SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Pendragon > Scénarios > Campagnes > Crépuscule du roi de l’été > La perfide Morgane
Contribuer

Pendragon

La perfide Morgane

dimanche 27 mars 2011, par erwan graugnard

17ème scénario d’une longue campagne se situant à la fin du règne du roi Arthur (544-570). Au cours de l’hiver 544, les personnages feront la rencontre de la sorcière Morgane, Reine de Gorre, demi-sœur du Roi Arthur et membre des Dames du Lac d’Avalon. Cette dernière leur proposera un certain défi...

Introduction

Alors que les personnages sont sur la route avec le jarl Offa, sa compagne Amy et l’escorte de chevaliers fournis par Sir Childebert de Porchester, ils croisent sur la route un étrange équipage !
Sur la route est immobilisé un lourd carrosse surchargé de bagages et visiblement trop lourd pour l’équipage de quatre bœufs qui tentent de l’extraire de l’ornière dans lequel il s’est embourbé.
Les corps sans vie de six hommes d’armes aux couleurs de l’Eglise sont alignés sur le bas coté et un domestique est en train de leur creuser des tombes. Un imposant personnage, rond et court sur patte vêtu de vêtements violet et de mode étrangère est en train de psalmodier devant les morts en levant bien haut sa croix.

A l’approche des personnages, il se retourne et leur présente une face rubiconde marquée par les excès de toute sorte. Il se présente comme étant Selvius Protée, légat du pape venu en Bretagne porter à Dubricus et au Roi Arthur les salutations du nouveau pape.
L’ancien ayant été malheureusement défenestré par le Roi des Ostrogoths après avoir refusé de le couronner Empereur de Rome ! Et, oui, bien sûr que le nouveau pape l’a nommé Empereur !
De toute façon, Romulus Augustule, le dernier héritier du trône des césars, le petit-fils de l’Empereur Lucius tué jadis par Arthur n’a que 1 ans et ne règne que sur sa résidence surveillée à Rome… Sa mère, la fille de l’Empereur n’a que 16 ans et elle est déjà veuve… Son mari était un noble patricien, qui avait fait l’erreur de croire que la milice urbaine pouvait être entraînée comme une légion et résister aux Ostrogoths !

Si les personnages n’interrompent pas l’ecclésiastique dans son discours, il pourrait passer de la politique romaine, aux mœurs dépravés des sénateurs ou à la gastronomie papale… Heureusement, un jeune prêtre qui lui sert de secrétaire lui coupe la parole pour le ramener à l’essentiel. C’est un homme simple et modeste, d’une vingtaine d’années, visiblement lettré et cultivé mais peu à l’aise sur les routes et encore moins dans la forêt dont il contemple l’orée avec une appréhension évidente… Le légat le présente comme étant Septimus, son secrétaire qui vient sur ordre du Pape pour évangéliser les pictes d’au-delà du mur d’Hadrien…

Le légat expliquera enfin que leur convoi a été attaqué par des brigands et que ne serait le sacrifice de ses valeureux gardes pontificaux dont il ne reste qu’un seul survivant, blessé mais en vie, il aurait sans aucun doute, subi le martyr des mains de ces barbares païens !

Le légat utilise donc son statut d’ambassadeur pour exiger que les personnages l’escortent jusqu’à Camelot. Ces derniers s’ils hésitent doivent faire un jet d’Honneur et en cas de réussite doivent accepter la demande du légat. S’ils se proposent spontanément, ils acquièrent une croix d’expérience en Honneur, Loyauté (Eglise) ou en Amour (dieu).
Tout personnage refusant s’attire l’inimité du légat et plus tard de toute l’Eglise Bretonne…

Poursuite du chemin avec le légat

Après avoir été abandonnés, Offa et son escorte qui n’étant pas ralentis par un chariot sont déjà loin sur la route, les personnages auront l’honneur de bénéficier de la compagnie du légat qui se montrera particulièrement suffisant et odieux, critiquant tout et à tout propos et rabaissant les bretons en toute chose. Seul un personnage chrétien et romain bénéficiera de son indulgence !

Heureusement, Septimus se montrera pour sa part un compagnon de route agréable et sympathique qui ne cessera d’interroger les Personnages sur l’île de Bretagne et ses coutumes.

Encerclé par Morgane et les brigands à sa solde

Une petite heure après avoir sorti le chariot du fossé et repris la route, le convoi est soudain encerclé par une vingtaine de brigands menée par une femme magnifique et ensorcelante d’une trentaine d’années. Le visage d’une beauté renversante, une silhouette de rêve drapé dans des vêtements de reine, elle forme avec les brigands sales et sauvages qui l’entourent, un tableau irréel. Elle porte au coté une ceinture de chevalier visiblement trop grande pour elle et garnie d’un fourreau d’or et de pierreries, dépourvu d’épée.

Un jet réussi en Reconnaître à +15 permet de l’identifier comme étant la sorcière Morgane, Reine de Gorre, demi-sœur du Roi Arthur et membre des Dames du Lac d’Avalon.

Un jet réussi en Intrigues à +15 permet de savoir qu’elle a été bannie du royaume par le Roi Arthur après avoir essayé de le tuer à plusieurs reprises.
Une réussite critique permet de savoir que le fourreau vide qu’elle porte au coté serait celui d’Excalibur qu’elle a dérobé à Arthur la dernière fois qu’elle l’a fait prisonnier !

Elle prend alors la parole, d’une voix magnifique et ensorcelante :

« Brave chevaliers de Logres, ne mettez pas vos vie en danger pour défendre ce suppôt de Rome ! Il aurait dû mourir tantôt mais mes hommes (et elle braque un regard furieux sur les brigands qui se mettent à trembler) se sont montrés craintifs… »

Quoi que peuvent vouloir répondre les Personnages, ils ne peuvent s’exprimer à moins de réussir un jet en Réfléchi contre le trait Séduction de Morgane à 25. Et s’ils parviennent à prendre la parole, elle les écoutera avant de poursuivre son discours sans tenir compte de leur intervention.

« Mon frère a bien des talents mais pas celui de voir l’avenir, or je l’ai vu et je sais ce qui va arriver. Cet homme (et elle pointe du doigt le légat suant et tremblant de peur) doit mourir ou de terribles malheurs frapperont la Bretagne ! Car les Dieux me l’ont murmuré dans le chant des sources et dans le soupir du vent ; lorsque cet homme viendra par deux fois à fouler le sol sacré de Bretagne, la mort jaune frappera le peuple et les puissants ! Ainsi ont parlé les Dieux ! »

Puis elle attendra, inflexible, tandis que ses hommes dégageront un passage pour permettre aux personnages de fuir le carnage à venir.

Si les Personnages choisissent de fuir, ils perdent un point d’honneur et acquiert ou augmente la passion Peur des Sorcière.

S’ils choisissent de rester, ils doivent réussir un jet en Valeureux à -5 ou être incapable de répondre à Morgane, effrayés, non par ses hommes qu’un seul chevalier valeureux pourrait mettre en déroute, mais par la crainte des terribles pouvoirs de l’enchanteresse…

Si les personnages parviennent à trouver les mots justes ou réussissent un jet en Eloquence, Morgane prend conscience du coût que pourrait avoir la victoire et leur propose un « jeu ».

Le Jeu de Morgane

D’un geste de la main, elle fait apparaître au milieu des bois un chemin de terre et leur propose le défi suivant.

« Puisque vous voulez défendre le Dieu crucifié, montrez-moi votre valeur sur ce chemin de l’épreuve. Si ne fusse qu’un seul d’entre-vous parvienne à le suivre jusqu’au bout, non seulement je laisserai ce pourceau en vie, mais je ne vous tiendrai pas rigueur d’avoir respecté votre parole !
Mais échouez et peut-être préférerez vous ne jamais sortir de ces bois ! »

La seule chance de sortir de l’impasse sans combattre Morgane et ses hommes, est d’accepter le défi et de le remporter… Morgane et le convoi les attendront ici, à l’endroit qui est tout à la fois l’entrée et la sortie de ce chemin magique… Espérons qu’aucun personnage ne mettra l’Honneur et la parole de Morgane en doute…
Avant de pénétrer dans le chemin, Morgane confiera à chacun des personnages un médaillon en argent portant des symboles anciens, leur demandant qu’ils soient chrétiens ou païens de l’avoir dans leurs affaires sans cela elle ne peut leur garantir de pouvoir quitter sans risque le chemin de Morgane… (en fait il s’agit simplement d’être sur qu’ils l’auront sur eux pour l’épreuve de l’Indulgence).

Le chemin de Morgane

Les valeurs testées sur le chemin sont les valeurs chrétiennes : Chaste, Indulgent, Miséricordieux, Modeste, Sobre. Lors d’un échec à l’une des épreuves, le personnage se retrouve à la sortie du chemin en même temps que les autres quel que soit le nombre d’épreuves réussies ou échouées. Et pour ceux ayant attendu à l’extérieur, il leur semblera que les personnages sortent du chemin moins d’une minute après qu’ils y soient rentrés, grâce à la magie de Morgane

Epreuve de la Miséricorde

Alors que les personnages sont sur le chemin, ils entendent des cris de femme. Ils découvrent alors une jeune femme de noble famille entrain de se débattre entre les bras d’un chevalier en armure. Lorsqu’elle aperçoit les personnages, elles les appellent à son aide…
Si les personnages n’interviennent pas, ils ont échoué à l’épreuve. S’ils interviennent, le chevalier, Sir Blackwell réussira automatiquement ses attaques jusqu’à tuer l’un d’eux puis se fera désarmer automatiquement par l’attaque suivante (ou si les personnages ne l’attaquent pas, il se rendra car il les juge trop nombreux) et leur demandera miséricorde, à genoux dans l’herbe ensanglantée par le corps sans vie de leur compagnon (qui n’est pas réellement mort, mais sortira du chemin magique en même temps que ses compagnons). Il jurera de faire amende honorable et la paix avec ses ennemis si les personnages l’épargnent.

Si les Personnages épargnent le chevalier, ils remportent l’épreuve, s’ils le tuent, ils échouent.

Après avoir remporté l’épreuve, la damoiselle, Dame Lyvie invite les personnages au château de son père où le chevalier les accompagne pour faire la paix avec son ennemi.

Epreuve de la sobriété

Arrivés au château du père de la jeune femme, un petit manoir confortable dans la forêt, les personnages apprennent qu’ils se trouvent sur les terres de la Faë Morgane dans la Forêt de Morgane, non loin de Salisbury. Le chevalier et le père de la jeune femme, Sir Whitestone sont tous les deux vassaux de la Faë Morgane. Mais arrivée au château, Dame Lyvie n’a pas de mot assez dur pour qualifier les personnages qui ont fait preuve selon elle de faiblesse et de lâcheté en laissant vivre Sir Blackwell !

Mais Sir Whtiestone, mécontent, chasse sa fille dans ses appartements et reçoit avec joie la promesse d’amitié de son ennemi, remerciant les personnages d’avoir mis fin à leur lutte sans fin !

Puis ils les invitent à un banquet au cours duquel il les couvre de louanges et boit plus que de raison avec Sir Blackwell, levant de nombreux toasts que les personnages ne devraient pas pouvoir refuser (en leur honneur, en celle de leur hôte, de la Faë Morgane…).

Si les Personnages acceptent de boire autant que leurs hôtes, ils échouent à l’épreuve.
Pour réussir ils doivent trouver un moyen de rester sobre.

Epreuve de la Modestie

Alors que la soirée est maintenant bien avancée, Sir Whitestone passablement éméché se lamente de ne pas avoir de fils aussi fort et courageux que les personnages et il lui prend soudain l’idée de leur offrir la main de sa fille, ses terres et tous ses biens afin de se retirer pour vivre les dernières années de sa vie en tant que chevalier errant !
Si les Personnages acceptent, ils échouent à l’épreuve de la Modestie (telle que la voit Morgane).
Pour réussir, ils doivent refuser cette offre bien trop généreuse…

Le vieux chevalier demandera à tous les personnages et si aucun n’accepte, il proposera alors à Sir Blackwell qui acceptera vivement ! Ils feront ensuite appeler Dame Lyvie et lui apprendront la « bonne » nouvelle. Digne et profondément blessée, elle demandera et obtiendra le droit de se retirer d’autant que le mariage aura lieu dès le lendemain matin afin que les personnages puissent y assister !

Epreuve de la Chasteté

Durant la nuit, alors que les personnages sont guidés par un serviteur jusqu’à leur chambre, la jeune et belle dame Lyvie vient voir chacun des personnages encore présent sur le chemin du plus beau au moins beau.
Avec une franchise désarmante, elle se présente à eux simplement vêtue d’un linge couvrant à peine sa nudité virginale et s’offrira à chacun d’eux.
Elle justifiera son geste en assurant qu’elle préfère le déshonneur de ne pas être vierge à son mariage que de donner sa virginité à un homme qu’elle déteste et méprise et puis comment pourra-t-il s’en plaindre, lui qui sans l’intervention des personnages l’aurait violentée dans les bois…
Elle ne pourrait supporter que sa première fois ait lieu avec un homme si méprisable, sans amour mais sûrement avec violence connaissant les goûts du chevalier Blackwell…

Pour réussir l’épreuve, il faut que le personnage refuse l’offre et chasse la jeune femme de sa chambre. Auquel cas, elle tentera sa chance avec un autre personnage restant jusqu’à avoir été chassée de toutes les chambres…

Epreuve de l’Indulgence

Au petit matin, les personnages sont conviés au mariage de Dame Lyvie et de Sir Blackwell en présence de Sir Whitestone, radieux d’avoir résolu tous ses problèmes en une fois !
Mais alors que Dame Lyvie s’avance vers le prêtre, elle se retourne vers l’assemblée et annonce que le mariage ne peut avoir lieu car elle a reçu un signe la nuit dernière lui demandant de consacrer sa vie aux Dieux…
Sir Whitestone effondré ne peut qu’accéder à la requête de sa fille et l’offrir aux Dieux après s’être entretenu à l’écart et avoir vu le signe des Dieux, qu’à aucun moment les personnages ne devraient voir.
Finalement, Sir Whitestone, demande aux ersonnages, persuadé d’avoir remporté les épreuves du chemin, d’escorter sa fille jusqu’au bout du chemin de Morgane afin qu’elle rejoigne le sanctuaire des Dieux où résident sa suzeraine, dame Morgane. Les Personnages quittent donc le manoir de Sir Whitestone, désespéré qui leur dit adieu en compagnie de Sir Blackwell un peu dépité mais en paix avec son ennemi de toujours.

Tandis qu’ils chevauchent de concert, Dame Lyvie avoue aux Personnages que le signe des Dieux est une invention de sa part, il s’agit du médaillon de Morgane qui était en possession du personnage et qu’elle lui a subtilisé durant sa visite nocturne !
Les personnages réalisent donc qu’elle à menti et elle explique que c’était pour échapper à un mariage forcé et pouvoir vivre sa vie librement en tant que prêtresse ou autre chose selon ce qui se présentera à elle.
Par ailleurs, elle ne sera pas dépourvue puisque son père lui a remis près de 6 £ afin de les offrir aux prêtresses du sanctuaire !

Si les personnages la ramènent chez son père, ils échouent à l’épreuve. S’ils acceptent de l’aider à échapper à ses obligations et devoir pour vivre sa vie, ils réussissent l’épreuve mais perdent un point en Honneur s’ils réussissent un jet dans cette passion.

La sortie du chemin

Alors qu’ils sortent du chemin en compagnie de Dame Lyvie, les personnages retrouvent leurs compagnons morts ou ayant échoué durant le chemin. Chaque épreuve réussie permet de gagner une croix d’expérience dans le trait testé et si un Personnage a réussi le chemin de Morgane, il gagne une croix en Pieux.

Si aucun des Personnages n’a réussi à atteindre le bout du chemin, alors ils découvrent le convoi pillé et ses occupants massacrés à l’exception de Septimus qui respire encore faiblement.
Morgane satisfaite et suffisante, leur remet un bouclier (écu diffamant) à offrir à sir Tristant pour prix de la vie de Septimus. Alors qu’elle s’apprête à partir, Septimus la fixe et les yeux fous, visiblement possédé lui prophétise sa mort prochaine des mains des personnages :

« Par ta foi mauvaise qui te consume, tu perds ami et ennemi mais surtout discernement car en ce jour, ceux que tu épargnes seront les instruments de ta mort prochaine »

Mais Morgane moqueuse, se rira des pouvoirs prophétiques d’un petit moine chrétien et s’en ira en riant, disparaissant dans les bois…

La vérité sur « l’écu diffamant »

Lors de ses aventures en Petite Bretagne, Tristant fut fait prisonnier par magie par Morgane. Elle n’accepta de le libérer qu’à condition de porter « l’écu diffamant » lors du prochain tournoi où il serait invité. Tristant ignorait alors qu’il serait convié au tournoi de Logres… Lors du tournoi, Tristant arborera non pas ses armoiries mais cet écu appelé « l’écu diffamant ». Il représente un chevalier (Lancelot) debout sur la tête d’un Roi et d’une Reine (Arthur et Guenièvre).

Si au moins l’un des personnages a réussi toutes les épreuves, il retrouve ses compagnons et ils sortent des bois en compagnie de Dame Lyvie. Là ils découvrent le convoi qu’ils viennent de quitter avec le légat, Septimus et leurs domestiques peu à l’aise sous le regard cruel de Morgane et de ses brigands…

La Faë ne semblera pas surprise de leur réussite, tout au plus ennuyée :

« Félicitation chevaliers, vous venez de condamner votre peuple et votre royaume à la souffrance, des milliers périront car vous avez choisi de n’en sauver qu’un seul !

Je devrait tous vous tuer (silence menaçant), mais Morgane n’a qu’une parole. »

Morgane demandera alors à Dame Lyviee de la suivre lui disant :

« Tu feras partie de mes suivantes, comme il en devait être de toute éternité, tu manques encore un peu de caractère pour tromper les hommes mais je t’apprendrai… »

Elle se tourne ensuite vers les personnages :

« Aujourd’hui vous êtes vainqueurs mais je ne vous en tiens pas rancune, je vous demande même de porter en mon nom ce bouclier (écu diffamant) à Sir Tristant qui doit le porter pour moi au tournoi du printemps. »

Alors qu’elle s’apprête à partir, lançant un dernier regard méprisant sur les deux romains, le légat tombera subitement à genoux, le visage violacé, l’écume aux lèvres et les yeux révulsé. D’une voix caverneuse et profonde, il s’exprimera alors :

« Par ta foi mauvaise qui te consume, tu perds ami et ennemi mais surtout discernement car en ce jour, tu vois les instruments de ton destin funeste »

Morgane semblera ébranlée et disparaîtra sans un mot, dans les bois avec Dame Lyvie et les brigands.

Septimus portant les premiers secours au légat qui épuisé semble sortir de transe, affirmera que malgré tous ses défauts, Selvius Protée est béni de Dieu car le Saint Esprit parle par sa bouche !
Puis lorsque le légat reprendra suffisamment de force, le convoi reprendra en silence sa route vers la capitale où le légat sera accueilli par le Roi Arthur en personne.
Au récit par le légat de ses aventures, le roi enverra quelques-uns de ses chevaliers à la recherche de Morgane, sa sœur traîtresse mais sans grand espoir et félicitera les personnages pour avoir combattu l’un des sortilèges de sa sœur et déjoué ainsi ses plans malfaisants !

Gloire : 5 points pour avoir escorter le légat, 5 points supplémentaires par épreuves réussies sur le chemin de Morgane.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.