SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Pendragon > Scénarios > Campagnes > Crépuscule du roi de l’été > La poule aux oeufs d’or et la licorne blanche
Contribuer
Les participants

Pendragon

La poule aux oeufs d’or et la licorne blanche

9 votes

dimanche 30 janvier 2011, par erwan graugnard

13ème scénario d’une longue campagne se situant à la fin du règne du roi Arthur (544-570). Au cours de l’automne 544, les personnages vont être confrontés à une mystérieuse poule blanche, ses oeufs d’or, un chevalier noir faërique, une licorne et une riche et belle pucelle...

Une sorcière au bucher…

Alors que les personnages sont sur la route royale qui va de Londres à Camelot, ils traversent le duché de Silchester, sur les terres du manoir de Katwer, lorsqu’ils aperçoivent un incendie dans un village non loin de la route. Sur place, ils découvrent une maison en train de brûler, entourée par une dizaine de paysans hurlant à la mort. Une cinquantaine d’autres se contentent de regarder à distance la scène sans intervenir. C’est à ce moment là que les Personnages distinguent une paysanne d’une cinquantaine d’années et une adolescente qui essaient de sortir du brasier. Les émeutiers s’en prennent alors à elles, leur jetant des brandons enflammés aux cris de "A mort la sorcière !".

Un jet réussi en Vigilance permet aux Personnages d’identifier un prêtre chrétien qui contemple la scène depuis le parvis d’une petite chapelle.

Les personnages devront intervenir par la force car les paysans sont furieux, incontrôlables et semblent imperméable à la logique et persuadés d’agir au nom de Dieu. Lorsque finalement, ils se disperseront, ce sera pour se rassembler autour du prêtre qui les bénira et leur enjoindra de rentrer chez eux.

Une fois sauvé de la mort, la paysanne, une vieille femme aux traits tirés et aux mains calleuses d’une quarantaine d’années et sa fille (11 ans) remercieront les personnages avec effusions.

Si un personnage réussit un jet en Vigilance, il remarquera que la paysanne a les mains couvertes de terre et de suie comme si elle avait creusé dans la cendre (elle a enterré le dernier œuf d’or sous la cendre de l’âtre avant de tenter de sortir).

Le prêtre rejoindra alors le groupe et saluera les personnages, se présentant sous le nom de Père Anselme. C’est un homme fin et sec d’une trentaine d’années au visage avenant et aux mains d’érudit. Il accusera la paysanne d’être une sorcière et de pratiquer la magie noire. Pour étayer son discours, il dira qu’alors qu’elle faisait partie des indigents du village depuis la mort de son mari (un manouvrier travaillant pour un riche paysan), elle a soudain eu les moyens il y a deux jours d’acheter cette maison et de nombreux vêtements. Lorsque les autres villageois et lui-même ont voulu connaître les raisons de cette soudaine richesse, elle a affirmé avoir trouvé de l’or enterré dans les bois. Le prêtre lui a alors enjoint de porter ce trésor au seigneur à qui il appartient de droit mais elle a refusé et l’a menacé. Elle a également frappé et insulté un villageois qui lui a rendu visite la veille. Et cette nuit, un chevalier de l’enfer est venu lui rendre visite. Presque tout le village l’a vu ! Les villageois ont donc décidé de la brûler !

Si les personnages interrogent les paysans et le prêtre, ils obtiendront les mêmes réponses et une description clair du chevalier noir qui est arrivé peu après la nuit tombée, sur une bête noire comme la nuit qui sentait le souffre et dont les naseaux soufflaient du feu. Il est entré dans la maison de la paysanne et en est ressorti avant de repartir au galop vers l’Est.

Si les Personnages interrogent la paysanne, elle mentira dans un premier temps :

  • Qu’est ce que ce trésor ? C’est des pièces d’or qu’elle a trouvé enterrées dans les bois.
  • Pourquoi ne pas les avoir données au seigneur ? Ce que voulait le prêtre c’est qu’elle en donne la moitié à l’Eglise, ce que voulaient les villageois c’est qu’elle partage le trésor avec tout le monde. Celui qui est venu chez elle la veille a essayé de la voler et elle n’a fait que se défendre…
  • Qui était ce chevalier noir ? Elle l’ignore, mais il lui a pris tout l’or qui restait.

Si les Personnages l’interrogent plus fermement en l’absence du prêtre ou réussissent un jet en "Cruel" ou en "Trompeur", ils obtiennent la vérité. Il y a deux jours, alors qu’elle se promenait dans la forêt à la recherche de champignons, elle a aperçu une licorne qui portait sur son dos une poule blanche qui lui picorait les crins ! Alors qu’elle n’osait bouger par peur de les faire s’enfuir, un chevalier noir comme la nuit sur un destrier noir et crachant le feu est apparu et a attaqué la licorne. La créature magique a chassé le chevalier mais blessée est restée couchée à terre. La poule blanche s’est alors enfuie vers la paysanne qui l’a capturée dans son sac à champignons et s’est enfuie avec. Arrivée chez elle, elle a découvert que la poule avait pondue un œuf d’or ! Elle a utilisé l’œuf pour acheter une maison pour elle et sa fille. C’est alors que les autres ont commencé à l’interroger et à la presser. Elle ne savait quoi leur répondre et s’est enfermée chez elle. Mais le lendemain soir du combat entre le chevalier noir et la licorne, le chevalier est revenu et sans prévenir est rentré dans sa nouvelle maison. Il est allé droit sur la cage de la poule et a voulu s’en emparer mais cette dernière dés la porte de la cage ouverte s’est enfuie par la fenêtre, le chevalier noir est alors ressorti et est parti à sa poursuite. La paysanne est restée enfermée chez elle jusqu’à ce que les autres villageois l’attaquent, trop effrayée pour sortir…

Si les personnages soupçonnent que la poule a pondu un deuxième œuf, elle essayera maladroitement de nier avant d’avouer qu’elle a effectivement pondu la veille au matin et que lorsque les villageois ont attaqué, elle a caché l’œuf pour redémarrer une nouvelle vie avec sa fille loin d’ici !

Si les personnages se montrent miséricordieux, ils aideront cette femme a récupéré, sous leur protection, l’œuf d’or (valeur 1£) et l’escorteront elle et sa fille jusqu’à un fief voisin ou une grande ville. Sinon, dès leur départ, elles seront brûlées vives par les paysans et le prêtre mettra la main sur l’œuf en fouillant la maison en ruine.

Gloire : 2 points pour avoir sauvé la paysanne, 5 points supplémentaire pour l’avoir emmener en lieu sûr.

La piste de la poule aux œufs d’or

Si les Personnages décident de suivre la piste de la poule blanche et de son maléfique chasseur, ils devront réussir un jet en "Chasse" pour retrouver les traces du destrier.

Ces dernières les mèneront jusqu’à un bois situé sur les terres du fief voisin d’Oldsource. Le bois est étrangement silencieux et paisible. Pas un bruit d’animal ou un souffle de vent ne troublent la sérénité des lieux. Au gré de leur errance sous les bois majestueux et imposants de la forêt, les personnages découvrent soudainement une clairière baignée de lumière au coeur de laquelle le ciel se reflète dans une étendue d’eau pure. Là au milieu d’une herbe verte et haute souillée par un sang épais, une licorne couverte de son propre sang se meurt. Les naseaux couverts d’une écume rosâtre, la robe maculée de sang, une vilaine plaie au coté, les yeux vitreux, elle lève lentement la tête et semble pointer les personnages de sa corne dorée brillant de mille feux comme pour les menacer ou les inviter à approcher.

Saisis par la beauté humiliée de la fière créature, les personnages s’en approche à pas doux lorsqu’une voix féminine jaillit à leur coté. Tout à coup, des buissons surgit une jeune femme échevelée, ses longs cheveux clairs s’accrochant aux branches basses, le visage d’une beauté angélique aux yeux magnifiquement verts mais ombrés de larmes. La jeune damoiselle, ignorant les personnages, le sang et les déjections s’agenouille dans l’herbe malgré ses vêtements de prix. Se dépouillant de ses bijoux, elle commence à porter secours à la licorne, exerçant avec talent des premiers soins.

Son regard pur et fier semble alors découvrir les personnages. Sans cesser de prodiguer ses soins à la licorne, elle leur enjoint avec une voix noble et habitué à l’autorité de monter la garde, car le chevalier noir peut arriver à tout moment.

Si les personnages lui obéissent, elle soigne la licorne jusqu’à l’arrivé du chevalier noir en utilisant pour cela un linge blanc trempé dans l’eau de la source. Les plaies de la créature magique semblent disparaître... Ils apprendront alors qu’elle se nomme Dame Johanne et est la fille du baron de Blancastel. Depuis sa plus tendre enfance, elle est l’amie de la licorne, gardienne et protectrice de la source sacrée. En rêve, elle a assisté d’une part à son combat contre le chevalier noir pour préserver la forêt et d’autre part à la fuite de la poule. Dès qu’elle a pu échapper à ses dames de compagnie, elle a pris un cheval et a galopé pour lui porter secours.

Alors que les personnages discutent ou font le guet, le chevalier noir apparaît, comme surgi de nulle part, sur les berges de la source, tenant dans son gant la poule blanche qui caquète. D’un cri, Dame Johanne enjoint aux personnages de protéger la licorne qui, inquiète, tente vainement de se relever.

Le chevalier noir avance alors et d’une voix caverneuse ordonne aux personnages de ne pas approcher et de ne pas se mêler de ce qui ne les regarde en rien.

Puis s’adressant à Dame Johanne : " Inutile de la soigner gente dame, cette créature stupide appartient au passé et va périr en même temps que la source de sa magie !" Il dégaine alors son épée et tenant la poule blanche au dessus de la source s’apprête à l’égorger.

Dame Johanne crie alors aux personnages de l’empêcher de souiller la source avec le sang de l’animal.

Chevalier noir

  • TAI : 20
  • DEX : 20
  • FOR : 20
  • CON : 20
  • APP : 20
  • Vitesse : 4
  • Dégâts : 7D6
  • Points de Vie : 40
  • Guérison : 4
  • Blessure Grave : 0
  • Inconscience : 20
  • Chute : 20
  • Armure 18 + bouclier
  • Attaques : Epée 23 / Lance 21 / Dague 10 / Equitation 21
  • Modificateur en Valeureux : -5
  • Traits significatifs : 15 en Valeureux, Cruel, Egoïste et Rancunier *** Le chevalier noir est un chevalier faërique mauvais qui veut s’emparer des pouvoirs de la licorne. Pour cela, il doit verser dans la source, le sang de la poule blanche qu’il a volé au roi des Faës. Tant qu’il tient la poule dans sa main, il ne peut utiliser son bouclier et a un malus de -5 à ses compétences de combat car elle ne cesse de tenter de le mordre et de s’échapper.

Le seul moyen de vaincre le chevalier noir est de lui infliger une blessure grave ou de le tuer, auquel cas, il disparaît dans un nuage de fumée noire et pestilentielle, retournant à la cour faërique.

Gloire pour le vaincre : 100 points.

Victoire !

Lorsque le chevalier noir est vaincu, un rayon de lumière disperse les dernières volutes de fumée et la licorne se relève majestueusement, guérie de toutes ses blessures. Dame Johanne pousse un cri de joie et enlace son ami faërique. Puis la licorne se tourne vers la poule blanche et elles semblent alors échanger l’une avec l’autre. La poule se tourne alors vers les personnages et leur picore gentiment la main avant de pénétrer dans la source et de disparaître dans un rayon de lumière.
Une voix mâle, forte et virile retentit alors dans l’esprit des Personnages qui ont l’intuition qu’il s’agit de la licorne :
" Ne vous inquiétez pas, elle rentre auprès du roi qu’elle n’aurait jamais du quitter ! Il est temps pour vous de quitter cet endroit avec ma bénédiction !"

Les Personnages commencent alors à devenir transparent, disparaissant littéralement dans la lumière, sous le regard reconnaissant de Dame Johanne et celui intemporel et mystérieux de la licorne.

Ils se retrouvent alors à l’orée du bois de la vieille source avec leurs montures. Les personnages gagnent une croix en "Connaissance des Faës" (les licornes peuvent être des mâles et en sont peut être tous… d’où leur goût pour les pucelles !) et une croix en Honneur, Valeureux et Indulgent (les vertus prônées par la licorne et pour lesquelles elle les a béni).

Si les personnages cherchent à retrouver la source, ils fouilleront en vain un bois vide.

Alors qu’ils discutent de leur aventure à l’orée du bois ou fouillent ce dernier, les personnages voient sortir Dame Johanne sur un palefroi de prix aux armes de son père, le baron de Blancastel. Elle les remercie avec émotion de leur aide et avoue que son cœur eut été brisé si elle avait perdu l’amitié de la licorne qui compte plus que tout pour elle. Si le personnage ayant le plus haut score en "Romance" le désire, Dame Johanne le laisse devenir son soupirant. Puis elle demande aux personnages de la raccompagner au château de son père.

Johanne, "la pucelle de blancastel"

Femme Kymrique, païenne, âgée 16.

Gloire : 1.800

Traits : Chaste : 21 / Indulgent : 18 / Généreuse : 17 / Modeste : 16

Passions : Amour licorne : 25 / Amour Famille : 14 / Loyauté Pendragon : 12

Caractéristiques :

  • TAI : 10
  • DEX : 15
  • FOR : 10
  • CON : 13
  • APP : 25

Compétences : Romance : 16 / Courtoisie : 15 / Chant : 14 / Jouer de la harpe : 14 / Composition : 12 / Premiers soins : 12 / Chirurgie : 10 / Gestion : 10 / Industrie : 10

Caractéristique familiale : +1D10 en APP

Dot : Le manoir d’Oldsource en Silchester et 6£.

Remarque : Certainement l’une des plus belles femmes de la cour, Johanne est connue pour sa chasteté et son tempérament prude et réservé. Sa modestie et le mépris qu’elle porte à sa beauté comme le désintérêt qu’elle affiche pour les apparences (vêtements, bijoux…) la font mal voir de la cour, qu’elle déteste visiblement, ne s’y affichant qu’en de rares occasions à la demande de son père. Elle commence toute résistance à un Amour avec +15 en raison de sa volonté farouche de rester pure pour son ami licorne…

Apparence : Dame Johanne est une femme magnifique aux lèvres pulpeuses à la peau fine et délicate si blanche quelle en paraît translucide. Ses manières de femme enfant et sa chasteté enflamment les sens des soupirants.

Gloire : 20 points pour avoir sauvé la licorne.

A Blancastel

Le château de Blancastel, demeure du baron de Blancastel, Sir Armand est une vaste et puissante forteresse dont les murailles de pierres blanches crayeuses ont donné son nom à la famille qu’ils protègent. Le château fourmille de serviteurs et de soldats et à l’entrée de Dame Johanne plusieurs ravissantes dames de compagnies, les yeux rougies par les larmes se précipitent à sa rencontre. Bientôt Sir Armand lui-même apparaît et sermonne sa fille avant de la serrer dans ses bras. Visiblement tout le château est en émoi et une véritable armée se préparait à battre la campagne pour retrouver la Damoiselle. Sir Armand remercie les personnages d’avoir aidé sa fille à revenir saine et sauve au château car le Duché de Silchester n’est malheureusement plus aussi sûr que jadis avec tout les troubles que provoquent les barons rebelles à l’autorité du Roi. Lorsqu’il apprend le motif pour lequel sa fille a quitté si précipitamment le château, il lui sourit et incapable de lui tenir rigueur longtemps, il invite tout le monde à sa table.

Sir Armand est un solide chevalier d’une cinquantaine d’années au port majestueux et noble dont la femme périt en couche lors de la naissance de son dernier fils et qui ne s’est jamais remarié. Courtois et amical, il met les personnages en avant et leur rend le repas agréable, contrairement à sa fille Johanne qui se montre froide et distante sans pour autant être impolie, simplement désintéressée par les hommes de façon général et les personnages en particulier. Seul un personnage ayant développé un Amor envers elle méritera quelques questions et réponses de sa part.

Les autres membres de la maison du baron alimentent des discussions très variées sur la courtoisie et la romance qui semblent avoir leurs lettres de noblesse en ces lieux. Cependant tous s’inquiètent à divers titres des troubles dans le duché et ne comprennent pas pourquoi les autres barons ne reconnaissent pas les prétentions légitimes du baron au siège de duc. En effet, son épouse est la nièce du Duc Ulfius et lui-même en sa jeunesse fut l’un de ses sénéchaux !

Les fils de Sir Armand sont là avec leurs amis et chevaliers : Sir Aeril de Blancastel (né en 522) son fils cadet est un beau jeune homme habillé, coiffé et parfumé à la dernière mode de la cour. Entouré de jeunes chevaliers aussi courtois et intéressés par la cour que lui, il passe visiblement son temps à la cour de Camelot et se désintéresse des affaires du duché. Il est fier et peu accessible aux personnages à qui il n’adressera la parole qu’à condition d’avoir plus de 2500 points de gloire.

Son frère aîné, l’héritier de leur père, Sir Beaufis (né en 520) est un homme grand, solidement bâti et gracieux. Gestionnaire avisé et au fait des intrigues, il se montre intéressé par les personnages et leur posera de nombreuses questions sur la cour, leur seigneur, leur tâches et aventures. Si les personnages n’y font pas attention, il devrait les pousser à laisser échapper des informations qu’ils comptaient garder pour eux.

La soirée se termine fort agréablement avec la venue d’un ménestrel contant l’histoire d’une noble damoiselle de Silchester refusant l’amour d’un être faë et condamné à errer à jamais sous la forme d’une blanche biche à travers les bois tandis que le fief de sa famille était englouti par la forêt.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2014 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.