SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Prophecy > Inspirations > Récits > Le gardien de la nuit
Contribuer

Prophecy

Le gardien de la nuit

samedi 16 juin 2007, par azathoth

Récit : Le lieutenant Syracus est un jeune protecteur en pleine force de l’âge mais qui semble avoir du mal a trouver sa place dans une caste aussi hiérarchisée que celle des Protecteurs. Envoyé à la defense d’une forteresse, il devra choisir entre le devoir et l’intuition.

- A toutes celle, qui sont la pour nous montrer la voie à suivre…-

« Protéger et servir la cause des Grands Dragons »
Cette phrase m’était répétée chaque repas alors que j’étais à Kern. Je n’avais choisit la caste des Protecteurs que pour satisfaire aux envies de mon père, l’autorité me révulsait et j’étais considéré comme l’un des plus mauvais élèves ayant foulé le sol du sanctuaire de Brorne.
Aussi, lorsque l’on m’affecta à Dungard pour anéantir les hordes environnantes, je me sentis libéré de ce carcan aux règles absurdes. Les Combattants de Kroryn, n’avait pas ce recours systématique à la discipline, et pourtant il avait réussit à tenir tête à Brorne et à mes ancêtres il y a bien longtemps…
Dés mon arrivé, on m’envoya au combat, les hordes ayant avancé jusqu’au terre de Tyram Briskal, un seigneur environnant, dont le château était le dernier rempart avant Dungard, il nous fallait agir vite et avec précision.
Je me souviens encore de la longue marche qui nous emmena là-bas, de la répartition des tâches et de la peur qui était présente en chacun de nous. Les hordes ayant été rassemblées par un sorcier, leur supériorité numérique était d’une rare évidence. Nous n’étions que 150, il devait être 700. Pourtant nos Capitaines, nous promettaient qu’un Dragon de Métal devait arriver d’un instant à l’autre… Mais les messagers nous ayant avertis que la horde serait à nos portes dans la nuit, tout espoir était perdu. Et pourtant au milieu de cette tristesse, le seigneur des lieux ne semblait pas inquiété plus que cela. Seule sa fille, une gamine d’à peine 16 printemps, était terrifiée à l’idée du siège, et son père ayant refusé l’évacuation, elle était prisonnière de la forteresse au côté des gardes habituels rejoint par une vingtaine de Protecteurs et une centaine de mercenaires.
Après les préparatifs, nous reçurent nos affectations, et c’est à ce moment précis que ma vie changea. On me demanda à moi ainsi qu’à deux mercenaires de se joindre au garde du corps de Tyram et de sa famille. Je savais pertinemment que mes chefs ne faisaient cela que dans la satisfaction de me voir attribuer une tâche indigne de moi… J’ai accepté sans rechigner.
La nuit tomba, et avec elle nos derniers espoirs de voir le Dragon arriver, il ne s’était pas écouler une heure, que l’on distinguait des ombres à la lisière de la forêt. La horde de primitifs était là attendant que nos hommes se décident à sortir. Au milieu des primitifs, se dressait un homme, il fit un geste de la main, et les portes de la forteresse furent balayées telle un fétu de paille. La horde chargea…
Les défenseurs, eurent beau se battre la rage au cœur, il ne cessait d’arriver une nouvelle vague de primitifs, je désirais ardemment descendre du donjon afin de les aider, mais ma tâche était ici, je ne pouvais qu’assister impuissant au triste spectacle qui s’offrait à moi. Le sol était maculé de sang de mes semblables. Je ne sais combien de primitifs périrent, mais les défenseurs, en avait bien éliminé la moitié… Mais il n’était plus que 20 à défendre la place, et il s’agissait des 20 Protecteurs, que je ne pouvais même pas aider…
Un par un, je vis tomber mes amis, les Capitaines qui m’avaient mis au banc de mes camarades, me semblait être à cet instant très proche. Il ne restait plus que trois hommes, lorsque criant ma rage, je me mis à dévaler les marches au côté des deux mercenaires, laissant seul la famille Briskal avec 8 hommes.
Lorsque nous sommes arrivés dans la cour, le sorcier se tenait là, au côté de ces primitifs, je courus vers lui, la rage au cœur, tranchant les membres des corrompus sans les distinguer. Je me suis retrouvé devant le mage, cherchant du regard un éventuel soutien. Je vis que l’un des deux mercenaires était tombé, alors que le second était à pourfendre avec sa hache un groupe de primitifs. Le mage me regarda en souriant et dirigea sa main vers moi. Je n’ai eu que le temps que me protéger derrière mon bouclier avant de subir la déflagration, celle-ci m’envoya rouler au loin, et plusieurs primitifs tombèrent, suite à la magie de leur chef. Mon épée m’étant alors inaccessible, je prit un fléau, ayant appartenus à un mercenaire. La rage au cœur, je me précipitai vers le sorcier, alors que celui-ci continuait de déchaîner sa colère contre moi. Je ne ressentais plus la douleur, je ne voyais plus rien autour de moi, juste le sorcier. Le sang battait à mes tempes, et le trajet, long de quelques mètres, me sembla durer des heures. Aussi, lorsque celui-ci ne se trouva plus qu’à 1 ou 2 mètres de moi, je fis tournoyer mon fléau et l’abattit sur son crâne. Ce dernier se broya au contact de la masse de métal, et le corps du sorcier, inerte, tomba au sol.
Epuisé par mes efforts, je m’écroula par terre et n’eus le temps de distinguer que la silhouette d’un dragon avant de tomber inconscient.
J’étais dans une chambre richement décoré lorsque je me réveillai. Mon crâne me faisait atrocement souffrir, et je pus distinguer que j’étais soigné de mes blessures. Je du m’y prendre à deux fois avant de me relever, puis je me dirigea vers la porte.
Alors que j’allais tourner la poignée, elle s’ouvra, laissant la gamine rentrée dans ma chambre. Je m’attardais sur le visage de la gosse, ces taches de rousseurs, ses cheveux blonds, pas de doute, cette gamine fera une belle femme plus tard.
- Où suis-je ? Demandais-je
- A Dungard, vous nous avez sauvé vous et le mercenaire, père aimerait faire quelque chose pour vous.
- Je… Attends, que sont devenus les primitifs ?
- La vue du Dragon les a dispersé, mais il était déjà en fuite après que vous avez abattu leur chef.
- Alors le lézard est finalement venu, murmurais-je
- Comment ?
- Rien, rien…
- Venez suivez-moi, père est impatient de vous voir, comment vous appelez-vous ?
- Volken, et toi ?
- June… Bien allons-y

June m’expliqua que nous étions au temple ou se tenait l’assemblée des maîtres de castes de Dungard. Son père était en effet maître de la caste des Erudits.
La gosse me conduisit dans une immense salle ou était présent les huit maîtres, assis. Il y avait aussi, le mercenaire qui avait combattu à mes côté et un Dragon de Métal.
- Lieutenant Syracus, c’est cela ? Me demanda le maître de la Caste des Prodiges
- C’est cela, que puis-je pour vous ?
- C’est nous qui vous devons beaucoup, et nous avons pourtant encore une faveur à vous demander.
- Je vous écoute…
- Les hordes étant dispersées, nous ne pouvons courir le risque de laisser la forteresse de Briskal, avec si peu d’homme. Et nous aurions besoin d’hommes de valeur telle que vous et le Spadassin Ancra. Nous aimerions, que tout deux vous deveniez garde du corps de Tyram Briskal et de sa famille. Demanda le Dragon.
- Ce serait un plaisir pour moi de vous avoir à mes côtés, je saurais ma femme et ma fille en sécurité. Répliqua l’érudit
- J’accepte avec joie, mais seulement si vous m’appeler Kint, exulta le mercenaire.
- Bien… Et vous Lieutenant Volken Syracus ?
- Et bien… Je restais un instant songeur, pensant qu’après tout cela n’était pas si mal, je n’aurais comme cela plus à subir les foudres de mes supérieurs.
- Alors ?
- Il me faut en référer au Maître de la caste des Protecteurs, et si ces derniers sont d’accord, ce sera avec joie que je vous serais à jamais fidèle.
- Vous avez notre bénédiction, me répondit le Maître de la caste des Protecteurs.

On m’installa donc à la forteresse, nous nous étions répartit équitablement les tâches avec Kint. Il devait former les troupes, pendant que moi je devais les placer. Il devait accompagner Mme Briskal au marché, tandis que je devais accompagner June à sa balade quotidienne.
Pour la première fois de ma vie j’étais heureux, et rien ne me préparait à ce que j’allais subir…

Une nouvelle de Lord Baal

P.-S.

Une nouvelle de Lord Baal



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.