SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Polaris > Aides de jeu > Nations, factions & organisations > L’Hégémonie
Contribuer

Polaris

L’Hégémonie

mardi 28 juin 2011, par rodi

Cet article est destiné à tous les meneurs désirant créer ou faire jouer des scénarios en Hégémonie ou souhaitant faire jouer les scénarios de la campagne Utopia 2.0 se déroulant dans cette nation. C’est un résumé très succinct du chapitre du supplément Univers. Les références des pages sont des renvois vers le supplément qu’il est nécessaire d’avoir pour faire jouer en Hégémonie.

Pour commencer, notons que des cartes du territoire sont disponibles à l’intérieur de la couverture du supplément Univers et à la page 10.

Histoire et chronologie

L’histoire de l’Hégémonie et celle des Généticiens sont intimement liées. En effet, un siècle avant la fin de leur Empire, Yvan Paramar, le chef de la Communauté d’Hatteras, qui deviendra l’Hégémonie, découvre certains projets secrets et tente de se révolter... En vain car il sera arrêté et torturé. Sa famille est ensuite exterminée à l’exception de sa fille Dalia.

Plus tard, après le soulèvement d’Hatteras, Dalia devient une grande générale de l’Alliance Azure. Son descendant, Diernon Paramar, deviendra même conseiller de Fangor Destevel, le Haut Amiral de l’Alliance. Le fils de Diernon dirigera ensuite l’armée qui viendra à bout des Généticiens. En l’an 0, Karl est à la tête d’Hatteras.

A la fin du IIIe siècle, la région, autrefois puissante, est isolée du monde suite à des décennies de guerres civiles. En 280, les Amiraux menés par Trenton et son mystérieux conseiller s’emparent du pouvoir avant que Trenton ne se suicide. Suite à sa mort, la Chambre des Amiraux est créée et dirigée par le Haut Amiral Keryss.

Entre 302 et 339, Hatteras mène une guerre contre la Ligue Rouge. A la fin de cette guerre sanglante, les premières maisons nobles font leur apparition suivies du Conseil de la Noblesse. Les familles Ebraer, Castille, Vega et Fedorick en sont les maîtres au titre de descendantes de la grande famille Paramar.

A la mort de Keryss, l’Amiral Olmon prend le pouvoir aidé par un nouveau mystérieux conseiller. Il est à l’origine du dôme de Keryss. A sa mort, 12 représentants de l’élite sont nommés pour assurer l’avenir de la nation et deviennent les Patriarches. En 360, ils lancent l’opération "Redécouverte" et de nombreux dépôts sont mis à jour. La puissance d’Hatteras inquiète et la communauté est attaquée de toute part. Elle est sauvée en 332 par une série d’ouvertures de nouveaux dépôts.

Le dôme de Keryss

En 370, quand Hatteras est remplacée par l’Hégémonie, la nation est à son apogée militaire et technologique. Poussée par un désir insatiable de conquêtes et de pouvoir, la nation se transforme en état totalitaire entièrement tourné vers l’effort de guerre.

En 375, lors du Concile des Amiraux, Hégémonie et Ligue Rouge sont humiliés suite à une terrible défaite contre le Culte du Trident. Ce revers marque le début d’un long cessez-le-feu et le retrait d’une grande partie des troupes d’occupation hégémoniennes.

En 548, Viramis devient Haut Amiral. Il est à l’origine, entre autres réformes, de la mise à flot des sous-marins de classe Atlantis et de la Directive Exeter qui se révèlera être un échec. Suite aux évènements liés à cette directive et à la tentative de coup d’Etat du Prisme, il se rapproche des Patriarches afin de relever la Nation qu’il juge dans un état vraiment inquiétant.

D’autres évènements propres à se passent entre juin 567 et fin 568 (page 14 d’Univers). Une liste des grandes dates du calendrier hégémonien est aussi disponible à la page 15 du même supplément. Elles retracent et commémorent les grands moments de l’Histoire de l’Hégémonie.

L’arrivée en Hégémonie

Se rendre en Hégémonie n’est pas une chose simple. Il faut en effet obtenir un permis de séjour délivré dans une ambassade ainsi qu’un permis pour le véhicule autorisé. Le délai est d’une semaine. Ce permis est valable quinze jours. En cas de prolongation, il est nécessaire de se présenter aux bureaux du Prisme... Notons ici qu’il est également possible d’utiliser les services des compagnies de transport ainsi que le tunnel Ourgor-Ariane. Il est plus simple, mais aussi plus risqué, d’entrer dans le territoire de façon illégale grâce à un faux permis de séjour par exemple (entre 5 et 40000 sols). Il est important qu’il soit de qualité car les contrôles par les douanes et les membres de la sécurité civile sont fréquents.

Les droits de douanes sont salés. En effet, tout est taxé et les contrôles sont parfois très rigoureux. Tout matériel entrant doit être accompagné d’une autorisation et bien entendu déclaré. S’il en manque lors du départ, il faudra payer une taxe de 25% de la valeur du produit manquant. On n’aime pas le marché noir dans les services des douanes... Cependant la contrebande est généralisée et les douaniers corrompus. Nous en reparlerons. Les tarifs pratiqués en Hégémonie sont disponibles à la page 12 d’Univers.

Une fois sur le territoire, les différentes autorisations et permis, permettant notamment de se déplacer entre stations, sont beaucoup plus simples à avoir mais un plan de navigation est cependant nécessaire lors d’un trajet. De plus, il implique une taxe de 0.25 sol/km qu’il faut régler avant de prendre le départ. Il en est de même dans les différents tunnels de la nation dont la liste se trouve à la page 11.

Les frontières sont très surveillées par des stations de défense et des patrouilles. La frontière de Rauxe, en particulier, est très bien gardée puisqu’elle sépare l’Hégémonie de son ennemi traditionnel, la Ligue Rouge. Il existe aussi un réseau de détection qui envoie un signal à la base la plus proche lorsque l’on franchit la frontière. Pour ne pas avoir de soucis, il faut donner le code obtenu à l’ambassade hégémonienne lors de l’obtention du permis. Cependant, ce système n’est pas infaillible et peut être neutralisé par de nombreux contrebandiers.

L’organisation politique

Le pouvoir est entre les mains du Haut Amiral Viramis et des Patriarches. Tant que ces derniers n’interviennent pas, Viramis est le maître du pays. Les autres organes ont cependant le droit de s’opposer aux décisions mais cela serait suicidaire d’oser le faire. Par conséquent, tous complotent en attendant le bon moment pour agir...

Les Patriarches sont au sommet du pouvoir. Ils sont totalement vénérés et sont indispensables au bon fonctionnement de la société. On les dit génétiquement purs. Ils sont remplacés à leur mort, en tous les cas, c’est ce que le peuple croit, par des Élus qui sont les être les plus génétiquement parfaits de la Nation. Ils prennent des initiatives via le Haut Amiral et n’apparaissent que très rarement en public par le biais d’écrans géants sur lesquels ils sont vêtus d’une capuche et d’une longue cape. Il est donc impossible de voir leur visage. On prétend même que cela rendrait aveugle. Ils vivent dans la plus haute des cités parois de Keryss. En 568, suite aux évènements de la Directive Exeter, ils vont prendre davantage d’initiatives dans la réorganisation de la société. Ils sont défendus par la Garde Patriarcale composée d’Élus.

Un patriarche

Le Haut Amiral possède le pouvoir exécutif mais il reste sous contrôle des Patriarches par lesquels il est d’ailleurs nommé. Le Haut Amiral actuel est Viramis. Il est le chef des armées et le juge suprême. Il est au commande du pays tant que les Patriarches n’interviennent pas. Il a ses appartements et bureau dans la plus haute tour du dôme de Keryss.

Il existe de nombreux autres organes du pouvoir mais certains sont plus importants que d’autres. Tout d’abord, Karl Voïl, le ministre de la propagande dispose d’un pouvoir énorme puisqu’il est le deuxième personnage de l’État derrière Viramis et qu’il est à la tête des services d’espionnage et de propagande. On compte également une centaine de ministères différents. Il existe ensuite des chambres qui regroupent les représentants des différentes factions hégémoniennes (Chambre des Amiraux, des Nobles, des Industries) et des Conseils (Conseil Génétique, Scientifique, de la Natalité). Enfin, le Temple formé des prêtres des Patriarches jouit d’une terrible réputation (manigance, espionnage) et dispose d’un grand pouvoir. Ce sont eux, en effet, qui déterminent si un nouveau né est un Élu. Le Haut Maitre du Temple, Cyani Thorn, est un homme très puissant.

L’armée hégémonienne est redoutable. Elle possède 9 flottes surpuissantes grâce notamment à ses deux vaisseaux de classe Atlantis. Les neuf flottes sont commandées par neuf amiraux et patrouillent dans un secteur bien précis du monde sous-marin. Les technohybrides sont un autre atout de l’armée hégémonienne. Officiellement tous volontaires pour subir d’atroces transformations, ce sont des abominations éthiques sans nom. L’élite de l’armée rejoint la Cohorte Pandore, l’armée personnelle du Haut Amiral. Elle est dirigée par le colonel Faedror qui est un fidèle de Viramis. L’escadron Omicron est spécialisé dans l’ouverture des dépôts généticiens. La sécurité des stations est à la charge du FASS, la sécurité civile. L’armée est affaiblie par de fortes divisions à l’Amirauté entre Viramis et Valastor.

La société et la vie en Hégémonie

Voici quelques informations sur la société et la vie en Hégémonie. Ce ne sont que quelques éléments qui seront développés dans la campagne Utopia 2.0. Des compléments et d’autres éléments se trouvent entre les pages 18 et 28 d’Univers.

La principale information à retenir en ce qui concerne la société hégémonienne est la soumission totale à l’Etat en vue de l’ordre, de la survie et de la grandeur de la Nation. Bien qu’ils vivent dans un état totalitaire, les habitants sont fiers de leur pays et totalement fidèles au Haut Amiral Viramis et aux Patriarches qu’ils vénèrent comme des prophètes de leur Dieu unique. Cela est renforcé par l’omniprésente propagande du ministère qui débute dès le plus jeune âge dans des centres de formation civique.

La société est très hiérarchisée. Les citoyens de première classe (nobles, ambassadeurs, officiers, scientifiques, juges, historiens, reproducteurs) ont tout pouvoir et bénéficie d’un grand prestige. Les citoyens de seconde classe forment la grande majorité de la population. Ce sont les ouvriers, les soldats, les fonctionnaires, les sous-officiers... Ils mènent une existence plus confortable que dans les autres nations mais ont abandonné toute liberté. Ils n’ont aucun poids face à un citoyen de première classe qui n’ont d’ailleurs pour eux que du mépris. Enfin, les citoyens de troisième classe (25% de la population) vivent à la marge de la société et n’ont aucun droit. Ce sont les délinquants (à l’exception de ceux qui aident les puissants), les esclaves, les malades et autres improductifs... Ils peuplent les bas fonds. Cette division tripartite se retrouve dans de nombreux aspects de la vie en Hégémonie. La ségrégation est très forte. Ainsi, les citoyens ne fréquentent pas les mêmes bars, les mêmes hôpitaux ou les mêmes centres de repeuplement selon leur classe. Les injustices entre classe sont réelles mais nul ne peut les contester. De plus, l’esclavage est une pratique courante et légale. On ne peut affranchir un esclave sans l’accord du Prisme. En revanche, les mutants ne sont pas discriminés. Seul l’accès aux banques des corps leur est interdit. Encore une fois, tout est question de classe sociale.

Un régime de terreur est mis en place en Hégémonie. Ainsi, les Inquisiteurs génétiques et leurs traqueurs peuvent à tout moment contrôler les citoyens et s’en prendre à eux jusqu’à les faire disparaître... De même les services de recherche de la Natalité traquent les féconds, faisant régner la crainte et la suspicion. Les agents du Prisme présents dans toutes les strates de la société espionnent et effraient les habitants à chaque instant. Un climat de suspicion permanent règne dans les stations. Il sera quasiment impossible d’obtenir des confidences auprès d’un hégémonien tant il craindra que son interlocuteur soit une taupe du Prisme...

Le Prisme et sa présence sournoise sont donc un aspect primordial de la vie en Hégémonie. Présents nulle part et partout, ses agents peuvent à chaque instant prendre n’importe quel citoyen la main dans le sac et les représailles sont terribles. Son directeur est Icatai Lobeuls mais le véritable dirigeant est Karl Voil, le ministre de la propagande. C’est une administration très puissante divisée en de nombreux services dont il sera question dans les scénarios de la campagne Utopia 2.0 se déroulant en Hégémonie...

La pureté génétique et les manipulations parfois peu morales sont également un aspect important de la société hégémonienne. On le voit au grand pouvoir dont disposent les Inquisiteurs génétiques ou les membres du Conseil de la Natalité. Tout est mis en place pour que la société évolue positivement et que la pureté génétique demeure. Ainsi des Élus sont choisis pour succéder aux Patriarches ou pour occuper certains postes à responsabilité. Il est également possible pour les plus puissants d’améliorer leur organisme ou leur aspect physique grâce aux scandaleuses banque des Corps. Elles sont dirigées par un membre du Conseil Génétique proche des Patriarches, une certaine Shaita. Elle est protégée par les Vautours, sa garde personnelle. De terribles expériences génétiques ont lieu dans les centres de repeuplement de troisième classe. Dans l’une d’elles, qui ne voit survivre que 20% des cobayes, une femme met au monde en moyenne 80 enfants...

La corruption est très présente dans l’administration hégémonienne malgré le contrôle du Prisme. Une grande partie de la population est touchée par ce fléau. Le crime organisé gangrène également la société. Il est en effet parfaitement intégré et le Prisme le laisse se développer. Il préfère largement contrôler les complots politiques. Cela lui permet de monter des dossiers sur les puissants qui utilisent les services des Seigneurs des Bas Fonds. Voghn le Renégat est le plus grand de ces voyous et possèdent d’importants réseaux et même des sociétés de génétique ayant pignon sur rue.

Les hégémoniens croient en un Dieu unique dont les patriarches sont les prophètes. Ces derniers sont donc perçus comme des quasi divinités. Le lien entre eux et la population est assuré par les prêtres du Temple aux pouvoirs énormes. Pour les hégémoniens, la Force Polaris est un phénomène naturel. Le Temple est dirigé par un Haut Maitre. Son nom est Cyani Thorn. C’est un fanatique qui ignore la véritable identité des Patriarches. Le Temple n’est pas composé uniquement de prêtres. Il dispose en effet d’un service d’espionnage (les Adeptes de l’Ombre) qui infiltre tous les milieux ou de Supérieurs, des individus conservés cachés et qui maîtrisent la Force Polaris. Les locaux du Temple sont protégés par des Élus, les Protecteurs.

Ces informations seront complétées par les évènements des scénarios de la Campagne Utopia 2.0 se passant en Hégémonie. La lecture du très bon et très complet supplément Univers est donc très fortement conseillée pour faire jouer les scénarios. Merci à Philippe Tessier pour son autorisation.

L’illustration du Patriarche est de Djib’ et est disponible sur son site. Celle du dôme de Keryss est de Geoffroy Thoorens et est également disponible sur son site.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.

Cette rubrique du site de l'elfe noir utilise des marques déposées et/ou des droits d’auteurs qui sont la propriété de Black Book Editions et de Philippe Tessier comme l’y autorisent les conditions d’utilisation de Black Book Editions. Cette rubrique n’est pas publiée par Black Book Editions ou Philippe Tessier et n’a pas reçu leur aval ni une quelconque approbation de leur part. Pour de plus amples informations sur Black Book Editions, consultez www.black-book-editions.fr