SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Pendragon > Scénarios > Campagnes > Crépuscule du roi de l’été > Satan à St Mary-le-Bow
Contribuer

Pendragon

Satan à St Mary-le-Bow

mercredi 7 juillet 2010, par erwan graugnard

Deuxième épisode de la campagne, au printemps 544. Un meurtre à caractère politique maquillé en suicide.

Introduction

Les Personnages sont chargés par sir Keu, le sénéchal, d’enquêter sur la mort d’un échevin de Londres, Lawrence Ducket, orfèvre de son état. Il se serait suicidé en l’église de St Mary-le-Bow après avoir assassiné un certain Ralph Crepyn, un homme du peuple également échevin et usurier. Ducket est un partisan du roi Arthur, mais Crepyn est un ancien partisan du roi Lot, et ils s’affrontaient souvent au conseil de la ville.

D’après l’enquête du guet, dernièrement Crepyn avait prêté une forte somme à la sœur de Ducket, à un taux si fort qu’elle ne put payer et qu’il lui proposa de coucher avec lui pour réduire le taux. C’est lorsqu’il s’en vanta par toute la ville que Ducket le tua. Il fuit ensuite à l’Eglise de St Mary-le-Bow et s’y réfugia. Le prêtre le laissa rentrer et partit chercher le guet, qui se posta à l’extérieur, attendant le lever du jour.
A l’aube, le prêtre découvrit le suicide. Cependant le guet découvrit dans les papiers de Ducket une référence à un complot contre le roi, ce qui les a incités à prévenir la chancellerie…

Lors de leur entretien avec Keu, le sénéchal leur fait bien comprendre qu’ils les considèrent comme des agitateurs et qu’ils espèrent ainsi les éloigner quelques temps de Camelot et des neveux (clan d’Orcanie) du Roi. Si on lui demande en quoi la présence de chevaliers est nécessaire sur cette enquête sur la mort d’un vilain, il répondra que la présence de chevaliers n’est pas nécessaire mais celle de clercs royaux oui, à partir du moment où le meurtre implique le roi Arthur !

Personnages

Roger Bellet, recteur et prêtre de l’Eglise de St Mary-le-Bow, est un grand homme sec et décharné. Il porte une barbe rase, des cheveux rares, et provoque un sentiment d’aversion.
Il explique rapidement aux Personnages comment le suicidé s’est pendu et dans quel coin obscur de l’église il s’est procuré la corde, au milieu d’un tas de cordages, certains pourris et d’autres neufs, servant à équiper les cloches. Il confirmera avoir enfermé à clé la victime avant d’être allé chercher le guet.

Padget le coroner (médecin légiste) signalera que le cadavre présentait tous les signes d’une pendaison et aucune trace de violence. La seule inconnue consistait en quelques fils de soie noire pris dans la corde, et des bleus en haut des bras visiblement postérieurs à la mort, dus selon lui aux personnes qui le dépendirent.

Jeanne Ducket, la sœur de Lawrence est une belle femme d’une trentaine d’années aux manières arrogantes, veuve de son époux décédé à la guerre. Elle ne cache pas que même si elle partageait la même demeure que son frère célibataire, ils ne s’aimaient point, et il lui refusait le loisir de vivre la vie mondaine à laquelle elle aspirait.
Elle confirmera la véracité de l’histoire du chantage, mais affirmera que ce n’est pas pour venger son honneur que son frère a tué Crepyn, qu’elle hait visiblement. Elle apprendra aux Personnages que son frère était célibataire car il n’aimait pas les femmes, mais que l’une d’elles, une ignoble débauchée du nom d’Alice Atte Bow, en saurait plus. Elle était en effet la maîtresse de Crepyn et c’est à elle qu’il raconta les choses abjectes qu’il lui imposa et qui se chargea de les colporter.

Alice Atte Bow, superbe jeune veuve d’origine galloise possédant une vaste taverne héritée de son époux, un vieux et riche marchand décédé peu après leur mariage. De petite taille mais belle, envoûtante et manipulatrice, elle ne cache pas avoir été l’amie des deux morts qui venaient souvent manger à sa taverne, mais elle n’a jamais couché avec l’un d’eux. Elle porte des gants en soie noire et cherche à adopter les airs d’une dame avec succès.

Peter le portier, un géant méchant et inquiétant qui sert de garde du corps et de gardien à Alice Atte Bow, est un ancien bourreau renvoyé de son office pour avoir dépouillé ses prisonniers et forcé leurs épouses à supporter ses avances.

Simon, un jeune prostitué qui travaille dans le bordel secret où Ducket se rendait pour assouvir ses envies. Il a su où se terrait Ducket après le meurtre et l’y a rejoint, mais ce dernier a refusé de fuir et l’a caché dans un coin de l’église lorsque les tueurs sont arrivés. Ils étaient habillés de noir, le visage masqué, et étaient guidés par un géant et un nain (Alice Atte Bow). Simon s’est enfui par une petite fenêtre après le meurtre.

Interludes

- Les personnages surprennent lors de leur enquête un puissant personnage et son escorte en visite incognito dans les bouges de la cité. Il s’agit du Roi Marc de Cornouailles, venu secrètement rencontrer Amaury de Craon, l’envoyé du Roi Claudias de France. Les joueurs pourront reconnaître un des chevaliers de l’escorte d’Amaury à son teint blême et ses blessures, il s’agit du chevalier blessé rencontré tantôt à la cour.

- Quelques jours après cette rencontre, tous les chevaliers reçoivent l’ordre de se saisir du Roi Marc s’ils sont amenés à le rencontrer, et à l’amener devant le Roi Arthur.

- Les personnages rencontrent au hasard de leurs pérégrinations un barde juif nommé Zimrane « voix d’or ». Âgé d’une trentaine d’années, cet occitan est un barde de talent et de renom, connu pour ses vêtements luxueux (7£) d’antique facture et la beauté comme la qualité inestimable d’une lyre ancienne (30£ !).
Un jet réussi en composition permettra au Personnage de remarquer que non seulement la lyre est d’une richesse et d’une qualité inégalée, mais qu’elle semble également très ancienne et surtout dotée de 9 cordes alors que les lyres les plus complexes n’en ont que 7.
Il pourra aider les personnages s’il les prend en sympathie en leur donnant des pistes entre autre dans la vie nocturne et secrète de la cité. Il leur expliquera à cette occasion qu’il était prédestiné à chanter puisque son prénom signifie « Chanteur » dans la langue des Justes !

Solution

Le Cercle est une organisation secrète londonienne de païens, qui lutte contre l’influence grandissante du christianisme sous le règne d’Arthur, sous les ordres de la très secrète « Dame à l’Anneau » (voir printemps 545).
Ses membres veulent assassiner le primat Dubricus de Bretagne lors d’une grande cérémonie annuelle, au cours de laquelle il traverse la cité en pénitent, et comptent utiliser les armes cachées entre autres dans le cimetière de l’Eglise St Mary-le-Bow pour provoquer un soulèvement.

Pour cela il leur faut de l’argent, beaucoup d’argent, et Crepyn, l’un des membres du Cercle, rançonne les notables et marchands de la cité pour financer son mouvement. Il faisait chanter Ducket en le menaçant de révéler les turpitudes de sa sœur à tous...
Ducket, las de payer, tenta de faire cesser Crepyn en menaçant de le dénoncer s’il ne cessait pas son chantage, et il a été supprimé.

Là-dessus, les personnages entrent en jeu et découvrent le pot aux roses, envoyant la secte au gibet. Cependant, même si les meneurs sont arrêtés, Alice Atte Bow armée d’un arc cherchera à assassiner Dubricus du haut du clocher de l’église lorsqu’il passera à proximité… Les joueurs parviendront-ils à arrêter une faible femme ?
Le sénéchal, malgré son mépris évident pour les personnages, ne peut que convenir qu’envoyés enquêter sur un simple meurtre, ils ont su déjouer une menace majeure contre la couronne !

A aucun moment les personnages ne doivent savoir que la dame à l’anneau est derrière ce complot visant à déstabiliser le royaume d’Arthur. Le seul membre du Cercle à connaître son implication est Alice Atte Bow, qui mourra sans rien révéler.
Les personnages ne doivent pas parvenir à la capturer vivante et le seul indice qu’elle leur laissera sera sa tentative dans son agonie de se saisir d’un carré de soie noir dans lequel est enveloppé un simple anneau d’or, et ses paroles dans un dernier souffle : « Pardon… J’ai échoué… Ma Dame… »

Gloire : 50 points pour résoudre l’affaire, 25 points pour empêcher l’assassinat du primat.

Cette campagne a été créée et jouée au sein du club de jeux de rôle Le Cercle Fantastique de Maisons-Alfort. Plus d’infos sur http://www.cerclefantastique.fr/



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.