SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Polaris > Inspirations > [Nouvelle complète] Apocalypse dans les abysses > 3 - Reap & RIP
Contribuer

Polaris

3 - Reap & RIP

mardi 26 février 2013, par Sith

Notre groupe de héros découvre Iagna, une ville du territoire Polarien. Mais avant, Javier pourrait bien avoir une drole de surprise en repassant par sa nation d’origine. Cet article décrit la suite du compte rendu du deuxième scénario de la campagne Apocalypse dans les Abysses.

La Ligue Rouge ? Une nation d’attardés et d’immatures qui ne connaissent rien.

Un habitant hégémonien.

Le navire Global arriva à proximité de Pacifia. Cette station était la dernière station avant que des colons partent pour le no man’s land du Pacifique. Pacifia culminait dans les océans à -2900 mètres. Elle s’était développée de façon anarchique. C’était un assemblage de stations placée les unes sur les autres. Les docks étaient difficiles d’accès. Ils étaient enchevêtrés à travers des tubes de liaisons entre les stations. Pacifia était une station à croissance rapide et chaotique.

Derval reçut l’autorisation d’accéder au dock 17. Il plaça le navire sur le coté et se dirigea vers le dock. Un tube de liaison étanche fut placé presque sur la direction du navire. Le Global dépassa le tube et s’accrocha. Le navire se braqua et fit un quasi demi-tour sur lui-même. Le Global s’écrasa sur le dock... Une heure plus tard, un navire hégémonien de type Global arriva à bon port, mais sur un autre quai...

Les passagers n’eurent rien, fort heureusement, mais la coque avait été gravement altérée. David, qui avait de nombreuses connaissances en ingénierie de navire, diagnostiqua qu’il faudrait cinq jours de réparation pour un coût estimé à quarante-huit mille sols. Une sacrée somme ! Il pourrait tenir, mais il ne faudrait pas d’autres dommages. La coque avait été, en effet, touchée, mais elle ne présentait ni fissure ni fuite.

Là dessus, et moins d’une heure plus tard, les trois compagnons tentèrent de retrouver Amassa Boss et ce ne fut pas une mince affaire. La station était extrêmement surpeuplée. Encore plus qu’Equinoxe. La construction de la station était plus qu’anarchique. A peine sortis des douanes, les visiteurs firent face à la résidence du gouverneur qui se trouvait juste a coté d’un bar de dockers mal famé et d’une ruelle faisant partie des bas fond et de la pègre locale.

Assez rapidement, le quartier d’habitation d’Amassa Boss fut trouvé. Derval, David et Javier se présentèrent à lui. Une petite silhouette, avec peu de cheveux et un nez aquilin les fit rentrer à l’intérieur. C’était immense à l’intérieur... Pas loin de vingt mètres carré... La majeure partie de l’espace était occupée par des ordinateurs, des ID qui trainaient sur deux tables, une chaise, summum du luxe dans cette civilisation, et des déchets de nourriture se trouvant par terre

- Entrez, entrez. Je suis Amassa Boss. Je suis déjà au courant de votre arrivée. Donnez moi vos ID.

Amassa pris les ID et les scans. Puis, il prit encore un peu de temps à pianoter sur un de ses claviers et se retourna, avec un grand sourire, vers les trois qui étaient encore debout.

- C’est bon, j’ai vos fausses identités. Je les avais préparés avant. Mais, franchement, je ne savais pas que le Neptune avait des agents en dehors d’Equinoxe. D’ailleurs, vous n’avez pas la tête d’agent. Des mercenaires ?

David, Derval et Javier restèrent interdits devant cette déclaration.

- Ce n’est pas compliqué à craquer. Vos ID ne valent pas grand-chose franchement. J’espère que vous êtes passés en fraude. Car avec cela, vous vous êtes chopés à tous les coups. Ha, rien qu’à voir vos têtes, vous êtes passés de façon légale. HA HA HA, laissez-moi rire ! Vous êtes chanceux. Alors, tenez. Voici vos nouveaux ID. Il suffira de mettre le nom que vous désirez. Vous êtes marchands itinérants. Et vous allez sur Iagna pour y vendre … ?

- Des fournitures médicales, répondit promptement Derval.

- Des fournitures médicales. Allez, va pour ca. Ceci me semble un bon prétexte pour aller la bas.

Amassa Boss donna les fausses ID à Derval et David. Par contre, il prit le temps de regarder droit dans les yeux Javier, en jouant avec sa fausse ID entre deux doigts de sa main droite.

- Je crois que je vais vous demander un petit supplément.

- Un petit supplément ? questionna Javier.

- Oui. Et je place la barre à cinq mille sols. Je ne savais pas que je devais faire des papiers à un criminel recherché par la Ligue Rouge... Et dont la tête est mise à prix pour cinquante mille...

- Ben, appelez les autorités et ils verront bien dans quoi vous êtes trempé, ironisa David.

- Les autorités, c’est moi. Ils me mangent dans la main. Néanmoins j’ai une réputation à respecter. Je vous donne cette fausse ID pour un supplément de cinq mille. Ce n’est pas cher payé pour éviter de la prison à vie ou pire, dit Amassa d’un regard menaçant.

Résigné, Javier donna cinq mille sols en cash et put récupérer sa fausse ID.

- Du coup, le Neptune me fait dire de vous prévenir qu’il y a un mouvement de rébellion sur Iagna.

Moins d’une demi journée plus tard, le Global reprenait la mer, en direction d’Iagna, en Alliance Polaire. Il y en avait encore pour une semaine de trajet. La cité d’Iagna était une cité sous-marine frontalière. Elle se trouvait aux coordonnées 74° Nord de latitude et 199° Est de longitude. Sa profondeur était seulement de -349 mètres. L’ordinateur de bord calcula un cap et le navire s’y dirigea le plus rapidement possible.

Une semaine plus tard, le navire de transport se retrouva devant la cité d’Iagna. Les SonsCans de la cité avaient rapidement locké le petit navire et après une procédure de vérification, celui-ci fut autorisé à s’amarrer à un quai.

La cité était flanquée entre deux falaises en pierres extrêmement dures et sur une colonne de sédiments permettant d’accéder aux docks. Les lumières puissantes guidaient les navires vers le couloir sous-marin. Les SonsCans détectèrent un courant de faible intensité. Derval navigua a vue et le navire arriva cette fois ci à bon port sans une nouvelle égratignure.

Ils passèrent la douane d’Iagna sans difficulté. Les fausses ID d’Amassa Boss valaient le prix que le Neptune y avait mis. Les forces de sécurité n’y avaient vu que du feu et ils eurent même un permis de travail facilement pour la vente de fourniture médicale.

La cité était d’une tristesse sans nom. Jamais avant cela, ils n’avaient vu une cité aussi moche et aussi grise. Tout montrait une vie malheureuse dans cette cité. Les personnes marchaient le dos rond et à chaque coin de rue de la cité, un garde ou un cyborg surveillait. L’Alliance Polaire était très en avance sur les autres nations du monde sous-marin. Elle avait des cyborgs, issus du génie bio-technique des usines et cerveaux polariens. C’était un régime totalitaire mené d’une main de fer par le Primarque Alexandre.

Cependant, il y avait de la place. Les rues n’étaient ni bondées, ni surchargées de badauds. C’est la première fois qu’ils virent cela. C’était vraiment déstabilisant. Ni enseigne lumineuse, ni dockers allant et venant dans un bar bruyant. La ville était grise. La vie dans cette cité était grise. Les habitants n’étaient là que pour travailler. D’ailleurs Iagna était d’une importance stratégique pour l’Alliance Polaire. Elle fournissait d’autres cité en énergie géothermique et ses grandes cultures hydroponiques en faisaient le grenier à grain de l’Alliance Polaire.

Au niveau 0 de la cité, Derval trouva un emplacement où ils pourraient mettre leur couverture à profit. C’était un bar. Ils y entrèrent et, là, un choc. Il y avait deux tables de libre. Une petite musique électronique douce se diffusait dans l’air ambiant et feutré de ce bar. Encore un choc ! C’était un techno-hybride qui tenait ce bar, la Méduse Rieuse !

L’ambiance était d’un mortel à faire pâlir n’importe quel polarien. D’ailleurs, leur teint blafard les rendait, à première vue, peu aimable et peu avenant. La musique était tel un flux qui s’écoulait dans un océan de tranquillité. Deux tables étaient totalement libres. Une autre table était prise déjà par cinq dockers. Quel choc ! Ceci était une débauche de place dont ils n’avaient plus l’habitude. C’était presque avec honte qu’ils s’installèrerent a une table.

Un ancien techno-hybride, Fabrov, était le tenancier du bar. Son aspect pouvait paraitre repoussant, avec ses systèmes hydrauliques qui lui sortaient des bras, des implants qui lui permettaient d’être plus vif et des yeux cybernétiques. Cependant , dès qu’il demandait ce que les personnes voulaient boire ou manger, sa voix devenait mélodieuse et étonnamment douce.

En commandant des boissons au lait de baleine et des bouillis de viande, sauf pour David qui décida de se prendre des légumes frais à une centaine de sols la petite assiette, l’ambiance était vraiment pesante pour eux. Sans un bruit, c’était vraiment le contraire d’Equinoxe ou même de Pacifia récemment.

Après s’être rassasiés, deux hommes des services de sécurité rentrèrent dans le bar. Ils étaient accompagnés de quatre autres personnes. Ces dernières, malgré un visage et une silhouette humaine, avaient un regard fixe et ne clignaient jamais des yeux. Elles possédaient une texture de peau assez particulière... Comme caoutchouteuse... Des cyborgs, se dit David. C’était des cyborgs à coup sur. Le contrôle d’identité était un peu rude, mais les ID fabriquées par Amassa s’étaient révélées être des petits bijoux de fausses identités. Ils évitèrent la prison, peut-être pire même...

A suivre...



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.

Cette rubrique du site de l'elfe noir utilise des marques déposées et/ou des droits d’auteurs qui sont la propriété de Black Book Editions et de Philippe Tessier comme l’y autorisent les conditions d’utilisation de Black Book Editions. Cette rubrique n’est pas publiée par Black Book Editions ou Philippe Tessier et n’a pas reçu leur aval ni une quelconque approbation de leur part. Pour de plus amples informations sur Black Book Editions, consultez www.black-book-editions.fr