SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Rokugan 2000 > Inspirations > Fan’s fictions > Le Sceau, chapitre 1
Contribuer

Rokugan 2000

Le Sceau, chapitre 1

dimanche 27 décembre 2009, par Okuma

Daidoji Kyome se tenait dans son petit bureau de Dojicorp. Il regardait les murs, signe de sa réussite sociale : il avait un grand bureau, bien placé et richement décoré dans toute la pureté du style grue : quelques oeuvres des meilleurs artistes Kakitas, un bonsai, quelques objets provenant d’autre clans, des armes datant de la guerre des clans, dont la lame ancestrale de sa famille et ses deux compagnes : un très beau wakizashi et un tanto à lame inversée.

Ces armes avaient appartenu à son homonyme, mille ans plus tôt, et il les avait porté dignement durant toute sa vie. Il se sentait le digne héritier de tous ces ancêtres grues qui avaient défendu pendant si longtemps les frontières de l’Empire d’Emeraude, et lui se sentait protecteur maintenant des frontières de l’Empire de diamant.

Il était Daidoji Kyome, l’un des chefs de la sécurité de Dojicorp. Il était fier d’être arrivé si haut, lui, le petit cousin de Daidoji Eien. Aujourd’hui, il dirigeait des gardes et s’occupait de gérer les affaires des Yasukis.

Il ne savait pas qu’il allait réveiller une menace pour l’Empire... et le monde entier.


Agasha Akaijin recommençait ses expériences dans le laboratoire de la faculté phénix. Héritier des savoirs dragons et phénix, il faisait tout son possible pour découvrir de nouveaux mitsurugis qui pourraient aider les gens de l’Empire.

Il descendait d’une longue lignée d’artisans Agasha, 1000 ans de sang dragon et 1000 ans de sang phénix mélangé, des milliers d’ancêtres guettant les actes de leur descendant, attendant qu’il finisse les études qu’ils avaient commencé. Et les ancêtres pouvaient être déçus, tant Akaijin semblait incompétent !

Pourtant, en tant que l’un des derniers membres de la famille Agasha depuis la disparition du clan du dragon, il avait suivi les cours particuliers du plus grand maître survivant en matière de mitsurugis. Il avait appris vite, devenant le favori de son sensei, tant ses progrès étaient rapides.

Mais après la mort de ce dernier, celui qui devait devenir le nouveau maître de l’école Agasha se révéla être, certes un grand théoricien, mais un incompétent notoire en matière de fabrication. Présenté devant le conseil des cinq, il expliqua entièrement les techniques avec une grande clarté, mais lorsqu’on lui demanda de faire une démonstration, ce fut une catastrophe.

L’explosion fit trembler Shiro Shiba et faillit blesser les maîtres élémentaires. Même la table du conseil fut endommagé ! Tout ça en voulant fabriquer du sang de Bayushi ...

En d’autres temps, on aurait demandé à Akaijin de se faire seppukku, mais cette pratique était tombé en désuétude à l’époque de l’Empire de Diamant. Le phénix le relégua donc de futur sensei de l’école Agasha à celui de misérable gratte-papiers dans l’un des petits hopitaux qui se trouvait près de Dojicorp.

Mais Akaijin se sentait honteux de ne pas être aussi doué que ses ancêtres, son père en premier. Il se tenait donc dans le laboratoire de la faculté phénix, nommé Agasha Gennai, du nom de son père. Il continuait à mélanger les divers ingrédients, espérant enfin arriver à mettre en pratique les leçons qu’il avait apprise.

Bien soudain le liquide commença à entrer en ébullition, les esprits du feu clamant leur colère. Et dans un gigantesque gerbe de flammes, ils se jetèrent en tout sens, répandant le feu dans toute la pièce. Puis une explosion se fit entendre, détruisant le laboratoire « Agasha Gennai ».

Les pompiers réussirent à sortir le pauvre Agasha Akaijin des restes du laboratoire, couvert de suie et d’échymoses mais miraculeusement vivant. On le renvoya à son minuscule réduit encombré de formulaires à remplir et on espéra ne plus jamais entendre parler de lui.

Mais ce ne serait pas le cas ...


Ikoma « Toturi » Raoul jura quand on lui indiqua sa nouvelle affectation. Le quartier grue ! Comme si lui, un lion, pouvait vouloir travailler dans un secteur comme celui-là, où tout ce qu’il pouvait faire était de regarder les gardes Daidoji patrouiller dans les rues.

Il regarda droit dans les yeux son chef, Shinjo Genjukhan. "Vous êtes sûr, chef, que je dois être affecté à ce commissariat-là ? Vraiment sûr ?"

Le Shinjo plissa le front, préparé à la réaction. "Oui, ce sont les ordres que j’ai reçu. Envoyer un homme efficace pour remplacer le ’départ’ de Moto Lilith. Et je pense que vous êtes l’homme le plus adapté pour rejoindre ce commissariat."

Nouveau juron de la part de Raoul. Ikoma Raoul était le fils d’un Ikoma et d’une Shinjo, et bien qu’il fusse lion de clan, il s’était toujours senti Licorne. Peut-être était-ce le nom Gaijin dont sa mère l’avait affublé, ou son éducation dans les plus pures traditions des officiers de police Licorne qui l’avait forcé à s’engager, malgré toutes les barrières qu’on mit devant lui, dans les forces de la tour Shinjo.

Mais on ne l’aimait guère dans la Tour, car c’était un lion. Il avait dut travaillé dur pour devenir sergent, et aujourd’hui on le condamnait à finir sa vie dans ce commissariat perdu sous les pieds des Grues. C’était un endroit où l’on envoyait soit les vieux officiers au bord de la retraite, ou ceux que l’on préférait oublier comme c’était le cas de celui qu’il remplaçait.

"Vous pouvez aller vider votre bureau, vous y êtes affecté à partir de maintenant."

"Bien, chef." La voix de Raoul était dur, et l’on sentait la colère à travers ses mots. Il claqua la porte derrière lui.

On le nommait Toturi à cause de son habitude à rappeler à tout le monde l’histoire de l’armée fondé par le lion noir. Il était bien apprécié des hommes, seuls les officiers ne pouvaient supporter la présence de ce lion dans leurs forces. Et aujourd’hui, sans le savoir il l’envoyait dans une affaire ...


Les deux hommes avançaient aussi discrètement que possible.

Ils avaient leurs lames dissimulés sous les plis de leurs longs kimonos, deux daishos hérités de leurs ancêtres. Ils avaient aussi d’autres équipements, bien cachés. Ils espionnaient cette petite maison depuis plusieurs heures, se relayant pour dormir.

On leur avait confié une mission, et ils comptaient bien l’accomplir. Trop de choses étaient en jeu.

Yo : "Tu es sûr qu’ils sont ici ? Nous ne pouvons attendre encore comme ça durant des heures !"

Musachi : "Ne t’inquiète pas, j’en suis sûr. Je les ai vus l’apporter. Et si tu ne me crois pas regarde."

Le jeune samourai passa la paire de jumelles à son voisin, qui put voir ceux qu’ils guettaient depuis des heures.

Yo : "Ok, attendons avant d’agir. Nous ne savons pas combien ils sont, ni ce qu’ils ont put nous préparer comme petite surprise."


Beaucoup plus loin dans l’un des villages entourant Otosan Uchi, une ombre se déplaçait parmi les statues et les offrandes du temple dédié à Osano-wo.

"Encore." soupira-t’il.

A suivre



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.