SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Vampire : la mascarade > Inspirations > Bande dessinée > Rapaces
Contribuer

Vampire : la mascarade

Rapaces

mercredi 25 janvier 2006, par Mercutio

Auteurs :

Scénario : Dufaux

Dessins : Marini

Histoire :

Rapaces met en scène une société vampirique organisée, dirigée par un conseil restreint, qui règne sur le monde des mortels en sous main. Capables de marcher au soleil, ils ont fini par se rapprocher des humains : ils se nourrissent comme eux, ont presque cessé de chasser et de se nourrir de sang. Pire, ils ont développé une anomalie sanguine sous la forme d’un kyste derrière l’oreille droite, qui cause leur mort s’il est percé.

Face à eux, deux vampires accomplissent une vengeance centenaire... Ce sont les Rapaces, deux chasseurs, restés proches de ce qu’étaient les Vampires à leurs origines. Ils sont purs, sauvages, violents, sensuels, et combattent leurs semblables dégénérés.

Au milieu de cette lutte surnaturelle, deux flics enquêtent sur les meurtres invraisemblables engendrés par cette guerre...

Critique :

Quatre tomes sont parus, et le cycle est désormais terminé. Ils sont malheureusement de niveau variable...

Le dessin de Marini est tout bonnement magnifique, et il joue de façon admirable avec les couleurs. Le tout développe une excellente ambiance, très glauque, avec une bestialité sous-jacente très présente.

Les personnages sont très charismatiques, et on s’y attache très vite. C’est une des grandes forces de la BD : les Vampires comme les humains ont de fortes personnalités, et on les identifie très rapidement.

C’est au niveau du scénario que cela pèche. Il y a de très bonnes idées : l’organisation de la société vampirique, l’impression d’éternité qu’elle développe, et ce côté décadent qui est fortement lié, notamment. De même, cette lutte entre Vampires sauvages et civilisés est très bien rendue.

Mais Dufaux ne sait pas finir sa série. Le tome 4 est très décevant, avec une fluidité du récit plus que douteuse. Il cède un peu à la facilité, avec une impression qu’il a fini vite pour coller au calendrier. C’est très dommage.

Cela dit, dans l’ensemble, Rapaces est une très bonne série, que je conseille fortement.

Inspiration :

Rapaces peut être une mine d’inspirations, aussi bien pour le MJ que pour le joueur.

D’abord, dans le style graphique. Certains personnages colleraient très bien à la majorité des parties dans un milieu moderne. Entre les Anciens, vêtus de façon très décalée (Espagne médiévale, dandys du 19ème), et les plus jeunes, avec un look très mode décadente, il y a de quoi faire.

A voir également pour les décors. L’ambiance de certaines boîtes de nuit, très axées sexe et violence, est sans doute utilisable sans problème. Idem pour les ruelles étroites et emplies d’ordures, les grandes demeures isolées, et les quartiers décrépis.

Il y a également des trucs très intéressants au niveau scénaristique. Mention spéciale aux Hell’s Kitchens : elles permettent aux Vampires en manque de retrouver le frisson de la chasse en s’en prenant à des familles de mortels enfermées dans une usine désaffectée, avec un simple fusil de chasse pour se défendre ; le tout organisé par des Vampires commerçants qui fournissent, moyennant finances, le gibier et l’endroit.

Bref, il y a de la matière ! Alors qi vous avez l’occasion d’y jeter un oeil, n’hésitez pas...



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.