SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Vampire : la mascarade > Aides de jeu > Sabbat > Les rites du Sabbat
Contribuer

Vampire : la mascarade

Les rites du Sabbat

mercredi 12 avril 2006, par MaëL

Les rites pratiqués par le Sabbat

Le Rite d’Acception

Ce rite accueille un nouveau membre au sein d’une meute, reconnaît une promotion ou un changement. Tous les membres doivent reconnaître la nouvelle position du membre d’une manière personnelle, que ce soit par un partage de sang, par un don ou autre. Le membre ainsi accepté doit faire vœu d’allégeance à chacun ainsi qu’à la cause de la secte. Par exemple, le vœu d’un nouveau membre véritable peut détailler la gratitude qu’il éprouve envers ceux qui l’accueillent dans sa nouvelle meute et la fierté qu’il ressent après avoir été choisi par la meute et la secte. Le rite d’acception diffère du rite de création, car il est plus social que surnaturel. Un membre peut avoir bénéficié du rite de création et être snobé par sa meute qui lui refusera le rite d’acception.

Le Rite d’Allégeance

Avant le rite d’acception, un vampire déjà étreint mais pas encore membre du Sabbat doit passer le rite d’allégeance. Ce rite est particulièrement important quand il s’agit d’ex-membre de la Camarilla. C’est un rite long et prenant et il peut s’écouler un an avant que la recrue ne se voie accorder le rite d’acception afin de devenir un membre à part entière de la secte. Une partie du procédé implique de placer une marque secrète sur le corps du transfuge (tatouage, brûlure, cicatrice, etc.) à l’aide de la Vicissitude pour que ce soit permanent. Avant de bénéficier de ce rite, l’initié doit se trouver derrière ses camarades de meute durant les auctoritas ritae. Il doit en boire en dernier lors des Vaulderies et ne peut pas donner son sang. Il ne peut pas lire de passages du Livre de Nod ou en discuter. Le temps nécessaire à confirmer son implication dans la secte lui rend plus difficile de la quitter.

Le Rite de Contrition

Même les membres du Sabbat commettent des pêchés et des fautes, pour lesquels ils doivent se faire pardonner. C’est ce que permet le rite contrition, un peu comme une confession pour les catholiques. Ce rite est peut-être le plus important des ignobilis ritae, car de nombreux Inquisiteurs, membres de la Main Noire, prêtres et ductus ne laissent d’autres choix à ceux qui ont fait du tort à la secte qu’entre la contrition et la mort. Tous les membres raisonnables prennent ce rite aussi sérieusement que tous les autres, car ils ne continuent à exister que grâce à ses bienfaits. Bien entendu, certains membres moins ingénieux font des actes de contrition moins sincères et n’auront plus le choix à la prochaine incartade.

Le Rite de Bienvenue

Ce rite est surtout une convention sociale. Les prêtres y ont recours lorsque deux meutes se rencontrent et doivent passer un certain temps ensemble. C’est le cas lorsque des pèlerins restent un certain but. Ce rite de bienvenue répète que l’idéologie de la secte favorise l’individualiste tout en demandant l’unité pour le bien du Sabbat. La plupart des meutes en font un rite informel, au cours duquel les meneurs de meute partagent le sang sous l’œil des autres membres. Il existe deux élément récurrents dans ce protocole. Au début du rite, tous les membres doivent s’accueillir individuellement, indiquant leur nom et leur maison. Cela donne aux membres une idée de lieu, d’où ils viennent et où ils vont. Au plus fort de la célébration, des cadeaux s’échangent. Il peut s’agir d’une arme, d’un traité ou de la tête d’un ennemi. Le cadeau est donné par un membre véritable au ductus de l’autre meute sous le regard des prêtres. Les ductus et les prêtres se servent souvent de ce rite pour discuter des plans du Sabbat.

Le Rite d’Action de Grâce

Ce rite est moins une action de grâce qu’une occasion de vanter ses propres exploits. L’action de grâce se fait habituellement sous la forme d’un « Je remercie Cain de ses faveurs lorsque je... ». Suit alors un récit probablement exagéré des prouesses du locuteur. Le rite d’action de grâce se fait généralement avant les esbats et autres rassemblements de l’Épée de Cain.

Le Rite Guerrier

En temps de guerre, les meutes du Sabbat tentent d’accroître leurs forces de toutes les manières possibles. Elles ont alors recours au sens de la camaraderie que l’on ne trouve que durant le combat. Ce rite guerrier permet de donner un coup de fouet à la ferveur du Sabbat pour l’éradication des ennemis. Ce rite commence par un mantra chanté comme « force », « feu » ou « muscle et haine ». Le battement des tambours généralement dirigé par le prêtre, accompagne le chant. Les meutes se peignent parfois le visage et le corps avec du sang, de la peinture ou de henné.

Le Versement du Sang

Lorsque deux membres du Sabbat ou plus se nourrissent ensemble, ils effectuent parfois le partage de leur repas. Ils disent alors « Que le sang chaud qui a jailli d’Abel au moment de sa mort nous nourrisse pour le bien du Sabbat ».

Le Rite de Furtivité

Pour maintenir le silence, certaine meutes prennent des précautions et invoquent des présages favorables. Lors de ce rite de furtivité, tous les vampires s’entre-arrachent la langue avec les dents et la recrache dans le feu. Bien que cela ne provoque la perte d’aucun niveau de santé, le saignement et la guérison consomment un point de sang. Le prêtre ou le ductus s’abstiennent généralement de participer pour pouvoir donner des ordres, mais certaines meutes ont développé de complexe langues des signes, pour pouvoir communiquer silencieusement lorsqu’il le faut.

La Danse du Soleil

La danse soleil teste l’endurance et la bravoure des Cainites. Durant ce rite, les vampires se tordent et tournent en une danse hypnotique autour de l’inscription symbolique du soleil ardent. Cela dure sans interruption du coucher au lever du soleil, jusqu’à ce qu’ils s’effondrent d’épuisement, couverts de sueur. Ce rite a toujours lieu durant une pleine lune. Tous s’habillent pour l’occasion, portent des masques effrayants ou se peignent le corps en rouge. Ils prouvent leur courage en restant debout plus longtemps que les autres, après une nuit de danse épuisante. Un Festin de Sang suit parfois la danse du soleil (particulièrement si elle a lieu durant des réunions très suivies), lorsque les vampires doivent regagner l’énergie dépensée durant ce rite épuisant.

Les Tests de Douleur

Les prêtres du sabbat utilisent ces rites exténuants pour tester la force de l’esprit de leurs camarades de meute. Les meutes effectuent ces rites de diverses manières. Certaines conviennent aux membres qui veulent devenir meneurs, d’autres sont des punitions. L’une des épreuves est celle de la Baguette indienne. La meute suspend le candidat à une poutre en faisant passer une branche dans sa poitrine. Il y est placé au crépuscule et décroché juste avant l’aube. (Les sujets réellement brutaux déchirent leurs corps pour se libérer avant l’aube et peuvent se soumettre à d’autres épreuves). L’épreuve par le Feu nécessite que le prêtre brûle légèrement diverses parties du corps du candidat. Le Goulet fait s’aligner les membres en deux lignes et les vampires courent au milieu, se faisant frapper avec les pieds, les poings et des couteaux par leurs camarades alignés. Les prêtres et les Conteurs devraient créer les tests de douleur propres à leur meute.

La Bénédiction de l’Aspic

Dans bien des déclarations, le Sabbat se compare à un serpent et de nombreuses meutes pratiquent donc des rites qui impliquent ces animaux. Cependant, ces rites s’adaptent bien aux autres plus traditionnels et occultes de la secte. Le prêtre montre un serpent (généralement venimeux) à la meute et demande que l’œil attentif de Caïn préside à l’assemblée. Puis, il embrasse le serpent et le tient devant chaque membre qui doit faire de même. Si le serpent mord un malheureux vampire, cela signifie que Caïn lui en voulait pour une transgression secrète ou ancienne. Ce serait donc Caïn qui aurait poussé le serpent à agir ainsi. Certains membres du Sabbat invitent même des humains à participer à ce rite, dans l’espoir que le serpent les morde, signifiant le dédain de Caïn pour les mortels Enfants de Seth.

La Vérité Révélée

Ce rite s’assure de l’honnêteté d’une déclaration (un peu comme le serment d’un témoin au tribunal). Il n’oblige pas réellement une personne à dire la vérité. Si un prêtre doute de la véracité d’une déclaration, la victime doit écrire ses affirmations avec son propre sang sur un papier que lui tend l’accusateur. Le prêtre brûle alors le papier, parfois dans un encensoir. Si la fumée est noire, la déclaration est fausse. Si la fumée est blanche, c’est la vérité. En fait, c’est le pouvoir de la confiance des autres en leur camarade qui déterminer l’issue de la révélation, et ce rite est rarement employé dans des cas vraiment litigieux.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.