SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Rokugan 2000 > Inspirations > Rokugan 90210 ou la Légende du poulet caché (Legends of the Hidden (...) > Episode III
Contribuer

Rokugan 2000

Rokugan 90210

Episode III

dimanche 12 juillet 2009, par Yasuki Garou

Contient : La Passe de Beiden, Partie quatre, Hidden Emperor Parties un et deux

HANTEI XXIII
LYCEE PUBLIC
ALBUM DE FIN D’ANNEE

Togashi Mitsu,

Rugbyman Baraqué

Mister Kuni,

Le meilleur prof !

Bayushi Tangen,

Valedictorien

Repli stratégique vers l’Episode II

La Passe de Beiden, Partie Quatre

LE CHAPITRE FINAL

Me voici donc dans le bivouac personnel de Toturi le Noir. Ginawa, Sanzo, Mikio, Morito Tokei, Dairya, Mirumuto Sukune, et Takuan venaient de dégainer leur katana vers moi, nous étions à des kilomètres du camp Crabe et bien sûr c’était de la faute de Toku.

"Sanzo !" grogna Dairya, "Comment OSES-tu amener un Crabe ainsi dans notre camp ! Un espion !"

Soudain Agetoki sauta devant moi et tira son propre katana. "Garou est un ami et un allié !" rugit-il, "Pour le détruire vous devez d’abord me passer sur le corps !"

"Ouais, pareil !" dit Toku en tirant sa propre épée minuscule. J’ai remarqué que sa mère avait brodé son nom sur la poignée...

"Pourriture Crabe," cracha Takuan.

"T’es un Crabe, Garou ?" remarqua Sanzo, ébahi, "Et tu me l’as pas dit ? Enfoiré !"

J’ai regardé Sanzo droit dans les yeux.

"Ceci est des plus étranges," dit Mikio d’un air peu assuré, "Notre nouveau serviteur garçon d’étable semble prêt à donner se vie pour ce Crabe."

"Ca m’embêterait d’avoir à tuer Toku," grogna Ginawa, "Il fait très bien le café."

"Tu as trois secondes pour t’expliquer, Yasuki," dit Morito Tokei, préparant un parchemin magique et sur le point de murmurer quelque chose de magiquement mortel.

"Um... Je suis un espion," ai-je dit.

Ils s’avancèrent tous d’un pas.

"Je suis un espion Grue," ai-je rapidement expliqué, "et je fais semblant d’être un Yasuki."

"C’est pas très honorable," cracha Mikio.

"Ce que Ginawa et toi avez fait avec ces geishas l’autre soir non plus," ajouta sèchement Takuan.

Mikio resta silencieux comme un bébé endormi...

"Je vais le tester," se moqua Dairya. Tous les yeux se rivèrent sur le ronin borgne. "Si c’est un vrai Kakita, il connaitra la Voie du duel." Dairya se mit à masser le manche de son katana. "Donc je vais le tester."

Mon dos se couvrit de sueur. Dairya avait la réputation d’être l’un des plus grands duelistes de l’Empire.

Uh oh.

"Um. J’ai pas d’épée," ai-je dit.

"Tiens, prends la mienne," dit Ginawa en souriant.

"Merci," ai-je sèchement répondu.

"Pas de prob," répondit Ginawa, "En plus, t’en auras pas besoin longtemps..."

J’ai donc pris le katana. Agetoki et Toku me regardèrent peu rassurés. "T’en es sûr, Garou ?" demanda Toku.

J’ai réfléchi pendant une seconde. Je ne pouvais pas laisser Agetoki et Toku se faire tuer face à l’Armée de Toturi pour moi. Je serais jamais capable de l’expliquer à leurs mères. J’ai donc acquiescé et avancé dans le cercle de duel improvisé que les servants de Toturi préparaient à la hâte. Dairya prépara son katana et sourit d’un air macabre. Je portais l’épée de Ginawa à ma ceinture, la sous-pesant à contrecoeur. J’avais l’habitude de me servir d’un tetsubo. Les épées étaient... bizarres.

"Maintenant," ai-je entendu Mikio remarquer, "Nous allons voir s’il combat comme un Grue."

J’ai alors ramassé une poignée de poussière que j’ai jetée dans l’oeil restant de Dairya. Il couina et se recroquevilla, alors je lui ai envoyé un coup de pied dans les... genoux... et je l’ai assomé avec un caillou. Je me mis à courir comme un dératé.

"Ouaip, c’est un Grue," dit Mikio en hochant la tête d’un air approbateur.

Agetoki envoya valser l’un des piquets de maintien du bivouac et on s’est tous mis àcourir, la toile de la tente s’effondrant sur la tête des lieutenants. On s’est séparé et on a couru dans des directions différentes. J’ai été à l’Est et Agetoki à l’Ouest. Je pense que Toku est resté coincé sous le bivouac et dieu seul sait où s’est retrouvé Sanzo. Avant que je ne réalise que personne ne me poursuivait, je m’étais retrouvé dans un cercle de mecs chauves assis en méditation autour d’un feu. Ils se sont tous réveillés en sursautant. "Um, désolé," ai-je dit, "J’ai pas voulu vous déranger..."

"Salut, Garou," dit une voix, "Qu’est-ce que tu fais dans le coin ?"

Je me suis retourné vers la voix. "Mitsu !" me suis-je exclamé, "Togashi Mitsu !"

Mitsu était assis sur une pierre au milieu de ses potes chauves et tatoués. "Ouaip. Ils ont renvoyé tout le monde à l’école quand ils se sont rendus compte qu’on était perdus mais ils m’ont laissé rester et m’engager. La vache, Kamoko l’avait mauvaise."

"Tu m’étonnes !" ai-je dit, "Pourquoi t’as rejoint l’armée, Mitsu ?"

Mitsu haussa les épaules. "Y’a des avantages. L’école ça m’énerve. De plus," il se pencha vers moi en chuchotant, "Ils ont besoin d’un gars comme moi. Tu devrais voir les losers que c’est... Je vais te présenter."

"Okay," ai-je dit.

Mitsu montra du doigt chacun des Dragons tatoués autour du cercle. "Agasha Heizo, Agasha Koishi, Togashi Rinjin, Togashi Mikoto, Togashi Yama..."

"Prends donc un mountain token !" dit Yama en me tendant un sac avec le sourire.

Je n’ai pas bougé. "Un quoi ?" ai-je dit, "Qu’est-ce que tu veux que je foute avec ça ?"

Yama fondit en larmes. Mitsu sembla un peu gêné. "Garou," dit il doucement, "Je sais que beaucoup d’entre eux ont des capacités un peu dingos et inutiles et qu’ils ont pas beaucoup de potes, mais c’est pas une raison pour en rajouter et se moquer d’eux. C’est ma famille, quand même..."

"Désolé," ai-je dit, "C’est qui le mec avec la branche d’arbre bleu qui brille dans la bouche ?"

"Kama," Mitsu leva les yeux au ciel et soupira, "Euh... c’est sensé ressembler à un éclair. Ne lui dit pas. Il est très sensible sur ce point..."

"Et le grand mec moche et chauve tout au bout ?" ai-je demandé.

"Euh, c’est Hitomi," dit Mitsu.

"Ca c’est un mec qui en a," ai-je dit, impressionné, "Je suis sur que c’est un gros bill !"

"Hey, pourquoi on s’éloignerait pas un peu..." interrompit Mitsu. Il me dirigea hors de la clairière et vers le camp.

"Hey, Garou," remarqua soudainement Mitsu, "Je viens de penser à un truc !"

"Qu’est-ce qu’il y a, Mitsu ?" demandai-je.

"T’es un Crabe !" dit-il comme s’il ne l’avait jamais remarqué avant ce moment précis. Mitsu n’était pas très brillant. C’était surtout un gros boeuf, et quand il avait une idée, en général il y avait des gros problèmes.

"T’es sûr ?" ai-je dit en jouant le demeuré.

"T’es un ennemi !" ajouta-t-il.

"Tu déconnes ?" ai-je dit en faisant ramper mes doigts vers le katana de Ginawa.

"On doit te tirer d’ici avant qu’ils ne te trouvent !" ajouta-t-il.

"En effet." ai-je répondu, totalement d’accord avec lui.

"Ouais !" répéta vigoureusement Mitsu.

Donc, avec l’aide mal placée de Togashi Mitsu, nous fûmes capables de trouver un déguisement, à m’habiller comme un ashigaru pour filer hors du camp. J’ai gardé le katana de Ginawa, au cas où. Ginawa était un gars plein de ressources, il en trouverait un autre. Mitsu m’a suivi un bon bout de chemin dans la passe, me souhaita bonne chance et retourna traîner avec ses potes bizarres. Je me suis assis sur une pierre pour réfléchir une minute ou deux.

"Garou !" dit une voix dans les buissons, "Bénies soient les Fortunes tu es vivant !"

"C’est pas grâce à toi !" ai-je dit en jetant un cailloux au buisson.

"OW !" cria Sanzo en se levant et en massant son front, "Désolé pour ce qui c’est passé. Ca avait l’air d’être une bonne idée, à l’époque. J’espérais qu’ils me laissent te prendre comme prisonnier, ou un truc du genre. Style Bon Ronin/Méchant Ronin."

"Idiot."

"C’est pas le moment de s’engueuler," dit Agetoki, surgissant d’un coup hors de l’ombre sur son cheval, "On a du boulot."

"Quoi.. Que ?!?" Sanzo écarquilla les yeux, "Comment t’as trouvé ton putain de cheval ? Où est Furie ?"

"Je ne pouvais pas prendre le risque d’amener ton cheval, Sanzo," répondit Agetoki.

"Pourquoi pas ?"

"On en a déjà parlé."

"Dis-moi pourquoi," demanda Sanzo.

Agetoki grogna. "On ne vas PAS se taper ton canasson idiot et AVEUGLE dans le terrain le plus MONTAGNEUX de l’Empire avec les armées de Toturi et des Dragons à nos fesses. Surtout maintenant. Les Crabes vont pas tarder à attaquer avec leurs oni, leurs goblins et Matsu seule sait quoi d’autre. On doit se tirer d’ici vite fait avant de se faire écraser par nos propres troupes."

"Bonne idée, Agetoki !" dit Sanzo, "Laisse-moi monter sur ton cheval !"

"L’Armée de Sanzo ?" dit Agetoki en relevant l’un de ses épais sourcils, "Je pense que vous allez marcher, mon seigneur. Cela vous fera du bien. En fait je vous recommande même de courir vu que je serais juste derrière..."

"Compris," dit Sanzo sans même essayer de discuter. Il se mit a courir pour avoir une longueur d’avance.

Donc on s’est mis à traverser la Passe de Beiden à trois à toute vitesse. J’espérais qu’on pourrait peut-être retrouver le camp Crabe, récupérer Monsieur Kuni dans la confusion générale, et rentrer à la maison, mais à ce moment je me serais bien contenté de m’en sortir vivant ce qui n’allait pas être possible en restant coincés dans la passe.

"Hey, où est Toku ?" ai-je finalement demandé en regardant autour de nous.

"Il a décidé de rester là bas," répondit Agetoki.

"Pourquoi ?" ai-je demandé.

"Il a décidé qu’il allait suivre Toturi," répondit Agetoki, "Il a décidé que le Ronin et son armée représentent quelque chose en quoi il croit et dont il veut faire partie. Il espère trouver Honneur et Gloire en les servant."

"Chochotte," répondit Sanzo, "Il aurait du venir avec nous. Il aurait pu trouver plein de Gloire et d’Honneur dans l’armée de Sukune. Les Crabes sont pas moins honorables que les..."

Un énorme rugissement fit trembler la terre, et un géant aux écailles rouges et noires fit son apparition dans la passe.

"Qu’est-ce que c’est que CA ?" demanda Sanzo.

"Je crois que c’est un oni," ai-je répondu.

"BUHAHAHAHAHAHAHA !" ria l’oni, sa voix comme les ténèbres de milliers de lames de rasoir, "PATHETIQUES ET STUPIDES MORTELS ! VOUS SEREZ LES PREMIERS A TOMBER SOUS LE POUVOIR D’HIDA YAKAMO !"

"Je croyais que Yakamo avait une barbe," observa Sanzo.

L’oni fit un pas vers nous, ses pieds massifs faisant trembler le sol. Il attrapa dans son dos une énorme massue à pointes. "QUI SERA LE PREMIER A MOURIR ?"

"Je suis un Crabe !" ai-je crié, "On est envoyés par Hida Sukune ! Mon nom est Yasuki Garou !"

"LE MEC AUX RATLINGS ?" demanda-t-il.

"Ouais c’est moi," ai-je dit.

"CELUI QUI BOSSAIT SUR LE MUR PENDANT LE COUP D’ETAT ?"

"C’était un job de vacances, ouais," ai-je dit.

"CELUI QUI A ENVOYE CES RATLINGS FOUTRE CETTE MERDE DE LAXATIF INDUSTRIEL DANS LE BANANIA DE L’ONI NO AKUMA ?"

"Euh...." ai-je souri innocemment, "Non, ça doit être un autre Garou."

"GRAAAAAAAAAAAAAAGGGGGGGGGGGHGHHHHHHHHHH !!!!!!"

"Uh oh," ai-je dit alors que l’oni se remettait à s’avancer vers nous.

"Eh, c’est juste un oni," dit Agetoki en se mettant à charger.

Agetoki galopa à toute vitesse vers Yakamo, katana tiré. L’oni fit un mouvement de chasse-mouche du revers de sa main gauche, l’expulsant de sa selle, et se remit à avancer vers moi.

"Eh bien, Sanzo ?" demandai-je, "Tu es prêt à poursuivre la mort avec une Furie aveugle ?"

"Bien sûr," dit Sanzo, "Je vais voir si je le trouve." Et il s’est taillé.

Me laissant seul face à Hida Yakamo, l’oni Crabe.

"PATHETIQUE IDIOT !" rugit l’oni, "TU NE PEUX PAS ME FAIRE DE MAL !"

J’ai faiblement tiré au clair l’épée de Ginawa.

Tout est devenu rouge.

Tout est redevenu normal.

L’épée de Ginawa ruisselait d’un liquide noir. J’étais couvert de sang noir et de chair. L’oni Crabe était appuyé à un mur avec une énorme balafre sur le torse, et me regardait d’un air terrifié. Agetoki et Sanzo n’étaient pas loin, à me regarder avec leurs yeux comme des soucoupes.

"Par les Sept Tonnerres !" rugit Agetoki, "Garou, où est-ce que t’as trouvé cette Lame de Sang ?!?"

"Um... quoi ?" ai-je dit faiblement, "Qu’est-ce qui s’est passé ?"

"Tu t’es mis à crier des trucs dans une langue que j’ai pas compris et tu as tranché l’estomac de l’oni Crabe."

"ME FAIT PLUS BOBO," couina l’oni.

"Oh," ai-je dit an fixant l’épée de Ginawa, "Je devrais peut-être la garder."

"Retournons chez les Crabes," dit Agetoki.

"Y’A QUELQU’UN QUI A UN PANSEMENT ?" demanda l’oni alors que nous partions.

Donc on est retourné vers le camp Crabe. Par chance, on n’a pas rencontré d’autres oni. On a voyagé à travers les rangs de soldats Crabes grognons (qui avaient l’air beucoup plus mort-vivants que d’habitude) et s’est retrouvés face à Sukune, le vrai Yakamo et Monsieur Kuni.

"Bonjour Monsieur Kuni," ai-je dit.

"Bonjour, Garou," dit il, faisant tomber sa mâchoire.

"Ew," dit Sanzo, "Monsieur Kuni, vous allez bien ?"

"Euh, ça ira," dit-il en ramassant sa mâchoire, "C’est juste un petit peu de Souillure. Trop d’invocations d’oni, je présume." Il regarda Sukune d’un air sévère.

"Ca vaut le coup, en tout cas," s’exclama Sukune, "L’oni no Yakamo est déjà en route pour aller combattre l’armée Dragon ! Son pouvoir et ses compétences sont sans égal ! Quand nous arriverons, il ne devrait plus avoir grand chose à faire sinon nettoyer les petits bouts de Dragons de ci de là..."

"J’espère que vous avez un ’Plan B’ ," dit Agetoki.

Sukune le regarda bêtement. "Pourquoi on en aurait besoin ?" demanda-t-il, "Yakamo est invincible."

"Juste au cas où," dit Agetoki.

"Eh bien il se trouve que oui, on en a un," dit Yakamo (l’humain) d’un air bourru, "Montre-lui, tocard."

"Ne m’appelle par ’tocard’," couina Sukune.

"Montre leur !," grogna Yakamo.

"’Kay."

Sukune se dirigea vers un grand mât pas très loin, couvert de toile. Avec un petit sourire, il retira la toile, révélant une grande bannière pourpre couverte de runes et de symboles magiques. Ca suintait la Souillure de l’Outremonde.

"Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?" demanda Sanzo.

"Le Terrible Etendard de... um... Hida," Sukune sourit, "On l’a reçu ce matin." Il s’appuya contre l’étendard et croisa les bras fièrement.

"Reçu d’où ?" demandai-je en regardant l’étendard avec horreur... "T’occupes," dit Sukune.

"Ca marche comment ?" demanda Monsieur Kuni après avoir finalement réussi à remettre sa mâchoire.

"Facile, j’ai le mode d’emploi juste ici," dit Sukune, sortant un gros livre noir relié dans un cuir à l’air bizarre, "Tout ce qu’on a à faire est un sacrifice humain qu’on attachera à la bannière. Hey les mecs, vous avez Toku avec vous ?"

"Non pourquoi ?" ai-je demandé.

"Comme ça, pour rien," dit Sukune en souriant légèrement, "Je crois qu’on devra capturer un soldat Dragon, alors." Sukune cessa de s’appuyer sur l’étendard et recula pour mieux le regarder. Il tangua et s’écrasa sur lui avec un "CRUNCH".

"TOCARD !" hurla Yakamo avec horreur.

Et voilà. C’était dingue. Je me suis mis à courir et j’ai attrapé le bras de Monsieur Kuni. "Allez, Monsieur Kuni," ai-je dit, "Retournons en cours."

"Bonne idée," acquiesça Monsieur Kuni.

Donc, en plein milieu du chaos et du bordel ambiant alors que Yakamo et ses hommes essayaient de dégager le corps de Sukune du Terrible Etendard de Hida, on s’est enfui du camp à nous quatre. On s’est dirigé vers la sortie sud de la passe alors que la bataille commençait puis vers les terres Yasuki où on est resté avec ma famille pendant encore quelques jours jusqu’à ce que toute l’affaire soit classée.

Un matin j’ai entendu frapper à la porte. C’était Toku. Il avait une toute nouvelle armure et une nouvelle épée et un gros sourire sur le visage. Il nous a raconté toute la Bataille de la Passe de Beiden. Il se trouve que les Crabes ont perdu. Apparemment, l’oni a mystérieusement disparu juste avant que la bataille ne commence et les troupes Crabes étaient en désarroi après la mort accidentelle de Sukune. Les hommes de Toturi étaient encore un peu fâchés que je batte Dairya, mais ils ont dit que c’était pas grave tant que je gardais l’épée de Ginawa. Cela m’a semblé bizarre, mais bon, je n’ai pas trop protesté. Sanzo apprit que son cheval avait été abandonné au beau milieu du camp Toturi et qu’il était libre de venir le chercher quand il serait prêt à s’excuser auprès de Mirumoto Sukune pour avoir inventé toute l’histoire de l’"Armée de Sanzo". Il s’est acheté un nouveau cheval. Togashi Mitsu a décidé de laisser tomber les cours et de rejoindre l’Armée de Toturi, ce qui a rendu Agetoki heureux vu qu’il s’est dit qu’il aurait une autre chance avec Kamoko. Mais le temps qu’il revienne à l’école, elle sortait déjà avec le Ninja Shapeshifter qui, justement, s’était changé en Agetoki. Toku a décidé qu’il voulait aussi être dans l’Armée de Toturi. mais seulement à mi-temps, vu qu’il voulait finir ses études et devenir notaire comme son papa.

Quand à moi, j’en avais eu assez des combats. Cela avait été mémorable, et dans un sens malsain, rigolo, mais une fois était amplement suffisant pour moi. J’en avais fini avec les batailles.

Jusqu’au Jour des Tonnerres...


Tangen and Asami

---"R. Serena Wakefield" wrote :
>
> >Oh, étant la douce, innocente et naive Scorpion que je suis, voici
> >un peu de potins sur mon doux naif et junshin de frère. :> Il pense qu’Hida Serena
> est mignonne. ;>
>
> Elle se réserve pour Tangen.


>
WOAH-HO !

C’est mal, ça, Serena.

Normalement je me mèle pas de ce genre de choses : je laisse les autres faire leurs propres erreurs, au niveau relationnel (cela amène la sagesse) mais je crois que je dois intervenir, là. Je sais que d’habitude je garde ces histoires pour la liste L5RStory mais je suis en plein milieu de la Passe de Beiden, là, alors je vous confie ceci comme un intermède...

Laissez-moi vous dire une chose ou deux sur Bayushi Tangen.

J’étais en première au Lycée public Hantei XXIII et Agetoki, Sanzo, Toku et moi étions assis à la cafétéria à midi, mangeant de la pizza au riz réchauffée, quand Yogo Asami arrive. Bon, je sais pas si je l’ai déjà précisé mais j’étais un bon copain d’Asami et à l’époque elle me plaisait beaucoup. Elle était mignonne et extravertie et elle avait ce je ne sais quoi d’aura de trouble autour d’elle qui m’attire inévitablement.

Alors elle dit "Hey je peux m’assoir ?" et comme il n’y a pas de chaises de libre je me sens un peu bête et j’ai l’intention de me lever comme une truffe et de lui donner la mienne.

Mais Toku dit alors, "Bien sur, Asami, j’allais aller en cours."

"Le repas n’est pas fini avant vingt minutes, Toku," dit Sanzo, écrasant son petit carton de jus d’orange et le jetant dans une poubelle, la manquant d’un mètre.

"Je sais mais je dois y aller," dit-il, "Maintenant."

Agetoki se mit à rire. "Tu as cours de Médecine, non ?"

"Oui," Toku se mit à rougir.

"T’as cours avec Miss Bayushi, non ?" lança Agetoki.

"Oui," bafouilla Toku.

"Toku est amoureux de la prof- feuh ," chanta Agetoki.

"Laissez-moi tranquille," dit Toku en fixant le sol.

"Hey," dit Sanzo en se penchant en arrière, "C’est normal, Toku. Kachiko est plutôt sexy. (Sanzo était le genre de type qui appelait tous les profs par leur prénom - sauf Monsieur Kuni. PERSONNE ne l’embêtait, lui.) En plus, ça vaut mieux que la fois où tu étais amoureux d’Hantei XXXVIII."

On aurait dit que Toku allait répondre mais il s’est ravisé et est tout simplement parti. Asami a récupéré sa chaise.

"Hey, Agetoki," dit Asami, "C’est pas Mitsu là-bas avec Kamoko ?"

Agetoki s’est retourné. Mitsu et Kamoko étaient assis à une table pas très loin de nous (ceci se passe avant que Mitsu lâche l’école pour l’Armée de Toturi). Ils discutaient à voix haute du nouveau tatouage de Mitsu. Kamoko sourit un peu à Agetoki, puis l’ignora scrupuleusement. Agetoki a grogné quelque chose dans sa moustache que je ne répèterai pas ici puis il a quitté la cafétéria.

Asami a soupiré d’un air théâtral, ramenant l’attention vers elle.

"Qu’est-ce qui ne va pas ?" ai-je demandé comme un gamin.

Elle soupira à nouveau en fronçant un peu les sourcils. "Oh c’est encore ce salaud de Tangen. Tu sais il m’a plaqué il y a une semaine ou deux parce qu’il a dit qu’il pensait que je méritais mieux et que j’avais besoin d’espace et comme quoi c’était pas moi c’était lui et tout et tout tu sais." Le manque de virgules, c’est fait exprès. Elle n’a même pas fait de pause pour respirer.

"Ouais. Bon. Bref," elle a continué, "Je suis sorti avec Shiba Tetsu l’autre soir parce que je voulais rendre Tangen jaloux surtout qu’ils sont potes et tout et tout et maintenant je suis sur que Tetsu va le raconter à tous les autres mecs de sa bande et Tangen va être au courant et oh je sais plus..." Elle s’est affalée sur la table.

"Et alors ?" dit Sanzo en mettant ses pieds sur la chaise d’Agetoki.

"Et alors ?" dit Asami en relevant les yeux et en le regardant méchamment.

"Et alors, tu l’as fait pour rendre ce con jaloux non ?" dit Sanzo, "Tu voulais qu’il le sache, c’est pour cela que tu l’as fait. Donc il est au courant. C’est quoi le problème ?"

"Je suis sorti avec Tetsu !" dit Asami, "Que va dire Tangen ?"

"Il t’a plaquée, Asami," dit Sanzo, "Je pense pas que ça va le déranger."

Asami le fusilla des yeux.

"Tu veux qu’on sorte ce week end ?" demanda Sanzo.

"Bonne idée !" elle sourit et je me suis étranglé sur ma brique de jus d’orange.

Okay, Je réalise que c’était une conversation stupide. Maintenant. Bien sur, Asami était une tarée manipulatrice et une jeune fille troublée cherchant de l’attention mais à l’époque j’avais quinze ans et tout ce que je pouvais voir c’était combien elle était sexy dans son petit kimono bleu. Elle semblait être une chaude...

Je parie qu’elle est VRAIMENT chaude, maintenant, dans le désert et tout et tout...

Hi hi.

*soupir*

Nan, je pense plus à elle.

Tangen, je parlais de Tangen. Désolé. J’en étais où ?

Donc Tangen et Asami sont ressortis ensemble une fois ou deux (elle n’est sorti que cette fois là avec Sanzo et ni l’un ni l’autre n’en ont jamais reparlé. D’ailleurs aucun des deux ne s’est reparlé tout court, depuis). Asami avait ce genre d’attraction fatale pour Tangen. Il n’arrêtait pas de la larguer et elle n’arrêtait pas de lui retomber dans les bras. C’était un gars vraiment bizarre, genre artiste lunatique. Il n’arrêtait pas de lui donner ces excuses pitoyables et auto-flagellantes pour la larguer - IL n’était pas assez bien, ELLE avait besoin de plus de temps pour ses études, son CHIEN était malade (quel martyre celui-là...) et Asami s’en allait en pleurant, se plaignait à moi le lendemain midi, et ressortait avec lui une semaine plus tard.

Voilà mon expérience de Tangen. Prenez-la comme bon vous semble.

Keepin’ it real...
Yasuki Garou


Hidden Emperor, Chapitre Un

Pour moi, tout était de la faute de Sanzo...

J’étais là, dans la boue jusqu’aux genoux, à poursuivre un poulet dans une rizière au milieu d’un orage, avec un groupe de fanatiques tatoués aux trousses et l’armée de Yoritomo arrivant par derrière...

Okay, je devrais peut-être commencer mon histoire un peu plus tôt.

C’était il y a un an aujourd’hui. J’avais plus vu mes potaches de lycée (Toku, Agetoki et Sanzo) depuis un bon bout de temps. J’avais décidé de m’offrir quelques vacances de mon poste d’émissaire Crabe officiel à la Tribu Nezumi de la Troisième Moustache et d’aller leur rendre visite à Otosan Uchi. (Toku était le Capitaine de la Garde Impériale, croyez-le ou non, et il nous a eu des billets d’entrée à moitié prix. )

Je me souviens de notre première nuit là-bas. Toku a dit qu’il pourrait nous avoir une audience en privé avec Toturi. J’étais tout excité ! Bien sûr, la première fois que j’avais rencontré Toturi avait été plutôt décevante, mais je m’appliquais à croire qu’il était devenu sobre depuis. Après tout, c’était l’Empereur maintenant ! Et le plus grand héros de l’Empire !

Donc il était à peu près 22h quand j’ai frappé à la porte des Chambres Impériales.

"Hey, Garou," dit une voix à ma gauche. C’était Sanzo.

"Salut mon pote !" ai-je dit, heureux de le revoir après si longtemps. "T’es venu finalement !"

Sanzo haussa les épaules. "Mon cheval est tombé en panne et j’ai du appeler une dépanneuse. Alors on va de nouveau rencontrer Toturi !"

"Ouaip," ai-je répondu.

"Tu crois qu’il sera encore bourré ?"

Avant que je ne puisse répondre, la porte s’est ouverte, et le visage fatigué de Takuan nous faisait face. "Oh," dit-il, "Les amis de Toku. Le puissant Seigneur Sanzo et... Kakita Garou."

"Salut," ai-je dit, espérant qu’il ait oublié l’anecdote avec Dairya.

"Hey, des nouveaux !" cria une voice, "Ram’nez vos fesses ! La vêêth ne vait gueu commenc’Hips !"

Takuan leva les yeux au ciel et nous fit signe d’avancer. Bien évidemment, il y avait Toturi, bourré comme un cochon, une bouteille de saké dans une main et un tire-bouchon dans l’autre. Il était assis en caleçon avec son pantalon sur la tête.

"R’Gadez !" dit-il en secouant les jambes de son pantalon, "Ch’uis un labin !" Il se remit à écrire sur un bout de parchemin.

Toku, assis dans une chaise pas trop loin, souriait faiblement.

"C’est CA Toturi ?" soufflai-je.

"Bin, oui," toussa Takuan dans sa main, "En public, on s’arrange pour qu’il se taise, et il a de très bons conseillers. On prend la plupart de ses décisions pour lui. On n’avait jamais pensé qu’il arriverait vraiment à TUER Fu Leng. Maintenant ce bêta est Empereur et on doit lui obéir."

"Ch’uis l’Embereur !" s’exclama Toturi avant de se retourner pour faire quelque chose de pas très propre dans un vase. Il se remit à écrire.

On frappa à la porte. Takuan l’ouvrit et Matsu Agetoki rentra avec un visage sévère. Son visage était toujours sévère, et quand il vit l’Empereur il devint encore PLUS sévère.

"Yo, baby !" siffla Toturi, "D’as l’air de vouloir vaire la vête ze zoir !"

"Combien il s’en est sifflées, Takuan ?" grogna Agetoki.

"C’est sa cinquième bouteille de la soirée," répondit tristement Takuan.

"Qu’est-ce que vous écrivez, Monsieur ?" demanda tranquillement Toku a Toturi.

"Un Dégret Imbérial !" proclama Toturi avec une voix avinée, "De nouvelles lois ! Les Jartes bour dous les Glands !"

On l’a tous regardé fixement.

Toturi se mit à lire :

"Et le Gland du Crabe protègera l’Empire contre l’Outremonde. Et ils devront doujours barcher de gôté et bincer leur mains ensemble gomme ça." Il fit des petits mouvements de pinces de crabe avec ses doigts et se mit à bouger latéralement. Tout le monde m’a regardé.

"HORS de question que je fasse ça !" ai-je dit.

Toturi continua. "Et le Gland du Dragon sera nos philosophes. Ils porteront le Tao sur des petits bouts de papiers à l’intérieur de Gâteaux. Et ils dermineront jacunes de leurs vrases avec des broclamazions de numéros vétiches et de promozions zur les paguets de zauce."

"Um..." dit Agetoki.

"Et les armées des Licornes seront nos magistrats. Et ils devront imiter des canassons. Ils diront "Hiiiiiiihihihihi hiiiiiihihihihi, blblblbllblb" et ils bangeront des granulés !"

"Finalement tout d’un coup je suis content d’être un ronin," dit Sanzo.

"Et les Mantes auront toutes les terres dont on n’a pas besoin. Et ils ze boufferont la dête après avoir gopulés. J’ai lu za dans un bouquin." Toturi hocha la tête d’un air sagace.

"Je SAVAIS que son choix de Toku comme Capitaine de la Garde Impériale était un signal d’alarme." dit Takuan en secouant la tête d’un air mi-agacé, mi-désespéré.

"Et les Phoenix seront nos shugenja. Ils donneront leur sagesse en courant partout et en battant des bras tout en se mettant en feu."

"Qu’est ce qui lui prend ? C’est quoi qu’il boit ?" demandai-je.

"On a épuisé nos stocks de saké il y a trois heures," soupira Takuan, "maintenant il se siffle des bouteilles d’un genre d’Elixir Zokujin pour le Polissage des Pierres."

"Et les Naga seront les ch’ti zerpents ! Vaizez gaffes aux zerpents !" Toturi se fit un porte-voix avec ses mains pour cette dernière phrase qui fit écho alors que l’on se regardait avec désarroi.

"Et les Scorpions, z’est des grooooos vilains. Hihi."

On a attendu. Apparamment c’est tout ce qu’il avait à dire sur le sujet.

"Et les Grues," continua-t-il, "Seront gommandés par mon bouvoir d’Embereur de vondre dans l’eau gomme de la barba à baba."

"Moi j’aime bien celle-là," dit Agetoki.

"Et l’Armée de Toturi," continua-t-il, "Zera jassée jusgu’au dernier jusgu’à ce gue ze chien de Doduri zoit exéguté bour ses grimes gontre Rokugan de ma propre main. MUHAHAHAHAHAHAHAHAH !"

Takuan et Toku s’échangèrent des regards inquiets. Toturi était maintenant debout sur la table basse à gesticuler sauvagement avec ses proclamations.

"Et les Lions ! Ils seront tous mimis et câlins et dermineront leurs vrases bar ’snarf, snarf’"

"Bon, très bien," grogna Agetoki. Il tira la table basse de sous Toturi Premier, l’écrasant au sol. Agetoki sauta sur son ventre et se mit à lui foutre des patates en pleine face jusqu’à ce qu’il arrête de remuer.

"Euuuuuh... c’est à dire que... C’est quand même l’Empereur, sur les bords....," dit doucement Takuan, "Je pense que tu devrais, probablement, arrêter de lui taper dessus."

"Il est fou !" répondit Agetoki, "Il va relancer la Guerre des Clans avec son bordel !"

"Cela m’embête de l’admettre, Matsu," rétorqua Takuan, "Mais tu as raison. on va devoir intervenir, essayer de le laver, de lui redonner son hygiène de vie, le sevrer de l’alcool, le remettre sur le bon chemin."

"Mais comment ?" demandai-je, "C’est l’Empereur ! Ce serait la honte de l’Empire si on révèlait ça !"

"On DEVRA garder ça secret," dit Toku, "... d’une manière ou d’une autre."

On s’est tous tu pendant une minute.

"Et si on le kidnappait," dit Sanzo.

"Quoi ?" ai-je répondu, "Mais c’est stupide !"

"Non, écoutez-moi !" répondit Sanzo, "On sort discrètement avec Toturi, on le planque chez moi. J’ai une chambre d’ami. On le lave, on le désaoule et on le sèvre de la picole. Pendant ce temps, Takuan devient régent et fait croire que Toturi s’est fait kidnapper ! Et quand Mister T. sera tout propre et sobre, il sera tellement content de ce qu’on aura fait pour lui qu’il jouera le jeu ! On fera croire que c’est un coup des Crabes ou des Lions."

"HEY !" Agetoki et moi avont crié simultanément.

"Okay, gros bébés," dit Sanzo, "Les Scorpions alors. Ou un truc dans le genre. On s’en fout ! C’est pas comme si ils allaient vraiment avoir des problèmes à cause de cela, non ? Ca durera un mois, pas plus."

"Tu l’as appelé... Mister T. ?" dit Toku, héberlué.

"Silence, Toku," Takuan lui coupa la parole, "Les grandes personnes discutent maintenant. Ton idée, Sanzo. Ca pourrait marcher....Ca pourrait marcher..."

et c’est ainsi que tout a commencé...

A SUIVRE

Yasuki Garou (Rich Wulf) Crab Clan Ratling Wrangler (missing) ABC Courtier


Hidden Emperor, Chapitre Deux

On était resté debout toute la nuit et rien n’allait comme prévu.

Toturi était toujours complètement bourré, au bord de l’inconscience, et totalement taré. J’étais assis sur le lit de Sanzo à me masser les tempes, essayant de soulager mon mal de crâne. Derrière moi, l’Empereur criait combien on allait tous être assignés comme Laveurs de Chiottes Impériaux à vie pour tout ça, entre des babillements sourds quand Matsu Agetoki lui trempait régulièrement la tête dans un bac d’eau glacée.

"Tu peux pas te débrouiller pour qu’il arrête de hurler comme ça ?" demanda Sanzo, "Il va finir par réveiller mon proprio."

Agetoki leva les yeux d’un air fâché. Il avait remonté ses manches jusqu’aux épaules et il était trempé des agitations de l’Empereur, de l’eau dégoulinait de sa coiffe rouge.

"Tu veux le faire à ma place ?" demanda Agetoki.

"Euh... non.... ça me va." dit Sanzo en retournant son attention vers son journal.

Cela faisait une semaine qu’on avait mis au point le "kidnapping" de l’Empereur Toturi avec l’aide du lieutenant Takuan. Récemment, Toturi avait encore plongé plus profondément dans sa psychose sous saké et avait prévu de promulguer des chartes ridicules aux quatre coins de l’Empire. Bien heureusement, on a réussi à l’arrêter à la dernière minute : Takuan a réécrit les Chartes des Clans et on a ramené Toturi premier chez Sanzo pour le dessaouler. Malheureusement, ça marchait pas. Je commençais à croire que ça venait pas de l’alcool, que l’Empereur était tout simplement un timbré de première.

Soudain, on frappa à la porte. "Les mecs ! C’est moi, Toku ! Laissez moi entrer !"

Je me suis levé pour aller ouvrir la porte. Toku est rentré en vitesse en claquant la porte derrière lui. Son visage était en sueur et il avait l’air terrifié, son heaume était tout de travers.

"Eeeeh, Toku, qu’est-ce qui se passe ?" demanda Sanzo. Agetoki ne fit qu’une légère pause de son traitement avant de continuer à plonger la tête de l’Empereur.

"Je reviens tout juste du palais !" dit-il, "Ils s’inquiètent VRAIMENT sur le kidnapping de l’Empereur. Ils ne le prennent PAS à la légère ! Je suis venu ici aussi vite que j’ai pu. Ils se sont mis à interroger tout le monde, et c’est les Scorpions qui s’en prennent le plus dans la figure. Pour l’instant, Takuan nous couvre, mais je ne sais pas pour combien de temps."

"Je suis l’EMPEREUR !" cria Toturi, "Je vais tous vous forcer à nettoyer de près mon Impérialissime gros cblublublublublub..."

"Hmmm..." ai-je, "C’est pas cool. Surtout avec le bruit qu’il fait. On va se retrouver exécutés pour ça."

"Si on a de la chance," grommela Agetoki, "Sanzo, c’est l’idée la plus stupide que tu ais jamais eue."

"C’était l’idée de Toku !" répliqua Sanzo.

"QUOI ?" s’exclama Toku.

On frappa à nouveau à la porte.

Sanzo courut regarder par le judas.

"Qui c’est ?" ai-je demandé.

"Le Champion d’Emeraude," répondit Sanzo qui avait l’air vert...

On frappa encore, d’un air plus impatient.

"Tout le monde se tait," chuchota Sanzo en se cachant derrière le lit, "On fait comme si il n’y avait personne et peut être qu’il s’en ira."

"JE SUIS L’EMPEREUR BELEBELE PREMIER !" cria Toturi en recrachant de l’eau, "JE VAIS PROCLAMER QUE TOUTES LES GEISHA DE L’EMPIRE DOIVENT ME— bunk."

Agetoki avait cogné la tête de Toturi contre la table pour le faire taire.

"Okay, ça suffit. J’ai entendu," dit une voix à l’extérieur. On a entendu un gros -SHCHWINK !- et la porte s’est joliment séparée en deux parties exactement égales.

Et Kakita Toshimoko, Le Champion d’Emeraude, entra, katana au clair brillant sous le soleil.

"Um... salut !" dit Agetoki en enroulant rapidement la tête de Toturi dans une serviette. "Vous auriez pu frapper !"

"Oh, ta gueule, Lion," cracha Toshimoko. Puis il cligna des yeux. "C’est quoi CA ?" demanda Toshimoko d’un air tendu en montrant Toturi du doigt.

"C’est quoi quoi ?" demandai-je innocemment.

"CA, Crabe !" Toshimoko montra à nouveau du doigt, "Le truc qui ressemble à, oh, je sais pas moi, L’EMPEREUR !"

"Ca ?" Agetoki montra Toturi. "Euh... c’est un Presse-Papiers Impérial, une représentation grandeur nature de notre Altesse Royale. Vous aimez ?" Agetoki était un TRES mauvais menteur et il tourna la tête pour ne pas croiser le regard de quelqu’un.

"Foutaises," cracha Toshimoko, "Les gars, vous avez kidnappé Toturi Premier et c’est tout. Je pensais bien que Toku était un peu bizarre en ce moment." Le vieil homme pesta et rengaina son katana d’un mouvement rapide. "Laissez-moi le regarder."

Toshimoko traversa la pièce, dégainant son wakizashi d’un air absent en le lançant derrière lui, épinglant Sanzo au mur par sa manche alors qu’il tentait de s’enfuir.

"J’allais juste fermer la porte," dit faiblement Sanzo, tombant en essayant de décrocher l’épée.

Toshimoko attrapa le poignet flasque de l’Empereur.

"Bon, il est vivant," dit le Champion, "A peine." Il se pencha pour sentir l’haleine de Toturi. "GACK ! De l’Elixir Zokujin pour le Polissage des Pierres ! Qui lui a donné ça ?"

"Takuan a dit que c’était un cadeau des Licornes," ai-je dit.

"Ca leur ressemble bien," soupira t’il. "C’est puissant ce truc. Il restera bourré pendant des mois."

"DES MOIS !?!??!?" on s’est tous exclamé.

"Les Zokujin mangent des cailloux, vous voyez," dit Toshimoko, "Il leur faut beaucoup plus que de l’alcool normal pour les égayer un peu. C’est un truc puissant et dangereux. Hmm. Vous avez de la chance de l’avoir récupéré en ce moment."

"Des mois ?" répéta Toku, "Vous en êtes sûr ?"

Toshimoko regarda Toku d’un air glacial. "Ne mets JAMAIS ma parole en doute quand je parle d’alcool, Toku."

Toku laissa tomber.

"Mon proprio va hurler quand il va voir ça," couina Sanzo en regardant la porte coupée et le mur balafré. Il était toujours bloqué par l’épée de Toshimoko et essayait apparemment de trouver un moyen de sortir de sa chemise, pour la laisser tout simplement épinglée au mur.

"Hmm," dit Toshimoko en réfléchissant un moment, " Je pense que cela veut dire que l’on ne devrait probablement pas exécuter tous les Scorpions pour kidnapping d’Empereur, comme j’allais le faire."

J’ai avalé de travers. "Les exécuter TOUS ???!?!?"

Toshimoko haussa les épaules. "C’est une idée qu’on avait. Quoi qu’il en soit, maintenant je comprends pourquoi vous avez fait cela, les garçons. Les Fortunes seulent savent ce qui arriverait à Rokugan avec un Empereur qui tourne à l’Elixir Zokujin. Mais on doit le sortir d’Otosan Uchi. Je connais un endroit en terre Licorne... une amie à moi habite là-bas. Elle pourrait nous aider. Je pourrais nous faire sortir discrètement de la ville ce soir."

"QU’ESSSSS QUE VOUS MANIGANSSSSEZ DANS MON APPARTEMENT ????" cria une voix.

On s’est tous retourné. Un petit Naga brun était à la porte, regardant avec horreur la porte coupée et le wakizashi planté au mur. Sa queue bougeait d’avant en arrière avec irritation.

"C’est qui ça ?" demanda froidement Toshimoko.

"Euh, c’est juste Kazaq, mon proprio," couina Sanzo en ramassant une autre chemise par terre et en la mettant.

"Et QU’ESSSSS que SSSS’EST que SSSSSA ?!?!?" Kazaq pointa avec horreur la forme semi-consciente et comateuse de Toturi Premier. "Qu’esss que vous bricolez isssssi les garssssons ? Je devrais appeler la polisssss !"

"Je suis la police," dit Toshimoko.

Kazaq cligna des yeux d’un air effrayé. "Vous êtes toussss fous ! Je vais chercher des magisssstrats !" Il s’est retourné et se mit à s’enfuir.

Agetoki était juste derrière lui. Il sauta dans la rue, tacla Kazaq, le prit par la queue, et le tira d’avant en arrière, le cognant contre la sol encore et encore.

"C’était violent," dit Toku, "Agetoki, est-ce que tu as l’intention de résoudre tous nos problèmes en rendant les gens inconscients ?"

"Oui," répondit Agetoki en regardant autour de lui pour être sûr que personne ne l’avait vu. "Garou, où est-ce qu’on peut mettre ce gars pour que personne ne le trouve avant qu’il ne se réveille ? L’appart de Sanzo n’a plus de porte alors pour là on oublie."

Je suis sorti et j’ai jeté un coup d’oeil alentours. "Hmmm..." ai-je dit, "Tu pourrais le mettre dans l’allée là-bas près de la boutique de tatouage."

"Il sera en sécurité là-bas ?" répondit Toku, "C’est un quartier plutôt mal famé ?"

"Toku." ai-je dit, "Qu’est-ce que tu veux qu’il lui arrive près d’une boutique de tatouages ? Tu crois qu’il vont l’amener à l’intérieur pour le tatouer ou quoi ? C’est stupide."

Donc Agetoki tira Kazaq jusqu’à la Maison de Tatouages de Kokujin. Toshimoko nous fit signe de revenir dans l’appartement, sortant son wakizashi du mur à une main pour le rengainer.

"Ecoutez les mecs," dit il doucement. "Personne ne doit être au courant. Takuan, moi, vous, personne d’autre. Je suis sûr que Kazaq n’est pas sûr de ce qu’il a vu donc vous occupez pas de lui. A part cela, la seule autre personne en qui vous devriez avoir confiance est cette fille que je vous envoie rencontrer. Son nom est Iuchi Shahai, et elle devrait être cool."

On a tous acquiescé, heureux d’avoir la sagesse du Champion d’Emeraude avec nous.

"Maintenant allons vous sortir tous les cinq d’Otosan Uchi avant que quelqu’un d’autre ne se rende compte de la supercherie..."

A suivre...

Yasuki Garou
Imperial Kidnapper

Bon pied bon oeil vers l’Episode IV

Tous les zolis petits dessins ont été créés par Rich Wulf.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.