SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Warhammer > Aides de jeu > Carrières > T comme Trafiquant de cadavres
Contribuer

Warhammer

T comme Trafiquant de cadavres

L’abcdaire du Vieux Monde

samedi 15 novembre 2003, par ZedroS

Petite description d’une de ces carrières qui donnent à Warhammer Jdr tout son cachet !

Par Rev. Lepper

Traduction française de la Warhammer Team, et plus particulièrement de Zero Kaizer.

Background

Pourquoi devenir trafiquant de cadavres ?


Pourquoi quelqu’un voudrait gagner sa vie en déterrant les cadavres, activité universellement réprouvée ? La réponse est très probablement " pour l’argent ". En effet, pour ceux qui luttent quotidiennement et arrivent à peine à survivre, le devenir des morts et de leurs possessions semblent bien peu importants. Après tout, les morts n’ont plus besoin de leurs corps, pas plus que de leurs biens. Pourquoi les vivants ne pourraient-ils pas s’en servir utilement ?

Faire un travail considéré comme répugnant ou criminel signifie également que le trafiquant de cadavres peut opérer sans se soucier des règles et restrictions habituelles. Pas de patron, personne pour donner des ordres. Pas de concurrence non plus, qui d’autre voudrait prendre un tel risque ?

Les trafiquants de cadavres sont des opportunistes. Ils voient une opportunité que personne d’autre ne veut saisir : un peu de travail, un peu de risques... et beaucoup d’argent ! Pourquoi s’en priver ?

Rôles des Trafiquants de cadavres dans la société

Dans le Vieux Monde, l’idéal serait que les morts demeurent à jamais dans leurs tombes et cryptes, car ceux qui ne trouvent pas le repos s’en prennent trop souvent aux vivants. Il est donc compréhensible qu’il y ait de strictes règles concernant où et comment les morts reposent, ainsi que qui peut manipuler les corps.

Beaucoup se moquent de ces restrictions qu’ils estiment relever de la paranoïa et conséquences de superstitions. Les médecins désirent fréquemment ausculter les morts pour apprendre les secrets de la vie, tandis que les alchimistes et les mages le font dans des buts connus d’eux seuls. Les trafiquants de cadavres sont là pour les satisfaire.

Mode de vie

Les universitaires et les certains professionnels de la médecine ont besoin de corps à disséquer ou à utiliser dans le cadre de recherche anatomique. Il s’agit là de la principale demande menant à déterrer des cadavres.

Par peur de la nécromancie, il y a par contre une multitude de lois concernant l’utilisation des corps. La majorité de ces lois a été imposée par le Culte de Morr. La plupart des universitaires supportent mal ces interdits d’origine religieuse, suspicieux qu’ils sont de la dévotion des clercs de Shallya, et à leur absence de connaissances médicales, et à la paranoïa des prêtres de Morr. De telles lois entourent le corps du défunt d’une aura mystique alors que la science a besoin d’observer d’un œil impartial l’anatomie humaine.

Les corps sont aussi souvent vendus à des alchimistes, ou des magiciens, pour leurs expérimentations magiques ou pour l’obtention de composants à partir des corps.

L’obtention de composants proprement dite est par contre au-delà des moyens de la plupart des trafiquants de cadavres. Cependant, il y a une partie du corps que les trafiquants de cadavres gardent généralement pour eux : les cheveux. Ils sont nombreux à couper les cheveux des défunts une fois le corps exhumé, pour ensuite les vendre à des perruquiers. De la sorte, ils gagnent quelques couronnes d’or ou plus, en fonction de la qualité et de la longueur des cheveux. Cette vente ne vaut pas à elle seule la peine de profaner des tombes, mais c’est un à-côté appréciable.

Comme écrit plus haut, une poignée d’alchimistes sans scrupules et leurs semblables achètent également des corps, qu’ils transforment ensuite en de nombreux produits et lotions. Ils utilisent par exemple le sang humain et la graisse pour la confection des produits de beauté et médicaments. De nombreux soins populaires et superstitions évoquent aussi des remèdes et de la magie requérant des corps de défunts, particulièrement ceux de criminels exécutés. Des morceaux d’hommes ou femmes exécutés en public se vendent ainsi une petite fortune sur le marché noir.

Tous les trafiquants de cadavres ne sont pas intéressés par la vente de cadavres, l’activité par définition des trafiquants de cadavres. En effet, certains trafiquants de cadavres s’intéressent aux objets enterrés avec les morts. Les croyances du Vieux Monde sont en effet que le corps est une sorte de testament mortuaire sur la vie du défunt, témoignant pour l’éternité de son mode de vie.

Ainsi, les morts bénéficient de la même dignité, considération et du même respect que de leur vivant. Par conséquent, nombreux sont les défunts enterrés avec leurs plus beaux atours, de la plus fine soierie au plus impressionnant des joyaux. Un tel étalage de richesse est fait pour donner au défunt une apparence grandiose pour l’éternité, confirmant la noblesse et la richesse de la famille avant que le défunt soit au-delà de la portée humaine. Aussi, un trafiquant de cadavres entreprenant peut tirer une fortune de ces excavations, réduisant à une peau de chagrin les biens des défunts.
Cependant, les esprits sont surtout marqués par les exhumations impliquant la nécromancie, action pourtant des plus exceptionnelles. Cela est en effet plus rare que communément admis. Il suffit qu’une exhumation tourne mal pour que le nécromant soit capturé. Aussi, il y a bien un commerce autour des corps pour les nécromants, mais il est entouré du plus grand vu que les autorités s’y intéressent de plus en plus.

Il y a bien sûr une dernière raison pour déterrer des corps : déshonorer les morts. Cela n’est pas très fréquent, mais il peut arriver que quelqu’un paie une tierce partie pour qu’elle déterre le corps, puisque ce dernier soit jeté ou enterré ailleurs. Les motivations derrière de tels actes sont souvent des plus détestables et sombres, mais l’histoire est remplie de corps déplacés afin de satisfaire une ultime vengeance des humains.

Elsa, au premier coup d’œil, est la dernière personne que vous soupçonneriez de quoi que ce soit. Cette charmante jeune a un doux sourire qui ne laisse rien deviner de sa triste profession : fournir des fleurs pour les défunts et les endeuillés. Elle fait son commerce à l’extérieur des portes du cimetière, tous les jours, et a le monopole de la vente de fleurs. Ses arrangements apportent réconfort et couleurs à ceux qui parcourent le cimetière le cœur lourd.

Elle reçoit aussi régulièrement de faibles sommes par des proches de défunt afin de fleurir et nettoyer régulièrement la tombe en question. Elle est aussi souvent présente aux enterrements, plaçant des fleurs dans le cercueil. Sa présence est récompensée financièrement car elle contribue également à augmenter le nombre de personnes qui assistent à ces cérémonies.
Son intimité avec le cimetière et ses procédures a fait d’elle et de sa bande de trafiquants de cadavres l’une des associations les plus profitables et les plus réussies de toute l’Empire. Elle sait qui a été enterré où et avec quelle richesse. Ainsi, avec l’aide de ses quatre frères, elle a réussi à fournir les collèges locaux en corps, mais régulièrement ils exhument des cercueils, en volent tout le contenu de valeur puis les mettent en terre à nouveau.

Ses frères, par son intermédiaire, sont employés par le clergé de Mórr pour creuser les tombes. Ils peuvent ainsi revenir tard dans la nuit pour déterrer rapidement les corps. Ils remplacent ou replacent toujours avec précaution les corps et ont même été capables de voler certains effets sur des corps en attente à la morgue, vu qu’ils boivent souvent le gardien et que le vieil homme s’endort rapidement après une journée de dur labeur.

La bande s’en sort bien pour de nombreuses raisons : en premier lieu, elle bénéficie d’informations de très bonne qualité. Ils savent quand les corps ont été enterrés et peuvent les déterrer dans les heures qui suivent l’inhumation, tant que les corps demeurent frais. De plus, la terre ainsi remuée n’attire l’attention, vu qu’il s’agit d’une tombe récente. Ils savent aussi à quels corps s’attaquer. Leur présence constante au cimetière et leurs contacts leur ont également permis de dénoncer des trafiquants de cadavres concurrents et ainsi de se laver de tous soupçons.

Leur autre point fort est la prudence, ils font toujours attention à ce que la tombe demeure dans un état anodin, afin de s’assurer que personne ne remarque leurs crimes.

Elsa et ses frères ne sont pas des monstres, mais ils sont énervés et, excédés que les morts soient souvent mieux traités que les vivants. De nombreuses personnes mettent des richesses dans les tombes qui pourraient servir à nourrir des familles entières ou des sans logis.

Pour eux, il n’y a rien de sacré autour de la mort, et leurs besoins en tant que vivants sont plus urgents.
Cependant, malgré leur raisonnement, ils ne font pas dans la charité, ils n’ont pas redistribué leur argent, mais l’utilisent dans des buts propres à leur seule famille.

Qui peut devenir trafiquant de cadavres ?

Les apprentis sont souvent à peine mieux lotis que des serviteurs, travaillant durement pour une maigre pitance. De nos jours, nombreux sont les composants dont l’alchimiste a besoin qui ne peuvent être obtenus sans faire d’entorse à la loi. Cependant, un alchimiste, en tant que membre important de la communauté, est quelqu’un de trop important pour risquer d’être surpris en train de creuser dans l’obscurité. Ces menues tâches criminelles sont donc à la charge de l’apprenti. Ce dernier, après avoir creusé un certain nombre de fois, tout en se jouant de la Garde, peut être tenté d’arrêter de faire cela pour un maître grincheux et non reconnaissant. Aussi, les rigueurs de l’alchimie peuvent elles être délaissées au profit des récompenses sonnantes et trébuchantes inhérentes à l’excavation de défunts.

Les étudiants en médecine vivent une situation similaire par bien des aspects à celle des apprentis alchimistes. Ils doivent ouvrir des tombes pour leur mentor ou leurs propres études. Il y a, de plus, de rudes lois instaurées par le Culte de Mórr afin d’assurer le repos éternel des morts, hors de la portée donc des médecins. Aussi, il est difficile, pour ne pas dire impossible, d’obtenir un corps par des voies légales. Par conséquent, après un certain temps, un étudiant peut s’occuper à temps plein de fournir des corps à l’université locale ou aux médecins locaux, car la demande est importante.

Un ratier, qui est à peine mieux considéré par la société, peut être amené à considérer qu’il est plus rentable de travailler dans l’illégalité, surtout quand les temps sont durs. Cela d’autant plus qu’un ratier n’a que peu de choses qui le rattachent aux normes sociales et aux lois en vigueur.
De plus, que personne n’est surpris de voir un ratier dehors à toutes heures du jour et de la nuit. Aussi, tant qu’il est dans les bas quartiers, il jouira d’une grande liberté. Aussi, ne serait ce que comme revenu d’appoint ou pour échapper à leur quotidien, un ratier peut de temps à autre aller lui aussi visiter quelques tombes.

Les apprentis sorciers peuvent devenir trafiquant de cadavres pour des causes semblables à celles des autres apprentis. Ils font également le sale boulot pour leurs mentors et maîtres. Tout comme les alchimistes, les sorciers ont leurs propres raisons d’acquérir des corps, que ce soit pour la nécromancie, ou plus souvent pour explorer l’anatomie du corps humains à des fins de recherches voir pour trouver des composants. Enfin, à l’image encore des alchimistes, un magicien ne voudra pas risquer sa peau dans des affaires illégales quand un apprenti peut faire le travail à sa place...

Et après ?

Un individu capable de déterrer des corps peut faire un garde du corps parfait. En effet, on pourra lui faire confiance pour les pires tâches. Traditionnellement, les trafiquants de cadavres qui deviennent hommes de main ou gardes du corps sont des filous qui ont commencé tôt à piller les tombes. Ceux qui y sont venus après, avec un passé plus académique, n’ont en général pas la même soif d’argent et ne sont nettement moins violents et brutaux.

Un trafiquant peut aussi réussir à devenir un estudiant en médecine. Quelques mois ou années de commerce dans le trafic des cadavres suffisent en effet souvent à amasser un petit pécule, l’expérience et les contacts nécessaires pour devenir l’estudiant d’un médecin.

Enfin, de la même façon que de nombreux ratiers deviennent trafiquants de cadavres, beaucoup de trafiquants de cadavres deviennent ratiers. Après tout, les différences entre ces deux boulots peu recommandables peuvent ne pas sembler si grandes. Le passage de l’une de ces professions à l’autre est généralement la conséquence d’un désespoir ou d’une exaspération certaine plus que d’une opportunité quelconque. Une fois qu’on a été souillé par de tels métiers, il devient difficile d’évoluer à nouveau en société.

Idées d’aventures

Autopsie

Les autorités annoncent qu’un individu est mort de causes naturelles, mais certains suspectent un complot couvert par les autorités. Le trafiquant de cadavres ou un autre groupe désire exhumer le cadavre pour découvrir les causes de la mort. Quelque part sur le corps il y a une preuve compromettante ainsi que, peut-être, quelques indices de plus.

Chasse à l’homme

La mort d’une figure locale fut une tragédie. Tout le monde se souvient de l’air grave et cultivé du corps offert à la vue de tous brièvement avant l’enterrement. Aussi, il n’est pas surprenant que quelqu’un remarque plusieurs jours après qu’un étranger porte un des ornements du défunt. La chasse au pilleur de tombe est ouverte, le pillage et la profanation d’une tombe d’une personnalité ne laissent pas indifférent. Peut être faudra-t-il même consacrer à nouveau le corps.

Perte ou échange d’un corps

Un docteur se fait arrêter, suite à une opération chirurgicale dont le patient s’est plaint. Un corps a été retrouvé dans ses locaux. On recherche le trafiquant de cadavres pour qu’il réponde devant la justice.

Mort simulée ?

Un pauvre mendiant, connu pour sa ressemblance troublante avec un homme riche touché par un scandale, vient juste de décéder. Notre homme fortuné veut alors qu’on exhume le corps, récemment mis en terre, et qu’on lui amène sur sa propriété, probablement pour simuler sa propre mort.

Mort-vivant ?

Un corps enterré il y a quelques heures est en train d’être déterré, quand des bruits de coups désespérés se font entendre de l’intérieur de la tombe. Les trafiquants à l’œuvre vont-ils réaliser qu’une personne a été enterrée vivante malgré les superstitions entourant les morts ? La personne sera-t-elle sauvée ou laissée à elle-même, voir massacrée, de peur d’avoir affaire à un mort vivant ?

P.-S.

La version originale de cet article se trouve sur Strike To Stun :

http://www.strike-to-stun.com/WFRP/AtoZ/Graverobber1.htm

Enjoy !



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.

Copyright © Games Workshop Limited 2010. Games Workshop, Warhammer 40,000, le jeu de rôle Warhammer 40,000, Dark Heresy, Rogue Trader, les logos de ces marques respectives, Rogue Trader, Dark Heresy et toutes les marques associées, ainsi que les logos, lieux, noms, créatures, races, ainsi que les insignes, logos et symboles de ces races, véhicules, armes, unités ainsi que les symboles de ces unités, personnages, produits et les illustrations des univers de Warhammer sont soit ®, TM et/ou © Games Workshop Ltd 2000-2010, enregistrés en Angleterre et dans d’autres pays du monde.