SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Polaris > Aides de jeu > Nations, factions & organisations > Gaia
Contribuer

Polaris

Gaia

mercredi 26 décembre 2012, par rodi

Gaia est une organisation éco-terroriste située en Alliance Polaire. Vous pourrez cependant avec un minimum de travail la placer n’importe où dans les fonds sous marins. Elle prône un retour à la surface qu’elle pense possible grâce au Polaris et souhaite y mettre en place une société égalitaire... Au moins, dans le principe...

Origines et idéologie

Le mouvement Gaia a vu le jour dans les bas fonds de Iagna en Alliance Polaire. Tout a débuté quand un scientifique de talent, le professeur Jakob Burckardt, s’est rendu dans les niveaux inférieurs de la station pour prélever un champignon destiné à ses recherches.

Botaniste de talent et à l’origine de création de plantes transgéniques, le professeur Burckardt était alors un espoir pour la station, mais aussi pour la nation entière, grâce à ses travaux sur des plantes permettant, à très long terme, une reconquête de la surface.

Heurté par ce qu’il vit ce jour là et par la grande détresse des habitants déshérités Burckardt, décida de tout abandonner afin de s’occuper de ses malheureux mendiants, exclus et mutants repoussés vers les tréfonds de la civilisation. Il organisa donc sa propre mort à l’aide d’un de ses étudiants, Suliman Tedorov, et disparu officiellement le 13 septembre 552 ! Tedorov parvint à garder le secret avant de lui même mourir d’une épidémie de grippe bleue en 557. Le secret de Jakob, comme on l’appelle maintenant, est donc très bien gardé.

Les premiers mois de clandestinité furent difficiles, car l’ancien scientifique venait de perdre la femme qu’il aimait. Ce deuil est probablement une des explications à son départ et à la mise en scène morbide de sa propre mort... Mais, ce ne sont là que supputations... Il fallut d’abord trouver un endroit pour vivre et Burckardt s’installa dans un secteur d’habitations abandonné par la civilisation où les mutants venaient, chaque jour plus nombreux, chercher le repos de l’âme et du corps. Il y fut vite accepté, capable qu’il était de soigner les maux les plus douloureux grâce à quelques produits pharmaceutiques qu’il avait dérobé dans sa fuite... Sa bonté fit le reste...

Les mois passèrent et la communauté s’organisa. Quelques visites des forces de l’ordre effrayèrent d’abord Jakob, puis il comprit très vite qu’il serait désormais tranquille ici. Il donna cependant la consigne aux habitants du secteur de ne pas parler de lui. En échange, il fit la promesse de rester et de s’occuper d’eux. C’est ainsi que vit le jour, dans les profondeurs de la misérable Iagna, une société d’entraide dans laquelle mutants et exclus trouvèrent une place. Dans cette société idéale, Jakob fut proclamé, de fait, Patriarche et il guida son monde dans l’indifférence la plus totale du reste de la station. Les autorités se félicitaient d’ailleurs que mutants et exclus se dirigent de la sorte vers les bas fonds. Certes, des espions furent envoyés mais jamais personne ne fit le lien entre ce Jakob et l’ancien grand scientifique mort trop jeune...

Durant toutes ces longues années, Jakob réfléchit à la création d’un monde nouveau, meilleur et plus juste. Il trouva nombre de ses idées dans les idées du Culte du Trident. Rencontrant à l’occasion des prêtres, il fut saisi par la puissance supposée de l’Effet Polaris et en tira les bases de la doctrine de l’organisation qu’il fonderait quelques années plus tard, Gaïa. D’abord destinée à rendre la société plus juste, elle se transforma peu à peu en organisation écologique prévoyant un retour sur terre afin d’y mettre en place une société égalitaire, loin de ce que le monde sous-marin était devenu.

Pour faire simple, Jakob pense que la manipulation de l’Effet Polaris à un degré plus élevé que ce qui est fait actuellement pourrait permettre via le flux de rendre la surface vivable. La doctrine idéologique de Gaia est donc issue de ce qu’il a pu apprendre de ses différentes rencontres avec des prêtres, des porteurs du Polaris et des explorateurs de la surface. Les points majeurs de sa réflexion sont les suivants :
- C’est l’effet Polaris qui a probablement permis la sauvegarde du monde sous-marin. L’étrange lien entre les mammifères marins, qui ont réussi à s’adapter de façon assez stupéfiante, en filtrant l’oxygène pollué de la surface et le Culte du Trident est très intrigant. Jakob pense aussi malheureusement que le Trident en sait plus qu’il ne le dit et freine les recherches. Il n’arrive pas à comprendre pourquoi...
- La puissance d’un effet Polaris incontrôlé est telle que Jakob imagine que les effets du Polaris sont d’une puissance prodigieuse, bien supérieurs à ce qui existe actuellement. Il faut donc que l’humanité développe ce don et que les élus entreprennent une longue quête dans la maîtrise de l’effet.
- Le fait que ce soit l’organisme tout entier qui permette de lancer les effets, et non pas le cerveau seul, laisse également croire à Jakob que les individus et leur environnement forme un tout et que le Flux est le lien à ce tout. C’est donc dans le Flux que se trouve la solution. Les porteurs du Polaris devront donc en faire la découverte afin de pouvoir modeler l’environnement.
- Le Flux est d’ailleurs de plus en plus perméable à la surface et il se superpose parfois à la réalité. Le contrôler peut donc être un avantage indéniable dans la reconquête de la surface.
- Les effets du Polaris en surface sont le plus grand espoir de Jakob mais aussi ce qui pourrait laisser croire qu’il est dans le vrai. En effet, de nombreux effets Polaris en surface permettent, chez les porteurs, de modeler les phénomènes de la surface comme la température, l’atmosphère, les tremblements de terre, les bactéries, les parasites ou la végétation. Quand il en parle, les yeux de Jakob brillent. D’autant qu’il vient d’apprendre par un scientifique de l’OESM appartenant à la Commission Génèse (Univers page 147), qu’il a rencontré secrètement dans une cantine de la station que selon les relevés des missions de surface, le taux d’oxygène y est en légère progression...

Mais pendant ce temps, de nombreux jeunes du secteur qui s’étaient joints au mouvement Gaïa commencèrent à le détourner. Jakob fut ainsi peu à peu débordé par une frange très radicale, mettant au second plan le retour à la surface, lui préférant la lutte armée et le terrorisme afin de mettre en place un gouvernement différent de celui du Primarque pour créer une nouvelle société. Jakob a eu beau lutter mais il lui a été impossible de leur faire entendre raison...

Les projets

En 568, Gaïa n’est plus dirigée par Jakob mais par un mutant du nom de Idross. Recueilli et soigné par Jakob alors qu’il n’était qu’un enfant rejeté d’un centre de repeuplement, Idross a tout appris du Patriarche. Mais trop fougueux et trop pressé de voir le projet de Gaïa se réaliser, il a occulté le pan écologique du mouvement, lui préférant donc la force armée. Doté d’un fort charisme et d’une instruction remarquable donnée par Jakob, Idross regroupa autour de lui une vingtaine de fanatiques prêts au sacrifice pour renverser le Primarque et la société dénuée de justice et d’égalité qui la mis en place...

Les projets d’Idross sont simples mais ambitieux. Il souhaite créer un profond sentiment d’insécurité en Alliance Polaire afin de promouvoir ses idées. Il espère ainsi par le règne de la terreur obtenir la démission du Primarque et son remplacement par un gouvernement de transition dirigé par l’homme qu’il idolatre, l’homme qui lui a servi de père, Jakob. Ce dernier n’est pas au courant de tour cela. Il ne sait d’ailleurs rien non plus au sujet du premier attentat qu’Idross prépare et qu’il souhaite comme le premier d’une longue série.

Le leader charismatique du mouvement, devenu désormais terroriste, a pour projet d’empoisonner l’eau de la station afin de faire un maximum de victimes. Ce crime abominable sera sa signature et indiquera à tous qu’il ne reculera devant rien. Pour cela, il lui faut détenir deux personnes, un technicien du réseau des eaux de la station et un chimiste. Il a donc prévu dans les semaines à venir de perpétrer deux prises d’otage. Dans la première, le technicien serait enlevé ainsi que d’autres personnes afin de dissimuler sa véritable intention. Dans la deuxième, le chimiste serait enlevé de la même façon. Les deux seraient ensuite libérés en premier. Il en va ainsi lors d’une prise d’otages. Il faut libérer des innocents pour obtenir ce que l’on veut. Mais il compte les libérer après leur avoir donné des consignes visant à mettre en place l’attentat. Pour le chimiste, préparer un poison et pour le technicien, l’insérer dans le réseau d’eau. Idross a également prévu d’enlever leur conjointe simultanément. Il est peu probable que les deux refusent de suivre les consignes, risquant ainsi la vie d’une personne à qui il tienne...

L’attentat perpétré, il n’y aura plus qu’à obtenir un moyen de fuir la station en libérant les derniers otages et revendiquer ce qui s’est passé... Idross sait qu’il existe des inconnues dans son plan mais il est désormais prêt au sacrifice et les siens également...

L’attentat sera l’objet du scénario II.1_Stockolm Syndrome de la campagne Utopia 2.0.

Note : Lire le résumé concernant l’effet Polaris peut être une bonne idée pour utiliser cette faction bien peu manichéenne...



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.

Cette rubrique du site de l'elfe noir utilise des marques déposées et/ou des droits d’auteurs qui sont la propriété de Black Book Editions et de Philippe Tessier comme l’y autorisent les conditions d’utilisation de Black Book Editions. Cette rubrique n’est pas publiée par Black Book Editions ou Philippe Tessier et n’a pas reçu leur aval ni une quelconque approbation de leur part. Pour de plus amples informations sur Black Book Editions, consultez www.black-book-editions.fr