SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Polaris > Inspirations > [Nouvelle complète] Apocalypse dans les abysses > 5 - Reap & RIP
Contribuer

Polaris

5 - Reap & RIP

samedi 27 avril 2013, par Sith

Ce cinquième article met un terme au scénario Reap & RIP. Les personnages vont y faire de nombreuses découvertes au sujet du mystérieux Anton Shemaneus et vint lutter contre une grande entreprise d’armement de Iagna.

J’adore quand un plan se déroule sans accroc

Un mercenaire et ex soldat hégémonien

Après une semaine enfermés dans le repaire secret des Reapers, les trois nouveaux occupants commençaient à se trouver a l’étroit. Toutefois, Anton se trouvait être un hôte fort amical. Javier tentait d’en savoir plus sur cet homme qui lui semblait énigmatique. Il était toujours en attente de réponses sur le fait que cet homme avait le nom de ce célèbre général Azuréen. Au lieu de cela, Javier avait eu la version d’Anton sur les origines des Reapers. Il y a une dizaine d’années, les Reapers avaient émergé dans la ville d’Iagna sous l’impulsion d’un homme, Alexander Dimitrov. Cet homme était un idéaliste et un révolutionnaire dans l’âme. Il décida de combattre le régime totalitaire imposé par le Primarque Alexandre. Le fait que ce soit Iagna que le groupe fut créé n’était pas du au hasard. Cette ville était et est encore d’importance stratégique pour l’Alliance Polaire. Cette cité sous-marine est située en frontière du territoire de l’Alliance et a une énorme capacité en matière industrielle et énergétique. Alexander Dimitrov créa un groupuscule de libération qu’il nomma Reapers. Ce groupe se réunissait une fois par semaine, dans des petits quartiers d’habitation ou des bars de la ville. Ils n’avaient que des conversations pour révolutionner le monde et trouver des voies diplomatiques pour que les habitants soient libérés du joug de l’Alliance. Les Reapers étaient une dizaine au moment de la fondation du groupe. Mais le bouche à oreille fonctionna tellement bien que le groupe atteignit rapidement une cinquantaine de personnes. Les autorités d’Iagna virent d’un très mauvais œil cette association qui remettait en cause le système même de l’Alliance. Un jour, suite à d’habiles manœuvres des services de renseignement Polariens, une réunion fut infiltrée. Et, cette réunion fut une catastrophe pour les Reapers. Une escouade de cyborg arriva et tua la quasi majorité des personnes se trouvant à cette réunion. Ce fut un carnage, une boucherie. Les balles volèrent et éclatèrent littéralement les corps des personnes présentes. De grosses gerbes de sang maculèrent les murs du bar. Les Reapers eurent un lourd tribu à payer pour leur idéal de liberté. Mais le Primarque envoya un message fort à ces congénères. Quiconque osera se dresser contre lui en payera le prix.

Les survivants se firent oublier un temps. Mais la rancœur accumulée n’avait fait que raviver leur flamme et leur désir d’indépendance. Les rescapés se redéfinirent une nouvelle stratégie. La frappe et la guérilla seraient de mise pour faire valoir leur liberté. L’organisation changea pour prendre en compte trois nouvelles directives : un chef charismatique, de l’équipement et des contacts sur la station. Durant une année, le groupuscule Reapers atteignit le faible nombre de vingt-cinq personnes mais ils avaient accumulé plusieurs planques et du matériel de combat. De la chance ou la providence, Anton arriva à ce moment là et, son charisme naturel en fit un leader incontesté et incontestable auprès d’eux. Par contre, jamais un Reaper n’a effectué une action terroriste en dehors du territoire Polariens !

Javier écouta sans discontinuer le discours d’Anton. Cela lui permit d’en savoir un peu plus sur cette organisation et sur l’homme. Javier décida d’attaquer sur ses origines. Il voulait en savoir plus sur le fait qu’il ait le même nom que ce célèbre général de l’Alliance Azure. Après avoir longuement aiguillé la conversation, ouvert des brèches sur l’histoire et les célèbres batailles de ce général, Anton avoua qu’il n’était pas le renommé général azuréen, mais issu de la branche génétique de la famille Shemaneus. Sa famille avait une particularité qui l’avait rendu soupçonneux envers n’importe quel habitant du monde sous-marins. Dans sa famille, tout le monde est fécond ! Et, en fait, il s’était réfugié en Alliance Polaire pour échapper à tous les chasseurs de chairs qui lui en voulaient.

Sans crier gare, une détonation se fit entendre dans la quasi-totalité de la planque.

- Anton, Anton. Je cherche Anton, qui l’as vu ?

De grands éclats de voix éclataient tout en se rapprochant.

- Anton, enfin, je vous trouve.

- Que se passe-t-il ? lui demanda Anton d’une voix extrêmement posée et maitrisée.

- C’est elle ! L’opération a échoué et ils ont été capturés.

- Mais comment ?

Du coup, Anton ne se maitrisait plus. Il devint rouge, les poings serrés tandis qu’une larme coula de son œil gauche.

- Anton, pouvez vous me dire ce qu’il se passe ? demanda Javier avec la plus grande discrétion possible.

- C’est ma fille. Ma fille, elle est prisonnière de Mazer.

Sur le moment, Javier ne sut quoi dire. Les autres non plus. Puis, Anton, reprit la parole.

- Nous avions monté une opération d’infiltration de grande envergure. Nous devions infiltrer la société Quark, qui est une des plus grandes sociétés d’armement de l’Alliance et de la cité. Elle est dirigée par Mazer Rakham. Un homme abject et d’une grande cruauté. Il est connu dans la cité pour se livrer à toutes sortes d’expériences. Il n’hésite pas à organiser des rafles dans les basses couches de la communauté. Il enferme les proies dans ses différents laboratoires et se livre à toutes sortes d’expériences sordides. Je ne pourrais vous raconter toutes les rumeurs qui circulent à son sujet. Mais, pour que vous ayez une idée, il est affublé d’un surnom : Docteur Macabre.

- Cela n’est pas rassurant du tout. Mais vous ne nous aviez parlé de votre fille, ni de cette opération, s’insurgea David.

- Il est vrai. C’était une opération de grande envergure pour que nous puissions empêcher l’approvisionnement en armes de l’armée polarienne.

- Donc, Quark est une société d’armement ? Privée ?

- Oui et non, en fait. Quark est bien une société d’armement. Elle est spécialisée dans les armes lourdes, anti-personnelles mais aussi des torpilles. Elle est en contrat privé avec l’armée polarienne mais elle peut aussi fournir des armées privées et des particuliers.

Mais Anton ne put continuer ses explications. Le chagrin l’envahit et il alla s’isoler dans ses quartiers. Quand Anton alla mieux, Derval lui proposa de l’aide. Après concertation avec ses deux acolytes, ils décidèrent de porter secours à la fille d’Anton, Mahina. Anton était fou de joie. Anton, Derval, Javier et David s’enferment dans la salle de guerre des Reapers. Là, le plan fut décidé.

Derval, Javier et David demandèrent plusieurs choses, comme des uniformes de l’armée polarienne, un plan de la société Quark et des données sur des douanes. Le piratage de la douane permit de simuler l’arrivée d’un navire de l’armée à Iagna. Anton prépara aussi une petite escouade pour aider ses nouveaux amis à s’exfiltrer et à trouver rapidement le repère secret.

Le bâtiment de Quark était l’un des plus grands, imposants et propres de la cité sous-marine. Derval était déguisé en général de l’armée de l’Alliance Polarienne. David et Javier étaient ses lieutenants. L’entrée du bâtiment était d’un blanc maculé et relativement grand. Les bruits de pas en résonnaient presque. Cela surprit les trois faux militaires. Un jeune officier, qui devait servir d’intermédiaire entre Quark et l’armée, prit, en les voyant arriver, un air hautain.

- Que désirez-vous ?

- Lieutenant, est-ce que c’est comme cela que l’on reçoit un général de l’armée en tournée d’inspection ? dit Javier en aboyant sur le jeune militaire.

- Mais, comment, en tournée d’inspection ? Il y en a déjà eu une le mois dernier ?

- Connaissez-vous le mot surprise ?

- Non, heu, enfin oui.

- Voila, vous venez de deviner. Ceci est une inspection surprise. Veuillez nous excusez mon général l’incompétence de cet officier. Il pourrait nous faire perdre du temps.

Le faux général ne dit rien. Il s’avança vers le jeune homme et lui tendit un manifeste électronique.

- Alors, allez-vous le vérifier pour que nous puissions faire notre inspection ?

- Heuu, oui, bien sur.

Durant la vérification, le jeune officier se fit réprimander de son incompétence et de sa lenteur à exécuter une simple tâche. Il commença même à perdre ses mots, à avoir aussi des petites gouttes de sueur sur le visage, trahissant sa nervosité. Il eut à peine fini de vérifier les douanes et différents codes de sécurité, que Derval s’approcha de lui en claquant d’un grand coup la paume de sa main sur le bureau.

- Alors, vous avez fini ? Ou devrais-je faire un rapport à mes supérieurs et au dirigent de Quark sur votre incompétence ?

- Non, c’est bon. Oui, heuu, oui. C’est bon. Vous pouvez m’accompagner.

Ils rentrèrent tous dans ce bâtiment et remarquèrent rapidement que les laboratoires et les bureaux étaient placés les uns à coté des autres.

- Allons par là, dit le faux général.

- Heuu, non. Je vous assure. Ce n’est pas des plus intéressants.

- Qui êtes vous pour me dire ce qu’est « intéressant » ou non ?

- Mais, c’est que…

- Non, mais !! Lieutenant, allez voir.

Tout était fait pour déstabiliser le jeune soldat. Et Derval y arrivait très bien. Le jeune homme avait des bouffées de chaleur, il transpirait et ne pouvait plus aligner un mot derrière l’autre. Les trois comparses savaient qu’il était mur et qu’ils allaient en faire ce qu’ils voulaient. Durant la visite, Javier remarqua une espèce de caisson. Celui-ci dénotait des autres de part sa forme, mais surtout car il avait une serrure digitale de haute protection. Les autres n’en avaient pas. Discrètement, Derval prit le brise-code de David. Il se dit qu’il devrait peut-être le regarder un peu plus tard. La visite continua et les réprimandes allaient bon train. Ils passèrent a coté d’une espèce de pièce qui était totalement à l’écart des autres.

- Quelle est cette pièce, demanda le faux général.

- Ceci est, comment dire, le repère de Monsieur Rackam.

- Tiens donc. Des cachotteries ?

- Mais non. C’est juste l’endroit où l’on peut tester de nouveaux armements.

- Voila, allons-y.

- Mais non …

- Comment-ca non ? Lieutenant, veuillez consigner que le personnel de l’armée du Primarque n’a pas accès à des parties pour l’inspection. Puis, il foudroya du regarda le jeune homme. Alors, que faisons-nous ? Vais-je, enfin, finir cette inspection dans de bonnes conditions ou vais-je être dérangé tout le temps par vos scrupules et votre incapacité à être autonome et ne pas pouvoir me répondre a mes questions ?

- Heuu, non, Général.

- Soit, allons-y alors.

Sans attendre le subalterne de Quark, ils se dirigèrent vers la pièce. Ils passèrent le portique de sécurité grâce au subalterne et arrivèrent dans une espèce de prison. Banco, se dirent-ils. Ils avaient trouvé l’endroit où la fille d’Anton avait été emprisonnée. Et là, la même tactique fut employée. Le faux général hurla véritablement sur l’employé de Quark et Javier explora rapidement les lieux. Ils localisèrent rapidement la fille d’Anton. Ils sortirent rapidement le brise-code et les chiffres défilèrent rapidement.

- Rassurez-vous. Je viens vous sauver, dit Javier. Votre père nous envoie.

La jeune femme releva péniblement la tête. Sa longue chevelure noire se mêla à son visage tuméfié. Elle avait été torturée il y a peu de temps et semblait faible. D’un coup, le brise-code déverrouilla la serrure. Javier récupèra la fille d’Anton discrètement. Derval aperçut la scène d’un coin de l’œil. Il continua d’aboyer et d’engueuler le pauvre militaire qui ne savait plus quoi dire. Il avait le cou rentré dans les épaules. Rapidement, David rejoint Javier pour l’aider à extraire la prisonnière. Ils sortirent de la pièce et, Javier, en passant devant le caisson, s’accroupit devant et lança une séquence de hackage avec le brise-code. Le code s’afficha et Javier ouvrit le caisson. Une sirène d’alarme se mit à résonner dans tout Quark. Des gardes arrivèrent dans tous les sens. Des chercheurs tentèrent de se trouver un abri. Javier dit que l’alarme venait des prisons.

David sortit tranquillement avec la fille d’Anton. Javier récupéra des documents qui se trouvaient dans le caisson. Rapidement, le groupe de Reapers récupéra les quatre personnes de chez Quark avant de rallier la base secrète.

Une fois sur place, Anton était fou de joie de revoir sa fille. Il exprima sans le dire une éternelle reconnaissance aux sauveurs de sa fille. Puis, ils consultèrent ce qu’ils avaient récupéré chez Quark...

Dossier Reth Sarmansh

Objet : Surveillance du Sujet

Conformément à la directive BlackMiar, nous opérons une surveillance accrue sur les diplomates se rendant dans les autres nations. Suite à la surveillance du diplomate Reth Sarmansh, nous avons relevé des éléments étranges. Nous avons commencé par éplucher ses revenus et nous avons remarqué qu’ils étaient supérieurs à ce qu’il pouvait percevoir. Nous avons tenté de remonter la piste de l’argent, mais nous sommes arrivés dans une impasse. Nous avons accru notre surveillance et remarqué que le sujet avait pris contact avec des personnes de nationalité hégémonienne dans la Cité Neutre. Après enquête, il s’avère que ses personnes provenaient exclusivement du Prisme, les services secrets hégémoniens. Nous avons fouillé dans le passé du diplomate Reth Sarmansh et nous avons remarqué qu’il avait été approché par le Prisme il y a une dizaine d’année lors d’une réunion de l’O.E.S.M. Il n’est qu’un agent mineur du Prisme. Mais il semble que sa motivation de se rendre sur Equinoxe pour désamorcer la crise actuelle entre le culte et nous ne soit pas que politique. A l’heure actuelle, nous n’avons aucune information à ce sujet ni la raison de sa mission présumée pour le Prisme. Sa mort a stoppé pour l’instant nos investigations.

Service de Renseignement Polariens, Activation n° 48-AB-897

Information Amberone

Objet : Désinformation

Il semble qu’une campagne de désinformation soit en cours au sein du Prisme, les services secrets hégémoniens. De nombreuses rumeurs et rapports non fondés auraient démontré que le Prisme serait infiltré au plus haut niveau. Aucune preuve n’est venue étayer ce fait. Il semble que le Prisme nous désinforme pour montrer qu’il serait affaibli pour une raison encore inconnue. Au vu de son efficacité redoutable encore ces derniers temps et le fait qu’il ait déjà déjoué deux de nos opérations sur son sol, nous pensons que ces rumeurs sont totalement infondées.

Service de Renseignement Polariens, Activation n° 78-TRB-75201



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.

Cette rubrique du site de l'elfe noir utilise des marques déposées et/ou des droits d’auteurs qui sont la propriété de Black Book Editions et de Philippe Tessier comme l’y autorisent les conditions d’utilisation de Black Book Editions. Cette rubrique n’est pas publiée par Black Book Editions ou Philippe Tessier et n’a pas reçu leur aval ni une quelconque approbation de leur part. Pour de plus amples informations sur Black Book Editions, consultez www.black-book-editions.fr