SDEN - Site de jeu de role
Accueil > SorCellerie > Scénarios > Scénario > Lesbian Vampire Killers 2 - retour à Cranwich -
Contribuer
Les participants

SorCellerie

Lesbian Vampire Killers 2 - retour à Cranwich -

lundi 13 juin 2016, par rollytroll

Une poignée de loosers en vacance. Un village maudit. Un minibus rempli d’étudiantes déchaînées. Un château perdu dans la lande. Un cimetière abandonné dans une forêt. Une mystérieuse légende qui hante la région... Venez visiter le Norfolk, brumeuse contrée anglaise pleine de charmes et de mystères...

Le Norfolk

JPEG - 10.9 ko

Une poignée d’étudiants d’Oxford (les personnages) sont amenés à partir dans le Norfolk pour un voyage d’étude. Ils sont en principe attendus à Norwich, dans le comté de Norfolk (en Angleterre), destination qu’ils n’atteindront bien sûr jamais. En traversant la forêt de Cranwich, le moteur de leur véhicule commence à donner des signes de faiblesse. Un panneau indique une ville non loin, les amenant à quitter la route principale. Malheureusement, la voiture ne tient pas le coup jusqu’à la ville et tombe définitivement en panne quelques miles plus loin. Voilà nos braves étudiants perdus au milieu d’une forêt sombre et profonde. Les portables ne captent pas. Il faut continuer à pied jusqu’au village ou attendre en grelottant dans la voiture que le jour se lève. La nuit, les bois sont délicieusement remplis de bruits effrayants et les ombres mouvantes devraient rapidement les décider.

La taverne

JPEG - 4.9 ko

La première maison croisée est une taverne. Au moment où les personnages arrivent, un groupe de jeunes filles plutôt canon s’en échappent, montent dans un van et s’en vont sans même jeter un coup d’œil aux personnages. Dans la taverne l’accueil est plutôt glacial, l’accent de l’arrière-pays est à couper au couteau... Les personnages apprennent toutefois qu’une auberge de jeunesse se trouve à proximité, que le principal intérêt de Cranwich est son château avec chambres d’hôte et que le mécanicien du village se fera très certainement un plaisir de s’occuper de leur véhicule demain matin à là première heure. A partir de là, plusieurs choix s’offrent à eux.

Couper à travers bois

JPEG - 8 ko

En coupant à travers bois pour retourner à leur voiture, les personnages auront la surprise d’apercevoir une jeune fille en nuisette courir dans les bois. Celle-ci repassera dans l’autre sens complètement affolée poursuivie par une une femme blafarde aux vêtements vaporeux et aux canines proéminentes. Les personnages vont faire irruption au moment où cette dernière attrape sa victime et menace de l’égorger. Soignez l’ambiance pour que les personnages tirent des conclusions hâtives et soient persuadés d’avoir affaire à une vampire en plein repas. Mais juste avant qu’ils ne commettent une bêtise irréparable, une voix hurle "COUPEZ ! Mais c’est quoi ces guignols ? Qu’est-ce qu’ils font dans le champs de la caméra ?". Bref, ils sont sur le tournage de Lesbian Vampire Killers 2 - retour à Cragwich -. Et pour avoir ruiné la scène, le personnage incriminé sera embauché à titre gratuit en tant qu’assistant par une directrice de production extrêmement persuasive (il devra faire répéter leur texte aux jeunes filles du casting, trop dur comme job !). Il est aussitôt assailli par les accortes [1] actrices au volume poitrinaire inversement proportionnel à leur QI qui l’accueillent à leur manière... avec exubérance. Entre deux répliques de texte complètement ineptes, certaines incantations auront un écho particulièrement authentique qui remuera quelque chose au creux de leur âme. Évidemment, comme membres adoptés de l’équipe du tournage, ils sont conviés à venir séjourner au château.

JPEG - 10.7 ko

Se rendre au château

JPEG - 8 ko

Le château est un pur cliché des manoirs de film d’horreur. L’équipe du tournage loge dans la cour arrière du manoir et ils ont prévu d’y tourner également quelques scènes. Le comte de Norwich, Mr Worthington, est un homme fascinant, très fier de l’héritage culturel de la région. Les premiers colons de l’Angleterre ont débarqué d’Europe du Nord non loin. La reine Boudica était originaire du coin. Les ancêtres du comte étaient de preux chevaliers qui se battirent sur tous les fronts pour la couronne. Certains participèrent aux croisades comme Worthington III, avant que celui ne connaissent une seconde notoriété en tant qu’inquisiteur et selon certaines légendes comme chasseur de vampire. Ce serait en séjournant dans son manoir, que Joseph Sheridan Le Fanu, mélangeant les différentes légendes locales aurait écrit sa nouvelle "Carmilla", celle-là même qui inspira Bram Stoker pour écrire son roman "Dracula". Pour la petite histoire, cette Carmilla était une vampire, la première à préférer séduire ses victimes plutôt que de les terroriser comme n’importe quel nosferatu. Elle avait la particularité de ne boire que du sang de jeune femme.

JPEG - 6.2 ko
L’histoire de Carmilla

Le comte est une source inépuisable d’anecdotes historiques pour la plupart véridiques quoique légèrement améliorées par sa gouaille exubérante, et mises en scène par sa tendance exaspérante à se travestir. (il les accueillera d’ailleurs le premier jour avec une tenue digne d’un vieux film Dracula digne des temps de la Hammer). Si nos étudiants en histoire se montrent intéressés malgré les facéties du comte, il est susceptible de leur donner accès à la bibliothèque familiale plutôt bien fournie.

Visiter le village de Cranwich

JPEG - 9.2 ko

Le mécanicien avec ses allures de maréchal-ferrand plus habitué à réparer des tracteurs que ces voitures modernes en plastique tout électrique avec ces drôles de machins qui parlent-là et des ordinateurs de bord. Il en aura pour plusieurs jours de travail sur le véhicule (le temps de commander les pièces à la ville). Les villageois ont tous des mines de conspirateur, (et pour cause). Selon la vieille prophétesse du village, c’est bientôt "la nuit du réveil", et il leur faudra trouver une victime (une jeune
fille ayant 18 ans) pour contenter la vampire qui doit selon une antique
prophétie doit se réveiller cette année. Certains veulent accomplir ce rituel afin de
protéger leurs propres enfants et estiment que des étrangers feront très bien
l’affaire. Le gérant du camping est plutôt "pour" (c’est un fermier qui loue son champ et son corps de ferme aux lesbiennes citées plus bas). D’autres sont plus réticents et ont fait appel à un chasseur de vampire indépendant (une espèce de vicaire un peu cinglé). Le troisième tiers du village n’y croit pas, ne désire pas s’impliquer ou s’en lave les mains. Mais tous connaissent la légende et font le signe de croix dès que l’on évoque l’histoire de près ou de loin ou que le mot "vampire" est prononcé. Les villageois sont extrêmement superstitieux et il n’est pas rare de voir des chapelets d’ail pendre aux fenêtres.

Le village de Cranwich

Le camping

JPEG - 14.9 ko

Le camping de Cranwich accueille la réunion annuelle des "Filles de Sapho". C’est un congrès de jeunes femmes homosexuelles, interdit aux hommes. C’est un peu comme une colonie de vacances pour éclaireuses mais avec des ateliers découvertes pro-féministes. Ces jeunes filles sont une bonne trentaine, et dans le lot, une ou deux sont des élues mineures. Le lieu a été choisi en l’honneur de la reine Boudica, véritable amazone anglaise... au destin malheureux. Elles sont les victimes désignées de la reine vampire qui va bientôt se réveiller. Les quelques élues perdues au milieu connaissent bien sûr la légende de Carmilla, reine vampire, mais n’en parleront que si elles sont sollicitées en ce sens. La plupart des activités se concentrent autour de Boudica. En plus de la traditionnelle pièce de théâtre retraçant l’histoire de Boudica, de quelques activités typiques de l’époque médiévale (dont une espèce de GN avec épées en mousse), un cours d’équitation en tenue d’Eve a même été prévu. Evidemment, si les personnages féminins sont accueillies à bras ouvert, les personnages masculins seront brutalement refoulés et invités à trouver refuge auprès du château et de ses chambres d’hôtes...

La Légende de Boudica

Le vicaire

JPEG - 7.9 ko

Le vicaire est un prêtre exorciste appelé à la rescousse par quelques villageois désireux de faire cesser la malédiction qui pèse sur le village et empêcher le réveil de Carmilla la reine vampire. Lui et son assistante, une jeune orpheline, élevée dans l’enseignement religieux le plus strict et qui ne va pas tarder à être majeure, ont déjà repéré l’antique chapelle et le mausolée perdu au milieu des bois qu’ils suspectent contenir l’antre de la reine vampire. Au cours des pérégrinations des personnages, ils les croiseront à plusieurs reprises, les prévenant à demi-mot d’une menace vampirique et tentant de les faire fuir. Jusqu’à ce qu’ils sentent que l’un des personnages possède le Don et où il tentera désormais de l’enrôler dans ses troupes. Il poursuit sa propre enquête allant au manoir, au village... et sera peut-être amené à sauver les personnages au moment opportun (bref gardez-le en réserve comme joker). Le vicaire sait comment détruire la reine vampire et possède tout un arsenal de chasseur de vampire. Il est très attaché à son assistante (comme un père envers sa fille) et n’hésitera pas à sacrifier sa propre vie pour la sauver, même s’il faut l’avouer, pour l’instant, son plan consiste à utiliser la virginité de son assistante pour attirer Carmilla. Le vicaire est un sentinelle élu mineur inspiré divin et son assistante est une sentinelle élue majeure inspirée divine.

Secrets de tournage

JPEG - 12.3 ko

Les producteurs de Lesbian Vampire Killers, ont été en 2009, les premiers surpris par l’incroyable succès de ce film de genre horreur ouvertement parodique. Ils ont donc relancé le réalisateur Phil Claydon l’invitant à tourner le plus rapidement possible une suite plus ambitieuse mais avec malheureusement pas plus de moyens financiers. Phil a donc embarqué ses deux scénaristes du premier opus, Paul et Stew, les amenant en Angleterre à Cranwich pour s’inspirer des lieux. Lors de leur séjour au manoir, Phil va mettre la main sur un vieux bouquin dans la bibliothèque du comte qui raconte la légende de Carmilla, et expose certains rituels utilisés par l’ancêtre des croisades pour l’invoquer et la combattre. Trouvant ça cool, il a contraint les scénaristes à intégrer les véritables rituels dans le scénario de son film. Phil notant que les conditions (solstice d’été, pleine lune) allaient bientôt se produire, il a précipité le tournage, commençant à tourner avant que le scénario ne soit finalisé. Évidemment, les répétitions du rituel forcement incomplets, quelques jours avant le solstice, vont effectivement réveiller une vampire (en fait Laura, la courtisane préférée de Carmilla). Le but de Laura est de réaliser le rituel nécessaire dans les temps pour réveiller la reine Carmilla.

JPEG - 9.1 ko

Retour au manoir

En se rendant au manoir, l’un des personnages va se découvrir un lien de parenté
inattendu avec le comte Worthington. Malgré un ancêtre chasseur de vampire, le Comte est un fervent admirateur de Boris Karloff et a tendance à s’habiller en conséquence. Il est ravi de l’arrivée d’une équipe de cinéma dans son château et il a un peu tendance à en faire trop. Évidemment, il risque de changer d’attitude quand il découvrira l’histoire de son ancêtre ouvertement parodiée. Le château comporte de nombreux vitraux assez éloquents (celui se trouvant dans les toilettes, où se trouve un véritable trône en ivoire sculpté, montrant un chevalier éperonnant une femme-dragon est assez impressionnant, les reflets mouvant avec la lumière du jour donnant un côté un peu trop vivant à la scène). La bibliothèque est assez conséquente et comporte un passage secret menant vers des sous-sols piégés qui ont servi à des réunions secrètes rosicruciennes. Dans une petite crypte dissimulée, entre deux statues de croisés, trône sur un pupitre un lourd grimoire qui raconte en détail la lutte acharnée entre Worthington III et la reine Carmilla, ainsi que la manière dont il a réussi à la vaincre et l’enchaîner pour 800 ans en la liant avec un rituel impliquant son sang et sa semence ! Un peu du fluide original se trouve, cristallisé dans le pommeau de son épée et confère à tout porteur de la lignée de Worthington, la capacité de réitérer le rituel. L’épée a été enterré avec Worthington dans son mausolée, au milieu de la forêt.

JPEG - 5.8 ko

Le mausolée de Worthington III

En se rendant sur le mausolée de Worthington III, les personnages se rendront compte avec horreur que l’épée a disparu et que le mausolée a été profané. Est-ce l’œuvre d’une vampire, du vicaire, une profanation plus ancienne ? Un peu des deux, une vampire a ouvert le caveau, le vicaire l’a aperçu et a tenté de l’empêcher de subtiliser l’artéfact, et pendant qu’ils se battaient, un accessoiriste, ne se doutant pas du féroce combat qui se livrait quelques mètres à côté de lui, est tombé dessus, a trouvé son design sympa et l’a emporté pour l’utiliser sur le tournage. Laissant comme seul indice de son forfait l’emballage d’une barre chocolatée bien particulière.

JPEG - 8.1 ko
Un tournage mouvementé
Le personnage devenu assistant de tournage n’aura aucun mal à identifier l’accessoiriste glouton à partir de l’emballage de barre chocolatée.
JPEG - 8.5 ko

Petite chronologie récapitulative

- Nuit -1 : changement de script et intégration du rituel. Les actrices répètent maladroitement les incantations. Laura se réveille, elle parvient à mordre un animal qui passait à proximité (probablement kiki le chien fétiche du maquilleur) et à se reconstituer.
- Nuit 0 : le second soir Laura viendra mordre une fille (sur le tournage). Elle retrouve sa pleine santé, essaye ses pouvoirs. Le moteur de la voiture des PJ est affecté et s’arrête alors qu’ils traversaient la forêt de Cranwich (début du scénario).
- Nuit 1 : le troisième soir, elles seront deux (Laura et sa victime de la veille) à venir mordre chacune une fille (dans le village). Elles les transformeront dans la foulée.
- Nuit 2 : le quatrième soir, quatre nouvelles filles seront mordues (dans le camp de lesbiennes). Les élues mineures paniquées lanceront un appel ésotérique dont les PJ percevront un écho.
- Nuit 3 : le cinquième soir huit vampires écument les bois le lendemain. Elles se nourrissent discrètement, hypnotisent certaines filles pour les rendre sensibles à l’Appel, mais ne font pas de nouvelles transformations. Dans la journée qui suivra, les filles hypnotisées travailleront inconsciemment pour faciliter la mise en place du rituel de résurrection :
— en recherchant un peu du fluide vital d’un descendant du chevalier Worthington III, (un des personnages, voir le Comte lui-même)
— en collectant le sang d’une jeune fille vierge, (un personnage féminin, l’assistante du vicaire, une villageoise, une lesbienne)
— en récupérant le grimoire contenant le rituel de résurrection (en cherchant au château, ou en prenant le script auprès du réalisateur, des scénaristes, d’une actrice)
- Nuit 4 : le sixième soir, les huit vampires préparent le rituel pour la venue de Carmilla. Une féroce bataille s’engage entre une vampire et le vicaire près du mausolée. L’épée de Worthington disparaît.
- Nuit 5 : le septième soir. Le soir venu les vampires nouveaux-nées amènent les jeunes filles de leur connaissance à les suivre dans les bois pour accueillir leur reine et recevoir son étreinte. Le mausolée est également le lieu choisi pour tourner la scène de rituel par Phil. Tous les ingrédients sont réunis pour un final apocalyptique.

JPEG - 6.8 ko

Casting

- Les personnages sont des étudiants d’Oxford en voyage d’étude. Au moins deux garçons et deux filles. Ils se connaissent au moins de vue et font le voyage ensemble. L’un des garçons est un descendant de Worthington (il l’ignore, le cache ou pas, pour des raisons à définir dans son historique). Au moins une des filles est vierge (le cache ou pas, pour des raisons à définir dans son historique).
- le tavernier, les habitués du bar, le mécanicien, le pasteur, le maire, le bibliothécaire, l’épicier, les autres villageois
- le vicaire, Emma, son assistante
- Worthington, comte de Cranwich. Le majordome, la cuisinière, les femmes de ménage.
- Phil (le réalisateur), Paul et Stew (les scénaristes), Darla l’assistante de production
- Carmilla la reine vampire
- Laura la vampire, sœur des ténèbres
- Jessica, Michelle, Marie, Nellie, Carla et Claudia : vampires nouveaux-nées
- Debbie, Rebecca, Heidi, Tiffany, Susie, Anke, Blondie, Ashley, Jenny, Trudi, Lucy, Judy, Vera, Eva, Anna, Lottie, Sylvia, Louise et Cie... les filles de Sapho

JPEG - 9.3 ko

Notes

[1aimables



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2016 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.