SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Vampire : le requiem > Aides de jeu > Famille > Lignées > Barjot
Contribuer

Vampire : le requiem

Barjot

Lignée Gangrel des Carthiens

jeudi 18 mai 2006, par MaëL

L’origine des Barjot, une des lignées les plus petites et les plus rares dans l’histoire de la famille, les fait apparaître dans les années 1860 en France, créés par un Gangrel non aligné nommé Amaury Jelinek et les premiers partisans mortels du mouvement Bohème. Immédiatement attiré par la liberté et au grand étonnement de la famille parisienne désabusée, Jelinek a rapidement fait la connaissance de plusieurs penseurs progressistes évoluant dans ces sociétés. Bien qu’il ait manqué d’éducation et de rigueur intellectuelle pour se maintenir dans les débat avec ces mortels, il a été infiniment fasciné par leurs discours sur la philosophie, la politique et d’indéniables vérités humaines. Une nuit, poussé par l’excitation d’une discussion mouvementée, Jelinek a massacré les deux penseurs et les a étreint aussi rapidement au mépris de la loi de la famille.

Jelinek et ses nouveaux infants ont été menés devant le Prince du domaine, pour être jugés pour cet acte inqualifiable. Il a condamné Jelinek (ne voyant en lui qu’un fripon) à quitter la ville, mais ses infants ont semblé souffrir étrangement de cette décision et ils furent exilés à sa suite, déclarant qu’ils vivraient tous trois dans une éternelle co-dépendance mais hors de son territoire. Très vite qualifiés de « Barjot », de farfelus errants, d’apatrides et de bannis. Ils ont erré sans buts, ne se nourrissant que de leur propre compagnie, ne possédant rien et ne voulant pas se fixer et surtout être toujours prêt a repartir. Leur errance a cumulé les étreintes, jusqu’à près d’une vingtaine de frères et sœurs.

Ils se sont accaparés très vite le nom, le transformant en Jobard, et l’insulte est devenue une fierté au sein de la lignée. Ce qui a commencé comme un exil pour devenir une philosophie de vie nomade et hors-la-loi. Les années ont passées et les liens entre les membres de la lignée se sont épaissis et solidifiés, les poussant bien malgré eux à rester en groupe. Certains membres ont désiré partir seuls loin de leurs frères et sœurs, mais cela est vite devenu insurmontable et leur volonté ne suffisait pas à se maintenir trop distants d’eux. L’esprit des membres de la lignée s’est obscurci ne comprenant pas en quoi il était préférable d’être lié de cette façon plutôt que de respecter des lois qui leurs permettrait bien plus de liberté. L’un des premiers étreints de Jelinek a préféré la mort au début du XXième siècle plutôt que de continuer dans cette malédiction, ce qui a traumatisé le reste de la lignée. C’est en arrivant à Amsterdam qu’ils ont trouvé un accueil chaleureux dans le Mouvement Carthien. Le style de vie intéressa les Carthien qui y virent une enthousiasmante expérimentation de style de vie. Le fondateur de la lignée s’est vu accueillir chaleureusement comme un allié charismatique par les leaders Carthiens. Il reçut la permission de se déplacer librement sur leurs territoires.

Mais très rapidement le style de vie des Barjot a beaucoup dérangé leurs hôtes et cela a donné une bien mauvaise réputation à la lignée. Repartant au plus vite pour sauver ses infants, Jelinek a continué de voyager passant par Bruxelles, Genève, Budapest, Prague, Rome, etc ... Devenant malgré tout Carthiens, ils contaient de nombreuses légendes sur les révolutionnaires Carthiens poussant les plus influençables à rejoindre le Mouvement. Les Barjot dans cette attitude ont dû souvent faire face à des affrontements et des accusations de fomenter des rebellions, ce qui était de toute façon loin d’être faux.

Les Barjot ont été stoppés à Copenhague pendant l’occupation Nazie lors de la Deuxième Guerre mondiale lors d’une tentative désastreuse de traverser la frontière ce qui a amené la destruction de trois membres de la lignée. N’ayant jamais subi un tel degré de carnage auparavant, ils ont été dévastés. L’autre infant de Jelinek est entré volontairement en torpeur, déclarant son intention de dormir “un siècle pour chaque triste perte.” Le reste de la lignée a prit comme décision d’emporter le corps inerte avec eux dans leurs voyages et ils le firent.

Aussitôt qu’ils en furent capables, la lignée a pris la direction des Etats-Unis dans l’espoir de mettre des milliers de kilomètres entre leur malheur et eux. En arrivant à New York ils furent très rapidement interdit de rester dans la ville par la famille. Les Années qui ont suivi ont poussés les Barjot du nord au sud des Etats-Unis, de Rio (Rio, aux Etats-Unis ?! Hum !!!) en Alaska et de Los Angeles à Washington. A chaque fois ils s’installaient jusqu’à ce que l’on ne tolère plus leur présence ou leur style de vie.

Clan d’origine : Gangrel. Le fondateur, Amaury Jelinek, est un vampire d’environ 250 ans. Il erre toujours la nuit avec son étrange lignée, très unie et est fier d’après ce qu’on dit de n’avoir pas passé plus d’une dizaine d’année en torpeur, surprenant pour un vampire de son âge. Jelinek attribue cette particularité au lien qui l’unit avec ses descendants avec qui il partage plus que des liens familiaux.

Surnom : Jelinettes. Le Barjot n’aime pas ce terme parce qu’il suggère une adoration de Jelinek qu’ils nient tous. Mais il est vrai qu’ils ont une tendance à l’aimer à la folie, aucun d’eux n’est plus important que la lignée. Mais ils peuvent idolâtrer aussi bien le fondateur de leur lignée qu’un nouveau né qui vient de rejoindre leurs rangs.

Ligue : le Barjot s’identifie comme Carthien, sans exception. Les Barjot sont un petit état à eux seuls et ils croient que l’on devrait leur permettre de déterminer les paramètres de leur propre gouvernement, avec ses lois et ses coutumes. De par leur attitude autarcique et leur tendance à errer sans cesse en groupe, ils sont très souvent considérés comme Carthiens par défaut, suffisamment organisés pour ne pas être non-alignés mais trop réfractaires aux lois pour être d’une autre ligue. Il est arrivé qu’un Barjot ait flirté avec les concepts de la Lancea ou le Cercle de la Sorcière dans le passé, participant intégralement à leurs rituels mystico-religieux et à leur liturgie. Leur côté plein d’entrain et libertaire ne sera jamais attiré par l’Invictus et ses lois, sens de l’étiquette et toutes les fioritures, et il en est de même avec l’Ordo Dracul.

Apparence : Des vêtements larges et amples semblent à la mode, ainsi que tous les tissus colorés et bien sûr confortables. La plupart des Barjot refusent de s’occuper de leurs cheveux se faisant des dreadlocks ou laissant leur cheveux en état sans y toucher. L’hygiène et l’apparence n’est pas une priorité pour les Barjot, et leur peau est souvent maculée de crasse qui ne fait que s’amasser au fil des années. Le concept grunge est considéré comme optimal, rien ne doit être acheté et si un membre de la lignée venait a s’occuper un peu plus de lui et se procurer un costume il serait la risée de ses frères et sœurs. Les barjots préfèrent se confectionner des vêtements eux même avec des tissus trouvés un peu partout. Ils arborent des accessoires en plastique parfois esthétiques mais jamais sans valeur. Quand on les croise, il apparaît vite que l’on est en fasse de personnes hautement dérangées voire complètement folles, mais ils refusent cette idée préconçue de par leur apparence, une apparence qu’ils « travaillent » selon eux.

Refuge : Les Jelinettes prennent ce qu’ils trouvent tant qu’ils n’ont rien à payer pour cela. Les entrepôts abandonnés, de grandes maisons inhabitées, tout ce qui est suffisamment grand pour accueillir toute la lignée. Certains connaissent le moyen de s’enfouir dans le sol et ils apprécient de s’isoler pendant leur sommeil diurne de leurs frères et sœurs. Partout où ils passent, ils re-décorent inévitablement, refaisant la peinture sur les murs avec une « imagerie » peu commune, gribouillant de la poésie et des messages sur chaque surface disponible et dispersant des jouets, des échantillons de tissu et d’autres choses. Leurs refuges sont souvent appelés - non sans humour - "des nids" à cause de ce comportement de ramasser et d’agglutiner un nombre incalculable d’objets hétéroclites dans leur refuge temporaire. Visiter un de ces refuges après leur visite donne réellement l’impression que le lieu est le repaire d’un animal. De la même manière ils agissent de façon identique quand ils sont invités par un étranger. Quand ils repartent - souvent virés - le refuge est ruiné et dans un état déplorable et ils sont sans aucun respect de la propriété de leur hôte. Ceux qui connaissent les membres de la lignée seraient traités de fou de leur accorder l’hospitalité.

Origine : Les mortels qui peuvent attirer l’attention d’un Barjot et qui échappent quelques année au dérangement de la lignée sont d’un type singulier : étrangers charismatiques et excentriques, artistes et beaux parleurs, rebelles et junkies, attirés par l’existence peu commune des vampires et de la lignée. On considère des Attributs sociaux et Physiques en primaire favorables pour des candidats Barjot et les compétences sociales tel qu’expression, entregent commandement ou Athlétisme sont bien plus attractifs que des capacités peu sociales tel que bagarre, arme à feu, mêlée ou subterfuge.
Création de Personnage : Presque tout les Jelinettes sont de paisibles intellectuels, qui vivent leur Requiem de façon libre et pleine d’entrain. En conséquence, les Attributs Mentaux sont généralement primaires (malgré la faiblesse Gangrel), mais les Compétences Sociales sont aussi très en vue. Les Avantages matériels sont contre-indiqués.

Disciplines de Lignée : Animalisme, Célérité, Métamorphose et Invulnérabilité.

Faiblesse : Chaque membre de la lignée à la faiblesse de son clan. De plus, aucun membre de la lignée ne peut s’extraire de sa fratrie. Si un Barjot perd le contact avec l’un de sa fratrie, que se soit même de vue, il doit effectuer automatiquement un jet de Résolution + Calme. Chaque succès qu’il accumule lui permet de rester en place et d’aller où il le désire pour un tour. Dès que le nombre de tours est passé, il rejoint sa fratrie et laisse en plan ce qu’il était en train de faire. Tant qu’il ne les aura pas retrouvés, il subira un malus de 3 dés dans toutes ses actions. Un schisme au sein d’une fratrie donnera aussi un malus mais surement moindre ce qui ne les empêchera pas de vouloir retourner dans leur fratrie. La fratrie quittée ne subira pas de malus, mais elle sera très nerveuse.

Organisation : Les barjots sont un immense troupeau ne se divisant que très rarement, ils sont tous frères et sœurs sans plus de respect pour le sire ou l’infant. Il n’y a pas de distinction d’âge ou de classe chez les Barjot et il n’y a aucune valeur intrinsèque liée a une quelconque succession. Nombre de Barjot sont en fait infant de Jelinek ou l’ont en tant que grand-sire. Les affaires de cœur sont fréquentes au sein de cette lignée à la grande satisfaction de tous. Les couples se forment et se séparent du jour au lendemain sans plus de soucis que de se le dire. Leurs relations plus qu’humaines sont sûrement ce qui les tient proches de leur humanité et ne les transforme pas en monstres dégénérés. Ils maintiennent le rite de la chaîne des Carthiens, s’échangeant des cadeaux au moins une fois par semaine, faisant parfois tourner de nombreuses fois leurs propres cadeaux. La chasse commune est sûrement l’une des plus grandes joies pour la fratrie. La lignée descendant sur un groupe de mortel, sur un quartier ou tout autre regroupement mettant en danger la Mascarade. Leurs lieux de chasse sont aussi souvent victime de leurs talents artistique. Une autre coutume appelée « la faillite » est d’aller dans l’Elysium ou dans une réunion où ils se déguisent avec des vêtements bon marché pour faire on ne peut plus normal. Puis au même moment, ils arrachent ces vêtements pour ne laisser que leur tenue habituelle. S’ensuit un moment d’exultation et d’exaltation, puis ils sortent en chantant et riant, attirant fortement l’attention de la foule qui s’amasse pour voir cela.

Concepts : poète-philosophe atavique, auto-stoppeur, punk communiste, enfant sauvage, morveux, amuseur des rues, gribouilleur avant-gardiste sans talent, introverti, responsable d’une grande famille.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.