SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Paorn > Aides de jeu > Cultes & religions > Culte de la Dame Grise
Contribuer

Paorn

Culte de la Dame Grise

Cultes & Religions

vendredi 1er septembre 2000, par Sigfrid

Voici une aide détaillée sur le culte qui est peut-être le plus influant et le plus répandu du Salthar. Très étonnant lorsque l’on sait que la plupart des cultes Saltarites ont une influence plutôt locale. D’autant plus étonnant, pour le Salthar, quand on sait qu’il s’agit d’un culte essentiellement féminin.

1- Histoire

Tout à commencé il y a une trentaine d’années environ quand une dizaines de femmes de la vallée du Linamaz se sont comme éveillées à la conscience. Elles venaient toutes de milieux différents, de tous âges, mariées ou non, mais avaient toutes pour point commun une vie faite de souffrance et d’humiliation. Toutes entreprirent un voyage vers Krönberg, la capitale Saltharite, délaissant leurs maris autoritaires (pour celles qui en avaient) afin de trouver la reine Majda. Cette reine qu’elles avaient toutes vu en rêve.

C’est ainsi que se forma le premier noyau de prêtresses. Les enseignements furent donnés par Majda elle-même sous direction de la déesse qui se montra par quatre fois selon les dires de ces femmes.

En remerciement, les nouvelles adeptes de la Dame Grise entreprirent de faire construire un temple en l’honneur de leur déesse. Krönberg, n’a pas été retenu comme lieu de construction, pour la bonne raison que la région du Linamaz est tout de même la région la plus misogyne du Salthar. Le premier temple, mais également le plus beau et le plus important, a donc été construit à Solval au Rittmark. C’est un lieu saint qui sert de pèlerinage pour la plupart des nouvelles femmes qui s’éveillent à la Dame Grise. On y dit que les manifestations de la déesse y sont plus importantes qu’ailleurs.

Une dernière question : le pourquoi de cet Eveil ? A part Majda elle même ou la Déesse, qui peut savoir ? Dans les enseignements données aux futures Grises, on parle de vieux textes relatants d’anciennes prophéties que " nombre de femmes, ayant connu la souffrance et la douleur des hommes, viendront en barrage à la haine pour sauver les enfants et les mener vers un monde nouveau ". Comme dans toute prophétie, les détails sont inexistants...

2- Influences

Le culte de la Dame Grise se base sur deux domaines ; la divination et le respect des cycles naturels (saisons). On a également assimilée la déesse aux brumes et aux saisons froides (automne et hiver). En partie en raison des manifestations de la déesse, mais également parce que les enseignements des prêtresses se font essentiellement à ce moment là.

3- Organisation

3.1- Hiérarchie

Tout en haut de la hiérarchie, trône Majda, compagne de Drogon et reine du Salthar. La plupart des gens voient en elle l’incarnation de la déesse. Son charisme et ses pouvoirs qui lui ont permis de " voir " certains événements y sont pour beaucoup. Son côté mystérieux et inaccessible, tout comme son étrange roi d’ailleurs à fait le reste. Elle surveille le bon déroulement des actions grâce aux différentes grandes prêtresses qu’elle a nommé.

Les grandes prêtresses dirigent les temples présents au Salthar. Ce sont elles qui prennent les décisions importantes qui concerne le fonctionnement de leur temple. Toute décision globale concernant les enseignements portés et l’influence à apporter au culte se décide avec Majda. En général, les grandes prêtresses nomment elles-mêmes les quatre femmes qui seront ses assesseurs et elle ne fait qu’en informer Majda, qui a néanmoins un droit de veto sur la décision.

Les quatre assesseurs ont pour rôle premier de suppléer à la grande prêtresse en cas d’absence ou de maladie de celle-ci. L’une d’elle sera également la suppléante de la grande prêtresse en cas de décès de celle-ci. Ensuite, elles sont chargées de diriger les différentes branches des clergés. Celles-ci sont séparées en deux et il y a une des assesseurs qui prend en charge le clergé extérieur, les trois autres se partagent le clergé intérieur.

3.2- Clergés

Le clergé interne s’occupe de la formation des étudiantes, des devins en activité et des théologiennes.

Les étudiantes iront peut-être compléter les clergés internes ou externe, mais toutes ne serviront pas forcément la religion directement par la suite. A la fin de leur formation (4 ans), on leur propose le choix de s’investir de façon complète dans leur foi pour la Dame Grise ou de rentrer continuer une vie plus classique tout en continuant de vénérer la déesse pour la remercier des enseignements prodigués.

Les devins constituent une branche très active dans la surveillance des événements globaux, qu’ils soient futurs ou passés. C’est une activité très risquée et les prêtresses sont peu nombreuses à pratiquer cet art efficacement.

Les théologiennes essaient de comprendre l’état des choses, de comprendre l’histoire du monde et le rôle des dieux. Elles analysent les anciens textes et écrivent ceux des temps futurs. Elles sont également dans une grande part responsables de l’éducation des étudiantes.

Le clergé externe, est également composé de trois catégories de personnes avec les clercs, les missionnaires (ou prêtresses itinérantes) et les fervents.

Les clercs sont les enseignantes. Ce sont celles qui éduquent les populations locales. Elles apprennent le plus souvent à lire et écrire, mais elles enseignent également la religion et les sciences de la nature.

Les missionnaires, que les villageois appellent le plus souvent les Grises, sont des prêtresses itinérantes à plus ou moins grande échelle. Elles ont pour tâche de faire connaître le culte pour que les femmes qui auraient eu l’Eveil saches où se diriger. Il y a parfois des problèmes avec la population masculine fortement misogyne du Salthar, mais leur objectif est également de faire changer les mentalités.

Enfin, ceux que l’on appelle les fervents sont en fait des travailleurs, qui n’ont pas un engouement religieux débordant envers la déesse, mais suffisamment pour accepter de travailler pour les temples du culte. Paysans, éleveurs, artisans, on y trouve aussi bien des hommes que des femmes qui n’ont pas forcément eu l’Eveil, mais qui adhèrent aux idéaux de la Dame Grise ou qui y trouvent simplement un intérêt quelconque (travailler pour un temple ou un seigneur, il n’y a pas grande différence pour les paysans).

3.3- Ordre guerrier

Les prêtresses ont mis en place un ordre guerrier composé de paladins afin de protéger les temples et de punir les impies. Dans les textes de création de l’ordre, il est dit que les saintes guerrières devront se préparer à combattre et à relever chaque défi que leur lancera les sombres puissances jusqu’au jour du grand Crépuscule.

Cet ordre dépend directement de la grande prêtresse de chaque temple. Cela dit, une championne de haute renommée peut parfois prendre le commandement des troupes dans des expéditions locale ou des détachements dans des provinces isolées.

4- Code et Règles

Globalement, toutes les prêtresses ont pour charge de protéger leurs consœurs et de ne rien tenter contre elles. Les manquements au devoir de protection est passible de pénitence, voire d’exclusion. Attenter à l’intégrité morale ou physique, directement ou indirectement, de l’une des sœurs est passible de bannissement ou de mort.

Le rôle des théologiennes et des clercs est primordiale dans l’image du temple, ainsi que dans l’éducation des prêtresses ou des populations. Elles se font un devoir de ne pas profiter de la situation pour ne pas propager sciemment de fausses paroles et surtout de ne pas pousser à des révoltes quelconques, ni de désordres civils ou religieux. Les peines s’étalent, en fonction de la gravité de la faute, du chemin de pénitence au bannissement.

Les étudiantes doivent bien entendu le respect à leurs aînés et aux coutumes du Temple. Pendant toute leur phase d’apprentissage, elles ont interdiction d’avoir des contacts charnels. C’est un motif d’exclusion du temple avec généralement peu de chance de pouvoir revenir par la suite.

Les devins sont les seules prêtresses, mise à part les étudiantes, qui ont une interdiction totale de contact charnel. Leur pouvoir est trop important et trop dangereux si l’on n’ai pas pleinement concentré sur la tâche à accomplir. La prêtresse n’a que 2 choix possibles si elle déroge à cette règle. Soit un chemin de pénitence et une reconversion dans une autre fonction (en général une théologienne), soit une exclusion définitive sans possibilité de se repentir. Une autre règle très importante concerne les devins. Celle de ne jamais mettre à profit leur don pour leurs ambitions et besoins personnels et surtout pas contre un autre prêtresse du temple. Cela peut aller de l’exclusion au bannissement dans les cas les plus graves.

Les fervents n’ont pas beaucoup de contraintes, ils doivent travailler pour les temples. L’une de leurs obligations est de fournir le gîte et si possible le couvert à tout membre du culte si nécessaire. Cela inclus les femmes en route pour rejoindre un temple ou celles qui sont en pèlerinage. Ne pas le faire entraîne de lourdes sanctions comme le chemin de pénitence. La proportion d’hommes chez les fervents étant plus importante, il est bien entendu qu’ils ont interdiction d’abuser des croyantes qu’ils hébergent. Cette clause est punie de mort et d’enterrement sans cérémonie en fosse commune en cas de non respect.

Les missionnaires ont un rôle délicat. Souvent considérées par les populations comme prêtresses itinérantes dans les villages et hameaux, ces dernières se doivent d’apporter la bonne parole et surtout de préparer le terrain pour le culte. En ce sens, elles doivent respecter les mêmes règles que les clercs, mais les missionnaires travaillant souvent dans un cadre moins favorable, elles ont un peu moins de restrictions que les autres membres. Cela dit, tout comme les devins, elles ne doivent pas profiter de leur pouvoir de divination pour tirer profit personnel auprès des populations. En cas de fautes, elles sont généralement soumises à un chemin de pénitence.

L’ordre des guerrières est peut-être le plus strict. Elles doivent défendre les temples contre toute menaces. Elles doivent protéger toutes les prêtresses au sacrifice de leur vie au besoin (ce cas n’est pas nécessaire envers les hommes). Elles ont un devoir d’unité envers leurs consœurs guerrières et ne peuvent pas leur refuser leur aide dans une tâche ou une quête délicate si l’une d’elle vient à demander une assistance. Le respect de la hiérarchie est bien entendu de mise. Elles doivent refuser tout mariage. Le contact charnel est toutefois autorisé (y compris entre combattantes). Au grand jamais elles ne doivent porter de menace armée contre une autre membre de l’ordre sous peine de mort. Elles ne doivent pas s’engager comme mercenaire, ni comme force armée au service d’intérêts politiques ou religieux au profit d’une autre foi. Toutefois, et sous ordre express de Majda elle-même, des unités de combats peuvent parfois prêter main forte à une autorité locale si la chute de celle-ci entraîne une menace pour les temples. Les chemins de pénitence se font généralement en cas de refus à une supérieure et en cas de non assistance à une sœurs. Si la non assistance intervient alors que celle qui en faisait la demande était en danger, c’est l’exclusion de la fautive. L’exclusion survint généralement dans tous les autres cas. Les cas graves, sont parfois punis de bannissement, voire de mort si l’une d’elle tue un autre membre en dehors de la légitime défense.

5- Punitions, exclusion et bannissement

- Le chemin de pénitence
Cette punition dure une semaine (6 jours) et sert à remettre la fautive dans le droit chemin. Une journée de jeun et de prières permet de démarrer cette punition. Suivent 2 jours de travaux généralement dévolus aux fervents. Chaque nuit est interrompue par une séance de prières. Les 3 derniers jours, la fautive doit entamer une marche vers un lieu saint. Que ce soit un calvaire, l’un des 3 lieux saint officiels ou alors sur une terre favorable à la déesse (où il y a de la brume ou du brouillard). Seulement habillée d’une robe de laine et escortée par 3 paladins pour éviter qu’elle ne se fasse attaquer, elle devra pratiquer 6 prières quotidiennes (4 en journée et 2 la nuit).
Note pour le Channeling Companion : Cette punition permet de remonter son statut divin de 3 (unfaithful) à 5 (normal).

- Exclusion
L’exclusion est souvent mal vécue par les prêtresses qui en souffrent. Elle n’est pas définitive s’il s’agit de la première fois, mais la femme exclue devra passer par la cérémonie de la repentante pour réintégrer le temple.
C’est une punition beaucoup moins grave que le bannissement, mais n’oublions pas que les femmes qui ont rejoints les temples de la Dame Grise ont souvent quittées leurs familles de façon plus où moins discrète et qu’un retour chez elles sera souvent source de châtiments.

Ce sont les assesseurs du temple qui sont chargées de présider à l’exclusion de la fautive. Celle-ci est démunie de ses symboles de foi et des habits du temple. Une simple robe ample de couleur noire lui sera rendue. Les paroles d’exclusion seront prononcées et les habits déchirés. Un petit tatouage est réalisé sur la paume de la main gauche (au niveau du pouce) afin de marquer à vie cet acte.

Note pour le Channeling Companion : Cela équivaut à voir son statut divin tomber à 2 (unworthy).

- Le don de la repentante
Cérémonie qui consiste à se faire accepter de nouveau après une exclusion. Cela ne fonctionne qu’une seule fois et seulement pour les membres féminins. Les rares hommes aux service de la Dame Grise (hors des fervents) n’ont donc pas le droit de réintégrer l’ordre une fois qu’ils en ont été exclus.

Seule une quête (réussie) ordonnée par l’une des grandes prêtresses peut conduire à une réintégration. Mais cela n’est pas tout, il faudra que la femme fasse acte de grande piété et grande dévotion pendant 1 mois complet. Enfin, il faut qu’au bout de ce mois elle soit prête à sacrifier une chose qui lui est chère (un dévouement exceptionnel, la perte d’un objet, etc.)

Note pour le Channeling Companion : Cette cérémonie permet de remonter son statut divin à 5 (normal).

- Bannissement divin
Une cérémonie est organisée et dirigée par la grande prêtresse du temple où est pratiquée le bannissement. Lorsque celui-ci concerne l’un des assesseurs ou l’une des grande prêtresses, c’est la reine Majda elle-même qui préside cette cérémonie. Il s’agit d’un cas extrêmement grave et sans suite possible pour le banni. La Grise qui est bannie en subira les effets sa vie durant. Il est d’ailleurs même courant qu’elle quitte la Salthar parce que sans soutien de la déesse et s’étant déjà détournée des anciennes habitudes Saltharite concernant les droits des femmes, sa vie serait un véritable enfer.

Tout comme lors de la cérémonie de l’exclusion, les habits du temple et les symboles lui sont retirés et cette fois-ci ils sont brûlés. L’ancienne prêtresse est revêtue de haillons et un tatouage est réalisé sur sa tempe gauche. Un ovale plein, barré par le milieu signifiant le bannissement aux yeux de tous. Bien qu’elle puisse continuer à croire en la Dame Grise ainsi que faiblement bénéficier de quelques petits pouvoirs, elle ne pourra plus jamais rejoindre les temples, quelques soit son degré de dévotion futur.

Note pour le Channeling Companion : Le statut divin tombe à 1 (banished).

6- Fonctionnement matériel

Une partie des rentrées sont versées en nature par les villageois pour lesquels les prêtresses fournissent leurs enseignements. Une autre part vient des nobles féodaux qui versent une sorte de rente sous forme de services ou d’argent.

La dernière forme de rentrées provient des fervents. Paysans et artisans, ils fournissent des ressources aux temples de la Dame Grise par la vente des biens fabriqués et vendus.

Il est bon de noter que chaque temple est autonome quant aux fonctionnement et ressources financières. Il est vrai qu’ils peuvent tout de même recevoir une certaine quantités de fonds de la part du royaume, grâce à la reine. Ce fait est bien entendu secret, ou tout au moins non officiel !

7- Fêtes et jours saints

Les premiers jours de chaque saison marque le début d’une nouvelle activité pour le temple et les hommes. A ce titre, ces quatre jours de l’année sont célébrés par une bénédiction particulière que l’on va voir en détail.

Printemps (Renouveau et Fertilité)

Le jour du renouveau. Promesse des moissons à venir. Fête de la fertilité. Le jour du printemps est un jour très important et fêté comme il se doit.

Dès le matin les préparatifs commencent après les prières d’Eveil de la Terre. Les festivités consistent en la préparation d’un banquet avec les premières ressources du printemps. La bénédiction au bétail se fait 2 heures avant que le soleil ne soit au zénith.

A partir de midi, commence en musique les festivités. Elles se déroulent généralement en extérieur si le temps le permet, ce qui est alors considéré de bon augure pour l’année qui arrive. Prêtresses et villageois sont bien entendus conviés à participer au banquet. Pendant l’après-midi, la plus jeune des devins se retrouve au centre d’un cercle (yeux bandés) composé de danseurs du village. Ces derniers entonnent des chants tenants de la comptine d’enfant et de prières à la déesse.

Plusieurs d’entre eux seront désignés par la devin aux termes des chants et de la danse rituelle. Un seul à chaque fois. La danse recommence tant qu’il n’y a pas le compte des hommes désignés à la fête du soir. Ces derniers seront préparés, lavés, habillés, masqués et plus ou moins drogués afin qu’ils puissent rentrer dans un état second.

La fin d’après-midi débute dans la fébrilité pour certaines étudiantes. Celles qui ont déjà accomplies 4 cycles saisonniers se préparent tout particulièrement pour une cérémonie dont elles seront à l’honneur le soir même. Après avoir accompli 4 séries de prières, elles prennent une boisson euphorisante qui a également des vertus aphrodisiaques.

Les jeunes gens seront tous lâchés dans un bois afin qu’ils se retrouvent par couple et passent la nuit à s’accoupler en pleine nature. Ainsi s’achève la fête de la fertilité et du renouveau.

Eté (Mariages et Moissons)

Le premier jour de l’été est une date importante pour tous les jeunes couples car une grande bénédiction leur est donnée. La cérémonie se passe dans le temple où chaque couple de l’année (depuis l’été précédent) se réuni. Après les prières et les sermons, la cérémonie se termine par un repas plutôt frugal mais qui doit être le seul que doivent prendre les jeunes couple ce jour là. Il leur est également interdis de travailler car ils doivent passer le reste de la journée ensemble.

L’après-midi, après le repas marital, les prêtresses commencent des prières de bénédiction des moissons. A signaler que si c’est un jour de pluie, la bénédiction ne pourra pas aboutir complètement. Dans le cas contraire par contre, tous les espoirs se tournent vers le ciel en fin d’après-midi. La coutume veut que si les prières ont été entendues, un orage devrait arriver en fin d’après midi pour arroser les futures récoltes. Cet orage est bien entendu considéré comme bénéfique et les habitants en récoltent souvent l’eau pour la conserver lors des moments plus difficiles. En tout cas il est une chose qui est sure, c’est que l’eau récoltée ce jour là ne moisie pas...

Automne (Foires et cérémonies de l’Eveil)

L’automne marque le début des foires dans la plupart des contrées. Ce jour là, les temples de la Dame Grise ne font pas exception à la règle et y participent même activement. Les différents temples participent de temps à autre à la remise en état des installations par le biais des fervents qui aident la main d’œuvre locale. Mais les différents temples vendent également leurs produits lors de ces foires. Les sucres et sirops du Linamaz sont réputés, tout comme les miels (et produits dérivés) du temple de Gwendya en Arbenfeld. La fin de ce premier jour de foire et de l’automne se termine par des fêtes locales, sortes de petits carnavals au cours desquels les gens se costument volontiers.

Mais le premier jour de l’automne marque aussi le début de la période des cérémonies de l’Eveil. Celles-ci s’étalent lors des 3 mois de l’automne et pas uniquement le premier jour. C’est en effet principalement à cette période là que certaines femmes sont comme poussées vers les temples de la Dame Grise. Celles qui acceptent de partir se retrouvent dans les temples où elles vont découvrir la déesse. Les cérémonies commencent en fin de journée, c’est le moment le plus propice pour préparer les nouvelles venues à l’apparition de la Déesse. Car cette dernière se manifeste toujours d’une façon ou d’une autre (à la nuit tombée) pour éveiller définitivement les esprits des femmes.

Généralement, l’Eveil provoque un choc et il arrive parfois que certaines ne le supporte pas. Dans ce cas là, elles en viennent à renoncer à leur engagement et plus rarement la violence du choc peut même provoquer leur mort (ou la folie). Les femmes étant déjà présélectionnées par la déesse (elles ont eu le rêve), ces deux derniers cas restent exceptionnels.

Hiver (Spectacle religieux et Erudition)

L’hiver est la saison calme pour les villageois et paysans. Les Grises ont trouvé que c’était donc une période propice à l’éducation du peuple, ce qui n’est pas toujours très bien apprécié des nobles.

Lire, écrire, acquérir une culture religieuse, voilà l’essentiel de l’activité lors de l’hiver. Le premier jour de l’hiver est synonyme de spectacle. Un spectacle religieux est organisé par chaque temple. Les thèmes varient chaque année et sont laissés à l’appréciation des assesseurs de chaque temple, mais ils relatent des événements religieux ou historico-religieux ayant principalement comme centre le culte de la Dame Grise, ou des préceptes défendus par cette dernière. Chaque prêtresse participe à l’élaboration du spectacle. Certaines y jouent, d’autres créent les costumes et les décors. C’est un moment très apprécié chez ces dernières, surtout par les nouvelles venues.

L’Eveil (jour Saint)

Le 12ème jour de Floraison (Avril). Il s’agit du jour qui marqua la naissance du culte. Le jour où les premières femmes reçurent le message de la reine Majda en rêve. Ce jour marque également le début du pèlerinage de ces femmes vers Krönberg. C’est un jour de recueillement et d’isolement en la mémoire de la décision qu’ont du prendre ces femmes.

La Marche (période de privations)

Cette période dure trois semaines, elle symbolise le temps qu’à mis la dernière des femmes à rejoindre Krönberg. Il y a deux façons de célébrer ces trois semaines.

La première est de refaire le parcours jusqu’à Krönberg où un calvaire a été dressé (à défaut d’un temple).

La deuxième façon est d’entrer dans une phase de carême pendant les trois semaines. Les conditions de ce carême sont de manger maigre, pas de viande, pas de vin (ni autres alcool) pendant toute la durée de la Marche et le quatrième jour de la semaine (Qualis) doit être jeûné. Cela démarre de la veille au couché du soleil au lendemain du jour suivant à l’aube.

La Sanctification (jour Saint)

6ème jour de Faucon (Mai) Il marque la fin de la Marche. Une grande bénédiction est donnée ainsi qu’une célébration ou la déesse se manifeste souvent d’une façon ou d’une autre.

Le pèlerinage de Solval

Ce pèlerinage se fait au début de l’automne (pas de jour précis) et nécessite de passer par les trois lieux saints du culte. Le calvaire de Krönberg, le temple de Gwendya (près de Helz) et le joyaux de Solval.

Le temple de Gwendya est devenu Lieu Saint après le massacre d’un groupe de jeunes femmes guidées par une prêtresse nommée Gwendya en route pour Helz. Elles avaient pour but de faire valoir la construction d’un temple dans ce haut lieu mystique. Hélas, elles n’arrivèrent jamais à destination. Les devins du culte, grâce à leur pouvoir, ont découverts les coupables, des fanatiques adeptes de Ghûl, mais ces derniers n’ont jamais étés retrouvés. En mémoire, un temple a été érigé à une vingtaine de kilomètres de Helz, en pleine campagne autour duquel c’est érigé un village.

8- Vêtements et symbole

Symbole : Un œil au centre d’un ovale.

Le gris est la couleur portée par les prêtresses.
Clergé intérieur : Robe en laine pour les habits quotidiens. Les devins portent également un bandeau sur les yeux pendant qu’elles usent de leurs talents. Les théologiennes sont les seules (hormis les assesseurs) qui ont obligation de porter un médaillon au symbole du culte. Les étudiantes n’ont pas l’obligation de porter des habits spécifiquement gris, même si dans la pratique elles le font d’elles mêmes. Les assesseurs se distinguent grâce à une ceinture de lin de couleur blanche.

Clergé extérieur : Robe grises également pour les clercs. Les cheveux sont masqués par des voiles. Les prêtresses itinérantes portent une épaisse cape à capuche d’une couleur gris souris. Celles qui chevauchent échangent le plus souvent leur robe contre un pantalon de lin. Seule leur cape est alors de couleur grise. Les cheveux longs doivent obligatoirement être noués ou attachés. Les fervents, quant à eux, n’ont pas d’obligations vestimentaires.

Les habits de cérémonie sont composés de robes grises avec des tissus de bonne qualité. Un bandeau avec des voiles ceint la tête des prêtresses et une fine lanière de cuir enserre leur taille. Les assesseurs portent de larges robes gris clair avec des bordures blanches au niveau des manches et du bas de la robe. La grande prêtresse, quant à elle porte une robe blanche et une cape grise. Cette dernière est fermée par un médaillon à l’image du symbole de la déesse.

Ordre guerrier : Tenue militaire de rigueur. Lorsqu’elles ne portent pas l’armure, toutes portent des pantalons (tissus ou peau), de longues chemises grises surmontés d’un pourpoint en cuir. Une cape grise à l’image de celle utilisée par les itinérantes complète l’équipement. Les cheveux ne doivent pas descendre plus bas que la base de la nuque. Les habits de cérémonie se composent de l’armure ceinte d’un tissu gris à la taille. Une cape légère et de couleur gris clair sur laquelle est brodée le symbole de la déesse.

9- Notes techniques pour Rolemaster - Professions

Il est préférable de posséder le Channeling Companion (RMSS) qui sera bientôt réédité en version Fantasy Roleplaying (RMFRP).

Toutes les indications données ici sont faites à titre indicatif. Vous pouvez toujours prévoir l’accès à d’autres professions si bon vous semble, mais essayer de garder une certaine logique par rapport au background.

Pour les professions de prêtre, les sphères d’influence sont les suivantes, vous pouvez en utiliser tout ou partie en fonction de vos envies :

- Fate, Destiny
- Nature
- Seasons

Assesseurs - Grande prêtresse
Professions : Cleric, Priest

Training package : Chancelor, Minister

Statut divin : au minimum 8
Théologienne
Professions : Cleric, Priest

Training package : Cloistered academic, Minister, Philosopher

Statut divin : au minimum 7
Devins
Professions : Priest

Training package : Medium

Statut divin : au minimum 7
Grises (Missionnaires)
Professions : Cleric, Priest

Training package : Missionary, Traveler, Wanderer, Zealot

Statut divin : au minimum 6
Clercs
Professions : Cleric, Priest

Training package : Cloistered academic, Loremaster, Zealot

Statut divin : au minimum 6
Ordre guerrier
Professions : Paladin

Training package : Protector, Templar, Theurgist, Zealot

Statut divin : au minimum 6
Fervents
Professions : Layman

Training package : Crafter, Merchant, Performer

Statut divin : au minimum 4 ou 5

Les étudiantes n’ont pas de professions particulières puisqu’elles viennent justement rejoindre le temple. Pour des raisons d’efficacité, si vous voulez faire passer cette étape à vos joueurs avoir qu’ils aient une fonction plus officielle dans les temples, il vaut mieux prévoir une des professions en conséquence (Priest pour un futur devin par exemple).



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.