SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Livre des cinq anneaux > Inspirations > Romans > La Trilogie japonaise, de Charles Haquet
Contribuer

Livre des cinq anneaux

La Trilogie japonaise, de Charles Haquet

dimanche 1er juillet 2007, par goethe

Série de 3 volumes indépendants
Roman en langue française
Genre : Roman policier

Série de 3 volumes indépendants
Roman en langue française
Genre : Roman policier

La Trilogie japonaise, tome 1 - L’oeil du daruma (2001)

La Trilogie japonaise, tome 2 - Crime au kabuki (2002)

La Trilogie japonaise, tome 3 - La Geisha de Yokohama (2005)


Biographie de l’auteur :

Charles Haquet est né en 1966.
Il se passionne pour la culture japonaise de longue date.
Journaliste, pratiquant les arts martiaux, il a effectué de nombreux voyages dans ce pays, des plaines de Kanazawa aux forêts de Shiratoko.

L’Oeil du daruma

Editions :

Le Masque (2001-collection Labyrinthes n°89)
189 pages
ISBN-10 : 2702497195 & ISBN-13 : 978-2702497197

Contexte de l’intrigue :

Epoque : Automne 1876.
Après la guerre civile qui a écrasé le shôgun Yoshinobu, le jeune empereur Mutsuhito prône l’ouverture à l’Occident, multiplie les réformes... il veut moderniser !
Une politique qui vient bien souvent laminer les antiques traditions, et met fin au système de classes. La société se retrouve scindée en trois groupes : les nobles kazoku, les shikozu (samurais et guerriers rônin) et les heimin, gens du peuple, eux-mêmes scindés en plusieurs groupes.
Cette révolution ne va pas sans heurts, et de nouvelles révoltes se profilent à l’horizon.

Lieu : Kagoshima, sur l’île de Kyushu, au Japon.
C’est à Kagoshima qu’avait débarqué le 15 août 1549 saint François Xavier, et qu’avait débuté la brève évangélisation du sud du Japon.

Personnages principaux :
Tosode, ronin ;
Kodebu, moine bouddhiste errant ;
Saigô Takamori, chef de la rébellion ;
Ikegaku, ancien Daimyo et ancien maître de Tosode ;
Morita, compagne de Saigô.

Résumé :

A l’automne 1876, alors que le jeune empereur Mutsuhito ouvre le Japon au monde occidental, les réformes audacieuses se succèdent, brisant les traditions féodales.

Retiré dans son pavillon de thé, loin de la capitale, Ikegaku médite devant un brasero fumant. Soudain il tombe, foudroyé. Meurtre ?
Un samurai sans maître, un moine errant, un daimyo rebelle et une courtisane bien curieuse... Tous se retrouvent confrontés à la mort d’un seigneur qui aimait trop le thé vert.

L’enquête s’annonce rude, dans un Japon en pleine tourmente. Sur l’île de Kyushu, la révolte gronde.

Inspirations possibles :

Ce roman propose une intrigue policière qui peut être jouée sous réserve de quelques modifications et ajustements, et de préférence sur une période de troubles politiques majeurs pouvant donner lieu à des mouvements de révolte (Guerre des Clans, KYOD, etc...)

Crime au kabuki

Editions :

Le Masque (2002-collection Labyrinthes n°152)
283 pages
ISBN-10 : 2702432921 & ISBN-13 : 978-2702432921

Contexte de l’intrigue :

Epoque :

Hiver 1878.
Début de l’Ere Meiji - Les classes sont abolies, et les samuraï qui ne parviennent pas à s’adapter aux nombreuses réformes et à l’ouverture à l’Occident disparaissent un par un.
Les plus "coopératifs" forment néanmoins l’élite du nouveau Japon : chefs d’entreprises et cadres de la nouvelle administration Impériale, autant civile que militaire ; les autres doivent désormais se plier aux ordres des hinin qui les emploient et vivre dans la misère...
Cette année là, la société Kawasaki et le premier club de base-ball japonais sont fondés.

Lieu :

Tokyo, au Japon.

Personnages principaux :

Tosode, ronin ;
Suzuki Hikonoshin, journaliste ;
Sumara, vendeuse de cerfs-volants ;
Yoshiro, acteur de kabuki ;
Tanaka, acteur de kabuki ;
Takagi, acteur de kabuki ;
Teshigara, ancien acteur de kabuki ;
Akatsura, propriétaire du théatre ;
Yasuda, directeur de la troupe ;
Kataï, metteur en scène ;
Oda Kujiro, écrivain de théatre

Résumé :

Un soir de l’hiver 1878, dans un théâtre kabuki de Tokyo, l’acteur Yoshiro dégaine son sabre et se lance dans une danse endiablée au rythme du shamisen.
Son kimono virevolte dans le halo safrané des lampes à pétrole.
Soudain, il frappe d’un geste vif son adversaire qui tombe au sol à la grande joie des spectateurs.
Mais après la représentation Yoshiro disparaît mystérieusement : fuite ou enlèvement ?
Bien malgré lui, le jeune samurai Tosode va devoir mener l’enquête dans les coulisses obscures et dangereuses du théâtre de Nakajima.
En chemin il rencontrera des personnages pittoresques : un journaliste ambitieux, une séduisante vendeuse de cerfs-volants, un enfant amateur d’haïkus et un inquiétant joueur de flûte masqué.
Mais le Japon qui entre dans la frénésie moderniste de l’ère Meiji lui réserve bien des pièges et des surprises.

Inspirations possibles :

Ce roman propose une intrigue policière riche en rebondissements et haute en couleurs, qui peut être jouée sous réserve de quelques modifications et ajustements, de préférence sur une période de troubles politiques majeurs (Guerre des Clans, KYOD, etc...).
Par ailleurs, il dépeint parfaitement les difficultés quotidiennes que rencontre un ronin pour survivre.
Enfin, un glossaire est proposé à la fin du roman, ce qui peut s’avérer très utile pour nommer certains éléments typiques de l’univers japonais (par exemple, le "moine errant à panier percé jouant de la flûte" est tout simplement un "komusô").

La Geisha de Yokohama

Editions :

Le Masque (2005-collection Labyrinthes n°140)
287 pages
ISBN-10 : 270243200X & ISBN-13 : 978-2702432006

Contexte de l’intrigue :

Epoque :

Printemps 1879.
Début de l’Ere Meiji -
Les classes sont abolies, et les samuraï qui ne parviennent pas à s’adapter aux nombreuses réformes et à l’ouverture à l’Occident disparaissent un par un.
Mais c’est au niveau religieux que les tensions sont les plus vives : l’Empereur se prononce en faveur du culte Shinto, au détriment du bouddhisme zen.
Un ministère des Affaires des Dieux est créé, le Shintoïsme devient religion officielle, et les bouddhistes sont persécutés ; 40 000 temples sont ainsi détruits, et les moines contraints d’abandonner leur robe.

Lieu :

Kanazawa, au Japon.

Personnages principaux :

Tosode, ronin ;
Kodebu, moine bouddhiste et ami de Tosode ;
Fumiko, geisha ;
Nakamura, moine bouddhiste, prêtre supérieur du monastère ;
Jochô, moine bouddhiste, doyen du monastère ;
Bukkô, moine bouddhiste ;
Gôtan, moine bouddhiste ;
Kifune, artiste désœuvré ;
Tsuné, geisha ;
Otaru & Shima, "mères" de maisons de geisha ;
Kagano, ancien amant de Fumiko ;
Moko, yakusa ;
Patte Folle, mendiant

Résumé :

Un monastère zen dans les faubourgs de Kanazawa.
Le moine Kodebu fait ses ablutions dans la cour endormie.
Soudain, un cri retentit. Sur le toit de la Grande Pagode, une silhouette ailée brandit un corps inanimé. Elle le précipite dans le vide, sous le regard horrifié du moine.
Qui est cette mystérieuse créature ? Pourquoi persécute-t-elle la communauté bouddhique ? Dans les sombres couloirs du monastère, la peur rôde...

Pour résoudre cette énigme, Kodebu appellera son fidèle ami à la rescousse : Tosode, un ancien samurai qui erre sur les routes du Japon depuis la mort de son maître.

L’enquête mènera les deux hommes dans les maisons de plaisirs du quartier Higashi.
Ils y rencontreront Fumiko, une troublante geisha qui cache un terrible secret dans ses manches de soie...

Une nouvelle aventure du samurai Tosode dans ce Japon Meiji qui a passionné tant d’Occidentaux, de Pierre Loti à Vincent Van Gogh.

Inspirations possibles :

Ce roman s’articule autour de deux intrigues.

La première est une intrigue policière riche en mystères et en rebondissements, puisqu’elle met en scène une enquête autour de crimes perpétrés par un tengu dans un monastère bouddhiste ; la seconde nous fait découvrir le quotidien de la geisha Fumiko, qui tente de trouver sa place dans la ville de Kanazawa et de retrouver son ancien amant pour se venger.

L’enquête peut être jouée presque tel quel, et l’histoire de Fumiko peut constituer une riche inspiration pour la mise en scène de geisha.

Enfin, on trouve cette fois encore un glossaire à la fin du roman, ce qui peut s’avérer très utile pour nommer certains éléments typiques de l’univers japonais.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.