SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Rokugan 2000 > Inspirations > Episodes d’Heichi Tetsugi père > Respirer les Ténèbres
Contribuer

Rokugan 2000

Tetsugi (prélude à l’Empire de Diamant, épisode 1)

Respirer les Ténèbres

dimanche 27 décembre 2009, par Tetsuwa

Une histoire de l’Empire de Diamant,
Par Seth Mason
Traduit par Tetsuwa

Un petit nuage masquait la lueur de Seigneur Lune dans le ciel. Quelque part, le nuit devint encore plus sombre, et le vent souffla un peu plus froid dans les ténèbres.

Mais pas à Otosan Uchi.

Les lumières ostentatoires des rues de la grande capitale n’avaient rien à envier à celle de seigneur Lune. La clarté de la cité contrastait fièrement face à la nuit noire, les grattes-ciel carrés semblables à des mains défiants le ciel. En haut de l’un des plus hauts batiments de Otosan Uchi, une grande salle de bal grouillait d’activité alors que le plafond et les murs de la salle reflètaient l’aura brillante de la ville. Comme la nuit avançait, une légère pluie tambourinait sur la structure de pierre du toit. Dans la salle, personne ne fit attention.

Les musiciens, l’élite de l’orchestre d’instruments à cordes Kakita, étaient assis sur une petite estrade dans un coin du gigantesque hall, jouant des airs anciens, une expression de sérénité sur leur visages. La musique semblait glisser sur les sons de rire, de verres trinquants, et sur le bruissement de la foule assemblée. Comme l’ouverture arrivait à sa fin, la foule se tourna vers les musiciens et applaudit poliment.

Un musicien se pencha vers une jeune femme assise à côté de lui et murmura : "Pourquoi jouons-nous pour eux ?" Sa voix était dure, et cela surprit la jeune femme.

"Que veux-tu dire ?" répondit-elle calmement.

"Tu sais très bien ce que je veux dire !" aboya-t-il, ses yeux devenant plus sombres. "Ces Scorpions !"

La jeune femme, dont les cheveux blancs et la peau claire révèlaient un lignage Doji, balaya la foule assemblée de son regard. Pour ces festivités, la salle de bal d’un batiment de la Dojicorp avait été louée par la famille Bayushi. Le Clan du Scorpion.

Cette réception était donnée sans raison particulière ; L’empereur devait annoncer quelque chose, et la majeur partie de l’élite de Rokugan était arrivée à la capitale au cours des derniers jours. La vie sociale de la famille Bayushi était régie par une jeune femme, Bayushi Shiriko. Celle-ci avait envoyé des invitations à tout type de personnalité. Beaucoup avaient tentés de venir incognito à Otosan Uchi, mais ils se rendirent compte, une fois de plus, qu’aucun secret n’est protégé du Clan des ombres.

"Oh Yoshiri," dit la jeune Grue en riant, "Ils ne font que s’amuser ! Garde ta haine pour une autre nuit !" Sur un signe du chef d’orchestre, elle reprit son instrument, et sourit. "Laisse ta passion guider ta musique !" Lui murmura-t-elle doucement avant de commencer à jouer.

De l’autre coté de la salle, un petit groupe entourait la jeune Shiriko. Elle était élégamment vêtue d’une longue robe rouge réhaussée par une veste noire. Le masque traditionnel de la Maison du Scorpion couvrait son front et reposait sur son nez. Il était composé de porcelaine noire ; un scorpion d’argent dansait sur la partie couvrant les yeux de la jeune femme. On ne voyait d’elle que sa bouche et ses pommettes, d’apparence noble, et les longs cheveux noir de jais de la famille Bayushi. Tout en elle respirait l’élite sociale de Rokugan. D’après les anciens, elle était jeune et belle, et trouverait rapidement un mari pour l’aider à diriger son Clan dans le futur.

Shiriko avait perdu son père cinq ans auparavant ; Il avait disparu sans laisser de trace. D’aucuns, qui suspectaient le Clan du Scorpion d’avoir des contacts moins qu’honorables, disaient qu’il avait perdu la vie lors d’une opération criminelle. La famille niait de telles accusations, mais n’avait jamais offert d’autres explications.

Shiriko leva son verre en direction de la foule assemblée. "Aux nuits merveilleuses à venir !" clama-t-elle, "L’Empire de Diamant restera à jamais sans égal !" Beaucoup des invités levèrent leur verre, et une clameur répondit à la Scorpion.

"Ah, Bayushi Shiriko-sama" dit calmement un jeune homme sur sa gauche. Elle leva les yeux pour voir un élégant jeune homme dans un costume classique couleur or liseré de noir. Un jeune Matsu du Clan du Lion. Le Matsu continua : "J’ai ouï dire que vous cherchiez un mari qui pourrait prêter sa force à votre clan."

Derrière son masque, le jeune Scorpion haussa un sourcil. Elle sourit pour la foule et répondit : "Oui, il est vrai que je souhaite trouver l’amour, comme tous le devraient. Les temps ne sont plus à la guerre, et nous devrions nous préoccuper de vivre la vie que nos ancêtres nous ont légués." Plusieurs hochements de tête et murmures d’approbation accompagnèrent ces paroles.

Le Lion sourit et dit : "Je serais honoré de fournir ce service à une personne telle que vous." Il inclina la tête.

Shiriko eut un léger rire. "Et qu’est-ce qui vous fait penser que je pourrais vous aimer, petit Lion ?" demanda-t-elle au jeune homme déstabilisé. Le Lion vit les yeux de la Scorpionne briller d’une lueur meurtrière derrière son masque.

Le jeune homme restant sans réponse, Shiriko sourit et dit simplement : "Rien ? Bien, vous faites justice à vos ancètres par votre impulsivité et par votre courage." Elle plaça sa main sur son épaule tandis que son sourire se faisait plus vicieux. Certains des invités semblèrent génés par ce spectacle. En dépit de l’évolution des moeurs, il existait toujours une grande aversion envers les démonstrations physique d’affection en public.

"Il est souvent difficile de transcrire en parole les sentiments de son coeur," une voix calme brisa le silence amené par ce spectacle, et tous les regards se tournèrent pour voir un assez vieil homme appuyé sur une baie vitrée et portant une coupe de saké. Il portait un simple costume de gentilhomme, sans couleur de Clan. Excepté une.

Le Mon Impérial.

"Magistrat Tetsugi. Je suis heureuse que vous ayez pu venir à cette petite réunion," répondit Shiriko sans hésitation, en inclinant la tête. L’ex-futur mari Lion se relaxa tandis que l’attention de la jeune femme le quittait. "Vous savez peut-être beaucoup de l’amour, mon seigneur Magistrat ?"

Le vieil homme sourit. Tetsugi était le magistrat en charge de cette partie d’Otosan Uchi, présent en tant qu’ami de la famille Bayushi. Shiriko et lui avaient travaillé ensemble en de nombreuse occasions, dont la disparition de son père. Il était peut-être ce qu’il y avait de plus proche d’un père pour la Scorpion, mais leur relation en société restait très formel.

Le magistrat s’écarta du mur et se dirigea vers le groupe. "J’ai vu quarante-sept étés, Jeune Scorpion." Il arriva à la limite du groupe et s’arrêta. "Cela laisse assez pour aimer, et perdre." Il but un peu de son saké et rit. "Peut-être trop de temps. Des contes pour d’autres évènements, ma dame Bayushi." Il s’inclina profondèment et ajouta "Si votre intelligence ne vous aveugle pas, vous pourriez vivre aussi longtemps." Tetsugi sourit légerement et prit une autre gorgée de son saké.

Shiriko ne sembla pas amusée de voir le Magistrat partir. La voix d’une vieille diplomate Licorne s’éleva. Elle se tourna vers elle, tout en faisant semblant d’être intéressée par son discours.


La pluie tombait doucement depuis une heure, et les invités commencèrent à se diriger peu à peu vers les grandes portes de la salle de bal. Après qu’ils soient partis, que les musiciens Grues eurent rangés leurs instruments, Bayushi Shiriko marcha sur le patio du toit, tenant une ombrelle pour que la pluie ne dégrade ses habits et sa coiffure. Un éclair traversa le ciel lorsqu’elle toucha un dragon de pierre.

"Tu as grandi," dit une voix venant des ombres projetées par le dragon. Shiriko scruta les ténèbres pour distinguer un homme accroupi, se cachant dans l’ombre. "Tu étais fantastique à cette fête, ma Sakura-ko."

Petite fleur de cerisier. La seule personne ayant appelé Shiriko comme cela était ...

"Père," dit-elle doucement. Elle ferma les yeux pour calmer le flot d’èmotions qui bouillonait en elle. Et dit simplement : "Non." La jeune femme se détourna de la sculpture et regarda au loin dans les ténèbres.

L’homme sortit des ombres et se tint derrière elle. Sa tête était caché sous une capuche noire, et un long manteau couvrait le reste de son corps. "Oui, ma fille. Je suis la." Shiriko se retourna. Dans les ombres, sous la capuche, elle vit les yeux du fantome de son père.

"Tu es mort ..." murmura-t-elle en tendant la main vers le manteau. Un autre éclair traversa le ciel et Shiriko lacha son ombrelle alors que sa main toucha des habits solides. les minutes fuyaient dans le silence tandis que sa coiffure sophistiquée se défit. Ses cheveux tombaient maintenant en désordre sur son visage. Son regard croisa celui de son père. Il resta immobile, ses yeux plongés dans l’ame de Shiriko. "Tu es mort ..."

"Je suis fier de toi, ma fille. Tu ne m’as jamais déçue alors que je t’observais ..." La voix semblait venir de tous les endroits sombres du toit. Une goutte tomba près de son oeil ... Non, une larme coula sous la capuche noire.

"Père ?" Mumura-t-elle, sa main se dirigeant vers son visage. Elle arrêta son geste avant de le toucher, car elle savait maintenant que son père était vivant. Elle se tint immobile devant lui.

"Et ce fou de Matsu n’a eu que ce qu’il méritait," alors qu’il regardait dans le ciel, la lumière de la salle de bal fit apparaitre un léger sourire sur ses lèvres. "Des fois je crois que Bayushi-Kami lui même veille sur toi, ma fille."

La tristesse de Shiriko se changea rapidement en rage alors qu’un voile qui semblait obscurcire ses pensées se leva. "A quel prix ?" dit-elle, crachant presque chaque mot. Elle se détourna de lui, "Je n’ai pas de Père, que je sache ! Que tout Rokugan sache !" Elle criait presque. Seul ses dents serrées retenaient sa fureur. "Je ne suis qu’une chose à marrier pour qu’un homme puisse maintenir les affaires de ma Maison ! Je ne les impressionne pas, tu sais." Sa voix se brisa, "Ils trouvent cela amusant. Ils trouvent que la façon que j’ai d’annoncer que je peux gérer les affaires est mignonne." Des larmes de colère se formaient dans ses yeux. Elle serra les poings, et murmura : "Et tu as regardé pendant tout ce temps."

"Ils pensent que le Scorpion est faible, ma fille." Il posa ses mains sur ses épaules et l’attira pour l’étreindre. "Je suis désolé, mais cela doit se passer ainsi." Il prit une inspiration, et expira lentement. "Les Dragons ne sont plus là. Nous avons perdu notre seul allié dans la guerre des ombres que nous menons. Nous devons être prudent." Il la fit se retourner, et maintint sa tête pour la regarder dans les yeux. "Nous sommes le Scorpion. Nous sommes la Main Cachée de l’Empereur. Il est de notre devoir de marcher dans les ténèbres pour que les autres n’aient pas à le faire. Pour que les autres soient protégés de leur pouvoirs."

Il prit son masque, et elle ne résista pas. Il retira le masque de porcelaine de son visage, et l’embrassa sur le front.

Shiriko regarda son père. Un nouvel éclair fit apparaitre une longue cicatrice sur la partie gauche de son visage. "Pourquoi ?" demanda-t-elle d’une voix rauque.

"J’ai protégé cette famille chaque jour depuis ma mort." dit-il, et ses yeux dancèrent alors que des images défilaient dans son esprit. "Nous nous sommes devenus négligents vis-à-vis de notre devoir, et les ténèbres ne sont plus à nous. Tu dois guider cette famille maintenant. Nous devons sembler vulnérable pour attirer nos ennemis, et les ennemis de l’Empereur."

Le vieil homme replaça le masque sur le visage de Shiriko. Elle vit la douleur dans ses yeux alors qu’il s’écartait.

"Fais attention, Sakura-ko" dit-il, sa voix comme un murmure dans l’oreille de Shiriko. Il se retourna vers la sculpture de dragon en disant : "Je ne serai pas toujours là pour te protéger."

Un éclair traversa le ciel, et le tonnerre gronda sur le toit. La dame Scorpion fut surprise par le bruit, et regarda vers le ciel. Quand elle baissa les yeux, son père était parti.

Elle était de nouveau seule.

A suivre...



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.