SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Paorn > Aides de jeu > Guildes & organisations > Les maîtres animaliers du Salthar
Contribuer

Paorn

Les maîtres animaliers du Salthar

Guildes et Professions

vendredi 23 juin 2000, par Sigfrid

Introduction

Le Salthar base toute sa force sur ses capacités d’espionnage et de renseignement. Les différents réseaux d’espionnage et les maîtres assassins sont déjà redoutés dans tout Paorn. Mais le Salthar possède également une autre ressource importante en matière d’espionnage avec la présence d’unités spéciales composées d’un homme et d’un animal.

L’intérêt devient très vite évident quand on sait que l’espion se sert alors de ses dons pour voir et entendre au travers des yeux de l’animal. Ce sont les Maîtres animaliers.

A chacun sa tâche

Tout animal a sa spécificité, ses qualités et ses défauts et des champs d’actions bien définis. Les animaux sont utilisés dans les domaines où ils sont le plus à l’aise, on n’ira pas utiliser un faucon pour un vol de nuit ou pour de l’espionnage en pleine ville par exemple. Voici donc un aperçu des animaux les plus utilisés par les maîtres animaliers.

a) Les oiseaux

Les oiseaux sont de loin les plus utilisés par les maîtres animaliers. Pour plusieurs raisons : ils peuvent voler, ils n’attirent pas l’attention car ils y en a partout, et ils ont généralement une très bonne vue ! Là encore, il convient de faire la différence entre les différents types d’oiseaux en fonction du travail a effectuer.

Condors : Les condors des hauts plateaux de K’osiph sont très appréciés pendant les guerres car ils peuvent voler haut (hors de portée de tir) et longtemps. Ils sont surtout utiles pour l’espionnage des positions ennemies, mais ils demeurent rares car leur capture n’est pas une chose aisée. De plus, les Valatans qui partagent les mêmes hauts plateaux qu’eux les vénèrent et punissent sauvagement les contrebandiers.

Aigles et grands rapaces : Plus communs que les condors, ils sont employés dans les mêmes conditions que ces derniers. Généralement lors des guerres à grande échelle.

Faucons : Toujours utilisés lors des guerres, ces derniers peuvent avoir deux utilités. Une observation plus rapprochée des lieux car ils sont plus petits et plus rapides que les grands rapaces, mais également pour intercepter d’autres oiseaux appartenant à l’ennemi. Que se soit d’autres rapaces ou bien des pigeons voyageurs.

Corbeaux, pies et corneilles : Typiquement employés lors de missions d’espionnage. Ces gros oiseaux sont de plus capables de chaparder quelques petits objets importants (de la bague au parchemin roulé). Communs dans les villes, ils passent souvent inaperçus.

Chouettes et hiboux : Les espions nocturnes employés par les maîtres animaliers. Bonne vue, mais surtout une excellente perception auditive et ils sont totalement silencieux lorsqu’ils volent. De parfaits espions en somme.

b) Chiens et furets

Outre les oiseaux, les maîtres animaliers emploient également quelques mammifères terrestres comme des furets et des chiens. Ces animaux sont utilisés dans les cas d’espionnage rapproché et de rassemblement d’informations. Généralement utilisés en ville, les maîtres animaliers qui guident leurs animaux sont souvent très proches d’eux, dans la même ville voire dans les mêmes lieux. Il s’agit de la technique la plus délicate, car le maître animalier est plus souvent seul dans ce cas là, sans protection (v. chap. 3-b). Dans ce cas là, le maître animalier est obligatoirement un sicaire qui a eu un complément de formation car il doit pouvoir se sortir seul des griffes de l’ennemi.

c) Animaux particuliers

L’une des forces de Salthar, c’est également sa défense. Et les griffons constituent une part très active de cette défense. Ils sont montés par des lutins qui en sont les maîtres animaliers. Les lutins sont d’ailleurs les seuls êtres ayant réussi à dresser des griffons. Aucun homme n’a encore réussi à en dresser un correctement. La plupart se faisant déchiqueter à un stade plus ou moins avancé du dressage quand ils ne devenaient pas littéralement fou au contact des esprits de ces animaux. Le couple Lutin-Griffon est une association terriblement efficace à tel point que tout espion des autres nations tremble à l’idée de pénétrer les limites Saltharites.

Des légendes courent, au Salthar comme ailleurs, que certains maîtres animaliers se seraient mis en tête de dresser des Rocs nichants près de Nirgha. Aucun n’y seraient encore parvenus, mais il faut croire que le tâche ne sera pas simple pour les meilleurs fauconniers et maîtres animaliers du pays !

Le dressage - Le lien

La phase de dressage est une étape très délicate. C’est cette phase qui va permettre d’établir ou non un lien avec l’animal.

Il y a deux types d’animaux que peuvent prendre les dresseurs. Les animaux sauvages, capturés afin de les dresser et servir les maîtres animaliers, ou les animaux nés en captivité. Les premiers sont bien entendu ceux qui ont le plus de valeur et ceux qui sont les plus efficace en mission. Par contre, leur dressage est bien plus difficile à effectuer (-20 pour toute manœuvre).

Quelque soit l’animal, le premier but du maître animalier est d’habituer l’animal à sa présence. Tâche d’autant plus délicate avec un animal sauvage et dangereux. Il va falloir être présent très fréquemment, voire en permanence, durant les premiers jours pour que l’animal ne détecte plus la présence de l’homme comme un danger potentiel. C’est un moment qui peut s’avérer pénible car une présence permanente jour et nuit auprès de l’animal requiert beaucoup de patience et de sacrifices.

La seconde étape est d’arriver à nourrir l’animal à la main. C’est généralement ici qu’il y a des pertes parmi les animaux sauvage, certains se laissant littéralement mourir de faim plutôt que d’accepter de la nourriture de la main de l’homme. Un bon dresseur sait choisir le moment où il faut libérer l’animal avant qu’il ne meure. S’il ne peut servir l’homme, autant qu’il perpétue sa race afin de donner naissance à d’autres animaux qui se montreront peut-être plus dociles. Il est bon de signaler que le dressage doit se faire sans l’aide de la magie (éviter les sort d’amitié par exemple) . Le maître animalier doit passer autant de temps qu’il faut pour que l’animal l’adopte, mais ce dernier doit le faire de son libre arbitre, s’il est plus ou moins forcé par la magie, l’animal risque de lui faire défaut à un moment ou à un autre. Le lien ne sera pas aussi solide, ni aussi fiable.

Ceci fait, il va falloir faire travailler l’animal pour qu’il s’habitue à certains gestes de son nouveau maître. Ces exercices ont plusieurs buts, ils permettent de maintenir l’animal en forme, ils permettent de fortifier le contact entre l’homme et l’animal et enfin, il permet de donner un aperçu de ce dont est capable l’animal.

Toute cette phase de dressage peut prendre entre une et plusieurs semaines en fonction de l’animal. Les lutins qui dressent les griffons doivent patienter pendant 3 mois avant d’avoir un animal prêt pour la dernière étape. Car c’est seulement après que la confiance se soit pleinement établie entre le maître animalier et son animal que l’on peut passer à la dernière phase du dressage, la création du lien qui va permettre au maître animalier de se lier corps et âme à son animal.

L’établissement du lien est le seul processus magique de la phase de dressage. Il ne peut réussir que si le reste du dressage c’est bien effectué. C’est un moment décisif, car il arrive quand même de temps à autre que l’animal refuse son maître à ce moment précis. Si cela arrive, c’est plusieurs semaines de dressage perdues. Néanmoins, si ce n’est pas trop catastrophique il suffit de reprendre toute la phase de dressage depuis le début, même si l’animal sera plus réticent. En cas de succès, la phase de dressage prendra une toute autre mesure car homme et animal seront liés par un lien très fort. Des mois voire des années seront encore nécessaires avant de voir un maître animalier faire complètement corps avec son animal, mais à partir de ce moment, ils sont bon pour commencer leurs missions au service du Salthar.

Les dangers de la vue déportée

a) Sombrer dans la folie

Faire le lien complet avec un animal est une chose déroutante pour l’esprit. Garder la conscience de soi est bien difficile lorsque le voit et ressent les sensations de l’animal. Quelle merveilleuse sensation que de planer dans les airs, avec l’impression que les ailes du faucon qui glissent sur le vent sont les siennes. Quelle richesse d’informations apportée par les sens aiguisés des chiens ou des loups. La puissance des corps d’animaux, souples et robustes. On en vient à vouloir se laisser aller, profiter de ses nouvelles possibilités, de ces nouvelles sensations. Ne plus revenir... Mais il y a aussi la douleur de l’animal blessé, le choc des coups que l’on ressent comme s’ils touchaient votre propre chair.

L’esprit d’un jeune maître animalier est soumis à rude épreuve. Les premières choses que leurs formateurs tentent de leur apprendre, c’est de supporter la douleur de la perte de l’animal, ainsi que le choc ressenti en soi. Les maîtres animaliers sont des espions au service du Salthar, ainsi que les animaux qui les accompagnent. Ils partent pour des missions dangereuses et la mort de l’un ou de l’autre est à prévoir. Malgré cela, beaucoup ne peuvent pas aller au terme de leur formation. Trop difficile, trop éprouvant pour les nerfs. Certains deviennent fou d’avoir à subir des douleurs qui ne sont pas les leurs. D’autres développent des psychoses dues à un accroissement de leur empathie. A tel point qu’ils ne peuvent plus supporter que l’on continue d’utiliser les animaux pour les guerres et les missions dangereuses. Beaucoup deviennent alors végétariens et ne supportent plus la chasse. Dans les cas extrêmes, certains deviennent complètement schizophrènes.

Le second enseignement consiste à leur apprendre à toujours faire la distinction de leur corps de celui de l’animal. En permanence ! Ils doivent y penser constamment au début, le temps que leur esprit s’entraîne à faire la différence plus facilement. Cela aussi n’est pas simple, et certains on tendance à oublier qu’ils sont humains avant tout et se laissent alors submerger par l’esprit de l’animal. Ceux là ont tendance à s’enfermer dans une forme d’autisme si les choses tournent mal.

b) L’apathie

La vue au travers de son animal requiert énormément de concentration de la part de la personne qui l’utilise. Une concentration telle que le maître animalier perd un peu la notion de réalité, mais il lui faut néanmoins continuer à contrôler son propre corps.

Lorsqu’une personne non avertie voit un maître animalier en cours d’union avec son animal, elle ne voit qu’un homme qui ne bouge pas, le regard vide et absent, comme déconnecté du réel. Bien entendu de fortes secousses le ramènent généralement à lui, mais il n’en est pas moins que le maître animalier est une cible facile pendant qu’il est en activité. Une personne mal intentionnée pourrait très bien passer une épée au travers de son corps plutôt que de le secouer...

C’est pour éviter cela que les maîtres animaliers ne sont normalement jamais seuls en mission. Ils sont généralement accompagnés par un ou deux bons combattants qui lui servent de garde du corps. Outre le fait de le protéger physiquement, ils veillent également à ce que personne ne vienne le perturber lorsqu’il est en pleine activité, car cela risquerait de briser le lien avec son animal.

Fiche technique du maître animalier (RMSS - RMFRP)

Le Mentalism Companion (MenC) sera nécessaire pour avoir la liste de sort requise pour jouer ce type de personnage.

Professions : Magent ou Ranger. Un Magent est obligatoire si le maître animalier veut guider des animaux terrestres pour des missions rapprochées (v. paragraphe 1b- sur les chiens et furets). Autrement, un ranger fait l’affaire et se débrouillera un peu plus facilement sur la phase de dressage.

Training Package : Beastmaster (MenC). Restreignez néanmoins le nombre de créatures que le personnage peut avoir grâce à ce TP. Ou alors, imposez des phases de dressage pour chaque animal sauvage auquel il a le droit (considérez qu’ils ne sont pas encore loyaux).

Liste de sorts supplémentaire : " Animal Bonding " - MenC p.145. Plutôt que d’utiliser les nouvelles règles pour ce type de liste (TP Spell List), imposez là dans les listes de base du joueur.

Grâce à la liste " Animal Bonding ", le maître animalier est capable d’établir un lien (dernière phase du dressage) immédiatement (3 rangs sont donnés avec le TP). Mais n’oubliez pas qu’il faut avoir 6 rangs pour avoir le sort qui permet de voir et de ressentir les choses au travers de son animal. Par conséquent, tout maître animalier ne sera pas envoyé en mission s’il ne possède pas 6 rangs dans cette liste de sort.

Folies et psychoses : Pour les risques de folie, vous pouvez utilisez les règles du MenC (p.54), sinon vous pouvez imposer un RR sous Em+Em+SD (le bonus) lors des premiers contacts mentaux avec l’animal (lorsque le joueur prend possession du corps de l’animal). Ceci ne sera plus nécessaire après 3 mois d’activité. De gros échecs amèneront les phénomènes de schizophrénie. Par contre, il serait bien d’imposer des RR sous Em+SD+SD lors de situations exceptionnelles comme lorsque l’animal est blessé alors que le joueur le contrôle (il ressent également la blessure). Même chose si l’animal meure ou s’il est malade. Dosez les difficultés en fonction de la gravité de la situation. Les gros échecs au RR risqueront de provoquer l’autisme du maître animalier.

(Librement inspiré de " La belle fauconnière " - M.Z. Bradley)



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.