit et baisse les yeux, la jeune
Matsu rive son regard dans celui de sa rivale et sa main
s’égare sur la poignée de son sabre. De son côté, Asami s’est
levée sans lâcher Satomi du regard. Les conversations
cessent car tous sentent la tension entre les deux jeunes
femmes. Asami se met en garde quand Dasan se place entre
elles.
- Asami-chan, quelle bonne fortune de vous
rencontrer ici. Si je m’attendais à vous voir ici !
Minuko pouffe derrière son masque en attendant les paroles
du jeune homme, Kaneda a du mal à se retenir de rire tandis
que même la naïve Xian Beï remarque le mensonge éhonté de
Dasan. Tout dans son attitude et son ton suggère le contraire
de ce qu’il vient de dire. Asami ouvre de grands yeux alors
que même la sévère Satomi esquisse un sourire devant la
maladresse de Dasan. Profitant de la surprise, Setsuo se lève
et intervient.
- Konbawa samouraï. Il semble que ce soit la soirée
des coïncidences. Je suis Agasha Setsuo et, arrêtez
moi si je me trompe, mais il me semble que nous
allons tous au même endroit. Participez-vous au
tournoi de Zakyo Toshi ?
Sa gouaille et sa liberté de ton achèvent d’apaiser les
tensions. Même si Asami et Satomi continuent à s’observer
du coin de l’oeil, il n’est plus question de duel. Minuko ne
peut qu’applaudir l’intervention judicieuse de son collègue.
Bientôt, ils sont tous attablés autour d’une tasse de thé et un
groupe se forme.

Zakyo Toshi

La Cité des Plaisirs apparaît devant eux. Depuis la colline où
ils se sont arrêtés, les sept jeunes gens la contemplent. Tous
ont entendu des histoires sur Zakyo Toshi, son atmosphère
particulière, sa proximité d’avec la grande forêt de Shinomen
et ses similitudes avec sa grande soeur du nord : Ryoko Owari
Toshi, la Cité des Mensonges.

Zakyo Toshi est en partie dissimulée par les premières
frondaisons de Shinomen Mori et, dans les rayons du soleil
couchant, la noirceur de la forêt est encore plus inquiétante.
En poursuivant sa route, le groupe se mêle à la longue
procession de marchands, bateleurs et autres voyageurs
venus assister au tournoi. A l’entrée, de massives portes de
bois empêchent quiconque de pénétrer en ville sans passer
devant les gardes postés à l’entrée.

Malgré leur apparence sévère, ceux-ci semblent accorder de
nombreux passe-droits à certains marchands au détriment de
paysans locaux. Choqué, Kaneda fait mine de s’en mêler
quand il sent la douce main de Minuko se poser sur son
poignet. Levant la tête, il remarque trois cavaliers qui
remontent la file. Tous portent de magnifiques armures de
couleur vert émeraude et Xian Beï ne peut retenir un cri
quand elle reconnait ses trois mentors.

Kenshin, Noboru et Ryo escortent un splendide palanquin
portant, à la mauvais surprise de Minuko, le mon personnel
de Doji Kaori. Il semble que la célèbre courtisane soit venue
apporter la caution morale des familles impériales à ce
tournoi. Le convoi n’a aucune difficulté pour pénétrer en
ville tandis que les jeunes gens doivent encore patienter une
heure avant que l’on ne daigne s’occuper d’eux.

Une fois en ville, une foule grouillante se presse autour
d’eux. A plusieurs reprises, Setsuo remarque des débuts de
bagarres entre les badauds, signes que l’atmosphère est
électrique.
Après une longue marche au milieu de la plèbe, les
samouraïs finissent par aboutir sur la place du dojo. Minuko
se détend enfin. A plusieurs reprises, l’attitude désinvolte des
gardes ou des habitants à leur égard a provoqué l’ire
d’Asami, Satomi ou Kaneda et elle a du faire preuve de
trésors de diplomatie pour les calmer.

Le Dojo

Situé sur une place consacrée aux temples de la ville, le dojo
est un bâtiment de grande taille à l’architecture
harmonieuse. De construction récente, il est situé un peu à
l’extérieur du centre et semble avoir été épargné par le vice
caractéristique de Zakyo Toshi. Non loin du dojo se trouve
l’entrée d’un tunnel qui semble consacré à l’évacuation des
déchets. Lui-aussi a été creusé récemment.

Le dojo est constitué de deux ailes distinctes et d’une grande
cour sablée. Le tout est entouré par une haute palissade de
bois. La demeure de gauche arbore le mon du clan du
Dragon. De style austère et dépouillé, elle contraste avec la
demeure de Kakita Oda, richement décorée et présentant des
lignes harmonieuses.

Mais l’élément le plus frappant est l’entrée de la cour
constituée d’un Torii surplombé par une somptueuse
tapisserie. On peut y voir une représentation stylisée du
dernier duel entre Kakita et Mirumoto Hojatsu, les deux plus
grands épéistes de l’histoire à l’origine de la rivalité entre
leurs deux styles de combat.

En pénétrant dans la cour, les jeunes samouraïs sont
tellement saisis par la magnificence des lieux qu’ils ne font
attention ni au moine qui les observe depuis l’entrée de
l’oratoire des Fortunes, ni au rônin masqué appuyé contre le
mur d’une maison.

Les ouvriers s’activent pour finir de monter l’arène où vont
se dérouler les épreuves. Au fond de la cour, un jardin zen.
Asami est la première à y entrer, pressée de revoir son père.
Les autres la suivent plus lentement, chacun est perdu dans
ses pensées. Le jardin est un enchantement. Chaque pierre,
chaque plante, chaque arrangement floral a été disposé dans
un but précis. Asami reconnait l’art de son père mais aussi et
surtout une deuxième touche. Comme si les deux maîtres
avaient travaillé de concert à la conception de ce jardin.
Au centre se trouve un plateau de jeu sur lequel coule un
mince filet d’eau. A l’aide de palettes en bois précieux, deux
hommes déplacent des pions blancs et noirs et tous
reconnaissent une partie de Go, une partie qui a du
commencer voilà longtemps note Satomi.

Nul besoin de les connaitre pour comprendre que les deux
joueurs sont les senseï. Il émane d’eux une telle puissance
que rien ne semble devoir les troubler.
Le premier porte un kimono de couleur bleue rehaussé
d’épaulettes. La finesse du tissu indique qu’il s’agit d’un
vêtement taillé sur mesure. Son visage bien dessiné et ses
yeux gris expriment la plus grande concentration tandis qu’il
déplace ses pions avec grâce et fluidité. A ses côtés est posé
son sabre. C’est une lame magnifique à la poignée ouvragée
en forme de grue prenant son envol. La finesse de la lame
laisse à penser que son possesseur l’a aiguisé de manière à
ce qu’un seul coup suffise. C’est une arme de vitesse et de
précision.

Le sabre de son adversaire est tout aussi superbe avec sa
lame décorée de dragons stylisés mais différente par sa
forme. C’est une arme faite pour tailler dans le vif et ne
jamais s’émousser. Une arme plus courte destinée à être
utilisée en conjonction avec un autre sabre, dans le plus pur
style du Niten des Mirumoto.
Son possesseur est comme elle, assez trapu, il est de dos et
tous peuvent distinguer le complexe tatouage de campanule
qui orne son dos aux muscles saillants. Ses longs cheveux
noirs ont été ramenés en arrière et il déplace ses pions avec
minutie et un calme surnaturel qui contraste avec l’attitude
de son adversaire.

D’un coup, seule Satomi le remarque, il commet une erreur.
Une erreur qui lui coûte la victoire mais une faute qui semble
également intentionnelle. Se retournant, il fixe les jeunes
gens de son regard pénétrant et sourit.
- La défaite est le premier pas avec la victoire. Pour
gagner, il faut parfois savoir perdre.
Il semble attendre une réponse. Satomi parle avant qu’Asami
ne puisse réagir.
- Mais la victoire n’est rien si l’on ignore pour qui
l’on se bat.
La jeune femme n’a eu aucun mal à se remémorer ce passage
du commandement d’Akodo, tout bushi du clan du Lion se
doit de le connaitre parfaitement. Nobu sourit et se retourne
vers son acolyte.
- Et bien, mon cher Oda, je pense que voilà nos
premiers candidats. Le tournoi peut commencer !
Bienvenue, jeunes gens.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.