SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Scales > Aides de jeu > Draconis Historium
Contribuer

Scales

Draconis Historium

mercredi 25 mai 2005, par Eon

Le premier texte que nous vous présentons est la preuve même que les dragons sont apparus sur Terre bien avant que notre plus lointain ancêtre ait foulé la Terre. Ainsi, si vous êtes prêt à accepter cette vérité, cliquez sur le lien ci-dessous afin de partir sur les traces des grands dragons.

Pour comprendre ce qui est advenu au monde qui m’a vu naître et qui a fait de moi plus qu’un simple mortel, je dois vous raconter une histoire qui commence alors qu’aucun humain ne foulait le sol de la Terre. Il y a donc plusieurs centaines de millions d’années de cela, le grand dragon, celui que de nombreux mages appellent le Dragon Céleste, arriva sur Terre. Il était accompagné de sa femelle et trouva sur Terre un havre de paix propre à l’éclosion des œufs que sa compagne allait pondre. Elle creusa elle-même une grande caverne où elle pondit une trentaine d’œufs tandis que le mâle chassait pour les nourrir. La Terre n’abritait alors que des créatures primitives et tout juste sorties de l’océan originel. Il n’eut pas de mal à subvenir aux besoins des nouveau-nés et de leur mère.

Lorsque, quelques millions d’années plus tard, les enfants furent assez grands pour chasser eux-mêmes, leur père les sépara en deux groupes et leur confia deux missions primordiales. Le premier groupe, composé des treize enfants les plus robustes, reçut pour mission de prendre soin de la mère et de s’assurer qu’il ne lui arrive rien de fâcheux. Le second groupe reçut pour mission de ramasser sur Terre ce que leur père appelait " la Mana ", qui était une sorte de fluide dont il avait besoin pour vivre et supporter le froid et le vide spatial entre chacun de ses voyages. Tous, à leur façon, signalèrent au père qu’ils avaient bien compris leur travail et qu’il pouvait partir sans crainte. Ce qu’il fit, alors que les premiers grands dinosaures foulaient déjà le sol de la Terre.

Le petit groupe composé des treize gardiens de la mère s’enferma avec elle pendant quelques millions d’années alors que les autres enfants s’éparpillaient sur Terre à la recherche de la Mana. Lorsque les treize gardiens ressortirent, la mère était morte et c’est leur cœur rongé par l’échec qu’ils tentèrent de renouer des contacts avec leurs frères. Ces derniers avaient déjà commencé à se reproduire avec les grands dinosaures, donnant naissances à des dizaines de dragons plus ou moins proches de leur formes originelle. Ils se sentirent très différents d’ eux et refusèrent de se salir pour chercher la Mana. Ils commencèrent à se chamailler et à tenter de faire retomber sur les autres la responsabilité du décès de leur mère. Lassés par encore quelques milliers d’années de vie monotone et de querelles sans suite, ils se séparèrent et creusèrent des cavernes profondes où ils s’endormirent, espérant un jour être réveillés par quelque chose d’un peu plus amusant qu’un brontosaure. À peine quelques milliers d’années plus tard, les premiers mammifères apparurent.

D’après mes faibles connaissances de ces créatures puissantes, aucun d’eux ne s’est jamais réveillé et j’espère que le monde futur, celui où je ne serai plus, n’aura pas à supporter le joug de ces oppresseurs.

Ce sont bien les versions perverties de ces animaux mythiques, ceux qui cherchaient la Mana, qui ont causé la perte de toute ma race et de nombreuses autres. La Mana permettait en effet à la Terre de donner vie à des créatures magiques dont les pouvoirs étaient seulement basés sur cette énergie mystique. Sans la Mana ils n’étaient plus magiques et même pas humains, ils n’étaient rien. Les Elfes moururent lorsque leurs forêts protectrices, privées de leur énergie, disparurent, laissant place à des conifères tout à fait normaux. Les Trolls des cavernes et ceux des ponts furent chassés par les humains, incapables qu’ils étaient de se défendre, privés de leur résistance et de leur force. Plus les dragons accumulaient la magie, plus les créatures féeriques disparaissaient. Les licornes donnaient naissance à des chevaux tout à fait normaux et le peuple fée était livré à tous les prédateurs de la forêt car les sorts magiques qui le faisait passer inaperçu ne trompaient plus personne.

Les seuls qui vécurent quelques dizaines d’années de plus furent ceux de ma race, ceux qui contrôlaient la Mana, ceux qui la pliaient à leur seule volonté. Appelés sorciers, druides, devins, chamans, magiciens, d’où qu’ils viennent sur la Terre, ils avaient tous le même besoin, un seul et même but : la Mana. Je crois bien être le dernier des sorciers et demain matin à l’ aube, je ne serai plus. J’ai vu déjà renaître cent cinquante sept fois la nature et sans l’énergie magique de la Terre, je ne suis plus rien. Mes dernières forces, je vais les utiliser pour tuer le dernier grand dragon. Après, il ne restera que les quelques dizaines de créatures perverties et primitives qui devront se cacher pour ne pas être anéanties par une nouvelle ère de croyance humaine. Le Dieu des chrétiens, celui qui les pousse à tuer les hérétiques, les guidera certainement vers ces êtres impies.

Faites qu’un jour, si les dragons retrouvent la puissance qui était la leur avant leur dégénérescence, quelqu’un retrouve ces lignes. Et faites qu’il sache les utiliser pour se battre contre ces monstres.

Fait le 19 Juin 1121 à Rennes-le-Château.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.