SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Supra > Aides de jeu > Kalidhia : le monde > Géographie et Cartothèque > L’archipel du crâne et sa capitale Andelot
Contribuer

Supra

L’archipel du crâne et sa capitale Andelot

mardi 5 décembre 2006, par enameril

Position : sud du continent.

Importance politique : mineure

Importance économique : mineure

Population principale : Targiens + sang-mêlés et elfes

Position : sud du continent.

Importance politique : mineure

Importance économique : mineure

Population principale : Targiens + sang-mêlés et elfes

Cette province est une terre de contrastes, dans sa capitale Thalussa, les marchands fortunés côtoient les plus pauvres des mendiants ou des aventuriers venus chercher une illusoire fortune dans la ville la plus riche du monde. Même les paysages varient largement, ainsi, au nord, on rencontrera des collines fortement boisées ; à l’est, les plus arides des déserts de sable ; au sud, les savanes d’herbes sèches ou les jungles humides.
L’est de la province, depuis les déserts de sable jusqu’à Arghéziz-la-blanche est le territoire des clans Targui, des nomades qui vivent dans les zones arides (même si quelques clans sont sédentarisés à Thalussa ou a Arghéziz). Ils sont théoriquement indépendants mais en réalité ils sont trop divisés pour constituer une quelconque force politique (mais il faut dire que les dirigeants de Thalussa font tout pour que cet état de fait subsiste).
La partie sud de la province, les savanes du sud, est le haut lieu de l’esclavagisme des Dùnains, cette zone n’est rattachée à l’Azghar que parce que les troupes militaires de Thalussa dominent la zone depuis des fortins plantés au milieu de la savane.

- Climat : Très variable, l’archipel de crâne est célèbre par son alternance de période clame, chaude et d’ouragans ou de catastrophe naturelle quelconque. Au final, il s’agit certainement de la province la plus inhospitalière de tout Kalidhia (avec l’Ered-Dur).

- Paysage classique : Montagneux avec beaucoup de relief et peu de traces d’occupation humaine. La présence de nombreuses cascades, de volcans fait penser aux îles antillaises ou d’Océanie (Tahiti, Hawaï…). De nombreuses îles ont des flancs découpés bordés de récifs parfois entaillés de petites criques dont le sable blanc et l’eau turquoise offre un contraste saisissant avec les côtes sauvages proches.

- Population : Initialement occupée par les nains, puis par les elfes, l’archipel a souvent été vidé de ses habitants, soit à cause d’une catastrophe naturelle plus importante que les autres, soit par lassitude des habitants, qui préfèrent quitter les lieux plutôt que devoir tout reconstruire à chaque génération. Les nains s’y sont installé brièvement vers –8500, laissant rapidement leur place aux elfes qui s’y installèrent à plusieurs reprises. Vers –7000 tout d’abord avec la construction du port d’Alaëmion dans l’archipel de Vaïaluka. Puis après la destruction de celui-ci, vers –5300 avec la colonisation des archipels Vaïalapu et Tapuna, mais tous ces villages furent détruits par un raz de marée. Et enfin, en –3440, les elfes tentèrent une dernière fois de s’installer sur l’archipel et construisirent une grande ville (Elënëvë) sur l’île principale d’Ulunëvë, ville qui fut quasiment détruite 50 ans plus tard par une éruption du volcan proche.
Mais il y a environ 2000 ans, divers groupes humains commencè-rent à en coloniser les rivages, puis s’installèrent définitivement. L’un de ces groupes, connu sous le nom de Targien est devenu le groupe dominant et a peu à peu instauré ses traditions dans la province. Physiquement, les targiens sont des humains à la peau claire et aux cheveux roux ou blonds, à la façon nordique, attei-gnant fréquemment les 2 mètres de haut. Mais leur peau est souvent tannée par le soleil et leur visage sont marqués de rides profondes, à la fois de joie mais aussi de tristesse et de douleur. Car si la tenue traditionnelle des targiens est proche de celle des poly-nésiens, avec colliers à fleurs, bracelets de coquillages et tout à tout. Leur nom (Targien) leur vient de la seule coutume que ce peuple a conservée de son passé hors de l’archipel, c’est à dire le port à la ceinture d’un petit bouclier rond, très ouvragé, signe de richesse ou de prestige.
On peut aussi signaler la présence d’une petite colonie d’elfes gris sur une île de l’Ouest de l’archipel (Nimo-Läasi) qui est la dernière communauté purement elfique de la province. Et on terminera en citant les quelques Dùnains ou postes avancés ama-zone qui se trouve dans les îles montagneuses ou couvertes de jungle.

- Villes importantes : Andelot (Capitale, 45 000 hab.).

- Architecture classique : Comme les habitations sont fréquemment détruites par les catastrophes naturelles, les habitants de l’archipel du crâne ont opté pour des constructions légères en bois, au toit de feuilles ou de lattes de bois. On peut aussi trouver de nombreuses maisons troglodytes qui servent de refuge en cas de cyclone.

- Capitale : Andelot (souvent nommée Anlo par les locaux).

Style : Située au bord d’une grande crique, Andelot est une citée ancienne, construite par les elfes il y a plus de 5 000 ans. A moitié troglodyte, Andelot compte de très nombreux souterrains et le palais du dirigeant de la province est quasiment entièrement construit dans le flanc du volcan éteint Mérakatu. Environ la moitié des bâtiments de la cité sont de simples constructions en bois et à toit de paille de palmier, les autres sont massives et faites de très gros blocs de basalte noir ou de calcaire dur très blanc. La plupart des murs des maisons sont peints de fresques de couleurs vives montrant les affinités religieuses ou la profession de ses occupants.
On ne peut pas parler d’Andelot sans décrire rapidement l’entrée du palais royal, dans les hauts de la cité. Il s’agit en effet d’une immense tête de dragon « fossilisée », dont la bouche entrebâillée sert de seuil au palais. Ce crâne, qui à donné son nom à l’archipel tout entier est celui d’un ancien dragon (Mérakatu) respectueusement honoré tous les ans par les habitants lors d’une grande fête (voir coutume locale).

Administration : la cité est dirigée par un noble, descendant de la lignée royale locale (désormais affiliée à la couronne d’Halibert, l’empereur de Kédalion), mais il ne possède pas le pouvoir à lui seul car il doit le partager avec deux haut-prêtres des éléments, de deux cultes différents et de façon générale, le roi d’Andelot doit se plier aux décisions du conseil formé par les quatre haut-prêtres élémentaux de l’île. En +16, le « roi » d’Andelot se nomme Rahi Ténémaru, et pour les quatre ans qui suivent, ses conseillers temporaires sont les prêtres de Klidiath (l’élément du feu) et d’An-Traa (l’élément de l’eau).

Coutumes locales :
- La fête de Mérakatu : plus grande fête de l’archipel par le nombre de participants, elle a lieu tous les ans à la fin de la saison chaude, quand les premiers ouragans s’annoncent. Sensée apporter la protection du grand dragon Mérakatu sur la ville et ses habitants, la fête comprend de nombreuses compétitions maritimes, de natation et d’escalade. C’est aussi le moment privilégié pour les mariages sur l’archipel.
- Le champion des éléments : tous les 10 ans, un champion est désigné parmi les jeunes et valeureux athlètes de l’archipel, provenant généralement de la communauté tar-gienne d’une des petites îles de l’archipel. Après une semaine de prières et de mise en conditions rituelles, les candidats s’affrontent via des épreuves terriblement dangereuses où les morts ne sont pas rares. Destinées à montrer que le champion est béni de tous les éléments, les épreuves sont relativement variées que seuls des athlètes hors normes peuvent espérer remporter. Citons les 4 épreuves reines : le plongeon de haut vol depuis une haute falaise (et au milieu des récifs), le mara-thon sur les crêtes de 5 volcans (dont au moins 2 sont en érup-tion permanente), le parcours de natation entre 5 îles dans une mer infestée de requins, l’escalade du flanc nord du Mérakatu suivie de l’avancée dans ses entrailles.
- La chasse au requin noir : à la fin de chaque été, un grand banc de requin migre d’est en ouest dans l’archipel. Au sein de ce grand banc, il arrive qu’il y ait de grands requins noirs, et même des requins géants. De grandes battues sont alors organisées et menées par des prêtres d’An-traa, des centaines de pirogues sillonnent alors l’archipel pour chasser ces requins dévoreurs d’hommes.

- Autres villes importantes :
Aucune.

Ces informations, sans les cartes, sont reprises dans le document à télécharger : Les provinces de Kalidhia qui figure dans l’article : La géographie de Kalidhia



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.