SDEN - Site de jeu de role
Accueil > SorCellerie > Aides de jeu > Chronique > L’histoire de fantôme
Contribuer

SorCellerie

L’histoire de fantôme

jeudi 1er août 2013, par rollytroll

Une histoire de fantôme est le reflet d’un drame, d’une douleur devenue un secret. Il implique des victimes, celles qui sont mortes mais aussi celles qui ont survécu et qui restent hantées par le drame. Voici en quelques étapes la poignée d’éléments essentiels à prendre en compte pour construire une histoire de fantôme classique.

Le fantôme est le symbole du secret, du non-dit, de ce que l’on dissimule car son évocation n’apporte que douleur et souffrance. Il reste là, tapi sous la surface, créant cette tension qui ne cesse de croître au point de rendre les éléments du quotidien étranges, inquiétants, macabres. L’empreinte de ce fantôme persiste, se rappelle à notre souvenir, cherche à sortir de l’ombre et quand il se manifeste enfin, il amène avec lui les souffrances du passé... La vérité est douloureuse et il est toujours difficile d’amener ce fantôme vers la lumière !

Prémonitions

Les personnages traversent un quotidien morne, défini, formaté mais dans lequel une tension règne, un non-dit, un secret lié sans doute à un drame personnel. Un rêve, des signes, une vision, des prémonitions font naître un début d’angoisse. Quelque chose va arriver. Quelque chose de terrible. Un élément vient soudainement perturber la vie des personnages, exciter leur curiosité. Un élément qui possède un lien avec les prémonitions. Serait-ce une échappatoire, un répit permettant d’échapper momentanément à leurs problèmes, peut-être même l’esquisse d’une solution ? Les personnages doivent se rendre dans un endroit précis pour une tâche précise.

Exemple : le père de famille de 13 fantômes pris à la gorge par les créanciers après la mort de sa femme qui se voit offrir une maison, le romancier de Sinister qui veut exorciser le démon de la page blanche, la romancière de Half light cherchant à exorciser ses propres démons

Atmosphère, atmosphère

Les personnages sont coincés dans un endroit bien précis pour une durée plus ou moins fixe. Une maison, un château, un village, un café, un lieu de tournage désert, un bateau, un vaisseau ou tout autre endroit isolé. Quelque soit l’endroit, il est différent de ce à quoi s’attendaient les personnages et toujours impressionnant. L’atmosphère particulière des lieux, peut-être la découverte d’un élément vraiment inhabituel, angoisse au moins un des personnages. Sa peur relâche un peu d’Essence dans ce lieu. Cette essence est captée par l’esprit qui hante les lieux et le ranime suffisamment pour qu’il tente de se manifester.

Exemple : l’équipe de tournage de Shoot, don’t look up coincé jusqu’à la fin du tournage, la maison de rêve des Lutz dans Amityville, les volontaires coincé dans un manoir isolé pour une étude du sommeil dans Hantise, l’hôtel Overlook de Shining, la prison transformée en studio de reality-show de Ghost games

Phénomènes

Les phénomènes causés par le fantôme sont mineurs, du moins au début. Il semble peut-être s’acharner sur un seul individu au départ, le plus réceptif. A chaque fois qu’il réussit à effrayer un des personnages, ce dernier relâche un peu d’Essence. Cela renforce les pouvoirs du fantôme qui se manifeste plus souvent et de façon plus importante. Les phénomènes s’amplifient et s’accélèrent au point que plus aucun personnages ne peut les ignorer. Le fantôme tente de gagner suffisamment d’essence pour pouvoir s’incarner et accomplir une tâche précise. S’agit-il du lien qui rattache cet esprit sur terre ? Qu’est-ce qui dans l’histoire personnelle des personnages les relie si intimement à ce spectre ?

Exemple : Eleanor "Nell" dans Hantise, Carol Ann, la cadette des Freeling dans Poltergeist, Em, la fille cadette des Brenek dans Possédée, les gamines de l’ensemble des Paranormal Activity

Les spécialistes

Parallèlement, certains personnages chercheront sans doute à interpréter les phénomènes en faisant appel à des spécialistes (à moins que ceux-ci se présentent spontanément ou qu’ils ne soient eux-mêmes les spécialistes en question). Ceux-ci donneront sans doute une marche à suivre comme "Identifier le fantôme, trouver le cadavre, l’enterrer en terre consacrée, saler ou brûler le cadavre, libérer l’esprit et exorciser la maison via une cérémonie appropriée". Cette démarche sera-t-elle efficace ? En général, les actions tentées énervent le spectre, le mettent en colère tout en apportant quelques éléments de réponse.

Exemple : Belle la spirite de Secrets in the wall, les voyants venus découvrir si le manoir de Rose Red est hanté, Rafkin dans 13 fantômes, la gothique de Projet Blair Witch2

Et soudain, c’est le drame...

Peu à peu, que ce soit les conséquences d’une enquête en bonne et due forme, ou par la confrontation des indices laissés par le spectre, des éléments de l’histoire du fantôme se mettent en place et permettent de comprendre le drame qui a amené ce dernier à devenir un spectre. Le drame originel est lié à la tâche (la malédiction) que le fantôme estime devoir accomplir afin de trouver la paix. Évidemment, certains des objectifs du spectre entreront en conflit avec les objectifs des personnages. A eux de choisir ce qu’ils vont faire (s’ils font quelque chose). Quelque soit leur décision, ce doit être un choix difficile qui implique souvent un sacrifice, de la douleur et des larmes.

Exemple : le drame et ses conséquences dans l’exorcisme d’Emily Rose dans le rite ou dans le dernier exorcisme, l’enquête vue par la victime de lovely bones

Confrontation finale

Les personnages finissent par agir en se confrontant au spectre, en général soit pour raisonner et convaincre l’esprit, soit pour l’aider et l’apaiser, soit pour le contraindre et l’expulser. La fuite n’est jamais une option viable (le fantôme ne hante pas des lieux mais des personnes). La confrontation finale se fait avec l’esprit pleinement manifesté et aboutit en général à une conclusion douce amère. Les histoires de fantômes n’ont jamais de fin claire. Subsiste encore, flottant dans les lieux de l’histoire une douce impression d’inquiétante étrangeté. Parfois même, c’est le spectre qui ressort gagnant de l’histoire.

Exemple : On appréciera particulièrement le twist final de la porte des secrets, ou celui de la Dame en noir

Conclusion

Les personnages ne sortent donc jamais indemnes d’une histoire de fantôme. Si pour le scénariste, la structure schématique de l’histoire est assez similaire d’une histoire de fantôme à l’autre, les caractéristiques du fantôme, son drame personnel, la façon dont il se manifeste, l’attache qu’il essaye de résoudre sont différentes et apportent une très grande diversité parmi ces créatures. Pour le meneur de jeu, il existe également différents angles d’attaque pour gérer sa partie. Les angles de Sixième sens, les Autres ou Lovely Bones sont assez intéressants. Celui de The Eye était encore plus novateur. D’autres trouvailles sont à piocher allégrement dans d’autres films qui sont peut-être moins bons sur d’autres aspects (Djinns, la Voix des morts, Pulse, Apparition, Prémonitions, Intuition...).



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.