SDEN - Site de jeu de role
Accueil > Warhammer > Inspirations > Nouvelles & Histoires > La voie du Tarkin - part 6
Contribuer

Warhammer

La voie du Tarkin - part 6

dimanche 19 juin 2011, par shavy

Chapitre Six de "La voie du Tarkin"

La vie est trop longue pour ceux qui la subissent. Pour ma génération, c’est l’impression qui domine parmi les miens. Vous nous croyez distants, nous sommes juste en train de revivre chaque instant de notre vie tout en analysant une situation que nous vivons sur l’instant. Mais je vous vois perplexe alors que vous m’écoutez poliment... Non je ne suis pas fou, l’ami ! Vous avez l’alcool pour oublier, mais moi ça ne suffit pas. Moi j’ai l’alcool, le bran wa shin [1] et la mélancolie qui en découle.

Rallane Lafarel, ménestrel à la cour du Graf de Middenheim.

C’était jadis un lieu de quiétude, peu fréquenté des non-initiés. Les forestiers en maraude l’évitaient avec crainte, les guérisseurs et autres collecteurs de plantes rares lui vouaient un respect mêlé de dévotion. On croyait, à tort, que c’était un des rares bastions elfes encore actif dans la forêt des ombres, mais la présence, elle bien réelle, de nombreuses hardes de gors prouvaient le contraire. Seuls les suivants de la foi antique fréquentaient ce lieu empreint de nostalgie spirituelle et de mysticisme originel.

Jusqu’à ce que les hommes bêtes s’enhardissent suffisamment pour oser passer les premiers cercles de pierres levées...

Basiquement, un guerrier bestigor considérait les pierres levées comme autant de monuments de gloire et de territoires qui ne lui appartenaient pas. Les chamans breys [2] ne voyaient pas les choses de la même manière. Des mégalithes isolés dans des forêts sombres représentaient, à leurs yeux, autant de secrets de pouvoir à percer que l’on pouvait compter de pierres.

Dix printemps s’étaient écoulés depuis qu’un chaman brey et ses deux apprentis avaient assis leur autorité sur les lieux et sur la demi douzaine de hardes qui revendiquaient les lieux environnants. Eridian le constatait malgré lui. Il était leur prisonnier. Les gors n’avaient pas été tendres avec lui et, à demi nu, le corps couvert d’hématomes et la tête bouffie de coups, il attendait avec un calme tout relatif d’être fixé sur son sort.

Isolé la nuit dans un complexe de grottes basses et humides, il était exposé toute la journée à la périphérie d’un grand cercle mégalithique, aux yeux des esclaves ungor [3] et de leurs maitres esclavagistes, comme pour les motiver à persévérer dans leurs tâches d’excavation dans les grottes avoisinantes.

Le temps froid et humide ne l’aidait pas particulièrement à profiter pleinement de ces sorties en plein air. Ils croyaient l’humilier mais il s’en fichait. Il était perdu dans ses pensées, des errances malsaines qui lui faisaient penser au pire... Qu’importe, il n’était de toute manière pas en mesure de lutter. Plus de compagnon de route, plus de traitement médical pour engourdir son esprit, l’avenir était noir avec des franges rubis qui ne tarderaient pas à gorger le sol de cette empire de sang... Beaucoup de sang.

Son regard était perdu dans le vide. Néanmoins l’instinct du tarkin avait pris le dessus pour assurer une survie élémentaire : il ne se nourrissait plus que rarement de ce que l’on daignait lui donner et surtout il ne faisait pas appel à certaines de ces capacités de tarkin.

Il n’avait toujours pas rencontré celui qui l’avait neutralisé. Aucune raison donc de se rappeler à son bon souvenir.

Ce n’était qu’une question de temps et il n’avait que cela à faire, attendre...
Le temps passa, sans qu’il en tienne compte, et dès les premiers flocons, l’elfe avait consciencieusement oublié la trentaine de jours passés et peut être d’autres souvenirs plus lointains encore. Ses visions ténébreuses lui avaient tenu compagnie en lui confirmant que le déclin du monde tel qu’il l’avait connu était inéluctable... Il commençait à oublier les moments doux et rares qui l’avaient accompagné jusqu’ici.

Il entendit des pas s’approcher. Sur le sol spongieux, tout résonnait dans un joyeux clapotis de boue et d’excréments...

Eridian sourit pour lui-même. Ca ne plaira pas à certaines de ses connaissances d’être détenu dans ces circonstances.

Étrangement il était incapable de mettre un nom sur ces connaissances. Il s’en serait certainement rappelé sans cette visite inopportune.

- Fais peine à voir ton prisonnier...

- Komment grann brayy ?

L’homme bête encapuchonné soupira et claqua sa langue.

- Tu as mangé sa nourriture ? Pas très grroo ton manamook [4].

Le plus grand des trois visiteurs émit un son guttural que l’on aurait pu apparenter à un rire.

Ils s’exprimaient en langue sombre. Cela restait assez rare chez les gors... Des grognements et des cris gutturaux suffisaient. Ils doivent faire cet effort pour le chaman bray, se dit Eridian. Il se décida à lever la tête.

Le bray était là, avec sa toison tressée beige et jaune pisseux qui dépassait de sa capuche. Il serrait un grand bâton noueux terminé par une pierre d’un blanc laiteux. A ces cotés, un bestigor massif était engoncé dans un harnais de cuir et un pagne de peau épaisse pour seul habit. Le dernier visiteur était une figure connue, son geôlier, un gor aux cornes rabougries dépassant de sa cagoule de cuir. Il n’en menait pas large.

- Alors Asur, tu ne te plais pas ici ?

Le chaman homme bête s’était exprimé en une forme pervertie d’eltharin, du drucchi. Eridian ne répondit pas.

Il se tourna vers le bestigor et émit un grognement bref. La bête s’ébroua comme déçue et sortit de la caverne avec le geôlier.

- Je suis Maruk le défaiseur et ta présence ici n’est pas fortuite.

- Qu’est qui te fait croire ça, chaman ? répondit l’elfe.

Le chaman s’approcha et se mit à la hauteur du prisonnier. Eridian fixa les pupilles fendues du chaman.

- Les dieux me soufflent à l’oreille que les instruments du changement sont à l’œuvre.

- Tu m’en diras tant...

- Tu es le tarkin, tu es l’instrument et je sais comment t’utiliser.

Encore un rôle à tenir, pensa pour lui-même Eridian. La mort finalement aurait peut être été préférable.

Notes

[1technique elfe de selection de la mémoire, cf "le nouvel apocryphe"

[2sorcier homme bête

[3sous espèce homme bêtes

[4ton protégé, une insulte gor



Encadrement arrondi
Ajouter un commentaire
forum bouton radio modere abonnement

forum vous enregistrer forum vous inscrire

[Connexion] [s’inscrire] [mot de passe oublié ?]

Encadrement arrondi

Tous les éléments et personnages sont des marques déposées détenues par leur propriétaire. Ils sont utilisés ici sans autorisation particulière, dans un but d'information. Si l'auteur ou le détenteur des droits d'un élément quelconque de ce site désirait qu'il soit retiré, les responsables du sden s'engagent à le faire dans les plus brefs délais.

(c) 1997- 2017 SDEN - Site communautaire de jeux de rôle
Tous droits réservés à l'association loi 1901 Elfe Noir.
Les textes et les illustrations des rubriques, sauf avis contraires, sont la propriété de leurs auteurs.

Copyright © Games Workshop Limited 2010. Games Workshop, Warhammer 40,000, le jeu de rôle Warhammer 40,000, Dark Heresy, Rogue Trader, les logos de ces marques respectives, Rogue Trader, Dark Heresy et toutes les marques associées, ainsi que les logos, lieux, noms, créatures, races, ainsi que les insignes, logos et symboles de ces races, véhicules, armes, unités ainsi que les symboles de ces unités, personnages, produits et les illustrations des univers de Warhammer sont soit ®, TM et/ou © Games Workshop Ltd 2000-2010, enregistrés en Angleterre et dans d’autres pays du monde.