SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Paorn > Aides de jeu > Cultes & religions > Aperçu général
Contribuer

Paorn

Aperçu général

Cultes & Religions

vendredi 1er novembre 2002, par Sigfrid

Préambule

Cette aide va vous donner un aperçu général des différentes religions de Paorn. Point de détails, mais la présentation des forces religieuses en présence en attendant les différentes aides détaillées.

Il s’agit des mouvements religieux les plus importants concernant les populations des 4 empires de Paorn. Certains cultes et croyances des cultures mineures sont présentés dans les aides sur ces mêmes cultures.

Cultes et religions monothéistes

Les Gulbins

Ils comptent parmi les principaux mouvements monothéistes de Paorn, tout du moins parmi les populations " civilisées " de Paorn. Les Gulbins ont en modèle un dieu bienfaiteur, généreux, fertile et créateur de toute chose pour le bien de ses créatures. Les cultes sont organisés, hiérarchisés mais divisés en plusieurs mouvements de pensée qui réduit leur influence politique globale. On ne compte pas moins de cinq courants de pensées qui se répartissent entre la Burgonnie et le Salthar. Les schismes ont donc étés nombreux au cours des âges et de nos jours, Gulbon, Woof, Olanfer, Esseliens et Pacticiens sont les différentes facettes d’une même croyance. Parmi eux, l’église gulbonne est la plus forte et la plus influente des cinq (surtout en Burgonnie), mais les autres pouvoirs ne sont pas à négliger, surtout au Salthar où Woof est quasiment prédominant.

Zoltan

La vision du dieu créateur vue selon les Tsovraniens. Zoltan a créé le monde et l’a peuplé d’hommes à son image afin qu’ils se souviennent de lui et le vénèrent comme il se doit. C’est " La " religion de cet empire de l’Ouest, mis à part les particularités des peuples nomades et des Mun-Farîz (Nains). A un bémol près, qui sème néanmoins la zizanie parmi la population. Pour certains, c’est Zoltan le seul Créateur, pour d’autres, il représente la Terre et est accompagné de Kyaïla, le Ciel (ou l’Océan selon les régions). A eux deux, ils forgèrent la terre des hommes et les formèrent à leur image. Les adeptes du schisme Kyal arguent d’ailleurs qu’il existe bien des hommes et des femmes. Tous deux sont différents et à l’image des divinités. Réponse qui ne laisse pas de marbre les adeptes de Zoltan le tout-puissant, car si l’on devait compter toutes les différences mineures, il y aurait autant de dieux que de créatures sur Paorn ! En bref, des débats tout aussi mouvementés que chez les Gulbins.

Dame Grise

Déesse de l’automne, de la brume, mais aussi de la divination et des cycles naturels. Elle est surtout la déesse qui a permis à certaines femmes saltharites de sortir de leur asservissement moral. Elle est celle qui ouvre les consciences vers " autre chose ". On ne connaît pas ses buts, ni ses motivations, mais elle protège celles qui osent se rebeller. Etrangement, elle a une certaine reconnaissance au Salthar, où le culte est le plus répandu. Les Grises, comme sont nommées les femmes de cette religion, imposent souvent le respect par la crainte qu’elles génèrent. Ceux qui auront assisté à une manifestation de cette déesse au timbre de voix multiple en gardent encore un certain souvenir.

Gurlu

Très présent dans la culture saltharite (essentiellement au Linamaz) et pourtant sans culte officiel chez les humains. Gurlu représente le gardien des montagnes, celui qui veille sur les terres et l’équilibre de Paorn, tout du moins du Salthar... On y fait souvent référence au Salthar, que ce soit pour prendre Gurlu à témoin de ses misères ou injustices, ou simplement pour le remercier de sa bonne fortune, mais personne n’ose lui dédier un clergé. Seuls les Mun-Farîz s’y risquent, mais Gurlu est un Dieu au tempérament changeant et il est préférable de la laisser en paix et ne pas lui imposer les appels incessants de prêtres qui ne feraient que l’irriter.

Séria

Déesse des mariages, encore une fois essentiellement en vigueur au Salthar. Notamment dans la province d’Arbenfeld. Pas étonnant lorsque l’on sait que ce fut une ancienne province burgonne et tout le monde connaît la piété des burgons... Séria bénie les jeunes mariés et leur offre un avenir prospère et fertile. D’ailleurs, il suffit d’observer le destin de ceux qui ne se marient pas sans sa bénédiction pour être convaincu de son influence. A ce propos, Séria aime bien aussi voir les fruits de ses bénédictions dans ses temples afin qu’elle leur apporte sa même bénédiction. Quoiqu’il en soit, le pouvoir saltharite reconnaît un intérêt fort appréciable à ce culte. Il possède le registre marital le plus complet de la population d’Arbenfeld, ainsi qu’il recense les nouveau-nés. Pratique pour surveiller la population...

Baevin

Le protecteur des peuples et des clans et des communautés. Très apprécié des populations rurales d’Arbenfeld (au Salthar), dont le culte est originaire, il se manifeste depuis quelques années par un changement doux de discours. Non content de se dire le protecteur des communautés, le clergé de Baevin commence à semer des graines de révolte contre le pouvoir dans le cœur des populations. Bien entendu, le pouvoir commence à voir cela d’un mauvais œil...

Argalan

Religion répandue au Salthar, ainsi que quelques tentatives de conversion aux frontières. La loi et la justice sont représentés par l’empereur qui édicte ces lois comme étant le porte-parole divin de Argalan. D’ailleurs, Drogon est là depuis longtemps, trop longtemps pour un simple homme... C’est qu’il doit être d’essence divine ou favorisé par les dieux. Il y a une sorte de culte de la personnalité qui transparaît de ce culte. L’empereur est adoré et vénéré, au même titre que la divinité elle-même. On pourrait en fait résumer le culte d’Argalan à une immense inquisition chargée de remettre les fauteurs de troubles dans le droit chemin et selon une méthode expéditive. A signaler que certains althusiens ont détourné le culte au profit du Shaïm en lieu et place du seigneur saltharite.

Religions messianiques

Ghûl

Plus un culte qu’une religion, les adaptes de Ghûl le prophète, qui serait toujours vivant selon les rumeurs, sont très portés sur les pouvoirs divinatoires et les prophéties. Ils détiennent d’ailleurs une bibliothèque des ouvrages prophétique d’une grande richesse, bien que beaucoup soient très fantasques ! Mais allez savoir avec les prophéties...

Ceci vaut au culte une surveillance un peu plus soutenue de la part des espions saltharites qui détestent que l’on affole les populations lorsque cela ne les arrangent pas. Mais les adeptes de Ghûl se retrouvent également en Burgonnie et en Althusia.

Rédempteur

Ce culte n’a rien à voir historiquement avec celui de Ghûl. Pourtant, les deux cultes possèdent un exemplaire d’un livre prophétique annonçant le chaos de la fin des âges. Et ce chaos approche selon les rédempteurs ! Un messie doit se présenter sur Paorn afin de protéger les âmes des hommes et de limiter les effets du chaos. D’ailleurs, les rédempteurs le cherchent activement ce messie et guettent tous les signes avant coureurs de la fin des âges.

Leur dogme est basé sur l’absolution des péchés pour obtenir le pardon. Il s’étend sur le Salthar, la Burgonnie et la Tsovranie.

Dieux élémentaires et animistes

Déesse des Sources

Déesse de l’eau et du Linamaz. C’est elle qui fertilise les sols avec l’eau du fleuve. C’est elle qui prédit la qualité des récoltes, c’est elle qui garde le Linamaz, le père des fleuves. Certains disent avoir déjà vu son corps translucide s’ébattre dans les eaux du fleuve, mais aucun n’avait de témoins pour étayer ces racontars. Elle est adorée aussi bien au Salthar qu’en Althusia, ce qui n’est pas étonnant lorsque l’on sait que ces deux pays sont traversés et irrigués pas le fleuve. Un clergé (en fait, Salthar et Althusia ont des clergés différents) se charge de la comprendre et de communiquer avec elle au travers des rites qui lui sont dédiés.

Déesse cheval

Vénérée essentiellement au Salthar (province du Rittmark), les Karkhars de Tsovranie éprouvent également un certain attachement envers cette déesse mi-femme, mi-cheval. D’ailleurs, les Karkhars disent volontiers que cette déesse pouvait fort bien être l’une des anciennes Kentar. Quoiqu’il en soit, elle est la protectrice des éleveurs et des chevaux. Les plaines, la vitesse et le vent sont ses compagnons et mis à part ces plaisirs simples, la déesse n’a que peu d’intérêts à se mêler des affaires des citadins.

Satyricons

Esprits plus que réelles divinités, les satyricons sont régulièrement évoqués, priés ou remerciés par les burgons. Car, c’est bien en Burgonnie que ces petites divinités existent. Esprits protecteurs des forêts ou des cultures, esprits du vent, du soleil ou des vignes. Esprits de la vigueur ou de l’amour charnel, chaque petite chose possède son esprit protecteur et les burgons aiment bien s’attirer les petites faveurs de ses esprits. Il n’y a pas de lieu de culte précis, ni de clergés. Les cérémonies et les rites se déroulent généralement dans l’élément ou le décor le plus en rapport avec l’esprit.

Oombar

La terrible divinité reptilienne dont le culte a été interdis et les adeptes sévèrement pourchassés en Burgonnie et au Salthar. Malgré tout, des adeptes du grand ver, du sinueux et gigantesque serpent continuent de l’aduler dans l’ombre dans ces deux empires. Rites profanes et sacrifices parfois humains se font toujours en l’honneur du grand ver. En Althusia, pas besoin de se dissimuler, le culte est toujours officiellement accepté (tout du moins toléré), essentiellement parmi les yinhanthis d’ailleurs. Mais la divinité est crainte plus qu’adulée, surtout avec la légende de Oombaraban, la cité maudite qui se perd dans le désert et réapparaît périodiquement. Quant à la Tsovranie, tant le culte que la divinité n’ont que peu d’emprise sur la population.

Religions polythéistes

Vespaliens

Les trois mystérieuses déesses de la chance et de la destinée. Elles sont très populaires en Burgonnie (ainsi qu’à Palana et en Lauria) ou des lieux de culte ont étés érigés en leur honneur. Il est dit que chacune d’elles possèdent la destinée des hommes entre leurs mains et qu’elles président à leur avenir à chacun. De nombreux burgons ne manquent donc pas de leur donner leurs faveurs et leur accorder quelques rites et prières. Certains quand l’occasion le nécessite, d’autres de façon plus assidue. Le principal point de discorde au niveau du clergé tien sur la façon de les représenter. Certains les font à l’image de 3 sœurs jumelles, d’autres les représentent sous les formes d’une adolescente, d’une femme mûre et d’une femme âgée.

Maliéris

La divinité des Maliéris est obscure et confuse. En fait, plus qu’une divinité, ils croient et vénèrent leurs ancêtres dont certains d’entre eux sont de lignée divine. Adeptes de la généalogie, les Maliéris pensent pouvoir, grâce aux arbres généalogiques, remonter très loin dans le passé pour trouver ces lignées. Une partie des Burgons font appels à leurs services, mais la majorité les considèrent d’un œil méfiant car on dit qu’ils pratiquent parfois des rites étranges et font parler les morts pour arriver à leurs fins.

Panthéon K’neth

Les divinités k’neth sont relativement restreintes. Mi-hommes mi-bêtes, elles ont toutes un symbole de rattachement géométrique. On peut y dénombrer 5 divinités majeures (v. descriptif " Races et cultures - Althusia " qui sont regroupées sous le terme de religion shaïmide, dont le Shaïm est l’interlocuteur. Elles forment en effet un tout et l’on ne croit pas seulement à certaines d’entre elles, mais à toute ou à aucune. Le clergé shaïmide est très influant mais limité à certaines provinces d’Althusia.

Cercles divins Yinhanthi

Les divinités primordiales ne sont pas accessibles aux hommes selon la tradition yinhanthis, en revanche, 3 cercles divins existent et permettent de prouver sa dévotion et son dévouement envers ces divinités. Le premier cercle est celui des fantômes, le second celui des demi-dieux et le troisième celui des divinités, qui elles seules peuvent communiquer avec les dieux primordiaux. Parmi ces divinités, on en retrouve certaines également présentes dans d’autres empires (comme la Déesse des Sources), mais d’autres sont très locales comme Shanshîva, la déesse des 7 futurs. Là encore, il s’agit d’un culte limité à certaines région d’Althusia.

Répartition et importance des cultes

Ces petits tableaux vont vous résumer la répartition des différentes religions et leur degré d’importance. Par cultes " principaux ", on entend valables pour l’ensemble du royaume. Par cultes " secondaires ", il s’agit d’influences localisées à certaines régions ou réparties sur tout le territoires mais avec un poids modéré par rapport aux religions principales.

SALTHAR

Principaux Secondaires
Dame Grise Déesse cheval
Gulbon Ghûl
Déesse des Sources Baevin
Gurlu Esseliens
Woof Séria
Argalan
Rédempteur
Oombar
Olanfer

BURGONNIE

Principaux Secondaires
Vespaliens Ghûl
Woof Rédempteur
Gulbon Oombar
Maliéris
Esseliens
Pacticiens
Satyricons

ALTHUSIA

Principaux Secondaires
Panthéon Shaïmide (K’neth) Argalan
Cercles divins des Yinhanthis Ghûl

TSOVRANIE

Principaux Secondaires
Zoltan Kaïla
Rédempteur


Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.