SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Vampire : le requiem > Aides de jeu > Institutions > Ligues > Les Empalés
Contribuer

Vampire : le requiem

Les Empalés

mardi 11 avril 2006, par Pédro

Une remarquable faction de l’Ordo Dracul est issue d’une voie philosophique extrémiste presque serpentine, et l’idolâtrie historique qui en découle. La sous culture des Dragons, qui s’appelle elle-même les Empalés, a ravivé la légende de Dracula par l’intermédiaire d’une horrible cérémonie de torture. L’exaltation, la cruauté et le remord de ces manifestations ont amené les suivants de Dracula aux rangs à la fois de tyrans, de monstres et de victimes. Aux yeux de l’Ordo, le rite des Empalés ne correspond qu’à faire mordre au Dragon sa propre queue.
Les Empalés ravivent le rôle légendaire de Dracula l’Empaleur. En effet, Vlad était réellement un monstre lors de sa vie réelle, mais quel Vampire moderne peut vraiment expliquer ce qui motivait sa cruauté haineuse ? Etait-il un fou ou un génie ? Pourquoi a t’il empalé, puis soulevé de terre ses milliers de victimes ? Peut-être encore plus important, qu’est-ce qui le poussait à poursuivre ses actes de torture et d’abus ? Que retirait-il de ses propres actions ignobles ?

En même temps, les Empalés vénèrent et expriment de la compassion pour les victimes du Fils du Dragon. Ceux qui furent tués de sa main ou par ses ordres avait un genre de relation privilégiée, très intime, avec l’Empaleur. C’étaient les prisonniers qui le regardaient la tête haute, ceux dont les âmes scellèrent son destin. Quelles sensations, à la fois horribles et inimaginables, procure la lente agonie sur la Lance ?

Les Empalés utilisent donc les forces et les faiblesses de leur corps morts-vivants pour expérimenter chaque perspective de ces atrocités. Ils se soumettent eux-mêmes à la torture pour mieux la comprendre - et par la-même se comprendre eux-mêmes. Par ce processus, les Empalés pensent pouvoir poursuivre l’œuvre de Dracula en détournant la Malédiction vers une finalité unique. Ils expérimentent alors ce que Dracula n’a jamais pu connaître lui-même, la terreur d’être empalé à son tour.

Histoire des Empalés
L’origine du Mouvement des Empalés (tel qu’il a été nommé au 19ème siècle) est fortuite, et quelque part circonstanciel. Bien que les débuts philosophiques de la faction semblent être apparus dans les terres d’Europe de l’Est, sur lesquelles Dracula régnait lui-même autrefois, le principe de mutilation physique qui lui donna sa substance s’étendit particulièrement depuis la Scandinavie, et l’Europe du Nord en général. Les Empalés sont un entrelacement de ces deux concepts, présentés comme ils étaient a travers les expériences des Académies du Dragon, et les efforts des Vampires en recherche de Calices. Les racines philosophiques de la faction commencèrent tel un sujet purement spirituel incitant à la méditation au sujet des Dragons de Prague et Bucarest. Les questions sur les relations que Dracula entretenaient avec ses victimes ainsi que les expériences inavouables et impies sur leur douleur, furent utilisées par certains mentors en Europe de l’Est dans le but d’alimenter les discussions entre étudiants.

A l’origine, Empalés était un titre symbolique. Les mentors les plus inspirés suggéraient prétentieusement que les étudiants devraient « se débrouiller seuls au travers des admissions difficiles et des laides questions de notre passé, afin de les faire grandir jusqu’à qu’ils atteignent une nouvelle perspective ». L’attirance pour cette philosophie abstraite, ainsi qu’un effort rhétorique soutenu étaient suffisants pour garder cette idée en vie, jusqu’à la mise en place des rituels d’automutilation du Cercle de la Sorcière, ainsi que de quelques petites Académies du Dragon, dans quelques villes scandinaves.
En Europe du Nord, les « Acolytes » ont torturés leurs propres corps immortels a travers de nombreux rituels grotesques durent des siècles, avant que les concepts des Empalés ne soient introduits dans les années 1830. C’est alors que l’exploration des perspectives de victimes torturées par plusieurs personnes déboucha sur une nouvelle voie d’expérimentation physique inspirée par les Acolytes : « Les tests du Corps ». Plus précisément, la tradition rituelle du Cercle incita certains de ses philosophes à passer à l’action.

Bien que d’autres cérémonies retraçant les actions de Dracula aient sans doute été réalisées plus tôt, le Rite de l’Empalement fut exécuté la première fois en Allemagne vers 1840, et seulement 6 Vampires y auraient participé. Mais avec la publication du roman de Bram Stocker, Dracula, puis son expansion dans le monde anglophone, le nombre d’adeptes s’accrut. Tout le long du 20ème siècle, de plus en plus de Vampires se prirent d’idolâtrie envers Dracula selon la légende (souvent erronée) diffusée par l’Ordo Dracul.

Dans la seconde partie du 20ème siècle, la chirurgie esthétique devient plus populaire parmi les mortels, et les aspects punk et goth apportés par les jeunes Damnés envahissent la Famille. L’objectif des Empalés se convertit alors en une multitude de perspectives et d’agonies destinées au renforcement de l’individu par la tribulation. L’éclairement Victorien est absorbé, les jeunes Empalés étant subjugués par le concept d’individu, et par le désir de renforcer l’esprit et le corps par l’exploration des limites de la chair. En pratique, les nouveaux Empalés interagissent avec les anciens immortels de la faction, provoquant une expansion (sans vraiment parler de transformation) de sa philosophie.

Le Rite d’Empalement
Le Rite dit de l’Empalement est d’une simplicité brutale, et en grande partie ouvert à l’interprétation. Pas deux domaines des Empalés n’exécutent la cérémonie exactement de la même façon, et la plupart des Dragons Empalés ne voient pas l’intérêt quant à exécuter le Rite de la même manière deux fois de suite. Si possible, tout les Empalés locaux analogues se regroupent pour exécuter le Rite de l’Empalement - dans la plupart des domaines, les membres de la faction sont suffisamment nombreux pour faciliter la cérémonie- clef.

Les Vampires se jettent alors eux-mêmes sur des pics, pointes, lances ou autres instruments capables de transpercer le corps. Traditionnellement, un des Empalés accomplit le rôle d’Empaleur et plante ses camarades sur de longs poteaux en bois, afin d’imiter la tâche de Dracula avec autant de rigueur que possible. Ces pieux sont enfoncés dans le torse de l’Empalé et sont soigneusement placés pour tenir le corps du participant en place, sans provoquer la torpeur. Les Empalés sont alors laissés pour compte dans leur souffrance, souvent dans l’obscurité, mais rarement seul, jusqu’à ce que la torpeur, ou la Bête les submergent.

Les Rites d’Empalement sont exécutés en intérieur ou sous terre, pour permettre de laisser les participants durant plusieurs jours et plusieurs nuits à méditer, souffrir et saigner. Parce que les édifices de hauteur suffisante ne sont pas toujours disponibles pour copier les imposantes cérémonies des « Forêts des morts » réalisées par Dracula, les pieux des participants vont de la même manière être plantés sur des murs et sur le sol. Les victimes doivent alors être dans l’impossibilité de toucher le sol, ou de pouvoir se sortir de leur position de torture. Les Rites modernes explorent beaucoup de variantes quant à la cérémonie traditionnelle. Quelques groupes d’Empalés exigent des participants de s’embrocher eux-mêmes, en tirant les pieux à la force des bras jusqu’à ce que celles-ci aient complètement transpercées leurs corps.

Certaines coteries plus flexibles de Dragons Empalés permettent n’importe quelle forme de torture physique, y compris la pendaison, l’étirement, le fouet et les écorchures, à la place du traditionnel Empalement. Mais quelques en soient ses formes, l’expérience du Rite de l’Empalement est toujours inhumaine, monstrueuse et terrifiante. Les Empalés évitent toute forme de communication avec les autres lorsqu’ils procèdent à la cérémonie. Se nourrir est interdit lorsque la cérémonie a lieu. Un Vampire à qui l’on doit apporter du sang pour éviter (ou arrêter) la frénésie, devra finir son empalement par la suite. Quoique cela puisse provoquer la honte sur lui, on lui refusera rarement de participer de nouveau à l’avenir.

Le Rite de l’Empalement est loin d’être facile. Le but des Empalés est de s’inquiéter - pour stimuler assez l’Empaleur pour se terrifier comme ses victimes doivent avoir été terrifiées. Certains Vampires ont la force de supporter plusieurs nuits de Rite, d dans le seul but d’avoir plus tard des visions de formes suspendues, blessées et agonisées comme il l’a été lui-même, des formes suspendues, blessées et agonisées comme il l’a été, luttant pour faire glisser leurs corps en bas des pointes et se rendre à leurs peurs.

Les mécanismes de jeu et l’Empalement

Le Rite de l’Empalement ne confère aucun pouvoir surnaturel a ceux qui le pratiquent, mais c’est une façon extrêmement horrible d’aboutir et d’argumenter d’autres éléments du jeu. Les Vampires des Empalés aiment le genre de camaraderie qui sort de l’agonie partagée, et le Rite de l’Empalement est donc un bon moyen de convaincre un Dragon Empalé de prendre un personnage en tant que Mentor ou pour partager les connaissances d’une Discipline. Les Empalés, pendant les heures passées à souffrir sur leur pieu, ont inventé ou mûrit quelques-unes de leurs propres Dévotions (voir p. 200 de Vampire : le Requiem). À la discrétion du Conteur, la participation au Rite de l’Empalement peut donc permettre de faire gagner à un personnage une baisse du coût en points d’expérience d’une telle Dévotion.

Dans certains domaines, le Rite peut également être considéré comme une méthode de chrysalide, pour apprendre de nouveaux Anneaux. La douleur et la famine graduelle provoquées par le Rite à un impact sur la volonté de chaque participant, la rendant plus faible et la diminuant. Si certains résistent à la Bête du mieux qu’ils peuvent, d’autres préfèrent s’accrocher à leur pieu jusqu’à ce qu’elle les submerge. Enfin, certains parmi les Empalés apprennent à « dompter la vague » à travers le Rite de l’Empalement. La Voie de la Bête n’est étonnamment pas les Anneaux la plus souvent associée au Rite de l’Empalement.

La Bête sur le Pieu
Les Conteurs qui veulent tester le comportement d’un personnage participant au Rite de l’Empalement - par exemple pour déterminer si le personnage aura droit à l’un des avantages précédemment cités - peuvent utiliser une action étendue de Résolution + Maîtrise de soi pour avoir une idée du temps passé par le personnage sur la pointe. Ce jet est faisable pour un personnage essayant de contrôler la Bête et d’éviter la frénésie, ou encore un personnage essayant d’aiguillonner la Bête en « la domptant » (voir p. 181 de Vampire : le Requiem). Si cette action est utilisée pour représenter une transition de type chrysalide, ou un processus d’étude, il est préférable de la réaliser entre deux sessions de jeu, ou lors d’un temps mort du scénario, illustrant des nuits passées sur la lance par le ou les personnages.

Chaque jet représente une longue et traînante période (probablement une nuit) ou le personnage doit se contrôler obstinément. Le nombre total de succès nécessaires est choisi par le Conteur au cas par cas, mais en général on évalue que chaque tranche de cinq succès attribue un point d’expérience à dépenser dans le cadre de la Dévotion. Le personnage ne devra en revanche rater aucun jet pendant dans toute la durée de l’action, car il perdrait sa concentration et son contrôle et ne pourrait alors pas recommencer. Ainsi, dans beaucoup de cercles d’Empalés, le dernier vampire à descendre de la pointe gagne une réputation de dureté et de sang-froid.



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.