SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Point zéro > Aides de jeu > Révélations > LE RESEAU MONDIAL
Contribuer

Point zéro

LE RESEAU MONDIAL

LES HACKERS

mardi 2 juin 2009, par Twinky

LES HACKERS

"Le 3 février 3169, le système de sécurité informatique du siège des SSE basé à Tyrse, l’un des plus fiables qui soit au monde, a été piraté. Les intrus ont eu accès à de nombreuses informations confidentielles, y compris les dossiers des Banques Génétiques Egidéennes, immenses fichiers ou sont stockés l’intégralité des séquences ADN de chaque citoyen. Il n’y a eu aucune revendication de l’intrusion sur le Réseau, ce qui laisse penser à une action commanditée, et non à l’exploit d’un hacker isolé...

La libre circulation de telles informations et les possibles dérives qui en découlent font froid dans le dos... Nous savons par exemple que la technologie du clonage est maitrisée par certaines superpuissances.

A l’heure actuelle, l’information est tenue confidentielle. Et elle le sera tant que les fichiers n’auront pas été récupérés... ou utilisés."

Extrait d’un briefing des Sections Spéciales d’Enquète. Officier Doyle Rhys, 3169.

Le Réseau est un univers à part entière, ou se rencontrent, discutent et vivent des millions d’individus. C’est un monde quasi-virtuel ou transitent des quantités inimaginables d’informations. Et c’est le paradis des hackers, les véritables maîtres du Réseau.

L’histoire d’un pirate informatique sur Aurilla n’a rien d’original : des heures passées à briser des codes, à télécharger des informations, souvent pour la gloire, parfois, pour les plus doués d’entre eux, par contrat, à la demande de corporations ou, plus rarement, de gouvernements. Les vrais génies sont de parfois recrutés de force dans certaines organisations. Rien de bien original en somme.

Rien d’original non plus parmi les légendes qui courent sur le Réseau : on effraye souvent les nouveaux venus avec l’histoire de ce hacker qui aurait réussi à y transférer son esprit pour échapper à ses poursuivants, quels qu’ils soient, corporation ou gouvernement. Certains racontent même que l’on peut parfois le rencontrer, errant dans les limbes du Réseau. On évoque de temps en temps les systèmes de sécurité corporatistes, capables, selon la légende, de griller le matériel informatique de quiconque tenterait une intrusion. On se remémore aussi parfois le virus " Unita ", qui provoqua le crash informatique mondial en 3144, et dont certains hackers se cassent encore la tête a essayer de déchiffrer le code.

Et pourtant, l’univers des hackers est parfois riche de détails troublants...

Le virus " Unita " justement : depuis plus de trente ans, et même si tout programmeur digne de ce nom s’est au moins une fois penché sur le problème, personne n’a encore réussi à comprendre son mode de propagation. Très certainement parce que le code du virus est incomplet...

Incomplet ?

Oui. " Unita " semble avoir été conçu uniquement dans le but de saturer le réseau en un temps record, puis de s’autodétruire, ne laissant derrière lui qu’un support informatique vierge de toute donnée à l’exception de quelques traces rémanentes de son passage. Ce sont sur ces bribes du code originel que planchent depuis trente ans des générations de hackers. Et c’est à peu près aussi facile que de reconstituer un puzzle avec la moitié des pièces, les yeux bandés et les mains attachées dans le dos.

Nombre d’hypothèses ont couru sur l’origine du virus et sa finalité : certains pensent qu’un programmeur génial en est l’auteur, et l’aurait lancé sur le réseau pour prouver ses capacités. Pourtant, personne n’a jamais revendiqué la paternité du virus. D’autres pensent à un acte terroriste visant à destabiliser l’économie mondiale, mais encore une fois, aucune revendication n’a jamais été faite. Les plus paranoïaques, et certainement les plus proches de la vérité, pensent que le virus a été lancé par une corporation ou un gouvernement. Certaines constatations viennent étayer cette hypothèse : il semble en effet probable que seule une superpuissance ait eu les moyens de lancer une telle offensive, et surtout le semi-crach boursier et les conséquences économiques qui s’ensuivirent furent particulièrement profitables à certains secteurs d’activité, tandis que d’autres, comme la sécurité informatique, l’aérospatiale et toute entreprise liée de près ou de loin au Réseau, voyaient leur indice de confiance en chute libre. Suite au black-out, les investissements se gelèrent d’eux-mêmes durant des mois, à tel point que la bourse faillit s’effondrer.

Finalement beaucoup s’interrogent de savoir à qui à bien pu profiter le virus.

Et la réponse, un jeune hacker justement, l’avait peut-être. En 3151, " Led ", puisque tel est le nom sous lequel il se faisait connaître sur le Réseau, décida de s’attaquer, non pas au code du virus, mais à sa signature, sorte de "marque de fabrique" du programme. Ce travail de longue haleine le conduisit à comparer le virus et un nombre incalculable de logiciels divers, parfois confidentiels. Et, ironie du sort, il découvrit, plusieurs mois plus tard, des similitudes troublantes avec un programme extrêmement banal : un logiciel prédictif...

Led entrevit alors la partie émergée d’un immense complot : Macrolab était-elle à l’origine du Virus ? C’est en tous cas ce que sa découverte suggérait... et pourtant Macrolab fut la première à souffrir du black-out. Alors ? Quelqu’un tentait-il de faire de cette corporation un bouc émissaire ? Qui ? Et pourquoi ? Il fit part de sa découverte sur le Réseau, mais elle fut rapidement noyée dans la masse des théories conspirationistes abracadabrantes…

Cependant, Led se rendit très vite compte que ses révélations n’étaient pas passées inaperçues pour tout le monde : peu de temps après la divulgation de ses découvertes, son compte en banque fut bloqué, puis purement et simplement effacé. Très rapidement, Led s’aperçut que toute trace informatique de son existence était progressivement en train de disparaître : permis véhiculaire, identifiant, etc... En l’espace de quelques jours, Led pris conscience avec effroi qu’aux yeux du monde entier, il n’existait plus : s’il disparaissait, personne n’en saurait jamais rien. Paniqué, il s’empara des quelques preuves qu’il avait réussi à accumuler et prit la fuite. Quelques heures plus tard, son appartement se désintégrait dans une explosion "accidentelle".

Led est maintenant un fugitif, traqué par une puissance qui ne veut surtout pas voir ces informations révélées au grand public. Et le hacker est d’autant plus dangereux qu’il a encore les preuves en sa possession...



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.