SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Pendragon > Scénarios > Campagnes > Crépuscule du roi de l’été > Les chevaliers de la Reine
Contribuer

Pendragon

Les chevaliers de la Reine

dimanche 30 janvier 2011, par erwan graugnard

14ème scénario d’une longue campagne se situant à la fin du règne du roi Arthur (544-570). Au cours de l’hiver 544, les personnages vont être invités à faire preuve de talents chevaleresques et d’esprit au cours du tournoi des chevaliers de la Reine et peut être avoir l’honneur de rejoindre les rangs de ces chevaliers prestigieux !

Les chevaliers de la Reine

Alors que l’hiver recouvre la Bretagne de son blanc manteau et que le pays semble vivre au ralenti, le Roi Arthur tient sa cour d’hiver en sa bonne ville de Camelot. La présence de la Reine Elaine de Garloth, demi-sœur du Roi et d’un certains nombre de chevaliers calédoniens, un peu "rustiques" donne une ambiance particulière à la cour… La reine Guenièvre désireuse de faire progresser les notions d’amour courtois de par le royaume décide de profiter de l’occasion pour fonder un nouvel ordre de chevalerie, "Les chevaliers de la Reine" qui rassemblera pour une année les chevaliers "les plus courtois de la terre" ! Avec l’accord du Roi Arthur, elle organise une série d’épreuve ayant pour but de sélectionner ses premiers chevaliers.

Les devoirs des chevaliers de la Reine :

- Servir la Reine Guenièvre lors des trois jours durant lesquels sont choisis les nouveaux chevaliers.
- Être à la disposition de la Reine et de ses servantes courtoises (ses dames de compagnie)
- Respecter les règles de l’amour courtois en toute occasion.
- Porter secours et assistance aux autres membres de l’ordre.
- Porter l’insigne de l’ordre, une rose blanche.

Le Festin de présentation

La nuit précédant le concours, tous les candidats seront invités à un festin en leur honneur. Plusieurs centaines de chevaliers y assisteront. Leurs écuyers les attendront placés à des tables ordinaires. Les règles de préséance n’ont pas cours à ces tables, tous les chevaliers étant considérés comme égaux face à l’amour. La table d’honneur est occupée par la Reine en personne accompagné de plusieurs chevaliers réputés pour leurs exploits romantiques et choisis par elle comme juges et membres de droit de l’ordre. Il s’agit de Sir Tor (gloire 8450), Sir Kalahard (gloire 7830) et Sir Amren (gloire 9250), tous les trois chevaliers de la table ronde.

La Reine se lèvera pour expliquer les règles du concours : " Les règles de ce concours sont simples. Demain matin, les Dames de la cour d’Amour et les chevaliers ici présents (elle désigne les trois juges) viendront vous voir. Chacun d’eux recherchera un trait de caractère que je désire. Certains vont simplement vous poser une question. D’autres vous demanderont de vous mesurer à un autre candidat alors que d’autres se contenteront de vous observer. Je vous souhaite bonne chance à tous et puisse l’Amour éclairer votre cœur. "

Elle se retirera ensuite et les serviteurs serviront alors un très bon vin. Les personnages devront faire un jet en "Sobre" pour ne pas en abuser.

Le premier jour du concours

C’est l’aube. Tous les personnages doivent faire un jet en énergique. Appliquez un modificateur de -5 si le trait "Sobre" de la veille à été un échec critique. Un échec indique un retard, un échec critique indique que le personnage rate la première épreuve et se trouve donc éliminé. Tout le monde est dehors dans la cour de la Reine aux murs blancs. Les braseros installés partout apportent une chaleur agréable. Des serviteurs servent du vin chaud, des soupes et des viandes. Cette première journée a pour but de permettre aux juges de mieux connaître les participants.

Sir Tor, 26 ans, un bellâtre très connu et toujours vêtu à la dernière mode s’approche des Personnages. Il porte des chausses moulantes rayées de rouges et de jaunes et une cotte hardie bleue et blanche décorée de nombreuses pièces de tissus multicolores. La queue de son chaperon est si longue qu’elle touche le sol et sa moustache est mise en forme à la cire. Il entamera une discussion sur la mode et demandera aux Personnages ce qu’ils pensent des dernières modes de la cour. Des jets en Romance et en Sincère sont nécessaires

Intrigue : Sir Tor est connu pour avoir cocufié la moitié des chevaliers de la cour et pour aimer autant les jeunes femmes que les jeunes hommes.

Romance : Sir Tor pèche par excès car ses amours devraient rester purs pour être vraiment courtois.

Sir Kalahard, 40 ans, s’avancera plus tard vers le groupe. Plusieurs serviteurs et écuyers le suivront avec des tableaux de Tabula, plusieurs petites tables et des chaises. Après avoir salué les personnages, il leur demandera de lui montrer leur maîtrise du Tabula en s’affrontant les uns les autres devant lui.
Le Tabula est un ancêtre du jacquet appelé "Ludud duocedim Scriptorium" par les romains (jeu en douze lignes). Les personnages s’opposeront avec la compétence Jeu. Pendant la partie, Sir Kalahard, un homme plutôt sévère et distant d’une quarantaine d’années interrogera les personnages sur leurs exploits.

Intrigue : Sir Kalahard est connu pour sa passion du jeu et ses nombreuses maîtresses dont les gages d’amours et les largesses permettent à cet éternel célibataire de payer ses dettes de jeu.

Romance : Sir Kalahard est connu pour ne jamais avoir embarrassé aucune de ses amantes (homme très discret, amour platonique mais enflammé…)

Sir Amren, 42 ans, s’approche des personnages. C’est un homme mûr vêtu à la dernière mode et d’une grande élégance. C’est un homme courtois et distingué connu pour son succès auprès des femmes, succès accru par sa réputation de veuf inconsolable ! Il interrogera les personnages sur des cas d’école de "romance" et de "courtoisie"

Intrigue : Sir Amren est veuf mais est connu pour être l’un des rares chevaliers de la cour à avoir réussi à séduire une dame Sidhe. Malheureusement morte dans des circonstances troubles en rapport avec Sir Bruce sans Pitié. Depuis Sir Amren est l’un des chevaliers les plus courtois qui soit mais n’aurait jamais plus touché une femme et se consacrerait à l’éducation de sa fille unique. Il possède le château de Lovecastle en Essex.

Romance : Sir Amren est le chevalier courtois idéal et pour preuve, il porte l’épée de cœur, un ancien artefact que seul le champion du " fine amor " peut porter.

La journée s’achèvera par un banquet de grande qualité mais où seuls seront présents les participants.

Le deuxième jour

Au matin, les chevaliers seront rassemblés dans un grand pré enneigé au sud de Camelot. Le concours de la journée portera sur la Fauconnerie. Les fauconniers royaux sont présents avec de nombreux assistants. Ils proposeront à chaque chevalier le choix entre un Autour et un Gerfaut. Un jet en Fauconnerie réussi indiquera au personnage que le Gerfaut est préférable car c’est un oiseau des plaines.

Plusieurs dames de la cour d’Amour de Guenièvre arriveront alors montées sur des palefrois et portant des Emerillons (petits faucons pour la chasse aux étourneaux ou petits oiseaux…). Chacune partira alors à la rencontre de l’un des chevaliers présents et tous partiront en chasse. La matinée est claire et radieuse.

Les personnages devront réaliser un jet en Fauconnerie avec un -5 pour ceux ayant choisis un Autour. La relation entre homme et femme est animée de conversations, de bavardages et de rires. Pour se divertir, ces dames veulent entendre les chevaliers raconter une histoire durant laquelle les chevaliers se sont montrés généreux (jet en Eloquence et en Généreux).

En fin d’après midi, les chasseurs se reposeront et mangeront. L’une des dames voudra entendre une chanson et un concours de chant sera ouvert (Jet en Chant). La Dame dirigeant la chasse décidera alors que la chasse est terminée et qu’il est temps de danser. Des serviteurs s’approchent alors avec des instruments et commencent à jouer une gigue entraînante tandis que dans l’herbe beau damoiseau et damoiselles commencent à sautiller (jet en Danse).

Après environ deux heures, un chariot remplis de tonneaux de vin arrivera et un instant de confusion se produira lorsque tout le monde assoiffé par l’effort se dirigera vers lui. Les personnages doivent faire un jet de courtoisie. En cas de réussite, le chevalier adopte une attitude correcte et laissera les dames se servir en premier lieu. Un chevalier proche se montrera cependant discourtois et une dame interrogera un des personnages sur ce qu’il pense de cette attitude (Jet en Indulgent).

Après s’être rafraîchie, la troupe se préparera à rentrer. Sur le chemin du retour, les dames discourront avec les personnages et leur demanderont leurs avis sur l’histoire suivante : " Un chevalier voyage dans le pays et il a très faim. Il voit une poularde bien grasse, la tue et s’en nourrit. Elle appartient à l’un des chevaliers de sa mesnie qui lui demande une compensation. Dois-t-il payer ? "

Un jet en Juste permet de déterminer que la poularde n’ayant pas été reconnue et existant à l’état sauvage, le chevalier n’est pas tenu de payer la compensation. Une réussite critique permet de préciser que cependant le chevalier doit payer si le moindre indice (localisation, poularde anormalement grasse pour une bête sauvage) laisse entendre qu’il se doutait que la poularde appartenait à quelqu’un.

Cette journée se terminera par un autre festin dans une des cours mineures de Camelot. Les dames de la Cour d’Amour de la Reine et plusieurs chevaliers célèbres y participeront. Chaque participant sera invité à parler de ses exploits (jet en Eloquence, en Valeureux et dans un autre trait relatif à l’histoire contée). La soirée se terminera après que chaque participant ait joué de la harpe (aucun autre instrument ne sera toléré).

Le troisième jour

Le lendemain, chaque chevalier devra se trouver dans la cour, armé du mieux qu’il le peut. Les juges passeront parmi eux et examineront les chevaux et l’équipement. On s’attend à ce que chacun soit aussi bien armé et équipé que possible. Les participants seront alors opposé dans des défilés de palefroi (Jets en Courtoisie et Equitation) avant de se voir servis des tourtes froides et du vin chaud pour déjeuner.

Après cette collation, les chevaliers devront raconter une histoire vécue dans laquelle leur confiance a été mise à l’épreuve (Jet en Eloquence et en Confiant). Puis ils seront interrogés sur leur connaissance en Tournoi (Jets en Tournoi et Héraldique). Enfin les dames de la cour leur poseront des questions théoriques sur la façon d’agir des amoureux (Jets en Romance et en Miséricordieux).

Un festin se tiendra ensuite au cours duquel les finalistes seront nommés. Un seul d’entre eux pourra rejoindre les chevaliers de la Reine et les finalistes s’affronteront donc à la joute pour se départager. Le vainqueur rejoindra les chevaliers de la Reine et recevra en don pour une année le fief "le don de la Reine" situé dans le sud du duché de Silchester à proximité de Camelot (revenu 6£).

Sir Amren présidera le jury et aidera et conseillera avec sympathie tous les participants. Un bonus de +1 à son jet sera autorisé à tout joueur à qui il prodiguera ses conseils.

Au cours de la journée, les personnages pourront assister à une altercation entre Sir Amren et Sir Guerrehès d’Orcanie, le plus jeune frère de Gauvain. Ce dernier alors qu’il contait une histoire dans laquelle sa confiance a été mise à l’épreuve et le mettant en scène avec une vierge et une licorne s’est soudainement mise en colère lorsque Sir Amren après avoir plusieurs fois souri durant son récit s’est penché pour murmurer quelques mots à l’oreille de la dame présidant le jury, la faisant pouffer avant de se détourner. Le chevalier d’Orcanie vexé dans son amour propre l’a alors interpellé, le sommant de révéler publiquement les moqueries qu’il se permettait à son encontre. Sir Amren a refusé avec un sourire précisant que ce qui se dit entre un homme et une femme doit rester du domaine du secret, précisant que tout véritable chevalier courtois non seulement savait cela mais aurait évité de poser la question… Cela finit de mettre en rage Guerrehès qui interpelle Sir Amren en le mettant au défi. Ce dernier, un peu peiné, répondi en faisant valoir que ses sourires ne provenait que de sa surprise d’apprendre que Sir Guerrehès avait été capable de toucher une licorne alors que chacun sait que seuls les vierges (homme ou femme) peuvent y parvenir et que compte tenu de sa réputation, il était encore une nouvelle victime des calomnies entourant la luxure du clan d’Orcanie. Gerrehès rougit alors. Mais si cela convient à Gerrehès, il est prêt à lutter pour l’amor pour clore la question.
C’est alors que Sir Agravain s’approche de son frère et lui chuchote quelques mots à l’oreille. " J’ai une meilleur idée " intervient alors le jeune homme, " plus en accord avec l’esprit de ce tournoi, puisque c’est d’une licorne qu’il s’agit, j’ai entendu dire que Sir Bruce Sans pitié possédait une corne de licorne qu’il prit sur la dépouille insane de sa pauvre victime…. Celui de nous deux qui la ramènera ici avant le prochain concours de la reine l’emportera et le perdant devra lui présenter des excuses ".

Les personnages verront Sir Amren se raidir, blêmir et accepter le défi par ses mots : " J’accepte mais vous n’avez aucune idée du mal que vous allez provoquer ! ". Mais Sir Guerrehès félicité par ses frères et ses compagnons rejoint déjà la foule des spectateurs sans plus l’écouter. Un chevalier proche de Sir Amren l’entendra dire à la dame du jury : " Avec tant de vices et de vertus, ces fils de Lot sont comme le feu et la glace, on ne sait jamais ce qui en sortira, le pire ou le meilleur ! "

Intrigue et Connaissance des Faës : La défunte épouse de Sir Amren était appelée " La dame à la Licorne " et pouvait prendre l’apparence de cet animal. Elle fut tuée jadis par Sir Bruce sans pitié qui la convoitait mais ne put l’avoir. Elle aurait maudit son meurtrier.

Chaque croix d’expérience acquise durant le tournoi pour un trait de personnalité de la colonne de gauche rapporte deux points. Chaque double croix rapporte 4 points. Pour chaque croix près d’une compétence un point, pour chaque double croix, un point de plus. Rajouter au total la Gloire divisé par cent. Tout chevalier dont le total est de 35 ou plus est admis parmi les chevaliers de la Reine.

Gloire : Pour avoir participé, 20 points, pour devenir chevalier de la reine 60+2D20 points, pour obtenir le fief le don de la reine, 20 points supplémentaires.

Rumeurs à la cour

- Le duché de Silchester a sombré dans l’anarchie, les nobles rassemblent des armées pour s’affronter et Arthur ne pourra que confirmer le vainqueur dans son titre s’il ne parvient pas à restaurer l’autorité royale. Le bailli Adrien risque sa place s’il ne parvient pas à rétablir l’ordre….
- Pour la première fois depuis des années, l’évêque Gracien de Norwich est venu assister au concile des évêques à Londres sous la direction de Dubricus, archevêque de Londres et vicaire de Bretagne !
- Le comte Gondrins de Salisbury aurait été éconduit par Sir Boso, le protecteur du Rydychan dans sa demande de rencontrer la comtesse de Rydychan, Dame Hélène. Cela ne s’arrêtera pas là !
- L’amiral Childeric s’est vu refusé les nouveaux crédits réclamé pour augmenter la flotte royale. Il crie haut et fort que le royaume est vulnérable alors que le roi Arthur estime que la flotte est suffisante pour défendre les côtes bretonnes…



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.