SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Rokugan 2000 > Inspirations > Rokugan 90210 ou la Légende du poulet caché (Legends of the Hidden (...) > Episode IV
Contribuer

Rokugan 2000

Rokugan 90210

Episode IV

dimanche 12 juillet 2009, par Yasuki Garou

Contient : Hidden Emperor, Parties trois, quatre et cinq

HANTEI XXIII
LYCEE PUBLIC
ALBUM DE FIN D’ANNEE

Iuchi Shahai

Fan Club de The Cure

Takuan

Etudiant en droit

Kakita Toshimoko

Equipe d’escrime

Retour précipité vers l’Episode III

Hidden Emperor, Partie Trois

"Frappe."

"Bon sang, tu frappes."

"Non, Sanzo, TU frappes !"

"Si vous la fermez pas, vous deux," grogna Agetoki, descendant de cheval et balançant le gros sac sur son épaule, "C’est MOI qui vais vous frapper."

Toku et Sanzo échangèrent un regard, et ils frappèrent tous deux à la porte.

Cela devait faire trois semaines depuis qu’on avait quitté Otosan Uchi, portant avec nous le corps à moitié conscient de Toturi Premier (C’est ça qu’il y avait dans le sac). Il avait apparemment consommé un genre d’Elixir Zokujin pour le Polissage des Pierres, et serait bourré pour plusieurs mois. Dans une tentative de sauvetage de l’Empire de son Empereurisation bourrée, mes amis et moi avions conspiré avec Takuan (maintenant régent) et le Champion d’Emeraude Kakita Toshimoko pour le cacher en lieu sûr en terres Licorne jusqu’à ce qu’il soit de nouveau sobre.

Mais cet endroit avait l’air bizarre. On devait rencontrer cette fille que Toshimoko conaissait, Iuchi Shahai. Cela avait l’air d’être la bonne adresse, mais il y avait un gros écriteau à l’extérieur avec la mention "Le Sanctuaire Ténébreux". Juste au dessus une autre pancarte où il était écrit "En construction - désolé pour le bordel !"

"Vous croyez qu’ils font quoi dans un ’Sanctuaire Ténébreux’ ?" ai-je demandé à Agetoki en attendant qu’ils répondent à la porte.

"Um... des trucs... ténébreux ?" répondit Agetoki en haussant les épaules.

J’ai mis une seconde à réaliser que c’était vraiment sa réponse. Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, la porte s’est ouverte, et une petite jeune femme en robes blanches et violettes s’est avancée.

"Je peux vous aider ?" demanda-t-elle en restant dans l’embrasure de la porte pour pas qu’on voie ce qu’il y avait derrière elle.

"Je suis Yasuki Garou. On est envoyé par Kakita Toshimoko," ai-je dit, "Il a dit que vous nous aideriez."

Elle leva les yeux au ciel. "Ce vieux loubard. Il a recommencé ?"

"Recommencé quoi ?" demanda Sanzo.

Elle soupira. "Il se trouve que je connais quelques sorts gaijin. Parmi eux il y a quelques bénédictions contre l’influence des poisons et de l’alcool. Alors à chaque fois que Toshimoko va téter sa bouteille, il se ramène ici sur ses fesses avinées pour que je le remette sur pieds. C’est lui dans le sac ?"

"Non, non," répondit Agetoki en souriant, "C’est l’Empereur. Par contre c’est en effet le sac de Toshimoko."

Le visage de Shahai se figea. "Vous devriez peut-être mieux rentrer."

On est entré tous les quatre, en suivant la petite prêtresse, Agetoki portant toujours Toturi sans effort. J’ai jeté un petit coup d’oeil autour de moi quand on est rentré. Les murs étaient de pierres noires et vertes, couvertes de slime et de mousses. On entendait au loin des ’clanks’ métalliques et le sifflement de la vapeur.

"Ca fout les jetons," dit Toku.

"Merci," dit Shahai, "J’aime beaucoup."

"Alors... qu’est-ce que tu fais dans un Sanctuaire Ténébreux, Shahai ?" ai-je demandé.

"Des trucs ténébreux," dit Shahai exaspérée, "Contentez-vous de me suivre. Et ne touchez à rien."

"C’est quoi CA ?" me chuchota Sanzo en tenant un gros couteau noir qu’il avait ramassé sur une table, "Ca a l’air MAL !"

"Repose ça !" ai-je répondu en lui arrachant des mains.

"Qu’est-ce qui se passe, là-bas ?" demanda Shahai en se retournant.

"Euh, rien !" ai-je répondu en cachant rapidement la lame derrière mon dos et en la glissant dans mon sac à parchemins pour pas qu’elle la voie.

Elle plissa les yeux d’une manière suspiscieuse et se remit à marcher. "Par là," elle nous indiqua une porte sur la gauche.

"Les mecs," chuchota Agetoki, "Je la sens pas, cette meuf."

"Tu déconnes ?" ai-je répondu, "C’est du 100% genre Fiancée du Diable qu’on a pêché..."

On l’a quand même suivi dans la pièce. Il y avait une grosse table en bois au milieu, une grande fenêtre au bout de la pièce et un ratelier à parchemins contre le mur. Agetoki tira Toturi du sac et le mit sur la table.

"Je suis un bon petit chien !" bafouilla Toturi en regardant ses pieds.

Je suis un shugenja, je me suis donc dirigé vers le ratelier pour jeter un coup d’oeil à ses parchemins, simple curiosité professionnelle.

"Ecarte toi de là !" s’exclama Shahai en fermant la porte.

"Euh... okay..." j’ai jeté un coup d’oeil rapide au ratelier, "Ca veut dire quoi, "Extérioriser les Ténèbres" (’Drawing Out the Darkness’) ?"

"C’est pas tes affaires," répondit elle en souriant d’un air pincé, "Jetons un coup d’oeil à notre ami."

J’ai été regarder par la fenêtre avec Toku pendant qu’elle examinait l’Empereur. Au loin on pouvait voir une énorme armée à l’horizon. Ils ne portaient pas de bannière, n’avaient pas de mon. Ils marchaient lentement, tête basse, la poussière de la route tourbillonnant autour d’eux. Au soleil, leur armure brillait d’un Rouge Sang éclatant.

"Scorpions," dit Toku.

"Combien ?" ai-je demandé.

Toku s’est mis à compter pendant une seconde. "Tous," dit-il, "Qu’est-ce que tu crois qu’ils font si loin vers le nord ?"

"Je sais pas," ai-je dit en les regardant à nouveau, "Cela n’a probablement rien à voir avec nous."

"Okay, avant que l’on commence," dit Shahai en choisissant un parchemin du ratelier et en le survolant des yeux, "Je dois savoir quelques infos. Les sorts que je lance sont très sensibles aux magies sombres. Toute interférence des pouvoirs des ténèbres pourrait... changer le sort. Est-ce que vous portez ce genre de choses avec vous ?"

"Nan," ai-je dit.

Agetoki secoua la tête.

"Moi non plus," dit Toku.

"Tu veux dire, de la maho, par exemple, c’est ça ?" demanda Sanzo d’un air peu sûr.

"Oui," répondit Shahai en le regardant tout à coup d’un air sérieux.

"Oh," dit Sanzo, "Non, non. Rien de ce genre." Il avait l’air soulagé.

Shahai le fusilla du regard. "De QUOI tu pensais que je parlais ?"

"Eh bien, c’est à dire que, euh..." Sanzo rougit, "C’est rien. C’est pas grave."

Shahai secoua la tête. "C’est dingue ce que je peux faire pour l’Empire. Commençons. Agetoki, Sanzo, tenez fermement Toturi."

Agetoki attrapa les épaules de Toturi et Sanzo prit ses pieds. Shahai déroula le parchemin en attrapant de gros morceaux de Jade de l’autre main, et se mit à ses côtés. Elle se mit à incanter doucement, et le Jade se mit à briller d’un bleu sombre.

Toturi leva les yeux vers Shahai. "Salut, Licorne !" dit-il gaiement, "Je pourrai aller faire un tour de poney après ça ?"

Shahai continua d’incanter en ignorant les délires de l’Empereur. Je me suis assis sur une chaise pour regarder. Quelque chose dans mon sac gênait mon dos. Je me demandais ce que cela pouvait être, vu qu’en général c’est là que je mettais mes parchemins. J’ai plongé la main dans—

Uh oh.

"ATTENDEZ !" ai-je crié, "Arrêtez le sort !"

J’ai décroché mon sac et je l’ai jeté sur le sol. Quand j’en ai sorti le couteau noir, il brillait déjà d’une lueur verte, alimentant la magie du sort de Shahai.

"Ca a l’air mal !" ai-je dit, "Qu’est-ce qui se passe ?"

"Par les Sept Tonnerres !" cria Shahai, "C’est la Lame d’Obsidienne ! L’un des artefacts ténébreux les plus puissants de Rokugan, dépassée seulement par la Main et les Lames de Sang ! Le Ténébreux seul sait ce que cela va faire à mon sort !"

Je me suis dit que ce n’était pas non plus le moment de mentionner la Lame de Sang que je portais aussi sur moi.

Un énorme globe d’énergie verte est apparu au dessus de la table, vibrant de pulsations malsaines.

"Euh..." dit Toku, "On fait quoi, là ?"

"TIREZ-VOUS !" cria Agetoki. Il attrapa Sanzo et Shahai et sauta par la fenêtre. Toku et moi étions sur ses talons, sautant hors de la pièce alors qu’elle explosait dans un feu verdâtre au son d’un rire démoniaque faisant écho derrière nous.

On s’est assis dans les buissons au dehors pendant un instant, reprenant notre souffle et essayant d’éviter de croiser le regard de Shahai.

"Bien," dit-elle gravement, "Je peux dire au revoir à mon laboratoire. J’espère que t’es content de toi, Crabe. Tant que j’y suis, je pense que je vais récupérer CECI maintenant." Elle m’arracha la Lame d’Obsidienne des mains. J’essayais de mon mieux d’avoir l’air gêné.

"Hé les mecs ?" demanda doucement Toku, "Quelqu’un a pensé à attraper l’Empereur ?"

"Par les Fortunes, non !" sursauta Agetoki, "Il était toujours là-dedans !"

Shahai se frappa le front de désespoir. "Zut. Aucun moyen de savoir ce que cette surcharge lui a fait, mais je parie que c’est pas joli."

"BUK-GAWK !" Le bruit venait d’au dessus de nous.

On a tous levé les yeux. Un petit poulet noir était perché sur les restes du rebord de la fenêtre, avec sur la tête une toute petite version de la couronne de Toturi. Il battit des ailes et atterrit sur le sol près de nous.

En soupirant, Agetoki l’attrappa, le fourra dans le sac, et s’assit lourdement sur une pierre.

"Bien, j’espère que tu es fier de toi, Yasuki Garou," siffla Shahai, "Tu viens de transformer les derniers espoirs de paix pour notre Empire en POULET."

"Vous pouvez... euh... vous pouvez arranger ça, hein ?" demanda Sanzo.

"Non, en fait je ne peux pas," dit elle doucement, "Je pense qu’en temps normal ce serait possible, mais, je sais pas si tu as remarqué, mais VOUS VENEZ DE DETRUIRE MON LABORATOIRE !" cette dernière phrase avait été dite plus fort avec un regard assassin dirigé vers moi.

"Alors on fait quoi maintenant ?" couina faiblement Toku.

"Les Phénix !" dit Agetoki, "Les Sages des Phénix sauront ce qu’on doit faire !"

"Ouais c’est ça," grommela Shahai, "Z’avez besoin de magie, appelez un Phénix. Personne ne fait jamais confiance aux Licornes." elle fourra la Lame d’Obsidienne dans son obi en reniflant dédaigneusement.

"Tu veux venir avec nous, Shahai ?" demanda Toku en souriant aimablement, "Un shugenja de plus ne nous ferait pas de mal !"

Shahai s’est simplement retournée et s’est éloignée en grommelant.

"Bon bin, c’est fait, c’est fait," dit Sanzo, "Bien joué, Garou. Tu viens de tuer l’Empereur"

"Hey," ai-je dit, "Il est pas mort, c’est juste un poulet ! En plus, rien de tout cela ne se serait produit si TU n’avais pas eu l’idée de le kidnapper, d’abord."

Sanzo secoua la tête. "Bien, on n’avait pas trop le CHOIX, après que Môôôôsieur Matsu PAFgetoki lui foute une raclée."

Agetoki cracha sur le sol. "Ah oui ? Eh bin n’empêche que si TOKU—" il laissa sa phrase en suspens en montrant Toku du doigt, cherchant quelque chose à dire.

C’est alors qu’on a réalisé que Toku n’avait pas réellement fait quelque chose de mal cette fois-ci. Toku sourit.

Ca nous a clairement calmé, comme une douche froide.

Alors on est remonté en silence sur nos chevaux et on s’est dirigé vers les montagnes.


Hidden Emperor, Partie Quatre

Sanzo se mit debout en haut de la montagne et se mit à crier.

Une minute plus tard, il revint près de notre feu de camp, ses yeux fous et ses cheveux pleins d’épis.

"Pourquoi t’as fait ça ?" demanda Agetoki en levant les yeux de son bol de riz.

Sanzo s’assit et regarda amèrement le feu. "Ca fait six semaines qu’on est là," lança-t-il, "Je veux rentrer à la maison."

"On peut pas rentrer tant qu’on n’a pas soigné l’Empereur," dit Toku.

"L’Empereur n’est pas malade," dit Sanzo, "C’est un poulet alcoolique. C’est un poulet et tout est de la faute de Garou." Il me montra du doigt avec un regard berserk au fond des yeux.

"De MA faute ?" ai-je répondu.

"On va pas recommencer," répondit Agetoki, "Il ne faut pas se voiler la face. L’Empereur est un alcoolo. On l’a kidnappé pour le rendre sobre et il se trouve que fichtre sait comment maintenant c’est un poulet et on est responsables. On doit trouver un Phénix pour qu’ils le remettent en place avant que l’Empire ne s’écroule en son absence."

"Joli résumé, Agetoki," ai-je dit.

"Merci," dit Agetoki en prenant une autre bouchée de riz.

Un mois et demi après notre visite désastreuse au Sanctuaire Ténébreux de iuchi Shahai, on s’est retrouvé dans les montagnes Phénix. On essayait de trouver des shugenjas du Clan du Phénix, les seuls de Rokugan qui avaient suffisemment de magie pour soigner les problèmes de l’Empereur, mais au bout du compte tout ce qu’on faisait c’était trembler de froid et se retrouver de plus en plus perdus.

"On les trouvera JAMAIS, ces mecs," couina Sanzo.

"Qui, les Phénix ?" demanda Agetoki.

"Qui— ? Evidemment les Phénix !" râla Sanzo, "Et on ne les trouvera JAMAIS ! Depuis les jolis petits feux d’artifices de Tsuke pendant le Jour des Tonnerres, il en reste combien, quatre ? Ils pourraient être n’importe où !"

"Je partagerais bien tes peurs, Sanzo," dit Agetoki, "Mais je crois que tu ne vis que pour te plaindre, et retirer ta raison de vivre serait cruel."

"Ouais, merci mon pote," Sanzo jeta une brindille dans le feu avant de se casser. Il était plutôt en colère depuis qu’on était dans les montagnes. Son nouveau cheval avait le vertige et l’avait fait tomber en ruant à peu près six fois, la dernière directement dans un nid de fourmis rouges. Alors il se plaignait beaucoup. Et se grattait fréquemment.

Toku se leva et s’approcha du sac en toile qui contenait le petit poulet noir qui autrefois était Toturi Premier. Il caquetait faiblement. "Hé les mecs ?" dit Toku, "On devrait peut-être le sortir du sac un petit peu. Ca doit pas être bon pour lui d’être coincé là-dedans tout le temps."

"Et pourquoi ?" demanda Agetoki.

Toku haussa les épaules. "Je pense juste qu’il lui faudrait de l’exercice. Si c’est devenu un poulet, il pourrait au moins être un poulet en bonne santé."

"Mais si tu ouvres le sac, il va s’envoler !" ai-je dit, "Et là on sera vraiment dans la merde !"

"Il ne va pas s’envoler !" dit Toku, "J’ai grandi dans une ferme. Fais moi confiance, les poulets ne volent pas très bien."

"Bon, okay," ai-je dit à contrecoeur. "Mais garde un oeil sur lui. S’il s’enfuit, tu devras le rattrapper."

"Compris, Garou !" sourit Toku.

Il ouvrit le sac.

Le poulet s’est envolé.

On l’a tous regardé comme des cons alors que le petit poulet nois s’envolait d’un air gracieux vers le soleil.

"C’est quoi ce BORDEL ???" tonna Agetoki en se propulsant debout, "JE CROYAIS QUE T’AVAIS DIT QUE LES POULETS SAVAIENT PAS VOLER, TOKU !!!"

"Euh... ils savent pas," dit Toku en tenant toujours le sac vide d’un air étonné.

"Techniquement," dit Sanzo en s’appuyant contre un arbre et en se massant le dos, "Toturi c’est un coq."

"Mais c’est—" bégaya Toku, "C’est la même chose ! Un coq, un poulet, y’a pas de différence ! Les poulets sont pas supposés voler aussi bien !"

"Wow," remarqua Sanzo en protégeant ses yeux du soleil, "Regardez comme il s’éloigne."

"C’est quand même l’Empereur," ai-je dit, "Et le Tonnerre du Clan du Lion. C’est peut-être pour cela qu’il vole si bien."

Agetoki grogna, et jeta son riz au loin en cognant un arbre, "Eh bin putain de *Censure Parentale*. Qu’est-ce qu’on va faire, maintenant ??"

"Attendez," ai-je dit en sautant sur un rocher en essayant de noter la trajectoire du poulet noir, "Il se dirige vers un grand monastère. Il va surement essayer de s’y arrêter pour trouver à manger."

"Ou plutôt du sake," dit Sanzo, "Ca RESTE Toturi."

Donc on a vite ramassé nos affaires, éteint le feu, et couru vers nos chevaux. On a galopé à travers les montagnes jusqu’à ce que le monastère soit dans notre ligne de vue. C’était un batiment de pierre taillée, creusé directement dans le flanc de la montagne. Il y avait d’énormes statues de corbeaux, le symbole de Shinsei, des deux côtés de l’entrée. Une douce cascade ruisselait sur le flanc du monastère, et on pouvait entendre le son de tambours résonner depuis l’intérieur. Il y avait un énorme écriteau au dessus de la porte : "MAISON DU TAO." Il y avait un plus petit panneau en dessous "PLUS DE 2 000 000 D’ILLUMINES." et encore un plus petit panneau écrit à la main dessous "nouveau gérant."

"C’est magnifique !" dit Toku, "Et tellement paisible."

"Paisible. Ouais. Bref," dit Sanzo, "Allons chercher ce poulet."

Donc on s’est approché de la porte et on a frappé avec l’un des immenses anneaux de bronze encastrés dans la porte.

"Ne touche à rien cette fois-ci, Sanzo," a prévenu Agetoki en descendant de son cheval et en le dominant de sa taille massive.

"Si tu parles encore de cette Lame d’Obsidienne, c’était la faute de Garou bon s..." Agetoki regarda Sanzo et Sanzo s’est tu comme par miracle.

Les portes massives s’ouvrirent en grinçant. Un petit homme nous fit face, crane rasé et torse nu. Il avait un gros criquet sur le ventre. "Bienvenue, samurai," dit-il doucement, "Je suis Hoshi Maseru. Comment puis-je vous aider sur votre voie en ce jour ?"

"On est à la recherche d’un poulet," ai-je dit, "Il est passé par ici."

Les sourcils du moine froncèrent de concentration. "C’est un genre de question philosophique, c’est ça ?"

On a échangé quelques regards.

"Non, non, ne m’aidez pas !" dit il en levant les paumes, "Je dois trouver tout seul. ’Vous êtes à la recherche d’un poulet’ Un poulet c’est le symbole de la peur, c’est ça ? Les samurai ne connaissent pas la peur. Donc, vous êtes à la recherche de la peur pour mieux connaitre le courage ! Exactement ! Donc vous cherchez à tester vos capacités !"

"Non, attends," dit Agetoki.

"PAS LE TEMPS D’ATTENDRE POUR L’ILLUMINATION !" cria le petit moine, "KIIII-YAII !!" et il se mit à charger Agetoki, à toute allure.

Maseru se lança dans un coup de pied sauté. Agetoki fit un pas de côté, attrapa la ceinture du moine et le fit tourner puis il le balança dans les lourdes portes de bronze avec fracas. Les yeux du moine se sont dilatés et il glissa le long du mur comme une masse.

"Génial !" s’exclama Sanzo totalement exaspéré, "C’est REPARTI, Matsu ! On vient demander l’aide des moines et quelle est la première chose que tu fais ? T’en tues un. Bon boulot."

"Non !" dit Maseru en sautant rapidement sur ses pieds, "Je suis pas mort ! Tout va bien !" Il épousseta la poussière de son torse. "Bon sang, ça fait mal."

"J’espère bien," répondit Agetoki, "Pour ton propre bien, tu ferais mieux de ne JAMAIS recommencer ça."

Maseru acquiesça.

"Tant qu’on y est, nous ne sommes pas des philosophes," ai-je ajouté, "On est vraiment venu ici à la recherche d’un poulet. Un noir. A peu près grand comme ça," j’ai fait un signe de mes mains.

"En fait c’est un coq," dit Toku.

"Oh !" dit Maseru en hochant la tête, "Désolé du malentendu, je suis nouveau ici. Un poulet, hmmm ?" il pinça les lèvres en réflexion et contempla ce que contemplent les philosophes quand ils pensent. "Nan, désolé. Je peux pas vous répondre. Vous devriez parler au boss."

"On aimerait bien," ai-je dit, "c’est très important."

Alors Maseru nous guida dans la Maison du Tao. C’était un endroit sympa, avec plein de petites statues de Shinsei, de jardins-histoires et de tapisseries célébrant les précédents Moines du Mois. J’ai jeté un coup d’oeil à la tapisserie de ce mois-ci. On y voyait la photo d’une femme chauve portant un katana, avec un tatouage de corbeau sur le front. La légende était "Hoshi Eisai ! Quel canon !!" et les deux points d’exclamations étaient soulignés d’une ligne arrondie, comme un petit smiley. J’ai conclu que ces moines devaient être enfermés ici depuis trop longtemps.

"Hoshi est par là," dit Maseru en ouvrant une porte et en nous dirigeant dehors. La cour était très grande, ce qui n’était pas plus mal vu que son occupant était aussi très grand. C’était un dragon massif avec le torse, les bras et la tête d’un homme, enroulé au milieu de la cour en nous tournant le dos. A côté de lui il y avait une armure en or qui brillait et semblait inutilisée. Un homme en armure verte décorée avec des motifs de dragons et de serpents lui parlait avec diligeance.

"Ahem," dit Maseru, "Seigneur Hoshi, Daini-sama, ces personnes sont là pour vous voir."

"LE Daini-sama," corrigea vivement l’homme en vert, "Je dois vous le répéter combien de fois, que c’est LE Daini maintenant ?"

Maseru toussa nerveusement. "Eum. Je suis désolé, le Daini-sama."

"C’est mieux."

"Quoi qu’il en soit, ils sont venus vous parler d’un poulet," dit Maseru.

"BORDEL MAIS C’EST QUOI CE TRUC ???" s’exclama Sanzo.

J’ai pris une seconde à réaliser qu’il parlait d’Hoshi. Ayant grandi sur le Mur Kaiu, j’avais l’habitude de voir des monstres un peu tous les jours, donc un de plus ne me dérangeait pas. En plus j’avais combattu pendant le Jour des Tonnerres avec Agetoki et Toku et j’avais vu toutes sortes de choses dans l’armée de Fu Leng. J’avais oublié que ce jour là Sanzo nous avait appelé pour nous dire qu’il "était malade".

"Excuse moi ?" dit fermement Hoshi en nous regardant par-dessus son épaule.

"Vous occupez pas de lui," dit Agetoki en se mettant devant le ronin à grande gueule. "Je suis Matsu Agetoki, général du Clan du Lion. Voici mes compatriotes - Yasuki Garou, shugenja Crabe, Toku, Capitaine de la Garde Imperiale et notre garçon d’étable, Sanzo."

"Ils ont un gros lézard dans leur jardin," grommela Sanzo en regardant Hoshi avec les yeux comme deux ronds de flanc.

"Bien le bonjour, Matsu-san," tonna profondément Hoshi en tournant vers nous son corps massif dont les écailles brillaient dans le crépuscule. "Vous voulez un Tatouage ?" il attrapa un couteau et un pinceau sur une table toute proche.

"Euh... non, ça ira," dit Agetoki.

Hoshi haussa les épaules en fronçant légèrement les sourcils. "Chacun sa route. Tant que j’y suis, voici mon pote Daini."

"LE Daini," dit le samurai en croisant fermement les bras.

"Hm," dit Hoshi, "Le Daini ici présent a passé un petit bout de temps avec les Naga. Maintenant il veut que je les aide dans leur guerre sacrée pour écraser le Daimyo du Clan du Dragon, qui est de plus son frère."

"SOEUR," dit Daini, "Hitomi est ma SOEUR !"

"Ouais, okay Daini," dit Hoshi sans le regarder, "Tu devrais un peu marcher. T’es tendu ces derniers temps. Tu devrais un peu désserrer ce gros casque."

"LE Daini !"

"LE Daini !" dit Hoshi, "Bien ! Je me suis servi du petit article que Qamar t’as donné. Va marcher. Maintenant." il fit mine de le repousser avec ses mains.

Le Daini grommela quelque chose dans sa barbe puis est parti.

Hoshi hocha la tête. "Un gosse étrange," dit-il, "Toute la famille est bizarre. Satsu était un taré à suivre Yakamo comme ça. Ca lui apprendra. Ensuite il y a Yukihira le taré aux épées — ce mec a besoin d’une moeuf pas d’une autre épée si vous voulez mon avis. Et c’est quoi comme nom, Yukihira ? Bref, leur frère Hitomi c’est le pire du lot. Perché sur sa montagne à commencer des guerres et a donner des tatouages à tout le monde qui passe dans le coin." Il soupira grandement. "Il a fait combien de tatouages la semaine dernière, Maseru ?"demanda t’il.

"On en a compté six de plus," répondit le moine.

Hoshi soupira. "Je ferais mieux de me mettre au boulot, alors."

"Attendez," interrompit peureusement Toku, "Les Dragons sont en guerre ? Pourquoi ?"

"Eh. Nagas. Qui sait ?" dit Hoshi, "Ils disent que le premier fils de le Qamar a été kidnappé par leur culte de tatoueurs. Un type nommé Kazaq. C’est surement des conneries."

"En fait, Kazaq c’est mon—" Sanzo se tut en plein milieu de phrase après un coup à la gorge nonchalant d’Agetoki. Sanzo acquiesca à Agetoki et fit un pas en arrière en reprenant son souffle.

Génial. Le proprio de Sanzo, celui qu’on avait laissé inconscient près d’un magasin de tatouages, était le premier-né de l’Akasha. Une nouvelle catastrophe nationale à rajouter sur notre liste. Je me suis appliqué à éviter de croiser le regard d’Hoshi à ce moment.

"Zut, c’est nul," dit doucement Toku. Je me doutais que le petit bonhomme se sentait mal d’avoir déclenché une autre guerre de clan, et tout et tout...

"Eh. C’est la vie," dit Hoshi, "Hey, petit gars, tu veux un tatouage ?" Il atrapa de nouveau le couteau et le pinceau.

"Non, ça ira," dit Toku, "Ma mère me tuerait si j’en avais un." Hoshi haussa les épaules, déçu.

"C’est quoi ton problème avec les tatouages ?" demanda Sanzo d’une voix brisée.

"Qu’est-ce que tu veux dire ?" répondit Hoshi, "T’en veux un ?" Il attrapa à nouveau ses outils.

Maseru, bien heureusement, les a interrompus. "Maitre, ils sont à la recherche d’un poulet."

"Un quoi ?" dit Hoshi en laissant le couteau à sa place.

"Un... poulet," répondit Maseru.

"Bon sang, non," dit Hoshi, "Pas maintenant !"

"Non, on est sérieux," ai-je dit avec urgence, "L’un de nos très bons amis a été transformé en poulet à cause de la maho. Il s’est échappé et s’est envolé par ici. Vous l’avez vu ?"

"Moi aussi je suis sérieux !" s’exclama Hoshi, sa queue bougeant nerveusement, "Je dois maintenant vous dire quelque chose, quelque chose que je n’ai jamais dit à personne d’autre. Etes vous prêts ?"

"Ouais, je crois qu’on est prêts," ai-je dit en regardant nerveusement mes amis.

"La prophétie..." dit Hoshi, sa voix faisant trembler la montagne, "La prophétie du Poulet Noir !!!"

"Okay, je me casse," dit Sanzo en se retournant. Agetoki l’attrapa par la peau du cou.

"Le Poulet Noir arrive..." dit Hoshi en fermant tristement les yeux et en s’appuyant sur ses anneaux, "Et il porte dans ses nobles pattes la seule lueur d’espoir, la dernière chance de paix de tout Rokugan... Seuls les plus grands héros de l’Empire peuvent trouver le Poulet Noir... La Crinière De Feu, l’Innocent, le Magicien et le Bouffon. Ces Quatres amènent l’espoir, mais ils amèneront aussi le chaos et la destruction à quiconque croisera leur chemin..."

"Hm," dit Sanzo, "On ferait mieux d’éviter ces quatre types."

Agetoki le fixa pendant une seconde. "C’est nous, imbécile."

Sanzo cligna des yeux. "Tu déconnes... Vraiment ? Lequel je suis ?"

"Devine," dit sèchement Agetoki.

"Hey !" cria Sanzo, "je suis pas un Bouffon ! Ca doit être Toku !! Je dois être le Magicien, moi, ou un truc du genre."

"Je suis shugenja," ai-je dit, "Donc je suis évidemment le Magicien. Agetoki est la Crinière de Feu. Toku est l’Innocent."

"Après cette fameuse nuit dans la Chambre Pourpre avec Chinoko," pouffa Agetoki, "Sanzo n’est certainement pas l’Innocent."

"Huh ?" dit Toku, "C’est quoi cette histoire ? C’est qui Chinoko ?"

"On peut revenir à nos moutons, s’il vous plait ?" demanda poliment Hoshi. On s’est tous calmés et on a arrêté de se moquer de Sanzo. "Bref," dit Hoshi, "Seuls les plus grands héros de l’Empire peuvent trouver le Poul..."

"Vous avez déjà dit tout ça," ai-je interrompu.

"Oh," répondit Hoshi. Il réfléchit une petite seconde. "Sanzo m’a tout fait mélanger. Donc, genre, le Poulet est vachement important et tout et tout. Trouvez-le. Je ne l’ai pas vu, mais je vais vous aider. Maseru va vous accompagner."

"Je connais bien ces montagnes !" dit Maseru avec enthousiasme.

"Bien," dit Toku, "Parce que Sanzo nous a perdu."

"MOI ???" dit Sanzo.

"La ferme ou je te refrappe la gorge," dit Agetoki.

Sanzo se tut.

On s’est donc tourné vers la sortie de la Maison du Tao, déçus de ne pas être plus proche dans notre quête de Toturi, mais dans un sens réjouis par la prophécie d’Hoshi et l’offre d’aide de Maseru. On ne pouvait pas échouer. La Destinée était de notre côté. J’étais le dernier à sortir.

"Hey," dit Hoshi, "Toi là avec le chapeau."

"Ouais ?" je me suis retourné.

"Tu veux un tatouage ? Ca sera pas long !"

J’ai regardé autour de moi. "Ca sera pas un dessin idiot, hein ?"

"Uniquement ce que tu as au fond le l’âme," dit-il fièrement en prenant son couteau et son pinceau, "Je te donne le pouvoir de libérer ton feu intérieur !"

"Et, si c’est un chaton ou un truc bizarre dans le genre ?"

"Euh..." dit Hoshi d’un air absent en regardant son pinceau, "Ca n’arrive presque jamais."

J’y ai réfléchi pendant une minute.

"Okay," ai-je dit, "Ca va pas me tuer."

Hoshi sourit.

A SUIVRE...


Hidden Emperor, Partie Cinq

"Allez, laisse-nous le voir !" dit Sanzo tout excité.

"Ouais, laisse-nous voir ton tatouage, Garou," ajouta Toku.

J’ai remonté ma manche droite, montrant le haut de mon bras. J’ai enlevé le bandage pour révéler le tattoo tout frais.

Ils ont tous fixé mon bras sans rien dire.

J’étais au milieu des terres Dragon avec mes amis Toku (Capitaine de la Garde Impériale), Matsu Agetoki (Général de la Cavalerie Lion) et Sanzo (juste Sanzo). Nous étions actuellement à la recherche de l’Empereur, Toturi Premier. Un peu de notre faute et du à des facteurs trop étranges à expliquer, il avait été transformé en poulet. Dans notre recherche du Poulet Impérial, on s’était arrêté à la Maison du Tao, où Hoshi le demi-Dragon nous avait offert ses conseils, une prophétie, et l’aide efficace du jeune moine, Maseru. Il nous avait aussi proposé à chacun un tatouage magique. j’étais le seul a avoir accepté.

"Wow," dit Sanzo, "C’est une meuf en bikini avec un gros marteau ! Je l’aime bien."

Toku pencha la tête pour lire la bannière enroulée autour de la jeune fille en petite tenue. "Ca dit ’Les Crabes font ça de côté’," dit Toku d’un air confus, "Ca veut dire quoi ?"

"Je préfère pas savoir," ai-je répondu, "Ca s’enlève ce truc, hein ?"

Maseru eut l’air sidéré. "Bien sur que non que ça s’enlève pas ! C’est une expression de ton âme !"

J’ai cligné des yeux. "Huh ? Qu’est-ce que ce truc à en rapport avec mon âme ?? Hoshi est un artiste tatoueur qui marche à la fumette et qui ne veut pas prendre ses responsabilités pour le bordel qu’il m’a mis sur le bras !! Je dois vivre avec maintenant !"

Maseru secoua tristement la tête. "C’est marrant. Tout le monde dit ça. C’est juste que vous comprenez pas."

J’ai encore frotté mon bras. J’espérais que cela ne s’infecte pas. "C’est facile à dire pour toi !" ai-je dit "t’as juste eu un criquet ! Regarde-moi ça !!" Je lui ai à nouveau montré mon bras.

"Il est relativement bien fait, quel qu’en soit le contenu, Garou," observa Agetoki.

"Ouais, ben..." Je l’ai regardé à nouveau, "Je crois qu’elle est plutôt pas mal. Ce sera pas aussi joli quand j’aurai soixante-dix-neuf ans, mais... Oh de toutes façons, on n’a pas le temps d’y remédier maintenant. Qu’est-ce que vous croyez qu’il fait ?"

"Fait ?" demanda Sanzo.

"Ouais," ai-je répondu, "Tous ces tatouages Dragons sont sensés vous donner des pouvoirs magiques."

"Hé je savais pas ! J’y retourne !" s’exclama Sanzo en faisant faire demi-tour à son cheval. Agetoki le regarda méchamment et il s’est arrêté.

"Maseru, il fait quoi le tien ?" ai-je demandé au moine qui marchait tranquilement à ma gauche.

"Mon tatouage ?" répondit le moine. Il sourit largement. "Il me permet de communiquer librement avec toutes les sortes de criquets."

Je me suis arrêté. "C’est tout ?" ai-je demandé.

Maseru acquiesça. "C’est génial, non ? Je me considère chanceux."

J’ai secoué la tête. "mais mon ami Togashi Mitsu était un ise zumi, et il pouvait faire plein de choses. Il pouvait cracher du feu et se soigner et courir très très vite et, ben, plein de choses."

"Ah," dit Maseru, "Ces tatouages doivent venir du sang de Togashi. Cette nouvelle génération d’ise zumi : moi, toi, et quelques autres, on doit se contenter du sang d’Hoshi ou d’Hitomi. Il est un peu dilué. Des fois il y a des effets... bizarres."

"Finalement je suis content de pas avoir de tatouage," bredouilla Sanzo.

On a continué à marcher. J’avais pas trop envie de parler. Et puis mon bras me faisait vachement mal.

"Le col devient dangereux, par là-haut," nous prévint Maseru, "Et les scouts d’Hitomi sont partout. Je vais aller en avant pour être sûr qu’il n’y a pas d’embuscade."

Le petit moine prit prudemment et silencieusement le col oblique pendant que nous attendions. Il s’approcha d’un passage relativement étroit, regarda alentour avec attention, puis revint vers nous.

"Je crois que c’est bon !" cria t’il, "Je vois personne !"

C’est alors que trois gros types chauves sont apparus sur la colline au dessus de Maseru en poussant un rocher. Le moine disparut dans un grand ’CRASH’ et un nuage de poussière.

"Ouch," Sanzo pinça les yeux, "J’espère qu’il va bien."

"Attrapez ces autres types !" ordonna le plus massif des trois.

"Moi, Matsu Agetoki, suis prêt à vous accueillir !" cria Agetoki tirant son katana alors que les trois moines faisaient un pas en avant.

Puis six ise zumi de plus sautèrent sur le chemin, une chute de plus de dix mètres, retombèrent gracieusement sur leurs pieds et se mirent à courir vers nous. Celui le plus en avant se mit à briller d’une lueur rouge.

"Courez !" dit Agetoki.

Facile à dire. Il avait un cheval, lui. On a fait tant bien que mal demi-tour dans le col, les sombres ise-zumi d’Hitomi sur nos talons. J’ai tourné dans un coin et je me suis planqué sous des buissons. J’étais pas aussi rapide qu’Agetoki ou Sanzo, mais j’avais appris quelques astuces de discrétion chez les Hiruma et les Nezumi.

"Salut," dit une voix près de moi.

Je me suis retourné. Il y avait un petit homme aux cheveux sombres couvert de tatouages verts assis à côté de moi.

"Euh... salut," ai-je dit en avançant lentement la main vers mon tetsubo.

"Je suis Kobai," dit-il en hochant la tête et en souriant, "Joli tatouage que tu as là."

"Merci," ai-je dit, "Je suis Garou." les yeux de Kobai se tournèrent vers ma main, qui était maintenant sur la poignée de mon tetsubo. Alors je lui ai donné un coup de pied au visage. Un truc que j’avais appris des Doji. Je me suis retourné et je me suis enfui des buissons.

Et suis tombé face à face avec trois ise-zumi d’Hitomi. L’un était à cheval et les deux autres étaient à pied. Ils discutaient d’abandonner la chasse et de rentrer lorsqu’ils m’ont aperçu.

Me voici donc six heures plus tard, enchainé au mur du Kyuden Hitomi. Quatre hommes tatoués en colère devant moi. L’un d’entre eux, Kobai, se collait une poche de glace contre le front.

Le gros avec la peau noire d’ébène s’est approché de moi et se dit d’un air dédaigneux, "Je te le demande une dernière fois, Crabe," cracha t’il, "Que fais-tu sur notre montagne ? Tu es un assassin envoyé par Yakamo, admets-le."

"En fait, Yakamo a des choses plus importantes à règler que vous en ce moment," ai-je répondu.

"Vraiment ? J’en doute. Je suis Hitomi Kokujin," le gros se mit à sourire, à se grandir en bombant le torse et en le frappant d’un coup de poing, "Je suis le Porteur de Ténèbres. Je suis le Voleur d’Ames. Je suis le bras droit de la Lune et du Coeur Volé, la voix qui crie pendant ton sommeil. Voici est Hitomi Tashima, ancien magistrat Licorne. Maintenant sa propre essence appartient à ma divine maitresse, sa loyauté est absolue. Voici Hitomi Akuai, Prophète Sombre, Manipulateur du Futur. Tu as déjà rencontré Hitomi Kobai, notre Hitoden. Nous sommes les Guerriers du Tonnerre Ténébreux." Kokujin sourit avec arrogance.

"Jamais entendu parler," ai-je dit, "Oh, excepté Kobai. Je lui ai shooté le visage il y a quelques temps."

Kobai grogna et plongea vers moi. Tashima et Akuai attrapèrent ses bras pour le retenir. "Attention, Kobai !" prévint Tashima, "Souviens-toi, nous devons juste le questionner ! Hitomi veut qu’il soit en forme quand il le torturera."

"ELLE, idiot," répondit Kokujin en frappant Tashima derrière la tête, "Hitomi est une femme."

"Lui ?" dit Tashima d’un air douteux en frottant son crâne.

Kokujin leva les yeux au ciel et soupira.

Akuai s’assit sur un banc pas loin et me regarda comme si j’étais une tache sur le mur particulièrement ennuyeuse. "Je vois pas où est le problème," grogna Akuai, "T’as qu’à voler son âme, Kokujin. Ensuite on pourra lui demander ce qu’on voudra."

"Idiot !" rugit Kokujin en donnant un coup de pied dans le flanc d’Akuai et le faisant tomber du banc dans un petit couinement, "Il est protégé ! Le sang de Tagshi coule déjà dans ses veines, tu vois ?" Kokujin tira sur ma manche pour leur montrer mon tatouage.

"Hoshi !" souffla Akuai d’un air apeuré, "Ce Garou est un ise zumi comme nous !"

"Je me demande si son tatouage est à chier, comme les notres," demanda Kobai.

"Les tatouages de Maitresse Hitomi ne sont PAS à chier," dit Kokujin.

"Ch’ais pas, Kokujin," dit Tashima en frottant le tatouage de masque blanc sur son visage, "T’as récupéré ton tatouage voleur d’âmes de Togashi alors le tien il est cool. Mais le mien, de tatouage, il est à chier. Il me préviens juste quand il va pleuvoir. Ca vaut pas vraiment le coup si tu comptes combien il a fait peur à mon cheval la première fois qu’il l’a vu."

"Le mien me permet de voir un petit peu dans le noir," dit Kobai, "Et toi, Akuai ?"

Akuai s’est relevé. "Il me permet de contrôler mes fonctions corporelles."

"Quoi ?" répondit Tashima, "Tu veux dire, ralentir les battements de ton coeur et des trucs dans le genre ?"

Akuai prit un air embarrassé. "Euh... non. Pourtant *ça* ça serait cool."

Kobai et Tashima échangèrent un regard. "Il fait quoi alors ?" demanda Kobai.

"Eh bien... um.... Disons que je n’étais pas des plus populaires pendant les repas jusqu’à ce que j’arrive à la Chambre des Tatouages et laissons tomber le sujet," dit Akuai, "Je dois beaucoup à Hitomi." Il serra les paumes avec révérence.

Kobai fronça les sourcils, confus, en regardant Akuai. "Akuai, il est OU ton tatouage, d’ailleurs ?"

Akuai haussa les épaules. "Juste sur mon—"

"Fermez-là, vous tous !" commanda Kokujin, "Je vous jure, j’ai l’impression de vivre avec des gamins de six ans. Ca n’arrête pas, ’Hitomi, mon tatouage est à chier’, ’Hitomi, je veux un verre d’eau’, ’Hitomi, c’est quand le jour de paie ?’ ou ’Hitomi, les Naga arrêtent pas de nous embêter’. Je vous jure, on dirait des lavettes. Ca me donne envie de faire un autre Purging the House !"

Ils se sont tous tu, un air gêné sur le visage. Kokujin remit une claque à Tashima, juste pour la forme.

"Toi. Crabe," dit Kokujin en attirant son attention vers moi. "Le tatouage que Hoshi t’as donné. Qu’est-ce qu’il fait ? Quel est son pouvoir ?"

"Je sais pas," ai-je répondu, "Je l’ai eu aujourd’hui."

Kokujin retroussa les babines et regarda à nouveau mon bras. "Ca veux dire quoi, ’Les Crabes font ça de côté’ ?" Il avait l’air suspicieux. "De la propagande pour Yakamo ?"

"Eum, non," ai-je dit en désirant VRAIMENT être n’importe où ailleurs. Même la Passe de Beiden aurait été préféréble.

Kokujin grogna. "Alors que faisais-tu sur notre montagne, Crabe ?"

Oh et puis après tout, me suis-je dit, autant leur dire la vérité.

"Je suppose que vous n’avez pas vu un poulet noir, si ?"

Ils se sont tous regardés.

"C’est l’Empereur Toturi," ai-je expliqué, "Il est devenu vraiment bourré alors on l’a kidnappé et on s’est servi de maho sans faire exprès pour le transformer en poulet puis il s’est envolé dans les montagnes. C’est un poulet noir. Un coq, en fait."

"La Folie de l’Illumination !" s’exclama Akuai, "Kokujin, il est des notres !"

"Oh, ta gueule," rétorqua Kokujin, "Je vais simplement tuer cet idiot et abréger son délire."

"Bonne idée," acquiesça Kobai.

Puis la porte de la cellule s’ouvrit avec fracas, et un grand mec musclé et chauve avec quatre épées à la ceinture fit son apparition dans la pièce. Son bras droit était couvert de cristal noir qui s’étendait jusque son visage. Le reste de son corps était couvert de tatouages.

"Maitresse Hitomi !" dit Kokujin avec révérence, et ils se sont tous inclinés.

Jamais de la vie, ai-je pensé. C’est pas possible que ce soit une meuf. J’ai cligné des yeux, j’ai secoué la tête, j’aurais bien voulu me frotter les yeux. Aparemment Kokujin voyait quelque chose que je ne voyais pas.

"Bonjour les garçons," dit-il... enfin... elle.... d’un air bougon, "Comment va notre prisonnier ?"

"Totalement inflexible," dit Kokujin, "C’est un Crabe, tatoué par Hoshi. Aparemment Yakamo et Hoshi conspirent votre fin, ma maitresse. Il ne veut rien dire. Je m’apprétais à l’envoyer rejoindre ses ancêtres."

Hitomi me jeta un coup d’oeil et nos regards se sont croisés. Soudain, le tatouage sur mon bras se mit à chauffer. Hitomi inclina légèrement la tête, et un regard étrange traversa son regard.

"Je sais pas," dit-elle mielleusement, sa voix soudain très féminine, "Il ne me semble pas si méchant."

Kokujin passa son regard d’elle à moi avec un regard interloqué, "Mais maîtresse..."

"Retirez-lui ses chaînes," ordonna t’elle, "et rendez-lui son equipement."

Akuai et Kobai obéirent rapidement, retirant les menottes à mes poignets et me rendant mon sac de parchemins, mon tetsubo, et la Lame de Sang de Ginawa (Il FALLAIT que je finisse par trouver quelque chose à faire avec ce truc).

"Partez," dit brusquement Hitomi, "TOUS."

Kokujin et les autres se tournèrent et quittèrent la pièce. J’ai attrapé mon chapeau et me suis mis à le suivre. Hitomi se mit au travers de mon chemin, s’appuyant sur la porte avec un sourire joueur. Le tatouage se remit à chauffer.

"Où est-ce que tu crois que tu vas, Crabe ?" demanda-t-elle.

"Um. Là-bas," ai-je dit en montrant la sortie, ma voix tremblante de peur. Je me sentais mal.

"Chaque chose en son temps," dit-elle en claquant la porte.

Le lendemain matin, je m’échappais des portes du Kyuden Hitomi, m’aidant de mon tetsubo pour réussir à marcher. Hitomi était à la porte, un petit sourire sur le visage et une fleur à l’oreille. Elle portait toujours les quatre épées, mais avait préféré au kimono jaune et masculin une longue robe de soie verte. Les divers hommes tatoués étaient en ligne, bras croisés, à retrousser les babines d’un air mauvais.

En fait, elle était pas si terrible. Elle était même jolie quand elle arrêtait d’être tout le temps dédaigneuse, et sous la bonne lumière le cristal sur son bras et son visage était plutôt joli. Et wow. Elle était en forme. Mais je m’égare.

"Merci pour l’agréable visite," ai-je dit.

"Merci à *toi*," dit-elle avec un sourire étrange. Kokujin me fusilla du regard par dessus son épaule. Je savais que je tapais dans un nid de fourmis rouges, mais j’ai pas pu résister.

"Tu sais, Hitomi," ai-je, "Tu devrais te laisser pousser les cheveux."

"Vraiment, Garou ?" dit-elle en tâtant son crane, "Tu penses que ce serait joli ?"

"Eh bien, tu es jolie maintenant, mais tu devrais peut-être essayer un nouveau look," ai-je répondu.

"T’es sûr que tu peux pas rester, Garou ?" demanda-t-elle d’une voix douce et tentatrice. Elle mit une main sur ses hanches et leva un sourcil.

"Désolé," ai-je dit en détournant les yeux, "Je dois retrouver l’Empereur."

"Je peux t’aider ?" demanda-t-elle, "t’es sûr que je peux pas t’accompagner ?"

Je ne voulais pas trop abuser de ma chance non plus. Les effets du tatouage pouvaient s’annuler à n’importe quel seconde. J’avais déjà un peu honte de moi, et je voulais que le Kyuden Hitomi soit aussi loin que possible losqu’elle se réveillerait à nouveau. "Euh... non, merci," ai-je dit en caressant le sac de poudres et potions Agasha qu’elle m’avait donné. "Ceci devrait être plus que suffisant, merci."

"T’es sûr ?" demanda-t-elle en ouvrant grand ses yeux verts.

Kokujin se mit sur la pointe des pieds derrière elle pour mimer les mots "JE-TE-TUERAI-GAROU" en boucle.

"Ouais, j’en suis sûr," ai-je dit et je me suis remis à marcher.

Aussitôt hors de vue du chateau, je me suis mis à courir. Du moins, aussi vite que ma condition me le permettait, j’étais toujours un peu boitilleux après la nuit passée. Il y aurait sans aucun doute des changements majeurs dans le futur proche du Kyuden Hitomi, et j’étais sûr que Kokujin ne perdrait pas une minute à envoyer ses gorilles à mes trousses. J’ai pilé net alors qu’un homme chauve a sauté sur ma route. Comment avaient-ils pu aller aussi vite ? J’ai attrapé mon tetsubo.

"Attends, Garou !" dit-il, "C’est moi, Maseru !"

"Maseru !" me suis-je exclamé gaiement, "Je croyais que Kokujin t’avait envoyé un rocher sur la tête !"

"Bin ouais," dit Maseru, "Ca m’a un peu sonné."

"Espèce de petit voyou chanceux !" ai-je dit.

Il haussa les épaules. "Agetoki et les autres m’ont envoyé te chercher. Une idée de Toku. Il avait le pressentiment que tout allait bien mais voulait continuer à chercher Toturi."

"Génial !" ai-je dit en continuant sur ma route en tirant Maseru avec moi, "Pourquoi on se presserait pas, hein ?" J’ai regardé derrière moi vers la route du château, m’attendant à voir Tashima débouler au galop à tout instant.

"Euh, ouais, okay," dit Maseru, "Je crois pas qu’on doive se presser tant que ça, pourtant. Les autres n’avancent plus si vite."

"Et pourquoi ?" ai-je demandé en m’arrêtant.

"Agetoki les a convaincu de rejoindre l’armée du Lion," dit Maseru.

"L’armée du Lion ?" ai-je répondu, "Pourquoi, ils attaquent ENCORE les Grues ?"

"Non," dit Maseru.

"Les Scorpions ?"

"Eum, non," Maseru baissa les yeux, "Hm, je suppose qu’ils auraient dû y réfléchir. Ca va surement te gêner, Garou."

"De quoi tu parles ?" ai-je dit.

"Les Lions ont apparemment déclaré la guerre aux Crabes."

A SUIVRE...

Haut les coeurs vers l’Episode V


Tous les zolis petits dessins ont été créés par Rich Wulf.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.