SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Rokugan 2000 > Inspirations > Fan’s fictions > Hidden Dragon, Crounching Bar - chapitre 2
Contribuer

Rokugan 2000

Hidden Dragon, Crounching Bar - chapitre 2

mercredi 6 janvier 2010, par Mirumoto Musachi

Musachi était confus. Une simple mission de routine l’avait amené à rencontrer un esprit prisonnier d’un vase depuis 1000 ans, mais en plus cet esprit disait être le daimyo d’un clan totalement inconnu. Le samurai se trouvait dans sa voiture, le vase dans le coffre et Okuma assit à coté de lui, comme si de rien n’était. Musachi prit la première route qui se montra à lui puis enclencha le pilote automatique quand Okuma prit la parole.

"Tout a changé, c’est incroyable." L’esprit observait Otosan-Uchi défiler devant ses yeux.

"Tu dis que 1000 ans ont passés depuis le coup d’état du Scorpion ? Tu en es certain ?"

"Oui... Je suis désolé."

"Tu n’as pas à l’être. C’est la faute de ce maho-tsukai qui m’a maudit après m’avoir tué. Et dire que je venais juste de fonder mon clan..."

"Comme je te l’ai dit je n’ai jamais entendu parler du Clan de l’Ours. Tu es sûr que ce millinénaire d’emprisonnement n’a pas eut raison de ta santé mentale ?"

"Hey, parle-moi autrement tu veux ? Je suis un ancêtre maintenant."
Quelques secondes passèrent.

"Tu m’amènes où, au juste ?"

"Voir une amie, Agasha Hinata. C’est une shugenja du Clan du Phénix, elle pourra t’aider je pense."

"A retourner dans Jigoku ?"

"Oui. Elle est chimiste de formation mais elle connait bien la magie, elle te sera plus utile que moi."

"Chimiste ?"

"L’alchimie moderne. Je crois que je devrais te mettre au courant de quelques petites choses..."

Musachi raconta à Okuma un condensé du millénaire qui venait de s’écouler. Il s’attarda particulièrement sur la pseudo-destruction de son clan et sa mission. Okuma l’écouta sans broncher.

"Voilà, tu sais tout. Tiens on arrive. Je te demanderai d’être discret ok ? Alors si tu peux devenir invisible ou un truc comme ça, ça serait sympa..."

"D’accord, je ferai ce que je peux."

Musachi arriva au complexe résidentiel où Hinata vivait. C’était un quartier assez chic. Il s’apprêtait à rentrer dans le parking lorsqu’une voiture de sport en sortit précipitament, obligeant le samurai à freiner brutalement.

"Quel taré celui-là !" Musachi observa la voiture partir.

"Je rêve, c’est Kyorou."

"Qui ça ?" demanda Okuma.

"Daidoji Kyorou, un samurai de la Grue. C’est un ami d’Hinata, il travaille pour Dojicorp et un certain Daidoji Kyome, bah..."

Musachi enclencha la première, entra dans le parking et trouva une place rapidement.

Hinata habitait au dernier étage d’un complexe de forme rectangulaire qui en comptait 4. Musachi ne pris que son daisho, laissant son pistolet dans la voiture. Un samurai sortit du complexe, ce qui permit à Musachi d’entrer rapidement, le vase d’Okuma sous le bras. Il se rendit alors à l’ascenseur, accompagné de l’ancêtre invisible. Quelques secondes plus tard, ils se trouvaient devant la porte de l’appartement de la shugenja.

Musachi sonne, pas de réponse. Il attend, resonne mais toujours pas de réponse.

"Peut être que la porte est ouverte ?" proposa Okuma.

Musachi posa la main sur la poignée, la tourna... Et ouvrit la porte. Le samurai entra dans l’appartement, joliment decoré, qui plus est. Un bruit d’eau tombante arriva aux oreilles du samurai.

"Hinata ? Hinata tu es là ?"

Pas de réponse.

Le samurai avance, la main sur son sabre. C’est alors qu’une femme portant une serviette de bain apparut, ce qui fit sursauter Musachi.

"Bien sur que je suis là sinon la porte ne serait pas ouverte..."

"T’aurais pu répondre plus tôt, konichiwa quand même"

"Konichiwa Musachi-shan. Je finis de me doucher et je suis à toi"

Hinata, fort jolie, repartit pour la salle de bains et lorsque le bruit de la douche reprit, Musachi se demanda où était Okuma...

Hinata était un peu comme sa petite soeur, bien qu’ils aient quasiment le même âge, et il la protégeait depuis son enfance. Il n’aimait pas sa relation avec Kyorou, pas parce qu’ils n’étaient pas mariés (les traditions se perdent) mais parce que Kyorou a un défaut que les Dragons craignent par dessus tout : la curiosité. Pour le Daidoji, Musachi était un ronin du Clan la Libellule mais ce dernier savait bien que Kyorou n’était pas convaincu de ça. Musachi le soupçonnait même d’avoir fait des recherches sur lui.

Quelques minutes plus tard, Hinata arrivait avec un service à thé. Elle se mit alors à effectuer une cérémonie du thé.

"Alors ce Kyorou... Tu l’aimes bien ? " lui demanda le Mirumoto.

"Oui, il est sympa. Mais c’est pas ce que tu crois, on viens juste de disputer un match de tennis."

"Je m’en doutais..."

Silence.

"Au fait, pourquoi débarques-tu chez moi sans prévenir ?"

"J’ai un problème. Un gros. Au cours d’une mission, je suis tombé sur un esprit prisonnier d’un vase. J’aimerais l’aider à rejoindre Jigoku car il a été maudit par un maho-tsukai il y a 1000 ans."

"Tu plaisantes ?"

"Regarde derrière toi."

Hinata se retourna pour se retrouver nez à nez avec Okuma. Elle poussa un cri et s’évanouit. Plusieurs minutes (et quelques gifles) plus tard, Hinata se réveilla et Okuma lui raconta toute son histoire : la fondation de son clan, la lutte contre le maho-tsukai, sa mort et son emprisonnement dans le vase.

"Il faudrait qu’Okuma vienne avec moi au labo avec le vase. Tant que la malédiction n’a pas été clairement définie il faut mieux ne rien tenter, une erreur pourrait conduire Okuma dans des endroits bien pires que Jigoku. En tous cas tu as de la chance que je fasse partie de ces rares shugenja qui s’intéressent à autre chose que les tetsukami."

"Vous allez m’aider alors ?" demanda Okuma.

"Oui, si Musachi vous fait confiance, il n’y aucune raison que je n’en fasse pas autant."

Okuma regarda le Dragon et la Phénix et les remercia tout en récitant des bénédictions.

"Je vais devoir vous laisser, j’ai hâte de rentrer chez moi et de me coucher. Hinata, tu me previens dès que tu as tes résultats."

"D’accord, à demain alors."

"Salut. A plus tard Okuma."

"A plus tard, et que la force d’Osano-Wo soit avec toi."


"Ne bouge pas. Je veux juste voir tes yeux avant de te tuer."

Musachi se reveilla en entendant cela, mais il remarqua surtout le canon du pistolet pointé sur son front. A cause de l’obscurité il ne parvint pas à identifier l’intrus, même si sa voix était familière.

"Je peux me lever au moins ? On pourrait discuter devant une coupe de saké ?"

"La ferme ! Je t’ai suivi jusqu’ici. Ton appart’ est un peu trop luxueux pour un ronin. Qui es-tu ?"

Le Dragon regarda attentivement l’intrus et se rappella où il avait entendu cette voix.

"Kyorou ? Daidoji Kyorou ? C’est toi ?"

L’intrus sembla hésiter. Grosse erreur.

Musachi attrapa le pistolet et donna un puissant coup de pied dans l’estomac de Kyorou. Celui-ci recula sous le choc tout en lachant son pistolet qui vola dans la chambre. Musachi se leva en envoyant un second coup de pied en direction de Kyorou mais ce dernier parvint à l’esquiver d’un bond sur le côté. Le Dragon tenta alors de s’emparer de son pistolet, posé sur sa table de chevet. Pendant ce temps, le Daidoji se jeta sur son propre pistolet et le pointa en direction de la tête du Mirumoto, qui venait de faire la même chose.

Les deux samurai se regardaient dans les yeux, ignorant totalement le canon pointé sur leur front. Musachi parla le premier.

"Je ne sais pas ce que tu me veux mais je pense toujours qu’on peut régler ça à l’amiable. Tu vas poser doucement ton arme et je vais faire pareil."

"Je vais te tuer espèce de monstre !"

"Mais que me veux tu ? Je ne comprends pas..."

"Hinata... Tu as tué Hinata !"

"QUOI ?"

"Fais l’innocent, les infos de KTSU ne parlaient que d’elle, je vais...."

"Me tuer ? Quand je suis parti de chez elle, elle était toujours vivante, je devais même la revoir demain. Je suis désolé mais tu te trompes de personne. Je tenais à elle autant que toi, pourquoi l’aurais-je tuée ?"

Une fois de plus le Daidoji sembla hésiter, il avait le don de percevoir le mensonge chez autrui, ce qui est normal quand on est chargé de la sécurité d’une société comme Dojicorp.

"Si ce n’est pas toi, qui ça peut être ?"

"J’ai ma petite idée, mais une chose est certaine : tout comme toi, je veux la venger"

A suivre

P.-S.

Note importante :
Cette fiction a été écrite alors que l’aide de jeu sur le Clan de l’Oursn’était pas encore écrite, ce qui pourrait troubler certains lecteurs. Merci d’en tenir compte.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.